A la limite

« Le délaissé est une production humaine en même temps qu’un milieu vivant. Quelque chose d’imprévisible y est à l’œuvre. » Yvan Detraz, Zone Sweet Zone

Ce tracé propose d’aller à la rencontre des différentes limites naturelles et administratives ainsi que d’arpenter les différents sols du sud-ouest nantais.

Construction de la réflexion

L’hypothèse de départ s’intéresse aux délaissés urbains et s’inspire du travail réalisé par Yvan Detraz dans le livre Zone Sweet Zone. Il y expose la manière dont il a élaboré un grand sentier de randonnée dans la périphérie bordelaise. Au fil de ses marches, il constate que l’espace périurbain est dessiné selon des logiques marchandes et forme un tout hétérogène. Le périurbain est conçu comme une succession d’espaces décousus qui ne communiquent que très peu entre eux. Entre chacun de ces espaces occupés, se trouvent des espaces inutilisables ou abandonnés. Ce sont ces derniers qu’Yvan Détraz qualifiera de « délaissés ». Au fil de ses arpentages, il reconnaitra les potentialités de ces derniers. Selon lui, c’est en portant de l’importance à ces délaissés qu’il sera possible de recréer une vie publique riche et conviviale en périphérie.

L’hypothèse initiale d’un sentier dans Nantes Métropole s’inspire de cette démarche. Je proposais alors d’arpenter les différents types de sols non urbanisés du grand Nantes.

Le tracé du sentier dans le Grand Nantes

Au fil des marches que nous avons réalisées dans le sud-ouest, j’ai été interpelée par la présence de l’eau : chemins inondés, lac de Grand-lieu, flaques d’eau, terre craquelée, noues. Ces différents types de sols défilaient sous nos pieds et j’ai cherché à en savoir plus. J’ai pris conscience de la géographie des différents bassins versants que nous avions traversés et la présence d’une ligne de partage de ces derniers. En parallèle, j’ai pris connaissance de la structure paysagère du sud Loire qui venait, elle aussi, dessiner le territoire à sa manière.

Le tracé actuel se veut témoin de ces différents étonnements rencontrés au fil du semestre. Il arpente la périphérie avec la volonté de montrer la présence de l’eau sous différentes formes, de traverser des limites paysagères, mais aussi de passer par des frontières invisibles telles que les frontières administratives des communes de la métropole ou encore la ligne de partage des eaux. Ce tracé raconte une autre histoire des délaissés, à la rencontre des limites invisibles du territoire, et surtout au plus près du sol.

 

Territoire mouvementé

En quittant Bouguenais, nous longeons la départementale 751A en direction de Bouaye. Le long de ces deux voies, il n’y a aucun trottoir, il faut marcher sur la piste cyclable ou sur l’herbe à côté du fossé. Nous entendons en continu le bruit des voitures qui passent à quelques mètres à peine de là où nous marchons. Autour de nous s’étendent des champs agricoles, des petits bois, des prairies séparées par des haies bocagères mais peu de maisons. Quelques animaux se devinent au loin, mais ils sont difficiles à identifier. Au niveau d’une intersection, il est indiqué sur la droite un Centre de permis de conduire ainsi que le Centre d’études techniques maritimes et fluviales. Nous continuons de suivre la départementale en longeant une haie de pins. Devant nous, un portail recouvert par de la végétation sauvage. Le passage est bloqué par des blocs de bétons. Nous ne voyons pas ce qui se passe derrière ce portail tant la végétation est envahissante. Quelques mètres plus loin, nous retrouvons des blocs de bétons et de granite venus condamner une entrée. On y voit un peu plus clair, la végétation est moins présente, et nous devinons un bâtiment derrière les fourrés.

En arrivant sur le site la première fois

Continuer la lecture de « Territoire mouvementé »

Le Bureau des Guides du GR2013

« Marcher ensemble sur le territoire métropolitain pour observer, explorer, apprendre, percevoir, raconter et mieux habiter. »

Le bureau des guides est une association qui propose de découvrir et d’arpenter le sentier métropolitain du GR2013 autour de la métropole d’Aix-Marseille-Provence.

Ce sentier de grande randonnée arpente les zones périurbaines de la métropole et propose un voyage autour de la mer de Berre et du massif de l’Étoile. Ce tracé d’environ 365 kilomètres a vu le jour en 2013 pour accompagner la série d’évènements de Marseille-Provence 2013, à l’occasion du titre de capitale européenne de la culture. Ce tracé a été initié en 2010 par Baptiste Lanaspeze (aujourd’hui membre du bureau des guides) dans le cadre d’une mission d’« éditorialisation de la programmation artistique » commanditée par Marseille-Provence 2013. Le sentier est finalisé en 2012 et le balisage posé en mars 2013. Si ce sentier a pu voir le jour en si peu de temps, c’est parce qu’il reprend des itinéraires de randonnée déjà existants, notamment les GR98, GR6, GR653A et GR51.  

Tracé du GR2013

Le bureau des guides s’occupe aujourd’hui de poursuivre et de développer l’aventure du GR2013. L’association regroupe les initiateur.ice.s du tracé qui cherchent à explorer les dimensions artistiques et culturelles du sentier et de la pratique de la marche à travers divers évènements.

Ils.elles sont associé.e.s avec des artistes-marcheur.euse.s qui proposent des balades le long du sentier autour de différentes thématiques. Il peut s’agir d’exploration sonores, de balades gustatives, de promenades sur les traces d’un artiste disparu, de voyages autour de l’histoire des villes et du paysage… Le bureau des guides propose également des conférences, des expositions, des performances artistiques et bien d’autres évènements autour de la marche et du territoire. Ils.elles veillent aussi à l’(a)ménagement du sentier et de ses abords.

L’idée, c’est de réfléchir ensemble au territoire dans lequel ils.elles vivent, aux usages, aux aménagements à venir, de partager leurs connaissances et leurs ressentis.

Voyage pédagogique depuis Port-de-Bouc jusqu’à St-Chamas pour les étudiant.e.s de l’ENSAM – Image issue du site du Bureau des Guides (Benjamin Béchet, 2018)

Toutes ces expériences sont retranscrites sur leurs site internet. On y trouve une multitude de manières de concevoir le territoire, de dessins, de photographies, de cartographies, de ressources documentaires, d’écrits… Ces travaux permettent de réfléchir à comment raconter un territoire, comment le transmettre, comment l’instruire et le représenter.

Ces explorations poétiques et scientifiques constituent aussi un immense hommage au site et au territoire provençal. Ne les ratez pas, elles sont disponibles ici :  https://www.gr2013.fr/

(1) Image de couverture issue du site du Bureau des Guides

 

Le long des territoires délaissés

120 km autour de Nantes

Cette hypothèse de tracé s’intéresse aux territoires délaissés de la périphérie. Dans un premier temps, j’ai défini les espaces délaissés comme les espaces non qualifiés sur la carte mais également les espaces non construits ou végétalisés. Afin de les identifier et de les différencier, je me suis intéressée à la nature géographique des sols. Plusieurs catégories se sont dessinées, mettant en valeur la diversité des territoires.

Ce premier tracé dans le grand Nantes tente d’arpenter la plus grande diversité de ces sols.

Il s’agirait par la suite de comparer les données cartographiques à la réalité, d’éprouver les intersections entre ces différents types de sols, de s’interroger sur la nature et l’artificialisation des sols ou encore sur l’accès et la publicité de ces espaces. Il s’agirait également de remettre en question ces catégories, de les redéfinir et de les renommer après les avoir éprouvées.

Mathilde

Allégorie des délaissés – Mathilde