Reconnecter le Boire de la Coudrouse

Reconnecter le Boire de la Coudrouse, un projet territorial prospectif de reconnexion d’un des anciens boires de Loire au cœur de la Vallée de la Divatte avec les eaux du fleuve.

La Reconnexion Boire de la Coudrouse c’est un projet territorial prospectif de reconnexion d’un des anciens boires de Loire au cœur de la Vallée de la Divatte avec les eaux du fleuve.

Située à l’Est de la métropole nantaise, la Vallée de la Divatte s’étend sur 14 km entre le lit mineur de la Loire qui correspond à l’espace fluvial en eau permanente et le coteau de la Roche, un affleurement rocheux creusé par les eaux. La Vallée de la Divatte fait partie du lit majeur de la Loire, la zone d’influence des eaux fluviales. Elle tire son nom de la rivière Divatte, affluent de la Loire qui la traverse. Cette vallée sédimentaire de 25 km² est traversée par de nombreux boires qui récoltent les eaux de ruissellement pour les amener en pied de coteau.

Un boire, c’est une appellation locale pour désigner un bras mort de la Loire, un espace qui n’est pas en eau tout le temps. Ces boires sont des prairies permanentes, des zones humides, des plans d’eaux qui sont essentiels à la biodiversité du fleuve qui vient y trouver une multiplicité de milieux. La variation du niveau des eaux au cours de l’année permet l’existence de milieux rares qui forment les frayères à brochets et anguilles, ou les bancs de sables propices aux plantes pionnières.

Aujourd’hui, la Vallée de la Divatte est traversée dans son épaisseur par 8 boires entièrement coupés des eaux du fleuve par la Levée de la Divatte, immense digue de terre et de sable s’étalant sur 15 km. D’une hauteur moyenne de 6 mètres 40 par rapport aux eaux les plus basses de la Loire, elle est la dernière grande digue royale bâtie le long du fleuve en 1856.

Elle fait partie d’un système hydraulique cohérent développé pour drainer les terres humides et riches en sédiment de la Vallée de la Divatte. Ce système c’est une digue, des fossés, des portes, des canaux, des bassins de rétention qui visent à canaliser les eaux de remontée de nappe et de ruissellement pour les amener le plus rapidement que possible en aval. Ce drainage intense des sols permet d’habiter le cœur de vallée, mais aussi d’y développer les cultures agricoles.

Aujourd’hui, 4/5e de la vallée est dédié aux seuls espaces de productions maraîchers que sont les champs ou les serres. A ceux-là s’ajoute les plateformes logistiques, les usines de conditionnement, les hangars de stockage, les zones industriels de service, les routes reliant tous ces lieux et les espaces de gestion de l’eau. La Vallée de la Divatte est aménagée autour du besoin en sols des maraîchers. Ce sont ici chaque année environ 220 000 tonnes de fruits et légumes qui sont produits sur 20 km². La production la plus gourmande en surface est la mâche nantaise, produit protégé et exporté dans toute l’Europe.

Au départ poussés par des sols extrêmement qualitatifs et par le développement de l’agriculture productiviste, les maraîchers nantais se sont étalés au point de contrôler une grande partie des terres de la Vallée de la Divatte. Pour accroître la production, les sols sont aplanis et ensablés, quadrillés de serres et de tunnels plastiques, aspergés de métam-sodium un biocide à très large spectre, survolés par des hélicoptères qui projettent de la peinture et de la chaux.

L’industrie maraîchère s’est développée tout au long du 20e siècle dans la vallée, abritée par la Levée de la Divatte. Cette digue est actuellement entretenue dans le cadre de la compétence GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations) qui a, en plus de sa visée de prévention, une mission de restauration et de protection des espaces aquatiques et humides. Les collectivités publiques sont donc engagées financièrement à entretenir une infrastructure qui agit au détriment des sols et des espaces censés être restaurés par ces mêmes collectivités. Pire, si la levée n’est pas correctement entretenue, elle aggrave le risque de submersion en libérant rapidement un grand volume d’eau. Il est difficile pour les pouvoirs publics de proposer et d’installer des projets agricoles alternatifs, productifs et compatibles avec les espaces peu drainés parce qu’ils ne sont pas aussi compétitifs que les maraîchers industriels. Ces derniers sont si puissants financièrement qu’ils peuvent se permettre d’acheter du foncier pour 5 à 6 fois le prix du marché, empêchant ainsi l’investissement public.

Reconnecter le Boire de la Coudrouse, c’est un projet de réintroduction des eaux de Loire dans la Vallée de la Divatte au travers de l’ancien Boire de la Coudrouse. Ce retour des eaux s’étale de l’ouverture de la Levée de la Divatte au niveau du lieu-dit La Coudrouse jusqu’à la ville de St-Julien-de-Concelles, chef-lieu de la commune. Les eaux de Loire qui s’engouffrent viennent redessiner le cours du boire, s’étendent, se resédimentent dans la Vallée de la Divatte. Le retour d’espèces dites ingénieures comme le castor transforme durablement le tracé du boire par leur installation durable.

Ces espèces creusent, endiguent, entretiennent leur milieu humide et créent tout au long du cours du boire retrouvé une multitude de situations, de points de rencontre, de conflits d’usages des sols. Ces situations sont notamment :

Aux portes de St-Julien-de-Concelles, à la confluence avec le Boire de la Roche en pied de coteau, les eaux s’étendent dans des prairies et des terrains sportifs, le long du plan d’eau du Chêne. Ce retour des eaux favoriserait l’extension de la zone humide à partir du plan d’eau, ouvrant la possibilité d’un grand projet paysager au pied du coteau le long du boire de la Roche.

