Exploration des lisières de l’urbain

Carte du sentier “exploration de lisières de l’urbain” (Ludivine Bouillon)

Il y a trente ans, si j’avais parcouru ce sentier, l’île de Nantes aurait été en friche, peut-être y aurais-je croisé certaines espèces pionnières. Maintenant j’y croise l’éléphant des Machines de l’île, l’égérie Nantaise. Il y a 30 ans si j’avais parcouru ce sentier j’aurais simplement traversé une route entre deux champs. Aujourd’hui je traverse la passerelle piétonne au-dessus de la route de Pornic. Il y a trente ans, si j’avais parcouru ce sentier, je serais passée devant la jeune peupleraie de la Matrasserie, aujourd’hui elle est coupée à ras. Il y a 30 ans, si j’avais parcouru ce sentier, j’aurais aperçu un hangar agricole depuis la rue du Colvert de Brain, aujourd’hui, j’y vois un mur de parpaing, une maison s’y construit. Et demain, que pourrais-je y voir? Le sentier est l’unique constante au milieu de ces paysages changeants. 

Il a été tracé de telle sorte que les marcheurs puissent se questionner sur les limites de la métropole ;il interroge la relation des espaces urbains et de ses infrastructures avec les espaces agricoles ou naturels. Comment se rencontrent-ils ou se confrontent-ils ? 

Un ressenti pourra s’éprouver dans la durée, à la grande échelle du sentier. Le marcheur traversera d’abord les espaces denses de la ville puis s’infiltrera dans le tissu de plus en plus dilaté et discontinu des communes périphériques, avant d’aboutir à un paysage de marais, uniquement praticable une partie de l’année (le sentier peut évidemment se pratiquer dans les deux sens). Le marcheur expérimente donc une transition à grande échelle qui pourra le questionner sur la relation entre la ville et sa périphérie. Où la ville diffuse s’arrête-elle ? Où commence l’image de la campagne idéalisée? 

 

À son échelle, le marcheur pourra expérimenter de multiples micro-événements, traversant des lieux de tension ou de rencontre entre espaces ou infrastructures urbaines et espaces naturels ou agricoles. 

Le marcheur pourra découvrir l’urbain au détour d’un bâtiment de ferme, comme au détour d’un arbre. Il pourra se faire surprendre par le passage d’un train au milieu d’un bois. 

Train forestier (Ludivine Bouillon)

Il se trouvera confronté plus ou moins directement aux infrastructures de transport. Il lui sera possible d’observer les frictions, voire les paradoxes qu’elles peuvent créer sur leurs abords. 

Vaches de quatre voies (Ludivine Bouillon

L’urbain fait également partie du paysage sonore du sentier qui se fait parfois ressentir, et entendre à distance. Il est parfois juste suggéré, camouflé quelques mètres plus loin.  

Mais où est donc la carrière ? (Ludivine Bouillon)

La surprise, l’étonnement sont mobilisés pour brouiller les pistes : le sentier passe d’un paysage rural à un paysage urbain ou rencontre les deux simultanément. Le marcheur peut alors se questionner sur l’ambivalence ville/campagne et les limites de l’urbain.

Route contemplative (Ludivine Bouillon)

 

Chaque arpenteur est un témoin de plus, captant un moment de vie du sentier. Chaque moment, chaque souvenir, chaque anecdote, chaque photo, chaque dessin, chaque texte … est une relique qui témoigne de l’histoire du sentier. Au fil du temps ces savoirs accumulés permettent de se rendre compte de l’évolution de ce fragment de territoire. Le sentier est un outil de mesure focalisant notre regard sur les limites, les lisières urbaines. Le sentier est l’occasion de se questionner sur la manière dont nous occupons l’espace de la métropole et de réfléchir à la manière dont nous souhaitons l’habiter maintenant.

Eric Hazan – Une traversée de Paris

Pour cet article, je me suis principalement appuyée sur le livre d’Éric Hazan paru en 2016 “Une traversée de Paris” 

Allégorie de la démarche d’Éric Hazan

“Cette traversée elle suit ma vie”

D’Ivry à Saint-Denis, Éric Hazan entame une traversée de Paris qui durera 1 an. Il dit s’être muni, comme Zola de son temps, d’un carnet et d’un crayon, dans lequel il notait ses observations tout en marchant. 

