Les mécaniques du sable

Avec Romane Pétesque, nous avons présenté deux projets, deux récits le long d’un même sentier cheminant de la Loire à son arrière-pays. Ces projets interrogent la figure de l’île, sa symbolique d’autonomie, son état de marge, à l’écart de son environnement proche. Ils proposent, à travers des îles de caractéristiques très différentes, de renverser les systèmes mis en place.

Le premier projet domicile zone s’installe sur l’île d’Indret et investit plus particulièrement les interstices de l’île industrielle. Le second projet les mécaniques du sable enclenche un autre voyage de la matière entre l’île du terminal sablier de Cheviré et le hameau autarcique de la Musse.

Loire, hinterloire

Ce sentier a été imaginé à l’issue de marches faites en groupe et séparément pendant les premiers temps du semestre. On s’est rendu compte de certaines choses qui nous ont marquée et interpellées que l’on souhaitait retranscrire dans ce sentier marquant le début de notre cheminement vers les sites de projet. C’est une certaine vision que l’on a eu de ce territoire qu’on a eu envie de rendre visible, lisible à d’autres marcheurs.

Continuer la lecture de « Les mécaniques du sable »

Loire, Hinterloire

Le sentier agit comme une triple coupe dans le territoire, s’étendant de la Loire à son arrière-pays, s’approchant et s’éloignant du cœur marin de l’estuaire. Il est à la fois un voyage dans le territoire, l’imaginaire, le temps et le quotidien. Il donne à voir, contourne et ouvre. Il permet d’éprouver la Loire, ses anciennes îles et villages au bord de l’eau; les coteaux et l’arrière pays agricole. Le bord du fleuve est une ouverture sur la côte et ses mouvements : on ressent le fleuve, même lorsque sa morphologie a profondément changé, dans sa faune, sa flore et son architecture. A l’inverse, lorsque l’on s’en éloigne, on s’enfonce dans les terres nourricières et le sol meuble jusqu’au lac de Grand Lieu que l’on ressent d’abord par les marais et l’humidité sous les pieds. C’est les allers-retours entre les deux qui nous font prendre conscience de ce territoire largement influencé et connecté par l’eau.

 Nous distinguons trois transects, comme trois séquences d’espaces aux caractéristiques presque opposées dévoilant le territoire d’est en ouest, du nord au sud. Nous opérons une gradation lente depuis l’espace métropolitain jusqu’au péri-métropolitain. Le premier transect – slalomer – implique la vitesse du corps qui longe, traverse, fuit les infrastructures cadres de l’espace. Le second transect – crapahuter – évoque le haut relief présent, multipliant les rapports entre un haut, les coteaux (voir), et un bas, le bord de Loire (toucher). Le troisième transect – musarder – invite à la marche lente, qui prend le temps de regarder les paysages champêtres et les animaux qui l’entourent.

Lisa Tertrin & Romane Petesque

Tourner autour

Je suis retournée seule sur les lieux, le 12 avril au terminal sablier de l’île Cheviré, en vélo, et le 14 avril, à la Musse, à pied cette fois-ci et à partir de Neustrie. J’ai alors tenté d’écrire sur le vif à l’approche des lieux et à la suite de leur redécouverte. Ces textes témoignent de la plus ou moins importante porosité de ces espaces, de la confrontation de mes troubles premiers aux terrains et de la création de nouveaux troubles.

Lundi 12 avril, Rdv 15h sur le site GSM de la sablière

12h30, site des anciennes sablières, à l’extrémité orientale de Trentemoult.

Après avoir acheté un dictaphone à la Fnac, capsule temporelle prévoyant un futur high-tech et healthy (en atteste la mise en évidence aux caisses de livres de régimes genrés), je me suis éloigné du centre-ville pour Trentemoult. Le navibus, autre capsule, spatiale cette fois, permet une transition des plus douces vers cette « enclave ». Je mange mon pique-nique sur un banc bien placé, entre les WC publiques vertes et l’ancien silo devenu pendule. Entre les arbres, le navibus passe parfois, faisant remuer la Loire. Sur la rive d’en face, le pignon de l’agence AIA architecture me fait face. Trois hommes pique niquaient sur le banc à côté vêtus d’uniformes bleus marines. N’ayant pas suivi leur départ et leur direction, accaparée par un oiseau bruyant, je n’ai pas d’autres indices sur leur travail. Ils se sont comme évaporés à mes yeux et oreilles. Je m’interroge sur la flore me séparant du fleuve.