Plus en amont, le reméandrage progressive des eaux hors de leur zone de drainage pourrait entrer en conflit avec l’usine de conditionnement du Val Nantais. Cette installation industrielle de 75 000 mètres carrés regroupe 280 salariés pour 22 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel. Les bâtiments de plain-pied pourront ponctuellement être touchés par les eaux de crues saisonnières. Le déplacement ou l’isolation hydrologique de cette infrastructure clé de la production maraîchère devra être envisagé. Le bâti peut aussi être transformé pour pouvoir être ponctuellement sous les eaux.

De la même manière, le reméandrage des eaux rencontre les espaces primaires de production agricoles, les champs, les serres, les chapelles plastiques… Ces espaces devront s’adapter en proposant des pratiques qui permettent cette cohabitation avec des eaux peu contrôlées. L’utilisation de produits phytosanitaires sera grandement réduite, les planches maraîchères seront réorientées pour empêcher le ruissellement et l’érosion des sols, les serres ne pourront pas être maintenues tout au long de l’année. La restructuration du paysage inclue des haies diverses faisant office de coupe-vent, de barrière au ruissellement, d’absorption des eaux et de réserve à prédateurs naturels des espèces pouvant provoquer des dégâts aux cultures. Ces haies essentielles à la biodiversité et caractéristiques des espaces maraîchers en zone humide ont progressivement été remaniées et remembrées jusqu’à disparaître à la fin du 20e siècle pour faciliter l’usage d’outils de production industriels. Le retour des haies ramène une multitude de milieux fragilisés ou disparus.

Cette restructuration du paysage et des pratiques agricoles sera l’occasion d’installer de jeunes exploitations, dont les pratiques sont compatibles avec des espaces moins standardisés par le drainage des eaux. Le retour des prairies humides comme commun, pâturées et entretenues par de grands bovins ouvrirait la possibilité d’une activité au sein même du boire. Cette nouvelle activité d’élevage compatible avec les espaces humides pourrait s’installer dans les anciennes infrastructures industrielles maraîchères. On peut imaginer des propositions de hangars inondables ou surélevés par des tertres, ces talus bâtis. Cette pratique d’élevage bovin s’accommode d’un niveau relativement élevé des eaux et maintien les prairies, riches en milieux.

Autre situation, les habitations de la vallée ont été bâties en majorité sur les émergences du paysage repérées lors des crues. Ces émergences, lieux-dits et bourgs seront densifiés par les habitations et les activités déplacées. Les cœurs de bourgs se reforment dans ces espaces denses. On y redéploie de petits commerces ou des activités artisanales disparues dans ces espaces d’habitat jusque-là trop diffus.

Au niveau du lieu-dit la Coudrouse, le désaménagement de 200 mètres linéaires constitue l’amorce de l’ensemble du projet de reconnexion du Boire de la Coudrouse avec les eaux de la Loire.

Ce désaménagement nécessite le démontage d’une digue dans un système cohérent mais aussi de changer le rapport des populations aux crues de Loire.

En 1856, 1857 et 1910, des crues successives brèchent la Levée de la Divatte et s’engouffrent rapidement. Les crues sont lentes en aval de Blois, mais l’endiguement augmente le danger de submersion en provoquant, en cas de rupture, une vague de submersion violente. Ainsi aujourd’hui encore les crues sont perçues comme dangereuses alors que le lit majeur est habité et cultivé dans des espaces régulièrement en eau. Rouvrir le boire c’est donc aussi réinventer la mémoire territoriale et reconstruire notre rapport aux eaux de crue.

Ce changement de rapport aux eaux en crue s’articule autour de la possibilité d’un renouveau de la baignade de Loire dans cette Vallée de la Divatte. La pratique de la baignade de Loire fût interdite en 1970. C’est alors une véritable culture du loisir local qui est mis au placard. La Loire et son lit majeur étaient tout au long du 20e siècle des espaces de villégiature privilégiés pour les habitants du département. De nombreux établissements de bains publics ou privés se sont développés, les plages étaient aménagées… Proposer le retour de cette pratique n’est pas seulement un projet ludique et local, mais c’est aussi favoriser un autre rapport aux espaces baignables, loin du tourisme de masse sur les bords de mer ou des eaux contrôlées au sein des piscines chlorées. C’est proposer de plonger son corps dans un milieu non maîtrisé à 100% par l’humain, partagé avec d’autres êtres vivants.

Le projet de reconnexion du Boire de la Coudrouse s’amorce donc par ce projet d’ouverture de la Levée de la Divatte sur 200 mètres linéaires. Cette ouverture est emblématique du projet et doit proposer un rapport transformé aux eaux du fleuve. L’ouverture de la Levée de la Divatte, c’est tout d’abord :

1- Le désenpierrement des 640 mètres cubes de moellons de pierre de la carrière de Mauves-sur-Loire qui forment le perré et la murette mais aussi les 360 mètres cubes d’asphalte de la route départementale qui surplombe la levée. Cette matière première sera réinvestie dans le projet de reconnexion du boire et dans les situations de projet identifiées.