Cet itinéraire choisi “sans réfléchir”, n’était finalement pas anodin; il s’avère suivre les méandres de son existence; depuis son enfance en passant par ses études, son activité de chirurgien jusqu’à l’édition qu’il pratique depuis les années quatre vingt. Ses intérêts personnels deviennent les fils conducteurs de la traversée. Son métier d’éditeur l’élève en fin connaisseur de librairies, il en fait donc des points remarquables, ponctuant sa marche, riche d’anecdotes. Il en est de même pour le récit des insurrections parisiennes, sujet qui anime “L’historien des barricades”. Eric Hazan, ne cache pas ses convictions tant dans ses livres que dans son activité, il est le fondateur des éditions La fabrique qu’il décrit “à la gauche de la gauche”.  

“C’est dans le détail qu’on arrive à comprendre quelque chose et non dans les grandes synthèses” 

Sa traversée, qui pourrait s’effectuer en une journée de marche soutenue, a duré un an. C’est une marche lente, une dissection minutieuse de son environnement qui lui a permis d’écrire son récit. Il laisse ses souvenirs remonter, croise son expérience avec celles des grands écrivains de Paris comme Honoré De Balzac, Walter Benjamin, Charles Baudelaire, mais également avec la grande histoire. C’est un entremêlement de divers récits, des plus communs aux plus individuels. Les espaces qu’il traverse cumulent ainsi diverses temporalités et divers points de vue qui soulignent le mouvement constant de la ville. Cet entremêlement de savoirs lui a parfois demandé d’approfondir certains domaines de connaissances, c’est le cas de l’architecture contemporaine. Il y a donc une traversée sensible du territoire, mêlée à une enquête qui révèle les choses qu’on ne voit pas, ou qu’on ne voit plus. 

-Eric Hazan, Une traversée de Paris, Seuil, 2016

https://www.franceculture.fr/emissions/un-autre-jour-est-possible/un-autre-jour-est-possible-mardi-14-juin-2016

https://www.franceculture.fr/emissions/series/eric-hazan

Échappée dans la vie quotidienne

Un apperçu, de la rue Jean Debay

La métropole se raconte par l’ordinaire, le quotidien qui l’active chaque jour. Ce sont de multiples quotidiens qui s’entremêlent, se côtoient, s’ignorent… Nous sommes les experts de notre ordinaire; un paysage que nous habitons, qui nous semble banal et active nos affects. Mais cette banalité que nous lui attribuons est subjective; le quotidien de l’autre est une aventure pour nous. Et si traverser les paysages ordinaires des habitants nous permettait de découvrir la métropole, de nous ouvrir aux contrastes mais aussi aux disparités des quotidiens qui la façonnent. En expérimentant le quotidien des autres, nous les comprenons un peu plus. Nous découvrons les commerçants, les entreprises, les artisans, les lieux symboliques qui s’inscrivent dans ces paysages ordinaires et font vibrer les quartiers. Liés par un sentier, les diverses quotidiens se confrontent. Un espace propice à la rencontre se façonne, le marcheur est parmi les habitants, qui chaque jour agitent la métropole.

Un sentier, dans la vie quotidienne

RÈGLES DE LA MARCHE

*Passer par toutes les communes

*Éviter un maximum les éléments marqués en rouge sur la carte

Si l’on est contraint à passer devant, ne pas s’arrêter pour les contempler et ne pas focaliser son attention sur eux, mais les comprendre dans un tout.

*Passer au maximum devant ou aux alentours des éléments verts

*Passer au minimum auprès d’un élément vert dans chaque commune.

Lorsqu’il n’y a pas d’élements verts, rester dans les zones ou les habitats humains sont les plus denses.

*Ne pas hésiter à s’aventurer dans des petites ruelles,des impasses, les cours ou les bas d’immeubles.

*S’autoriser à s’arrêter manger ou visiter les commerces fréquentés par les habitants et échanger si l’envie nous vient.

Ces règles ont pour but d’amener le marcheur à traverser les ambiances quotidiennes de la métropole. Il met en avant les paysages de “l’autour de chez soi” se détournant des sites touristiques ou dit d’exceptions par lesquels on a l’habitude d’aborder la métropole.

Ludivine Bouillon