Là-eau

Culture de l’eau. Réseau et infrastructure de la ressource.

L’omniprésence de l’eau, naturelle et technique

Entre infrastructures naturelles, Loire, Acheneau, Lac de grandlieu, et techniques, puits, châteaux d’eau, barrages et vannages, le territoire Sud-ouest de la métropole nantaise se caractérise par un profil hydraulique domestiqué et discret.

Carte des ouvrages de gestion de l’Acheneau
Carte des puits et châteaux d’eau le long du sentier

La Loire s’impose d’elle-même, par sa dimension et les contraintes qu’elle induit. Tandis qu’au Sud, le Lac de Grandlieu se fait oublier, réserve naturelle, les hommes en sont proscris. Puis une rivière les relie, l’Acheneau, très en retrait elle aussi des zones fréquentées, longue d’un peu plus de 30km, la rivière possède la particularité de couler dans les deux sens grâce au faible dénivelé entre ses extrémités : 40cm, ce qui en fait aussi une zone marécageuse. Cette déclivité est aujourd’hui utilisée pour exonder les eaux vers la Loire, ou au contraire prélever l’eau de la Loire pour alimenter en eau les marais.

Continuer la lecture de « Là-eau »

Cachez cette eau que je ne saurais voir

Sur les cartes IGN, série bleue, on distingue des petits points bleus aux centres blancs : Fontaine, Puits, Source. Trois mots pour qualifier ces petits points, mais trois mots aux significations bien différentes. Je décide d’aller à leur rencontre, ou du moins à la rencontre de ces sources parce que pour moi ce sont des sources, j’en ai tellement envie. Cela signifierait la possibilité d’un ravitaillement lors de marches, des moments de repos en écoutant le chuchotement d’un filet d’eau.

Quelle ne fut alors ma stupéfaction en constatant que ces points étaient des puits et des puits clos, vraisemblablement hors d’usages, relégués au rang de décoration urbaine pour les plus chanceux. Leurs bouches sont grillagées ou obstruées, les pompes manuelles puisent dans le vide, nous privant de ce fait du précieux liquide qui incarne pareils lieux.

 

Trois puits. L’environnement a été mis en nuances de gris, les puits sont photographiés en couleur, on constate la monotonie. Le puits de gauche est condamné d’une plaque d’acier galvanisé, celui au centre est à pompe manuelle de puisage mais il ne fonctionne plus, celui de droite est obstrué par une porte grillagée.

Continuer la lecture de « Cachez cette eau que je ne saurais voir »

Les eaux fils de l’haut

Première version du tracé

 

Nous sommes à La Montagne. La ville tire son nom de ses particularités géomorphiques, elle est située sur devant le Château d’Aux, un lieu important de l’histoire de La Montagne et de Bouguenais. Des guerres entre républicains et vendéens, mais aussi suite à la proclamation de la république de 1792. Le lieu était en effet le dernier bastion protégeant les aciéries de Haute Indre. Le peuple et les ennemis avaient alors compris que contrôler les lieux, c’était paralyser les aciéries. Pour le peuple, c’était un formidable moyen de se faire entendre, cependant les révoltes furent écrasées dans le sang. Aujourd’hui le château est un établissement public nommé Félix Guilloux, qui héberge l’association « Au Fil de l’Aux », qui agit pour la protection de l’enfance.

Si le parcours débute ici, c’est pour montrer que les choses changent. S’il est difficilement perceptible de constater un changement de forme sur le château, on devine aisément que le fond est tout autre qu’autrefois.

Je vais alors poser une question qui n’est pas qu’est ce qui a changé, mais comment les choses ont-elles changées ? Comment ce changement a-t-il été possible ? Nous pouvons voir des maisons autour de nous, une école est juste derrière, qu’est-ce qui a fait que ce soit possible ? Ici à La Montagne, et partout ailleurs ?

Maintenant direction le nord, pour débuter les réflexions, nous allons longer la Loire sur la crête de la Montagne, de manière à être en surplomb sur les prairies du lit de la Loire.