2- La seconde étape c’est le détalutage des 6650 mètres cubes de terres argileuses et sablonneuses qui forment la levée. Ces terres ont été prélevées le long du bourrelet de rive ou sur les plages de Loire existantes le long de la vallée. Ce volume de terre hétérogène sera utilisé pour redessiner des berges temporaires et amender en sédiments le boire.

3- La troisième étape de ce désaménagement de la Levée de la Divatte c’est le désenrochement des 9600 m3 de roches qui servent à maintenir les berges du chenal principal de la Loire et à protéger la levée contre l’affouillement. Le phénomène d’affouillement, c’est l’érosion des terres sur lesquelles est fondée la digue. Avec le creusement du lit de la Loire pour prélever du sable à destination des maraîchers et de la construction tout au long de la seconde moitié du 20e siècle, les niveaux d’eau se sont effondrés et ont menacés les fondations de la levée. Ces enrochements ont été installés pour empêcher ce phénomène de menacer la cohérence du système d’endiguement. Avec l’ouverture de la levée, ces enrochements peuvent être partiellement démontés. Les épis rocheux le long de la berge sont maintenus pour empêcher l’érosion en aval de l’ouverture.

4- Avec l’ouverture complète des 200 mètres linéaires de la Levée de la Divatte, l’eau de la Loire peut à nouveau faire son lit dans le Boire de la Coudrouse. Elle vient remanier progressivement les berges et les sédiments déposés en formant des bancs de sable, des berges, des plans d’eau et des prairies humides. Pour protéger les espaces de la vallée endiguée en amont et en aval de l’ouverture, des retours de levée au moyen de rampes sont mis en œuvre à partir de la matière désaménagée.

5- La piscine de la Coudrouse est implantée à partir des bancs de sable et des plans en eau nouvellement formés. Construite à partir d’environ 600 m3 de moellons et d’enrochements maçonnés, la proposition prend la forme d’un bassin de baignade de 40 mètres par 20 avec emmarchements pour un ouvrage total de 50 mètres par 40. Il comprend le bassin, deux cabines et un plongeoir. Le tout est accessible grâce aux emmarchements et rampes disposés sur ses flancs. Des interstices au Nord et Sud laissent les eaux, les sédiments, la faune et le flore de la Loire s’engouffrer dans le bassin de la piscine. Le terme piscine ici renvoi à ses origines latines qui désigne à la fois le bassin commun des thermes romains mais aussi le vivier à poissons et crustacés construit à proximité des villas pour l’aquaponie. La piscine de la Coudrouse, c’est donc un bassin dont l’usage est soumis aux eaux de Loire qui le remplissent.

6- La piscine de la Coudrouse est située sur un espace traversé quotidiennement à la fois par les populations locales mais aussi par des populations éloignées. Le passage de la Loire à Vélo, dispositif cyclo touristique, et de ses aménagements a favorisé un retour du piéton et du cycliste dans des espaces péri-urbains et ruraux dominés par l’automobile. Le désaménagement de la Levée de la Divatte sur 200 mètres linéaires conforte ces nouvelles “anciennes” pratiques, en maintenant la traversée du boire via le gué. Un gué est un espace de traversée possible sans immersion totale du corps. lci il se matérialise par le pavage d’espaces propices le long des bancs de sable. Ce pavage est à redessiner en fonction des mouvements sédimentaires.

Cette traversée est soumise au niveau des eaux et conduit à potentiellement poser pied à terre, se déchausser et pousser son vélo pour atteindre la piscine, puis à nouveau traverser pour atteindre la rive opposée. L’architecture de baignade est utilisée pour inviter à s’immerger dans des eaux perçues comme trop dangereuses (courant, fond instable, flore et faune). À la manière des baignades en rivière, l’architecture propose ici de venir profiter des premières journées chaudes du printemps. Les cabines à l’extrémité sud du bassin facilitent et encouragent la baignade en offrant une forme d’intimité au cœur du boire. Les emmarchements en cœur de bassin sont assez larges pour s’y allonger et profiter du soleil. Le plongeoir au nord invite à se lancer dans les eaux.

Mais cette architecture de baignade offre aussi un spectacle saisissant lors des épisodes de crue hivernales. Le corps principal du bassin est maintenant isolé au centre du boire. Les eaux viennent parfois engloutir les emmarchements ne laissant plus que le plongeoir et les cabines émerger comme d’étranges sculptures faisant office de repère de crue. La traversée n’est plus possible ici et il faudra alors suivre le cours du boire en crue pour rejoindre une autre traversée plus en aval.

De la même manière, au plus fort de l’été et avec des canicules qui s’annoncent de plus en plus répétées, la piscine et le gué, totalement à sec, vivent au même rythme que la Loire, les plaçant directement dans le prolongement de ses bancs de Loire.

Le projet de reconnexion du Boire de la Coudrouse redessine le rapport qu’on entretient avec la submersion des sols et des ouvrages par les eaux non contrôlées et propose, face au projet de contrôle et de drainage des eaux, un projet d’accoutumance et d’adaptation. L’ouverture de la Levée de la Divatte, avec sa piscine et son gué, est à la fois le point de départ de cette reconnexion du Boire par le fait qu’elle permet aux eaux de Loire de pénétrer la vallée, mais aussi parce qu’elle permet d’envisager ce retour de l’inondation non pas comme une catastrophe, mais plutôt comme une condition nécessaire à la vie dans la vallée.

