Le Parlement de Tougas

Le parlement de Tougas est un projet architectural de transition manifeste situé à l’ouest de la métropole nantaise. Il traverse une portion des 5 millions de tonnes de déchets enfouis dans cet ancien bras de Loire.

Cette zone faisait partie du lit majeur de la Loire, elle était donc régulièrement submergée durant les marées d’estuaire ou les crues du fleuve. Durant le 18e et 19e siècle, ces bandes de terres humides sont progressivement drainées via un système complexe d’étiers. Ces canaux permettent de gérer les écoulements d’eaux pluviales et d’empêcher les eaux salées de Loire de pénétrer trop profondément dans les terres. Les bandes de terre deviennent, par stabilisation et artificialisation des berges, des prairies de Loire exploitées par une pratique pastorale.

Cette manipulation et exploitation du paysage estuarien s’amplifie durant le 20e siècle. Les berges de Loire s’industrialisent et les infrastructures ferroviaires ou routières viennent découper les zones humides. Durant la deuxième moitié du 20e siècle, la population nantaise explose, la ville de Saint-Herblain s’agrandit jusqu’à rejoindre les côteaux de Loire.

Le site d’enfouissement de Tougas est créé en 1960 à partir d’une décharge sauvage pour faire face à la production croissante de déchets. Il est au départ géré par la Compagnie Générale des Eaux, futur Veolia. Jusqu’en 1992, année de la fermeture du site, la décharge va progressivement s’étendre sur 70 hectares pour accueillir les 5 millions de tonnes de déchets, équivalant au volume de 10 Tour Bretagne.

Continuer la lecture de « Le Parlement de Tougas »

La privatisation de la gestion de nos eaux, apparition d’un trouble

Lors de nos marches dans le quadrant nord-ouest nous avons  traversé de nombreuses formes d’espaces hydrographiques sans pour autant les identifier. Des prairies sous l’eau, des canaux envasés, des marais enherbés. Notre méconnaissance s’est cristallisée sur une remarque : « je pense que le marais Audubon est un paysage façonné par l’Homme, enfin je ne suis pas sûr. »

Cette intervention m’a fait bondir. Comment un paysage autant drainé, canalisé, exploité quotidiennement peut-il être considéré comme « naturel » ? Sommes-nous à ce point déconnectés de notre gestion spatiale ?

Pourtant, la question de la gestion des eaux est de plus en plus devenue une question publique. Oubliée durant les grandes périodes d’aménagement du territoire français, les eaux ont été drainées, conduites et déviées pour permettre l’artificialisation, l’extension des espaces de production et l’endiguement du territoire. Cet excès d’imperméabilisation du territoire est sur le point de nous exploser au visage. Plaques d’égouts débordantes, déversoirs pleins, avals inondés, sécheresses « exceptionnelles » suivies de pluies intenses… Les inondations de plus en plus régulières dans les zones urbaines sont là pour nous rappeler la force des éléments qu’aucun drain ne pourra canaliser. Pour autant, les politiques de gestion de l’eau sont peu connues des publics souvent concernés et laissées aux professionnels.

Axonométrie d’enquête

Continuer la lecture de « La privatisation de la gestion de nos eaux, apparition d’un trouble »

Le ruissellement métropolitain

Redécouvrir les sous-bassins hydriques nantais

Jardins, pâturages, marais, marécages, prairies, drainage, méandres, lacs, étiers, tampon hydraulique, refuges de biodiversité, inaccessibles, délaissés, Tiers paysage … Toutes ces notions sont autant de manières de décrire, d’appréhender les zones humides. Ces espaces s’inscrivent en grande partie dans le cycle de l’eau, récupèrent et accumulent les eaux de ruissellement, régulent les crues et les inondations, échangent avec les nappes phréatiques, à tel point qu’ils peuvent recouvrir la quasi-totalité des sous-bassins versants. Extrêmement intégrées au paysage anthropisé, ces zones deviennent quasiment illisibles tant dans leurs rôles que dans leurs limites géologiques.

Au cœur de la métropole nantaise, les zones humides et leurs cours d’eau sont mis en valeur comme écrin de verdure au cœur de l’urbain, accentuant ainsi leurs limites par une artificialisation des sols importante. On pense alors à la Chézine, la Sèvre Nantaise, l’Erdre ou encore le Cens, corsetés par la spéculation qui pousse à urbaniser des terrains jusqu’ici évités.