Ce premier tronçon n’est que peu sauvage, la proximité de maisons y est pour beaucoup. Nous arrivons sur un point de vue panoramique : l’ancienne carrière de la Roche Ballue en contrebas, puis derrière, des prairies, arborées, et traversées de lignes hautes tensions. Au loin, si la Loire n’est pas observable, on discerne plusieurs éléments identifiables, la tour de Bretagne, le sillon de Bretagne, le pont de Cheviré, des châteaux d’eau et des cheminées ou des tours radio. Le lieu est idéal, il regroupe les éléments observables qui introduisent la réflexion du « comment est-ce possible », la distance/l’horizon, les lignes hautes tensions et les châteaux d’eau.

Pourquoi ces infrastructures sont-elles là ? Parfois où on ne les attend pas. Comment ces objets techniques ont-ils rendu possibles le monde actuel ? Qu’en retenir ?

Nous poursuivons vers l’étier de Port Lavigne, puis arrivons à la zone de Cheviré. Le pont est immense, et malgré son importance, il est à la lutte avec une jungle de câbles électriques qui sillonnent le ciel pour savoir qui occupent le plus de place – le bruit monopolise l’espace. Pas d’arrêt ici, nous continuons notre chemin le long de la carrière des Pontreaux à travers Bouguenais puis sortons de l’espace urbain, c’est déjà plus paisible. Nous arrivons auprès d’une seconde carrière, celle des maraîchères. Nous sommes juste au bord du précipice, on peut en voir le fond.

Nous nous arrêtons, le site fait partie de la réflexion, l’eau et l’électricité sont tirés du sous-sol (indirectement, les technologies pour produire de l’électricité proviennent de minerais, celles pour le transport de l’eau également). Les carrières sont d’une beauté effrayante, on y observe un paysage peu commun qui se traduit par un usage de la matière difficilement reconnaissable entre l’état brut et transformé.

Le chemin continue, nous traversons l’autoroute, puis, la retraversons un peu plus loin, au niveau d’un château d’eau « le désert » de Bouguenais. Que fait-il là ? En campagne ? Quand ses utilisateurs sont ailleurs ? S’il s’appelle le désert c’est d’ailleurs sûrement à cause de sa localisation, raison qui rend davantage encore curieux ce choix.

Nous arrivons aux Bauches du désert, un peu plus au sud. Une bauche est un reboisement d’un espace « vide ». On pourrait alors penser qu’avant le hameau et la construction du château d’eau, les lieux étaient désertiques. Nous bifurquons vers l’ouest, l’environnement est calme et boisé. Nous traversons la D751 et arrivons sur un site qui semble abandonné. C’est l’ancien poste TSF (Télégraphie Sans Fils) de Basse Lande. Nous nous arrêtons faire une pause, et découvrir les lieux abandonnés, une ruine à côté d’un vieux château d’eau.

Nous repartons, un poste électrique est sur la route, des pylônes traversent des vignobles. Nous empruntons un chemin en direction de La Montagne, puis un bois, du Vieux four, puis un autre, des fous. Nous nous arrêtons. C’est la fin d’un premier tronçon, nous échangeons puis nous donnons rendez-vous au pont de la rue de la Cale, qui franchit le ruisseau des fous. Nous fixons une heure, et nous séparons.

Arrivés au point de Pont, nous repartons sur la rue de la Cale, et longeons l’île Pivin. Le cadre est agréable, d’un côté La Montagne, sur une butte rocheuse, de l’autre les prairies de l’île. Nous observons les restes d’anciennes lignes électriques, et apercevons des éléments du rivage nord de la Loire, un château d’eau, une cheminée. Le chemin se met subitement à monter, en direction de Saint-Jean de Boiseau. Nous arrivons en haut, sur un chemin empierré qui mène vers le château du Pé. Depuis ce chemin, de nouveau le paysage s’offre à nous. Nous y voyons Saint-Jean-de-Boiseau, coupé en deux par deux champs, le château d’eau du village, des pylônes électriques, la cheminée de Veolia Propreté de Couëron, la tour à plomb de la médiathèque, et même au loin, les cheminées de la centrale à charbon de Cordemais. On peut de nouveau se rendre compte des distances qui dimensionnent le territoire. Nous descendons à l’entrée du parc du Pé, puis nous séparons de nouveau, et fixons un nouveau point de rendez-vous, la métairie du bois, du Bois de Jasson.