Ouvrir les digues, une proposition stupide et dérisoire ?

J’ai rencontré le trouble à l’origine du projet lors de l’entretien avec Christophe Hivert, président de l’Association Intercommunale de Protection de la Levée de la Divatte. Durant cette discussion, j’aborde le sujet de l’ouverture possible dans un futur à moyen et long terme de la levée pour laisser les eaux s’y engouffrer. Sa réponse est tranchante et directe.

« C’est une notion [dont] on entend parler régulièrement qui nous paraît assez bizarre. […] Du point de vue de l’histoire populaire ça nous paraît farfelu. Ça parait assez dérisoire et stupide. »

Christophe Hivert – Entretien du 27 mars 2024

Il m’apparaît clairement ici que je touche à une controverse. Les principaux arguments invoqués contre la proposition d’ouvrir la levée sont l’ancienneté de la conquête des terres sur le fleuve et la situation dans l’estuaire. De plus, la présence d’habitations empêcherait d’envisager ce projet. Pourtant durant mes recherches la question de l’ouverture des digues revient souvent. Plusieurs exemples me viennent en tête.

Dans la baie de Lancieux dans les Côtes d’Armor une digue de polder, terre conquise au 19e siècle sur l’estran, est abandonnée aux assauts des vagues en 2020. Cette décision controversée a été alors prise par le Conservatoire du littoral en charge de l’infrastructure depuis 2002 lorsque les agriculteurs propriétaires n’étaient plus capable d’assurer son entretien. En 2020, une pétition riveraine avait été lancée pour s’opposer à cette dépoldérisation, aujourd’hui ces habitants sont en majorité en accord avec ce projet.

Autre exemple, celui de l’île Nouvelle dans l’estuaire de la Gironde. Cette île alluviale apparue au 19e siècle a longtemps été habitée et cultivée jusqu’à son acquisition par le Conservatoire du littoral en 1991. Les digues y ont cédé en 2010 lors de la tempête Xynthia et les brèches n’ont jamais été réparées depuis. Le milieu est retourné aux vasières puis à la végétation. Aujourd’hui cette île est devenue une zone humide de 300 hectares accueillant 200 nouvelles espèces d’oiseaux.

Ces deux exemples ouvrent les possibles sur la vallée de la Divatte puisqu’ils recouvrent quelques caractéristiques perçues comme trop contraignantes. Ce sont d’anciennes digues ayant permis d’accaparer des terres au 19e siècle et de les exploiter, les habiter. De plus ces terres se trouvent dans des estuaires et sont balayées par les eaux de mer et de fleuve. A partir de ces exemples, il me fallait déterminer les conditions qui ont permis d’ouvrir ces endiguements.

Le premier facteur évident est l’enjeu financier. Dans les deux situations exposées, il a été le levier principal à l’origine de l’ouverture. Cet enjeu financier est à double tranchant sur la vallée de la Divatte. Actuellement, l’économie des communes est articulée autour de l’industrie maraîchère avec chaque année plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires. Cette économie peut très largement supporter le coût de l’entretien de la levée qui se situe autour de 800 000€ par an. Malgré tout, cet entretien de l’infrastructure est un poids supplémentaire sur l’ensemble des propriétaires des communes concernées. De plus l’économie maraîchère est tributaire du dérèglement climatique, des politiques agricoles nationales et internationales, des politiques migratoires… Cet état de fait n’est pas immuable et la capacité de la vallée à être un espace de production maraîchère pourrait changer dans les années à venir.

Le second facteur bloquant, c’est l’enjeu culturel. Dans de nombreux cas, l’attachement des populations aux digues est aussi une question d’attachement au territoire et plus particulièrement à son paysage, à ses savoir-faire. Cette manière d’envisager l’infrastructure hydraulique est très prégnante à l’île de Ré où elle est menacée par la montée des eaux et les tempêtes.

« Ceux qui y travaillent et les modèlent louent leur argile très plastique, qui imprime le caractère du saunier, ceux qui les préservent sont attentifs à la lumière, à l’arrivée des migrateurs, aux bernaches cravants qui amènent l’automne. Et ceux qui en profitent admirent les oiseaux qui s’envolent de partout, les goélands, l’herbe, les huîtres dans le marais et aimeraient que leurs enfants continuent à voir tout ça. »

The Conversation, Laure Carassou et Anne Gassiat, 4 novembre 2020

Mais que dire de la question de l’Histoire populaire ? La levée de la Divatte, c’est initialement une infrastructure demandée et financée par les populations bourgeoises pour libérer des espaces fonciers. Le lit majeur de le Loire était jusque là un espace commun utilisé pour le pâturage des bêtes. L’endiguement de cet espace a permis de le libérer des eaux du fleuve et ainsi de le financiariser au profit de certains. Le contrôle des espaces n’a pas profité à tous.

Je tiens à honneur qu’en France, les fleuves comme la révolution rentrent dans leur lit et qu’ils ne puissent plus en sortir.

Napoléon III, discours au corps législatif, 17 février 1857

Proposer d’ouvrir la Divatte, c’est toucher à nos dépendances à la fois économiques mais aussi sensibles aux infrastructures. C’est se poser la question de à qui appartient la vallée de la Divatte et qui en profite.

