Labosol, le démonstrateur du prendre soin dans la porte de Bouguenais

Les gilet jaunes se sont emparés des ronds-points et ont ouverts nos regards sur ces infrastructures et leur délaissés. Attardons-nous à notre tour sur un échangeur.

Voici Labosol, un projet qui questionne le prendre soin dans la porte de Bouguenais. Ce laboratoire-transformateur des délaissés de la porte de Bouguenais vise à en prendre soin et à la transformer en une mine de métaux lourds issus des pollutions.

La porte de Bouguenais, c’est l’un des 23 échangeurs du périphérique nantais, située dans le quart sud-ouest de la métropole et sur la commune de Bouguenais. Cet objet infrastructurel qu’est l’échangeur, par son existence, représente déjà un démonstrateur de l’anthropocène, mais aussi un monstre de la modernité. Alors ce projet pose la question : comment s’ attaquer à un tel monstre de la modernité?

Continuer la lecture de « Labosol, le démonstrateur du prendre soin dans la porte de Bouguenais »

La fable du pylône et de la prêle des champs

Je marchais sur les traces des soignant.es, à la recherche de manifestations du care. A force de marcher d’un pas décidé d’écoles en pharmacies, c’est là qu’au beau milieu du concentré de pollutions sur la porte de Bouguenais, là où aucun soin ne semblait être pris, qu’une manifestation du care toute spécifique s’est trouvée devant moi.

La porte 52 s’impose alors comme étant l’endroit d’excellence où aucun soin n’est pris. Les délaissés autour de cette infrastructure sont importants, l’échangeur s’inscrit dans une aire d’environ 350 m sur 350 m.

La porte est placée au barycentre d’un certain nombre d’infrastructures nuisibles et polluantes présentées sur la carte ci-dessous. Au milieu de l’échangeur, auquel permet aujourd’hui d’accéder une piste cyclable qui traverse deux voies d’insertion, on n’entend même plus le grésillement électrique des lignes haute tension au-dessus de nos têtes sous le chaos des bruits d’un flot de véhicules à 90 km/h et où le sable de la carrière attenante nous fouette le visage. Le trafic aérien déverse sa pollution, la chaufferie de la Californie un peu plus au nord-est émet des fumées qui inquiètent les habitants.

Carte du concentré des pollution sur la porte de Bouguenais

 

Et juste là,  une petite prêle des champs !

La prêle des champs, petite plante d’environ 40 cm de haut, se trouve en nombre en contrebas de la voie cyclable avec laquelle la métropole nous invite à entrer sur l’échangeur autoroutier. Il faut d’abord se pencher pour pouvoir l’apercevoir, jusqu’à descendre en-dessous du pylône qui trône sur l’échangeur et qui lui a une taille d’environ 40 m. Cela fait tout d’abord un drôle d’effet de descendre dans ce fossé, on ressent qu’on expérimente une sorte de mise en danger et qu’il n’a pas été aménagé pour être accessible. Le grésillement de la ligne haute tension fait hésiter. Puis, piquée de curiosité, on ne peut s’empêcher de s’approcher. 

Continuer la lecture de « La fable du pylône et de la prêle des champs »

Sur les traces des soignant·es

Le sentier comme outil urbanistique joue sur la tension entre une échelle métropolitaine et une échelle qui est celle du pas et de l’observation. Le sentier nommé « Sur les traces des soignant·es » est structuré d’une part par les lieux dits du care (1), et d’autre part par un diagnostic des formes de manifestations du care (2) que le marcheur ou la marcheuse peut observer le long du sentier. Ainsi, marcher sur le sentier tisse des liens entre des lieux et des observations en traversant la métropole.

Et si nous nous baladions afin de découvrir le quadrant sud-ouest de la métropole nantaise sous un autre angle? Ou plutôt sous l’angle d’une nouvelle éthique?

C’est une éthique où le positif engendre le positif, où faire attention à l’Autre s’applique aux humains et aux non humains et où prendre soin est valorisé. Pour entrer dans cet univers parallèle, je vous invite à suivre les traces des soignant·es dont le quotidien est de réparer nos corps et nos liens sociaux.

(1) LIEUX DU CARE

Nous partons sur un sentier structuré par les lieux du care. Il s’agit des écoles, des EHPAD, des établissements de santé, des pharmacies, … Le sentier passe aussi par les supermarchés, car faire les courses pour ensuite porter à manger à d’autres, c’est une action de s’occuper de.

Le sentier s’attache aux lieux, mais aussi aux personnes sans qui ces lieux ne seraient pas des lieux du care. C’est pourquoi le parcours est pensé comme traversant les trajectoires quotidiennes des soignant·es du sud-ouest : qu’ils et elles se rendent aux établissements de santé centraux comme le CHU ou quadrillent le territoire en allant de domicile en domicile. Marcher dans leur pas permet d’une certaine manière de leur rendre visite et donc de leur rendre hommage. Le sentier se veut créateur d’empathie, en marchant « dans les pas de ».