Pourtant, de manière contre-intuitive, la sortie des espaces les plus densément peuplés et urbanisés n’empêche pas la transformation profonde des sous-bassins versants. Mais celle-ci est plus difficile à voir. Les cours d’eau des sous-bassins versants sont souvent invisibles par leur drainage, leur artificialisation et leur détournement. De même, bien qu’un changement paysager est en train de s’effectuer, les zones humides adjacentes sont rarement aménagées pour permettre leur découverte.

Mon sentier métropolitain est composé de 3 sentiers manifestes situés à l’Ouest de la métropole nantaise :

Tracé des sentiers sur fond de bassins versants secondaires et tertiaires

1. L’évolution de l’aménagement

Il revient sur l’évolution de notre rapport aux zones humides et de leur intégration dans le paysage urbain et péri-urbain. Il débute au lac de la zone commerciale Atlantis, infrastructure utilitaire à laquelle un traitement paysager a été contraint. On suit ensuite le « sentier d’Hermeland », faisant partie du cours Hermeland imaginé en 1990 comme une « traversée naturelle dans l’urbain ». Le chemin qui suit le ruisseau Pont-Pierre y serpente comme pour évoquer la balade aménagée. Le ruisseau aboutit sur la Carrière Pont-Pierre témoin, à la fois de la réhabilitation d’espaces industriels marquants, mais aussi de la volonté de « singer » la nature via le jardin méditerranéen. Le sentier s’achève au marais de la Pelousière, parfait témoin d’un changement du rapport au paysage des zones humides qui devient un marais d’observation du tiers paysage. La notion de parc s’est progressivement ensauvagée pour aboutir à un aménagement de cheminements dans des espaces de délaissés. Quel impact cela peut avoir sur notre vision de la « Nature » ?

2. Les obstacles au bassin versant

Le second sentier débute sur l’ancienne décharge de Tougas. En aval de tout le sous-bassin traversé, ce site contamine largement les eaux de ruissellement. On traverse ensuite d’importantes infrastructures routières et ferroviaires reliant Nantes à St-Nazaire. Celles-ci viennent endiguer l’ancien lit majeur de la Loire et ainsi contraindre la régulation hydraulique de l’ensemble. En remontant le bassin versant de la Pâtissière, le sentier devient « théorique ». Il est censé passer le long des zones humides qui sont aujourd’hui la propriété du jardin de la Pâtissière. Une importante partie du versant est donc ici privatisée. Lors de la remontée du coteau, le sentier croise les lignes à haute tension qui ont découpé les boisements qui ralentissaient les ruissellements. Enfin, ce second sentier abouti sur le Jardin de la Coutellière, formé collectivement autour du ruisseau protégé de la Coutellière. La gestion communautaire des espaces hydrauliques serait-elle une option ?

3. Le cycle de l’exploitation

Tout commence avec le recueil des ruissellements des versants. En suivant le cours du ruisseau de la Carterie, on traverse des espaces agricoles majoritairement céréaliers. Le ruisseau se déverse dans le lac de Beaulieu. Créé ex-nihilo en 1991, il sert à réguler l’hydrographie de l’aval modifié par les grandes infrastructures mais aussi pour la pêche et la préservation de grands oiseaux. En longeant le marécage puis le marais de Beaulieu, on aperçoit l’aménagement des coteaux de Couëron. Ces espaces humides sont utilisés pour le pâturage en été. Après avoir retraversé la ligne de chemin de fer et les espaces urbains, on découvre les prairies de la Vallée de la Pâtissière. Ces prairies sont dites permanentes. Par le biais d’importants ouvrages hydrauliques, le paysage de marécages a progressivement été drainé pour permettre la pâture toute l’année. Ce paysage particulier de l’estuaire de la Loire est aujourd’hui sous tension. Entre les exploitants, qui ne peuvent en obtenir une assez grande production, et les habitants pour qui l’entretien des étiers est un coût important, les prairies permanentes sont un enjeu important, au regard également de l’importance culturel de ce paysage historique. L’étier de la Vallée de la Pâtissière se déverse dans la Loire par un goulot étranglé par l’artificialisation des berges. Cela entraîne l’accélération de l’envasement des prairies mais aussi des inondations plus violentes. Enfin, le troisième sentier se finit par l’Île de la Liberté en face du port de Couëron. Cet ancien banc de sable de Loire s’est progressivement consolidé en île via la progression du bouchon vaseux. Autrefois pâturé, l’abandon par l’agriculture et l’absence de marnage a permis aux forêts de Loire de se développer et d’envahir progressivement l’île. Serait-ce le sort qui attend l’ensemble des prairies permanentes ?