Le sentier proposé dans le billet du tracé est le point de départ de cette exploration des dépendances de la vallée. La proposition était de marcher le long de l’eau de Loire passée au travers de la digue pour aller à la rencontre des situations du territoire. A partir du sentier et du trouble, la proposition d’exploration s’est articulée autour de deux entités prégnantes à la Divatte, le maraîchage et l’hydrologie.

La vallée, conquise sur le lit majeur de la Loire, est particulièrement exploitée par l’industrie maraîchère. C’est avant tout un système de production agricole orienté principalement autour des légumes. Ses productions principales sont la mâche (1500 ha), le poireau (300 ha) et le radis (200 ha). Cette production nécessite un bon approvisionnement, des savoirs, des techniques et enfin des services spécifiques. C’est donc un système productif hautement dépendant.
La production est transmise aux usines de conditionnement et aux entreprises de négociations, puis aux services de distribution. Ce système maraîcher est hautement concentré avec à peine 50 à 60 entreprises pour un peu plus de 2000 hectares cultivables.

La distribution de la production maraîchère est à peu de choses près divisée en 3. Un premier tiers de la production est destinée à une distribution locale orientée vers les grandes surfaces, le marché d’intérêt national ou les restaurateurs. Un second tiers de la production est destiné au marché national et principalement vers la capitale avec des acteurs du même ordre. Enfin, le dernier tiers de la production est tourné vers l’international et particulièrement l’Allemagne qui achète un tiers de la production de mâche nantaise.

Cette industrie maraîchère s’appuie sur l’hydrologie particulière de la vallée de la Divatte qui a accumulé durant des milliers d’années les sédiments charriés par la Loire et ce jusqu’à la construction de la digue de la Divatte en 1856. La mise en culture de la vallée humide a été facilitée par le drainage des eaux via un réseau de canaux s’appuyant sur d’ancien boire, ces bras morts de Loire. Ces eaux sont tantôt retenues, tantôt évacuées en aval par le canal de Goulaine et les portes de Basse-Goulaine pour les rejeter dans la Loire.

Cette gestion des eaux du lit majeur n’est pas propre à la vallée de la Divatte mais fait partie des nombreux systèmes de drainage mis en place sur le bassin versant ligérien et plus précisément en aval de Nevers. Ces systèmes repose sur la mise hors d’eau des vallées par les digues de Loire. Celles-ci étaient naturelles, ont évoluées en turcies puis ont été renforcées en levées.

Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée

La vallée de la Divatte est séparée de la Loire par la levée de la Divatte, digue érigée entre 1847 et 1856 à la suite de crues répétées du fleuve. Elle est la dernière grande digue royale bâtie le long du fleuve et a permis de libérer les communs jusqu’ici utilisés comme pâturages pour une activité maraîchère.

Elle est réputée insubmersible jusqu’à la grande crue de 1910.

Le 2 décembre 1910, la digue est percée par les eaux à deux reprises, laissant le fleuve envahir son lit majeur sur 30 kilomètres carrés. En certains points, l’eau atteint 5 mètres de hauteur. Le lendemain, la digue d’Embreil est submergée et laisse les eaux s’engouffrer dans le marais de Goulaine. Le 6 décembre, les ingénieurs des Ponts et Chaussés dynamitent les portes anti-crue de Basse-Goulaine pour laisser le trop-plein se retirer dans le fleuve. Le spectacle est saisissant.

La digue fatiguée, causait des inquiétudes ; des renards se produisaient sur plusieurs : points, on aveuglait les fuites le mieux possible, et dans la soirée, vers 8 heures, la rupture se produisit : Ce fut terrible. Deux ou trois maisons ont été emportées.

L’Espérance du peuple, 4 décembre 1910

La zone mettra 3 mois à être drainée partiellement. 8000 habitants seront déplacés sur 7 communes différentes, pour autant aucune perte humaine n’a été déplorée.

Malgré l’importance de l’évènement, les traces spatiales explicites de la crue sont limitées aux repères de différentes époques. Ce sont des pierres gravées, des règles de mesures sur les ponts ou des maisons marquées par leurs habitants. En observant le territoire plus finement, il est possible de remarquer l’impact de cet évènement dans les architectures. Les espaces urbanisés sont situés sur des rochers ou coteaux, les maisons sont rehaussées, les espaces de vies sont cantonnés aux étages. Ce sont autant de témoins discrets de la crue de 1910 et de la mémoire qui l’accompagne. Mais il semble que ces mesures ne soient pas systématiques et le val accueille aussi des maisons de plain-pied, des industries ou encore des plateformes logistiques. Ces nouvelles architectures bâties ne semblent pas adaptées à une nouvelle crue type 1910. Bien qu’elle ait été renforcée, la levée n’est pas infaillible et une nouvelle brèche peut se produire.

Ce trouble rencontré au cours des premières marches du territoire m’a progressivement poussé à explorer plus largement la question de l’inondation dans la vallée de la Divatte. J’ai alors découvert que cette question, malgré les premières impressions, était bien au cœur du débat public. En effet, depuis 2021 les communes limitrophes au lit majeur de la Loire sont concernées par la rédaction d’un nouveau PPRI Loire Amont (Plan de prévention des risques d’inondations). De plus, la proposition de classer la vallée de la Loire à l’amont de Nantes en Parc Naturel National ajoute à la question de la gestion du lit majeur dont fait partie la vallée de la Divatte.

