“Ici, vos sables et graviers déco”, terres en attentes et tas d’autres produits terriens

On marche. Au fil du parcours, mon regard s’arrête sur des tas.
Des tas de terre, enherbés ou piétinés, de pierres, démolies ou prêtes à construire, de briques, entières ou concassées, de racines, arrachées…
D’où viennent-ils ? Où vont-ils ? Depuis quand sont-ils là ? Partiront-ils un jour ?

Une carrière productrice de matériaux de construction est au centre du quadrant. Fait-elle lien entre l’extraction et l’utilisation de ces tas ? La volonté est plus forte, il faut que je creuse ici.

L’entreprise Charier, exploitante de la carrière de la Faubretière (entre autres) débute son ascension économique au Nord du département, dans la commune de Redon. C’est pour répondre au besoin de construire des routes “pour relier les hommes et transporter les marchandises”, qu’en 1897 est lancé leur premier chantier de travaux de voirie à Redon. Au fur et à mesure, l’entreprise grandit, acquiert des sites et des carrières. Leur expansion est relativement locale, et le siège social s’installe finalement en 2020 à Couëron, au plus proche de la métropole et des échanges périphériques.

Carte de l’autrice

Dans notre quadrant sud-est, la carrière de la Faubretière est un des 7 sites d’exploitation de l’entreprise Charier dans le département et une des 22 exploitées en Loire Atlantique.

Ici, Charier TP gratte, creuse, concasse, broie, crible, lave toutes ces roches devenues petit à petit gravillons. Ses clients particulièrement friands de ces petites douceurs viennent charger des camions direction Point P, Caddac. Les clients majoritaires, les gros du terrassement. Car ici, la roche extraite n’a de qualités que pour le terrassement. Le gneiss et l’amphibolite des filons géologiques présents sur le site sont trop argileux pour rentrer dans les compositions de bétons coulés directement sur chantier. Pour les utiliser, elles doivent être re-traitées en aval avec de nouvelles technologies qui permettent de séparer les argiles des sables créés.
Si les bénéficiaires majoritaires à cette extraction sont les terrasseurs et bétonniers, certains particuliers viennent charger leur coffre de voiture de quelques kg de gravillons pour leurs usages personnels. On donnera pour illustrer un ratio de 90% de professionnels par rapport à 10% de particuliers.

“280 kg ! ça te fait 8,28€”

interaction à l’accueil de la carrière

La valeur du sol est faible, malgré le travail derrière.

Continuer la lecture de « “Ici, vos sables et graviers déco”, terres en attentes et tas d’autres produits terriens »

Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière

Qu’est ce qu’on traverse aujourd’hui ? Sur quoi on pose nos pieds ? Quel lien on a encore avec le vrai sol ? Le sol vivant, celui qui bouge, vit, se décompose, se régénère…
A l’aube de la loi ZAN (zéro artificialisation nette), qu’est ce qu’on peut comprendre des sols qui nous entourent ?

Le ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires défini l’artificialisation des sols comme un phénomène qui consiste “à transformer un sol naturel, agricole ou forestier, par des opérations d’aménagement pouvant entraîner une imperméabilisation partielle ou totale, afin de les affecter notamment à des fonctions urbaines ou de transport (habitat, activités, commerces, infrastructures, équipements publics…)“. Des informations manquent, troublent. Les zones artificialisées sont étrangement catégorisées. Par définition, “artificiel” est le “produit de l’activité, de l’habileté humaine” (le robert).

Tableau de catégories de surfaces pour la loi ZAN

Cela revient à considérer les sols des espaces naturels, agricoles ou forestiers imperméabilisés (bâti, stabilisé pour les routes, voies ferrées, parkings) et perméables (terres arables, parcs et jardins, friches urbaines, terrains de sport, carrières…) comme surfaces artificialisées car modifiées par et pour l’humain. Pourtant, dans certains cas, les espaces “artificialisés” ne sont pas bien clairs. Pour ne pas enrayer les politiques d’aménagement et d’agriculture, certaines catégories de sols ne sont pas dites “artificialisées”. Par évidence pour protéger notre société et pour continuer à s’alimenter, s’abriter, etc, ce qu’on résumera par des “surfaces perméables” modifiées par l’humain ne sont pas catégorisées dans les surfaces artificialisées de la loi ZAN.

Dans ce récit, la carrière devient le premier coupable d’artificialisation. Peut-on l’accuser de manière animiste pour ses crimes contre les sols ?

Continuer la lecture de « Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search