Les zones humides sont donc des “espaces parapluie”. Leur compréhension et leur entretien consciencieux permet de prendre soin d’un grand nombre de sous espaces et de pratiques. Activités agricoles, gestion de la ressource en eau, inondations, aménités, diversités biologiques sont autant de sujets qui sont abordés par la gestion (ou non) des zones humides. L’ambition de ces sentiers est non pas exhaustive mais une invitation à découvrir nos espaces péri-urbains via les sous-bassins versants et plus particulièrement l’impact des zones humides sur ceux-ci.

Nicolas Soulier, un urbanisme marchable

Développer la marche comme outil de conception urbaine

Nicolas Soulier est ce que l’on pourrait appeler un urbaniste-marcheur. Il a réussi à influencer la fabrique de la ville française pour permettre de redonner de la valeur aux marcheurs dans les aménagements.

Son ouvrage Reconquérir les rues, exemples à travers le monde et pistes d’action paru en 2009 aux éditions Ulmer est un réel manifeste de la notion de marchabilité comme moyen urbanistique. Ce concept a été créé par des chercheurs américains dans les années 2000 pour permettre de mesurer la viabilité des quartiers, la sécurité mais aussi le bruit ou le confort.

Il y décrit tout d’abord les processus de stérilisation observés. Ces stérilisations de l’espace public sont impulsées par 3 phénomènes que sont la stérilisation réglementaire, routière et enfin résidentielle.

Le cadre réglementaire ou l’exemple des jeux d’enfants est une manière de normer les relations et de fait, les contrôler dans l’espace. Ainsi les jardins d’enfants sont symptomatiques de cette normalisation des espaces. Les installations sont réglementées, adaptées et les règles d’utilisation mises en évidence pour éviter les litiges.

La stérilisation sécuritaire des communs est due notamment à la stérilisation routière. Dans la deuxième moitié du XXème siècle, la forte croissance économique et des politiques publiques favorables ont facilité le développement de l’automobile. Cette augmentation progressive est accompagnée de nombreux aménagements importants, autoroutes, parkings… A ceux-là s’ajoutent la sécurisation des axes majeurs via la différenciation des usages. Les marcheurs deviennent des piétons, repoussés aux extrémités des axes tandis que les engins motorisés occupent 85% des rues devenues routes. Loin de relier des espaces, les routes sont autant d’obstacles infranchissables et dangereux. Elles viennent détourner les quartiers d’habitation des axes principaux. Nicolas Soulier parle ainsi de stérilisation des rues qui, d’espaces sociaux sont relégués à espaces de mobilités.

La stérilisation résidentielle est impulsée à la fois par la réglementation des communs qui évince les activités privées de l’espace public, mais aussi par la stérilisation des rues qui deviennent des espaces de nuisances et de dangers. Les usages privés sur la voie publique sont progressivement proscrits. Les chaises, les pots de fleurs, les tables sont reléguées aux arrières cours et jardins.

Face à ces constats, Nicolas Soulier apporte des exemples de processus dits « fertiles ». Le partage modal de la rue qui permet de redonner une place à la marche ou aux cyclistes mais aussi les deuxièmes chantiers c’est-à-dire toutes les actions spontanées qui prennent place après la construction des habitations sont autant de manières de modifier notre rapport aux espaces stérilisés.

Mais pour lui, un des aspects essentiels à cette reconquête des rues pour les marcheurs et les cyclistes, c’est la tolérance du privé dans l’espace publique via la notion de frontage. Ces espaces entre la façade et la chaussée qui peuvent s’apparenter au jardin de devant apportent animation et sûreté à la rue. Une plante grimpante en fleur, un vélo accroché au grillage, une paire de chaises sont autant de choses qui confortent les usages dans l’espace public.

Interprétation de la notion de frontage

Face à la stérilisation des frontages par leur transformation en parkings, espaces poubelle… Nicolas Soulier propose un modèle de frontage que l’on protège et surtout que l’on réactive, qu’on entretient. Pour cela, le partage modal est essentiel mais aussi l’implication des riverains.

Nicolas Soulier apporte un changement de focale sur la manière de fabriquer l’urbain. Il faut redonner de la valeur au marcheur et protéger, entretenir et réactiver nos espaces de sociabilité dans les communs.