Les soignantes ont de tout temps existé. Nommées sorcières, bonnes-sœurs, sages-femmes, aides à domicile ou encore infirmières, la pratique s’est au fil des siècles en partie professionnalisée. Les femmes sont encore aujourd’hui majoritairement représentées dans les métiers du prendre soin. Rendre hommage aux soignant·es est donc un projet éminemment féministe.

Au CHU de Nantes, premier employeur de la région, la répartition par genre des effectifs non médicaux est la suivante : 81% de femmes et 19% d’hommes (pour les infirmiers·ères, infirmiers·ères spécialisé·es, aides-soignant·es, auxiliaires de puériculture et agents des services hospitaliers ainsi que services techniques et administratifs). D’autre part, la répartition parmi le personnel médical est la suivante : 56% de femmes et 44% d’hommes (pour les professeur·es des universités, maîtres·ses de conférences des universités, praticien·es hospitaliers universitaires ou non, chef·fes de clinique des universités, assistant·es des hôpitaux). La pratique reste alors majoritairement féminine dans les deux cas.

Notre marche ne nous mène pas jusqu’au CHU de la métropole, qui se situe en centre-ville. Son corps médical n’habite pas seulement au centre-ville, mais bien aussi les contrées péri-métropolitaines que nous traversons.

Marcher sur ce sentier, c’est comprendre que le soin nous entoure et qu’il prend des formes diverses et variées, c’est pourquoi nous observerons aussi ce que je nomme les manifestations du care.

Ecole maternelle Les Asphodèles, Le Pellerin
Supermarché, Le Pellerin
Résidence Simon Ringeard, Le Pellerin
Ecole Saint Marc, Saint Jean de Boiseau

(2) MANIFESTATIONS DU CARE

Inscrire dans le paysage un sentier « Sur les traces des soignant·es », c’est révéler le soin pour lui donner son importance. Ceci se fait en révélant l’action des garant·es du soin, tout comme d’autres formes de soin nommées ici manifestations du care. Ces manifestations sont plus discrètes et moins directes. Ainsi, je vous invite à relever ces petites manifestations lorsque vous marchez. Avez ce prisme de lecture en tête, sa présence apparaît partout, à chaque coin de rue ou encore dans chaque relation entre végétaux et/ou humains. J’entends le care comme matérialisation de la bienveillance qui peut articuler humains comme non humains, végétation comme bâti. Il peut s’agir de manifestations relationnelles entre les personnes : des parents qui vont chercher leurs enfants à l’école, une personne qui en aide une autre à se relever, la personnes qui retient la porte du tram de se fermer quand elle vous voit courir, une infirmière à domicile qui prend un café et discute avec une personne isolée, … ou encore être des manifestations de l’espace public.

une touche de bitume répare et lisse le trottoir, Le Pellerin
Un trottoir s’abaisse pour laisser passer poussettes, véhicules, fauteuils roulants, vélos, … Le Pellerin
un carton «servez-vous» avec deux livres, Bouguenais
un panneau «maison» de limitation de vitesse, Bouguenais
une araignée a trouvé refuge dans un trou du béton
Un trottoir s’abaisse pour laisser passer poussettes, véhicules, fauteuils roulants, vélos, … Le Pellerin

Sur le mode d’une marche exploratoire et diagnostic, chacun·e pourra par la suite ajouter à cette liste d’autres manifestations et partager ses propres observations à la manière d’un sentier de veille sur le territoire. Par ce sentier, je veux créer un espace de réflexion et faire appel à la caractéristique salvatrice de la marche. Cette marche veut faire du soin une source d’apprentissage continue et qui puisse mener aussi à un projet à ses abords. Toutes les connaissances acquises, les apprentissages glanés le long du sentier, peuvent ensuite être réemployées lors du projet qui se développe aux abords de ce sentier.

Observer les manifestations du soin nous met aussi en quelques sortes dans la position de soignant·e, ouvrir l’œil nous permet d’entrer en relation avec les éléments de notre environnement. Enfin, entrer en relation est le premier pas à envisager afin d’entretenir et de soigner.

Jean Rolin, auteur d’une géographie quotidienne

Ancien grand reporter et passionné d’ornithologie, Jean Rolin (1949 – ) est par la suite devenu une figure de la littérature viatique. Il nous emmène par ses nombreux récits de voyage à contempler des sociétés qui lui sont contemporaines. Ainsi, il documente tout autant Paris et sa banlieue dans Zones (1995), la vie du boulevard maréchal Ney à Paris dans La Clôture (2001), les villes portuaires françaises telles que Calais et Saint Nazaire dans Terminal Frigo (2005) ou encore de nouveaux les abords de la Seine en banlieue parisienne tout en évitant Paris intra-muros dans Le Pont de Bezons (2020).