Le sentier proposé est une marche basée sur l’hypothèse d’une nouvelle ouverture de la levée au niveau du lieu-dit Coudrouse. A cet instant du projet, il n’est pas sûr que cette ouverture soit pratiquée de manière intentionnelle ou non. Cependant le choix du lieu s’est basé sur une cartographie des fragilités de l’édifice établie dans le cadre du nouveau PPRI. On peut ainsi dire que ce lieu serait propice à une brèche.

L’objectif de ce sentier n’est pas didactique mais plutôt une exploration des situations sur cette portion de territoire afin de prendre la mesure des situations présentes.

Le départ du sentier est situé directement sur la levée de la Divatte, à l’emplacement de la fragilité estimée dans le cadre du PPRI. Là, je propose une lecture de l’infrastructure de la levée, de sa typologie, de sa gouvernance et de ses financements au travers des périodes. Les marcheurs suivent ensuite les eaux de la brèche en traversant le lieu-dit la Coudrouse, puis les hameaux de Les Chaintres et La Rochelle. Les espaces traversés alors seront l’occasion d’observer la diversité des typologies bâties et d’interroger leur rapport à l’eau. La marche continue en longeant la plateforme logistique coopérative maraîchère Rive de Loire, membre de la marque Val nantais. Ce site est le premier maillon de la chaîne de transformation maraîchère après les espaces de production primaires. C’est ici qu’est organisée l’exploitation concrète des terres de la vallée.

La marche se poursuit le long du canal en eau, un boire au milieu des grandes aires plastiques et permet de suivre son classement pas à pas. Ce déclassement du cours d’eau en fossé joue sur la législation. Ces déclassements sont sources de tension parce qu’ils permettent aux producteurs de ne pas être responsables d’une pollution des eaux.

Ce boire longe l’usine de conditionnement du Val nantais, prochain maillon de la chaîne de transformation maraîchère. Ici c’est près de 42 000 tonnes de légumes par an, pour 280 salariés et 22 millions de chiffre d’affaires. L’entreprise est une filière de Terrena, 5 milliards de chiffre d’affaires en 2023, et distributeur exclusif de Bonduelle dans l’Ouest. L’usine fait face à des problèmes de recrutement récurent et fait venir des Italiens ou des Réunionnais.

Le boire de Loire se jette dans Boire-Courant, le boire du fond de vallée, recueil des eaux de ruissellement. Véritable drain de cet ancien lit majeur de la Loire, il rejoint le canal de Goulaine en aval.

Arrivé à St-Julien-de-Concelles le sentier explore les équipements publics installés en zone inondable. C’est sur le site de la Quintaine que la mairie de Saint-Julien veut continuer à implanter de nouveaux équipements et est prête à négocier ce droit dans le cadre du PPRI en jouant sur les niveaux de risques.

Pour finir, le sentier propose de se poser la question des biais sociologiques des PPRI en visitant une ancienne aire d’accueil des gens du voyage relocalisée en 2018 par la communauté de communes. Cette aire était située au cœur de la vallée inondable, au détriment des populations y habitant.

Le Parlement de Tougas

Le parlement de Tougas est un projet architectural de transition manifeste situé à l’ouest de la métropole nantaise. Il traverse une portion des 5 millions de tonnes de déchets enfouis dans cet ancien bras de Loire.

Cette zone faisait partie du lit majeur de la Loire, elle était donc régulièrement submergée durant les marées d’estuaire ou les crues du fleuve. Durant le 18e et 19e siècle, ces bandes de terres humides sont progressivement drainées via un système complexe d’étiers. Ces canaux permettent de gérer les écoulements d’eaux pluviales et d’empêcher les eaux salées de Loire de pénétrer trop profondément dans les terres. Les bandes de terre deviennent, par stabilisation et artificialisation des berges, des prairies de Loire exploitées par une pratique pastorale.

Cette manipulation et exploitation du paysage estuarien s’amplifie durant le 20e siècle. Les berges de Loire s’industrialisent et les infrastructures ferroviaires ou routières viennent découper les zones humides. Durant la deuxième moitié du 20e siècle, la population nantaise explose, la ville de Saint-Herblain s’agrandit jusqu’à rejoindre les côteaux de Loire.

Le site d’enfouissement de Tougas est créé en 1960 à partir d’une décharge sauvage pour faire face à la production croissante de déchets. Il est au départ géré par la Compagnie Générale des Eaux, futur Veolia. Jusqu’en 1992, année de la fermeture du site, la décharge va progressivement s’étendre sur 70 hectares pour accueillir les 5 millions de tonnes de déchets, équivalant au volume de 10 Tour Bretagne.

Continuer la lecture de « Le Parlement de Tougas »

La privatisation de la gestion de nos eaux, apparition d’un trouble

Lors de nos marches dans le quadrant nord-ouest nous avons  traversé de nombreuses formes d’espaces hydrographiques sans pour autant les identifier. Des prairies sous l’eau, des canaux envasés, des marais enherbés. Notre méconnaissance s’est cristallisée sur une remarque : « je pense que le marais Audubon est un paysage façonné par l’Homme, enfin je ne suis pas sûr. »

Cette intervention m’a fait bondir. Comment un paysage autant drainé, canalisé, exploité quotidiennement peut-il être considéré comme « naturel » ? Sommes-nous à ce point déconnectés de notre gestion spatiale ?