Là-bas, Nous traversons le Bois de Jasson, vers le Sud, chacun est silencieux, à l’écoute des bruits environnant, jusqu’à butter sur l’Acheneau, nous allons alors vers Pilon, où se situe le pont le plus proche. Nous longeons l’Acheneau, tant bien que mal. Suivre son cours est difficile à cause des fluctuations de son lit. Nous passons le château Briord et constatons un nouveau château d’eau, mais de moindre taille, il est probablement à usage privé. Puis nous redescendons jusqu’à port Saint-Père, où il est de nouveau possible de traverser, la marche était vraiment paisible, sans doute grâce à la difficulté d’accès du site, il y a peu de passage. Nous traversons le bourg et franchissons la ligne ferroviaire, l’horizon des lignes semble infini. Nous longeons cette ligne et franchissons l’Acheneau en suivant les rails, et apercevons la réserve de Grand Lieu, l’Acheneau serait en fait un outil permettant à l’eau recueillie par le lac de gagner la Loire.

Nous prenons la direction de  Brains, en passant par Saint-Léger-des-Vignes, par le Port Hamoneau. D’ici, les marais qui longent la rivière offrent un nouveau panorama sur la vallée de l’Acheneau. Nous remontons au Grand Pêle, et rejoignons Brains par la chemin du Moulin du Breuil. Un nouveau tronçon se termine, et de nouveau nous nous donnons rendez-vous à la Maison du Lac de Grand Lieu à Bouaye.

Une fois sur place, nous partons en direction du pavillon Guerlain. Nous suivons le chemin qui le dessert en admirant l’immense réservoir d’eau qui s’étend à perte de vue comme une récompense après une marche éprouvante.

Durant cette marche, vous aurez observé des kilomètres de câbles apparents, mais aussi des réservoirs d’eau aux plus hauts points, là où il fallait aller la chercher sous terre autrefois. Des traductions d’extractions, à certains endroits, et de construction à d’autres. Des infrastructures insoupçonnées, parce qu’invisibles, à l’image des canalisations enterrées, ou simplement loin du regard, mais qui sont responsables de la manière de construire la société.

Cette marche est une prise de conscience. Une prise de conscience de l’origine, du coût et de l’énergie nécessaire à construire la société. Les matériaux qui « sortent de terre » pour aller toucher le ciel en sortent réellement. Ils sont les garants de la société.

Une marche longue, parce que, plus le périple est long, plus la journée est longue, les distances et le temps s’allongent. Frédéric Gros explique « c’est en marchant qu’on se rend compte du coût d’un kilomètre ». Imaginez alors les coûts d’un kilomètre de cycle de l’eau, de la naissance de la goutte à son absorption, d’un kilomètre d’électricité, du nécessaire pour le générer, à sa transformation.

Vous aurez enfin constaté durant cette marche :

Des moments de liberté, que je qualifierais de “laisser faire”. Une marche ce n’est pas une trajectoire rectiligne, chacun est libre de choisir son chemin, aussi ces moments sont fait pour que chacun puisse arpenter sans contraintes le territoire.

Dernière version de la carte du sentier

Enfin, l’alternance de paysages : urbain, bois, rivière, village, rivière de nouveau, hameau, bois de nouveau, et sur des chemins variés, ensablés, empierrés, enterrés ou bien bitumés. Cette marche est à l’image de nos pensées pendant la marche, tant prospectives que contemplatives, tant réfléchies que flâneuses, tant entourées qu’isolées. Cette marche traduit l’évolution de nos pensées et les représente.

Marche collective avec Ariane Wilson, second jour, 12 mars 2021 : suivre les limites, de la Montagne aux îles

Deuxième marche avec Ariane Wilson, maîtresse de conférence et architecte-marcheuse, enseignante à l’école d’architecture de Strasbourg.
Suivre les limites.

Vendredi 12 mars, 8h30, arrêt  « La Montagne », ligne E8, à La Montagne.
Un premier kilomètre et un premier arrêt, il se met à pleuvoir. Nous apprenons le thème de la journée : « De la Montagne aux îles ». L’objectif est aussi énoncé : marcher « en coupe », d’abord Nord/Sud, enfin Est/Ouest.