Une performance

Cet auteur nous offre ainsi une production prolifique d’ouvrages de “voyages sans destination”. En effet, au départ de ses recherches, il ne sait pas encore où cela va le mener. Ses voyages sont des projets, où la finalité n’est pas la réussite ou non, mais plutôt leur entreprise. On retrouve chez lui, dans sa pratique, une façon d’épuiser un trajet ou un territoire grâce à un protocole.

Jean Rolin marche avec des règles protocolaires qu’il n’annonce pas en début de récit mais laisse transparaître par bribes tout au long du récit. Les règles qu’il met en place lors de son dernier voyage relaté dans Le Pont de Bezons (2020) sont les suivantes : ne jamais dormir deux fois dans le même hôtel, ne jamais emprunter deux fois la même ligne de transports, ne pas adresser la parole aux personnes qu’il croise, … D’autre part, la Seine entre Mantes et Melun (hors Paris intra-muros) devient le fil conducteur de sa marche. Ces deux villes tout d’abord car elles commencent par « M », car ce sont deux noms brefs et car elles marquent la limite de jusqu’où peut nous emmener le pass Navigo. Il épuise cette portion par des marches journalières ou sur deux jours où il dort à l’hôtel. Il peut un jour décider de se rendre dans le Nord pour le lendemain marcher en sens inverse dans le Sud, il n’y a pas forcément de continuité dans sa découverte et l’épuisement de cette portion.

Le détail et l’ordinaire

Après ces quelques règles qu’il s’impose à lui-même, hasard et observation sont ses maîtres mots. Il peut alors dans son récit passer sans transition d’une observation à une autre, ce qui nous plonge dans dans son enquête qui se fait de toutes ces pensées individuelles apposées formant un ensemble. Amoureux du sentiment de ne pouvoir rencontrer personne sur son chemin et du détail, il absorbe toutes les émotions que l’on peut éprouver en marchant.

Il a le goût de l’observation, ce qui lui permet d’ethnographier son territoire proche. Il raconte le territoire non pas à travers ce qui paraît immuable et donc le plus objectif, mais bien à travers une série d’anecdotes de ce qui ne restera pas. Attaché à ce qui ne dure pas, Jean Rolin est observateur des détails comme une bouteille de bière vide qui traîne. Il prend ces éléments comme indices, vestiges d’une soirée festive au milieu d’un champ. Les bouteilles de bouteilles de bière sont toujours de la même marque, tout comme les flasques de whisky et de vodka. Ces indices sont les pièces du récit de la société contemporaine, tout comme le sont les habitants et leurs habitudes qu’il raconte avec détachement. C’est l’ensemble du récit mis bout à bout qui dépeint une image de la société contemporaine. Son récit est alors très situé : il dépend complètement de l’espace-temps dans lequel il a marché et qui étaient les personnes qui constituaient l’espace à ce moment-là.  Ses ouvrages peuvent alors permettre la compréhension des lieux et de leur histoire des années après avoir été publiés.

À la recherche des femmes dans le monde parallèle des odonymes

Et si nous nous baladions dans un monde parallèle, celui de nos représentations? 

Carte du sentier (Roxane Fleury)

Les études montrent que les femmes sont largement sous-représentées parmi les odonymes. A l’heure où je vous parle, 6,7 % des rues de la ville de Nantes portent le nom d’une femme contre 40,7 % celui d’un homme. Dès lors que cette information est révélée, les collectivités mettent en place des politiques de féminisation des noms de rues. Entendez par là qu’elles prennent en compte le genre dans l’attribution de noms à de nouvelles rues.

Pressentant que les rues portant des noms de femmes ne se trouvent pas à proximité des lieux de pouvoirs, ceux-ci paraissent être une porte d’entrée intéressante afin de parcourir la métropole. D’autre part, les odonymes féminins sont souvent des venelles, des ruelles, … Ce sont des rues très peu larges, très peu longues, souvent piétonnes. On ne les parcourt pas souvent, excepté si l’on y habite. Il m’a alors semblé intéressant de créer l’occasion de s’y rendre avec l’outil qu’est le sentier, afin de rendre hommage à ces femmes en leur rendant visite.

Je vous propose alors de marcher de bulle d’exploration formée par un amas d’odonymes féminins en bulle d’exploration. Lorsque l’on entre dans une bulle d’exploration, on peut questionner la spatialité des rues portant des noms de femmes : à quoi ressemble une rue au nom féminin? Tantôt amas d’aviatrices hors paires encore en chantier au beau milieu d’un grand projet urbain, tantôt amas de bâtisseuses dans une résidence privée seulement accessible avec un digicode dans une ZAC lointaine. Entre ces bulles, le tracé n’a que peu d’importance. Ce sont des moments de réflexion qui peuvent paraître longs dans les no-woman’s land. 

On dit souvent des odonymes qu’ils sont les traces de notre Histoire, d’une Histoire locale, ancrée dans le territoire. Les rues aux noms féminins étant à ce jour pour une grande partie encore en chantier, représentent-elles l’avenir?

Allégorie du sentier (Roxane Fleury)