Pourtant, la question de la gestion des eaux est de plus en plus devenue une question publique. Oubliée durant les grandes périodes d’aménagement du territoire français, les eaux ont été drainées, conduites et déviées pour permettre l’artificialisation, l’extension des espaces de production et l’endiguement du territoire. Cet excès d’imperméabilisation du territoire est sur le point de nous exploser au visage. Plaques d’égouts débordantes, déversoirs pleins, avals inondés, sécheresses « exceptionnelles » suivies de pluies intenses… Les inondations de plus en plus régulières dans les zones urbaines sont là pour nous rappeler la force des éléments qu’aucun drain ne pourra canaliser. Pour autant, les politiques de gestion de l’eau sont peu connues des publics souvent concernés et laissées aux professionnels.

Axonométrie d’enquête

Continuer la lecture de « La privatisation de la gestion de nos eaux, apparition d’un trouble »

Le ruissellement métropolitain

Redécouvrir les sous-bassins hydriques nantais

Jardins, pâturages, marais, marécages, prairies, drainage, méandres, lacs, étiers, tampon hydraulique, refuges de biodiversité, inaccessibles, délaissés, Tiers paysage … Toutes ces notions sont autant de manières de décrire, d’appréhender les zones humides. Ces espaces s’inscrivent en grande partie dans le cycle de l’eau, récupèrent et accumulent les eaux de ruissellement, régulent les crues et les inondations, échangent avec les nappes phréatiques, à tel point qu’ils peuvent recouvrir la quasi-totalité des sous-bassins versants. Extrêmement intégrées au paysage anthropisé, ces zones deviennent quasiment illisibles tant dans leurs rôles que dans leurs limites géologiques.

Au cœur de la métropole nantaise, les zones humides et leurs cours d’eau sont mis en valeur comme écrin de verdure au cœur de l’urbain, accentuant ainsi leurs limites par une artificialisation des sols importante. On pense alors à la Chézine, la Sèvre Nantaise, l’Erdre ou encore le Cens, corsetés par la spéculation qui pousse à urbaniser des terrains jusqu’ici évités.

Pourtant, de manière contre-intuitive, la sortie des espaces les plus densément peuplés et urbanisés n’empêche pas la transformation profonde des sous-bassins versants. Mais celle-ci est plus difficile à voir. Les cours d’eau des sous-bassins versants sont souvent invisibles par leur drainage, leur artificialisation et leur détournement. De même, bien qu’un changement paysager est en train de s’effectuer, les zones humides adjacentes sont rarement aménagées pour permettre leur découverte.

Mon sentier métropolitain est composé de 3 sentiers manifestes situés à l’Ouest de la métropole nantaise :

Tracé des sentiers sur fond de bassins versants secondaires et tertiaires

1. L’évolution de l’aménagement

Il revient sur l’évolution de notre rapport aux zones humides et de leur intégration dans le paysage urbain et péri-urbain. Il débute au lac de la zone commerciale Atlantis, infrastructure utilitaire à laquelle un traitement paysager a été contraint. On suit ensuite le « sentier d’Hermeland », faisant partie du cours Hermeland imaginé en 1990 comme une « traversée naturelle dans l’urbain ». Le chemin qui suit le ruisseau Pont-Pierre y serpente comme pour évoquer la balade aménagée. Le ruisseau aboutit sur la Carrière Pont-Pierre témoin, à la fois de la réhabilitation d’espaces industriels marquants, mais aussi de la volonté de « singer » la nature via le jardin méditerranéen. Le sentier s’achève au marais de la Pelousière, parfait témoin d’un changement du rapport au paysage des zones humides qui devient un marais d’observation du tiers paysage. La notion de parc s’est progressivement ensauvagée pour aboutir à un aménagement de cheminements dans des espaces de délaissés. Quel impact cela peut avoir sur notre vision de la « Nature » ?

2. Les obstacles au bassin versant

Le second sentier débute sur l’ancienne décharge de Tougas. En aval de tout le sous-bassin traversé, ce site contamine largement les eaux de ruissellement. On traverse ensuite d’importantes infrastructures routières et ferroviaires reliant Nantes à St-Nazaire. Celles-ci viennent endiguer l’ancien lit majeur de la Loire et ainsi contraindre la régulation hydraulique de l’ensemble. En remontant le bassin versant de la Pâtissière, le sentier devient « théorique ». Il est censé passer le long des zones humides qui sont aujourd’hui la propriété du jardin de la Pâtissière. Une importante partie du versant est donc ici privatisée. Lors de la remontée du coteau, le sentier croise les lignes à haute tension qui ont découpé les boisements qui ralentissaient les ruissellements. Enfin, ce second sentier abouti sur le Jardin de la Coutellière, formé collectivement autour du ruisseau protégé de la Coutellière. La gestion communautaire des espaces hydrauliques serait-elle une option ?