Nous marchons vers le Nord silencieusement, en direction de la Loire, la pluie cesse. Le début du chemin est abrupt, mais bref, une descente de La Montagne (ville), à 39 mètres au dessus du niveau de la mer, par une sorte de bosquet, puis tout devient plat, une vieille route cahoteuse et rectiligne, bordée de platanes se dessine. Au bout, une vieille église et une usine, avec d’anciens logements ouvriers toujours habités. Nous virons à droite, puis arrivons face à la Loire. Le bac est en face. Attente … Il arrive, nous montons. Le bac repart. Nul bruit ne fait surface si ce n’est celui des moteurs.

 « Sur le bateau, j’ai fermé les yeux et oublié tout l’environnement autour de moi, la seule chose que j’entendais, c’était le bruit des moteurs qui me faisait vibrer. »
Chloé.

De l’autre côté, pas de descente, un trajet retour.

Puis nous repartons, toujours en silence, mais un silence perturbé par le vent. L’usine, une médiathèque, du trafic routier, des voitures, des poids lourds et même quelques joggeurs.

Nous nous arrêtons sur un pont, il se met à pleuvoir de nouveau. Nous repartons en direction de La Montagne, l’averse est passée grâce au vent omniprésent. Un virage à gauche, la pente est clairement positive, virage à droite, ça redescend, jusqu’au Bois des fous où coule un ruisseau. Deux hommes au loin discutent et nous observent curieusement, l’un sillonne le bois avec un détecteur de métaux, qu’y a-t-il d’enfoui qui mérite pareille frénésie ?

À la sortie du bois, le groupe suit la D64 vers le Sud. La route est bordée de maisons individuelles, puis des panneaux de signalisation d’entrée/sortie nous indiquent la fin des bourgs. Des bourgs ? En effet nous nous pensions à La Montagne, mais il s’avère en fait que la D64 est une limite communale entre La Montagne et Saint-Jean-de-Boiseau, ce qui signifie que nous avons longé cette limite et non traversé La Montagne comme nous pensions le faire.

Le panneau annonçant l’entrée de La Montagne à droite de l’image, et celui annonçant l’entrée de Saint-Jean-de-Boiseau un peu plus loin, à gauche de l’image, la route est une limite communale.
Au centre, Ariane Wilson qui marche vers nous.

Le groupe arrive à un carrefour, entre la D64 et le route du bois de Bougon. Une troisième averse vient nous rafraîchir, mêlée au vent qui vient du Sud-Ouest. Un calvaire est là, dans une cour, devant ce qui ressemble à une maison. Le carrefour semble en effet être le centre du pôle Sud-Ouest de la Métropole nantaise. Qu’est-ce que cela signifie alors ? Que chaque point des limites administratives est sensiblement à la même distance de ce carrefour? Chacun s’imagine ce que ce lieu qui semble chargé d’histoire a pu représenter jusqu’à aujourd’hui, et qu’incarne alors le calvaire, au delà de la représentation religieuse :

– « Un lieu de rencontre, disent certains
Un lieu de passage, ajoutent d’autres, ces maisons en bord de route ressemblent à de vieux hôtels ou de vielles auberges, on imagine les gens s’y arrêter pour la nuit. »

C’est aussi le lieu où trois frontières communales convergent : La Montagne, Saint-Jean-de-Boiseau et Brains.

Au sud, une butte obstrue la vue, mais le son qui la chevauche jusqu’à nous laisse très facilement deviner ce qui s’y trame, des ballets incessants de véhicules motorisés. De là-haut, la vue se dégage, mais le bruit est beaucoup plus gênant qu’en contrebas.

Le chemin continue le long de la RD64 en direction de Brains. Il fait beau, c’est agréable. Dommage que le vent ne nous permette pas totalement d’en profiter. Brains est un petit village avec une école qui nous semble récente avec son bardage gris. Puis le groupe s’enfonce sur un chemin de petite randonnée vers le Sud.