12h52

Je me suis approchée de la Loire, tentant de la toucher en empruntant une ancienne cale. La vase mouillée glissante me fait redouter une chute salissante, je n’atteins pas mon but. J’observe le saule fendu, aussi endommagé que les anciennes infrastructures laissées telles quelles de la sablière. Un bateau, le Belfast, reste là, rouillé, figé. « Accès interdit au public » mais passage dessiné dans le grillage. Dans un parc adjacent, je réfléchis maintenant à m’y risquer ou non, personne à impressionner en plus.

13h16

Je reviens à mon banc de départ en ayant franchi les grilles béantes de traversées régulières ou passées. Je surplombe une grande étendue de sable ponctuée d’une jeune végétation . Je ramasse les plantations majoritaires dans l’idée de les identifier ensuite. Que pousse dans le sable ? La chaleur se fait plus intense dans cette étendue sans arbre. Ma joue chauffante me donne des envies de plage. Au second plan, les usines de Cheviré, puis le pont. Les débarcadères à bateaux sont bloqués par des barbelés, fermant le site anciennement ouvert au fleuve. Un cercle de charbon calciné évoque une occupation.

13h52

Je ne sais pas vraiment où je suis. Après avoir suivi la route d’asphalte le long des usines de Cheviré, j’ai échappé aux courants d’air laissés par les camions, choisissant un chemin de terre battue plutôt que de suivre les engins allant pourtant dans la même direction. A peine 30 secondes plus tard, je romps la pause pipi de deux marcheuses ; l’une, une septuagénaire en survêtement rose est encore en action tandis que l’autre, debout, émerge des fourrées. La gêne laisse vite place à des rires partagés et compréhensifs, je reprends de l’élan sur mon vélo et me laisse porté par la piste rétrécissante, jusqu’à devoir mettre pied à terre. Marchant entre ronces et ajoncs je prie pour qu’une épine mal placée n’immobilise pas mon vélo récemment acquis. Je m’arrête au bout du chemin où ce que je considère comme le bout marqué par une rupture végétale, sensation enfantine de sortie de buisson, et le passage au-dessus d’un cours d’eau marécageux dans lequel se déverse de l’eau fuyant de tuyaux. Un essaim non-identifié charge l’air accompagnant l’eau stagnante.

14h30

Partie trop tôt, je n’ai pas envie de m’approcher de la sablière avant le rendez-vous. Je l’observe de loin, entre le bruit des oiseaux et le mouvement des camions évoluant linéairement sur la route en face, les roues cachées par une butte enherbée, si bien qu’ils semblent léviter. Cette butte est comme une pré-dune séparant la prairie de l’activité de la sablière, débutant à la route. J’expérimente un dessin à l’aquarelle relevant la colorimétrie du paysage, strate de verts, sable et bleu/blanc du ciel. Le ballet des camions est incessant. Étonnamment, peu de bruit émane du pont de Cheviré. Des capuchons jaunes indiquent un passage de gaz à proximité.

16h30

Je prends le Navibus du retour, ayant refait exactement le chemin inverse, rapidement, en retard pour mon rendez-vous avec une amie. Je suis troublée, sortie d’une situation inattendue. Arrivée à 15h donc sur le site de GDM. Une intérimaire en poste depuis 2 jours, me fait rapidement un topo du site en attendant son responsable. 5 minutes plus tard, le responsable finalement parti pour garder ses enfants, je me retrouve embarquée avec le chargeur. Il me fait partager, en une trentaine de minutes, un condensé de son activité journalière, m’évoque les bateaux arrivant une ou deux fois par semaine avec du sable marin, les différents mélanges et leurs utilisations, tout en remplissant les bennes des camions. Plutôt mal installée, accroupie dans la cellule je l’écoute avec attention tout en essayant de capturer ses actions avec mon appareil. A la sortie, je suis invitée à revenir jeudi matin pour voir l’arrivée d’un bateau. Je ne m’imaginais pas exactement tant de mouvement lors de ma première visite dominicale, le site figé. 

Le terminal sablier de Cheviré, de près

Mercredi 14 avril

10h50, Neustrie

Pas de vélo, cette fois, terminus du tramway puis pieds. Je ne sais plus combien de temps on met pour rejoindre la Musse, probablement une quinzaine de minutes. Le grand parking blanc, tout neuf, est plus rempli que la dernière fois, un samedi où l’on avait pu le visiter en y imaginant un tournage de clip un peu « ghetto ». Le tramway était vide, je suis descendu seule, quelques personnes attendent, sûrement pour aller dans l’autre sens. J’emprunte le même chemin que la dernière fois, assurée d’arriver à bon port.

11h08

Bon peut-être un peu plus de 15 minutes, je suis sur le chemin de terre quittant le Piano’cktail. Le bruit de la route se fait entendre, je suis passé au-dessus de ce cours d’eau accompagné des lignes électriques, magnifique percée entre espace humide et grésillement des lignes.