3. Le cycle de l’exploitation

Tout commence avec le recueil des ruissellements des versants. En suivant le cours du ruisseau de la Carterie, on traverse des espaces agricoles majoritairement céréaliers. Le ruisseau se déverse dans le lac de Beaulieu. Créé ex-nihilo en 1991, il sert à réguler l’hydrographie de l’aval modifié par les grandes infrastructures mais aussi pour la pêche et la préservation de grands oiseaux. En longeant le marécage puis le marais de Beaulieu, on aperçoit l’aménagement des coteaux de Couëron. Ces espaces humides sont utilisés pour le pâturage en été. Après avoir retraversé la ligne de chemin de fer et les espaces urbains, on découvre les prairies de la Vallée de la Pâtissière. Ces prairies sont dites permanentes. Par le biais d’importants ouvrages hydrauliques, le paysage de marécages a progressivement été drainé pour permettre la pâture toute l’année. Ce paysage particulier de l’estuaire de la Loire est aujourd’hui sous tension. Entre les exploitants, qui ne peuvent en obtenir une assez grande production, et les habitants pour qui l’entretien des étiers est un coût important, les prairies permanentes sont un enjeu important, au regard également de l’importance culturel de ce paysage historique. L’étier de la Vallée de la Pâtissière se déverse dans la Loire par un goulot étranglé par l’artificialisation des berges. Cela entraîne l’accélération de l’envasement des prairies mais aussi des inondations plus violentes. Enfin, le troisième sentier se finit par l’Île de la Liberté en face du port de Couëron. Cet ancien banc de sable de Loire s’est progressivement consolidé en île via la progression du bouchon vaseux. Autrefois pâturé, l’abandon par l’agriculture et l’absence de marnage a permis aux forêts de Loire de se développer et d’envahir progressivement l’île. Serait-ce le sort qui attend l’ensemble des prairies permanentes ?

Les zones humides sont donc des “espaces parapluie”. Leur compréhension et leur entretien consciencieux permet de prendre soin d’un grand nombre de sous espaces et de pratiques. Activités agricoles, gestion de la ressource en eau, inondations, aménités, diversités biologiques sont autant de sujets qui sont abordés par la gestion (ou non) des zones humides. L’ambition de ces sentiers est non pas exhaustive mais une invitation à découvrir nos espaces péri-urbains via les sous-bassins versants et plus particulièrement l’impact des zones humides sur ceux-ci.

Nicolas Soulier, un urbanisme marchable

Développer la marche comme outil de conception urbaine

Nicolas Soulier est ce que l’on pourrait appeler un urbaniste-marcheur. Il a réussi à influencer la fabrique de la ville française pour permettre de redonner de la valeur aux marcheurs dans les aménagements.

Son ouvrage Reconquérir les rues, exemples à travers le monde et pistes d’action paru en 2009 aux éditions Ulmer est un réel manifeste de la notion de marchabilité comme moyen urbanistique. Ce concept a été créé par des chercheurs américains dans les années 2000 pour permettre de mesurer la viabilité des quartiers, la sécurité mais aussi le bruit ou le confort.

Il y décrit tout d’abord les processus de stérilisation observés. Ces stérilisations de l’espace public sont impulsées par 3 phénomènes que sont la stérilisation réglementaire, routière et enfin résidentielle.

Le cadre réglementaire ou l’exemple des jeux d’enfants est une manière de normer les relations et de fait, les contrôler dans l’espace. Ainsi les jardins d’enfants sont symptomatiques de cette normalisation des espaces. Les installations sont réglementées, adaptées et les règles d’utilisation mises en évidence pour éviter les litiges.

La stérilisation sécuritaire des communs est due notamment à la stérilisation routière. Dans la deuxième moitié du XXème siècle, la forte croissance économique et des politiques publiques favorables ont facilité le développement de l’automobile. Cette augmentation progressive est accompagnée de nombreux aménagements importants, autoroutes, parkings… A ceux-là s’ajoutent la sécurisation des axes majeurs via la différenciation des usages. Les marcheurs deviennent des piétons, repoussés aux extrémités des axes tandis que les engins motorisés occupent 85% des rues devenues routes. Loin de relier des espaces, les routes sont autant d’obstacles infranchissables et dangereux. Elles viennent détourner les quartiers d’habitation des axes principaux. Nicolas Soulier parle ainsi de stérilisation des rues qui, d’espaces sociaux sont relégués à espaces de mobilités.

La stérilisation résidentielle est impulsée à la fois par la réglementation des communs qui évince les activités privées de l’espace public, mais aussi par la stérilisation des rues qui deviennent des espaces de nuisances et de dangers. Les usages privés sur la voie publique sont progressivement proscrits. Les chaises, les pots de fleurs, les tables sont reléguées aux arrières cours et jardins.

Face à ces constats, Nicolas Soulier apporte des exemples de processus dits « fertiles ». Le partage modal de la rue qui permet de redonner une place à la marche ou aux cyclistes mais aussi les deuxièmes chantiers c’est-à-dire toutes les actions spontanées qui prennent place après la construction des habitations sont autant de manières de modifier notre rapport aux espaces stérilisés.

Mais pour lui, un des aspects essentiels à cette reconquête des rues pour les marcheurs et les cyclistes, c’est la tolérance du privé dans l’espace publique via la notion de frontage. Ces espaces entre la façade et la chaussée qui peuvent s’apparenter au jardin de devant apportent animation et sûreté à la rue. Une plante grimpante en fleur, un vélo accroché au grillage, une paire de chaises sont autant de choses qui confortent les usages dans l’espace public.

Interprétation de la notion de frontage

Face à la stérilisation des frontages par leur transformation en parkings, espaces poubelle… Nicolas Soulier propose un modèle de frontage que l’on protège et surtout que l’on réactive, qu’on entretient. Pour cela, le partage modal est essentiel mais aussi l’implication des riverains.

Nicolas Soulier apporte un changement de focale sur la manière de fabriquer l’urbain. Il faut redonner de la valeur au marcheur et protéger, entretenir et réactiver nos espaces de sociabilité dans les communs.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search