11h33

Je prends le chemin du retour bredouille, avec juste quelques photos. J’ai croisé un des propriétaires mais impossible de visiter le site. « C’est dangereux et je ne veux pas avoir de problème avec les autres propriétaires ». « Et puis c’est pas à vendre », tentative d’approche ratée, j’espère juste que le message laissé sur la messagerie du GAEC trouvera une oreille plus attentive. En attendant, je vais essayer de faire avec ce que j’ai. J’ai la confirmation, au moins, que le manoir est abandonné. J’ai même proposé de laisser mes coordonnées mais action inutile selon l’agriculteur. Pas de découragement, peut-être qu’une association d’histoire locale pourra me renseigner.

La maison noble de La Musse, de loin

Alexis Pernet-marche et projets de grand paysage

Alexis Pernet est un géographe-paysagiste-chercheur, enseignant à l’école de paysage de Versailles et contributeur à la revue des Carnets du paysage.

Lors de son travail de fin d’étude à l’ENSP de Versailles, intitulé L’idée du bord : promenades autour de Paris, soutenu au début des années 2000, Pernet aborde la question de la marche, à la frange de l’agglomération parisienne. Il en relèvera des indices témoins de bordures mouvantes (friches, occupations temporaires…), en remarquant la nécessité des concepteurs de s’intéresser au devenir de ces territoires. Il extraira de cette déambulation de plus de 200 km, un journal à la première personne et des arrêts sur image de vidéos in situ.

Depuis, dans sa pratique du paysage, intervenant à une échelle très territorial, Pernet marche d’abord en solitaire. Il croque les lieux traversés, cartographiant progressivement les paysages ; pratique entre relevé à grande échelle et carte mentale subjective. Pour l’atelier des paysages de la vallée de l’Ance, il usera de la marche comme outil de médiation et de participation des élus, habitants et figures importantes. Utilisant notamment les photographies issues de ses marches comme support d’exposition et de communication du territoire (prenant le nom d’observatoire photographique). La marche devient ensuite collective, à la rencontre des agriculteurs du territoire ou encore sous forme de conférences itinérantes. Il conserve, de son travail de fin d’étude, une pratique approfondie de l’écriture à la première personne, utilisée pour raconter ses expéditions mais aussi le déroulé d’ateliers de concertation, d’entretiens et autres actions constitutives d’un projet de grand paysage.

“Ce que je sais…” trois états de la carte mentale de la vallée de l’Ance à mesure que s’approfondit la connaissance du territoire.

Par cette pratique assidue de la marche, Pernet cherche à remettre en question les outils utilisés pour penser le grand paysage, notamment la décontextualisation de ceux-ci. Il abordera cette question dans sa thèse Le grand paysage en projet, entre trajectoires institutionnelles et territoires vécus, l’expérience de l’atelier des paysages en vallée de l’Ance  

Les illustrations ci-dessous, mettent en parallèle des thématiques extraites de la démarche de Pernet et la première expérience de marche dans le pôle sud-ouest de Nantes métropole avec Ariane Wilson.

Sources

.Alexis Pernet, Histoire, critique et expérience, Le grand paysage en projet, MétisPresses, 2014, 319p

.Alexis Pernet, Des marges génératrices ? deux parcours à la périphérie des villes, de l’expérience du bord à son appropriation politique

.Alexis Pernet, Sur John Cage, le paysage et l’écoute

D’îles en îles

D’îles en îles (environ 70km)

Au travers de plusieurs sentiers, cette dérive (1) dans la métropole nantaise propose de relier des espaces géographiques cernés, des îles. Elle offre un début de compréhension des évolutions spatiales passées, en cours et futures. Les îles se détachent ou se redétachent physiquement ou idéologiquement de l’espace métropolitain. Elle est un voyage aux limites, une initiation aux contrastes.

Nous identifions ici différents types d’îles :

Les îles géographiques de la Loire et de ses affluents, dans leurs formes actuelles et anciennes ; une redécouverte est envisagée. Auxquelles ont associera les zones humides isolées.

Les micro-îles, lieux d’utopies sociales existantes ou à inventer dans les friches (2), interrogeant sur les luttes en cours dans la métropole nantaise et au-delà. Repensant de nouveaux modes de gouvernance.

Les îles-contournées, inaccessibles (aéroport, carrières…)

Certaines îles sont ici identifiées et cartographiées, d’autres restent à découvrir.

(1) cf Dérives dadaïstes évoquées notamment dans l’ouvrage Walkscapes, « La marche comme pratique esthétique », Fransesco Careri

(2) La friche est une terre libertine, sans amarre, un espace en déprise dans une faille du temps, une île, Gilles Clément, « Eloge de la friche », une école buissonnière, 1997