Là nous “jouons” en binôme. L’un ferme les yeux, et son partenaire le guide sur le sentier. Puis dix minutes plus tard, on échange les rôles. C’est assez troublant, il faut accepter de se livrer et accorder notre confiance à son guide, là commence ce qu’on pourrait appeler le “plaisir surprise” notre odorat et notre ouïe prennent le relais, notre imagination relie les odeurs aux sons pour en créer une représentation mentale de l’environnement dans lequel nous sommes, c’est vraiment surprenant. D’autant que la notion de distance est quelque peu bouleversée, un son qui provient d’un mètre ou deux nous semble être à quelques centimètres.

Nous arrivons dans le hameau du Grand Pesle (Pesle ou pêle, du latin pessulus qui signifie verrou, pourquoi ce lieu s’appelle-t-il ainsi ? ) et nous attardons quelque peu sur une borne pompier, des plaques de regard en fonte et des bouches à clé. Ces témoins d’une histoire à laquelle on ne prête que peu d’attention au quotidien, mais qui ont tant à raconter : de de son origine, de la fabrication à la méthode d’approvisionnement de l’eau, un véritable réseau souterrain mais aussi ignoré de nous.

Nous continuons sur la limite administrative entre la métropole nantaise et le Pays de Retz, les poubelles d’un côté ou l’autre de la ville n’obéissent pas à la même autorité. Nous arrivons au Port Hamoneau, face à l’Acheneau, et aux vastes étendues inondées des marais longs et fauchés, habités de grues, de cigognes et d’autres volatiles dont nous ignorons les noms. On s’y arrête pour dessiner et il se remet à pleuvoir, encore, c’est assez démoralisant, d’autant que la faim tiraille nos estomacs après ces premiers kilomètres. L’averse passe, nous terminons nos dessins et décidons de déjeuner sur un petit ponton en bois qui domine la rivière. Puis une nouvelle averse vient perturber et écourter notre pause.

Un chemin s’enfonce vers le Nord le long de l’Acheneau, nous le prenons, mais deux cents mètres plus loin, le niveau de l’eau nous contraint à rebrousser chemin. Nous essayons de couper à travers champs, sans succès. Nous revenons alors au Grand Pesle et mettons le cap vers l’écluse de la Martinière, au Pellerin, au Nord-Ouest de notre position. Nous continuons notre chemin un peu plus rapidement désormais, nous commençons à courir après le temps dans le but de réussir à atteindre notre objectif, mais les premiers signes de fatigue se font sentir dans les rangs, le prochain tronçon prend des allures d’épreuve.

Sur le chemin de L’Hermitage.
La commune du Pellerin a hérité de son nom par sa localisation : sur une route du pèlerinage vers Compostelle ?, la route de L’Hermitage tient peut-être son nom de l’accueil des pèlerins de passage.

À travers la campagne, sur des chemins de randonnée, des sentiers ou le long de la route, via des hameaux, Le Marais, Le Bignon, Le Taillis, Le Tordreau.

Nous franchissons la D723 en direction de L’Hermitage, la périphérie du Pellerin est là, nous contournons, par la Ville au Vay, Le Grand Chemin et enfin l’écluse de la Martinière.

Un long arrêt nous permet de débriefer sur la journée, puis nous repartons dans le centre du Pellerin prendre un bus pour Nantes. Un périple d’environ 26 kilomètres en dix heures environ. Une équipe fatiguée, mais fière d’avoir atteint son objectif, bravant les averses et le vent.

Frédéric Gros : “La marche est un authentique exercice spirituel”

Docteur en philosophie, titulaire d’une Habilitation à Diriger les Recherches, agrégé de philosophie et ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Frédéric Gros enseigne à Sciences-po « les humanités politiques » en tant que Professeur des Universités en première année de Collège ainsi qu’en Master « théorie politique ».

Ses recherches portent sur la philosophie, de Nietzsche et Rimbaud ou bien Rousseau, mais il est en particulier spécialiste de l’œuvre de Michel Foucault, qui guide ses travaux majeurs : philosophie politique, justice,  guerre et conflits.

Est publié en 2009, un livre de Frédéric Gros intitulé Marcher, une philosophie (Carnet Nord, 2009). L’auteur y dépeint la pratique de la marche.


« Si mettre un pied devant l’autre est un jeu d’enfant, la marche est bien plus que la répétition machinale d’un geste anodin : une expérience de la liberté, un apprentissage de la lenteur, un goût de la solitude et de la rêverie, une infusion du corps dans l’espace… »

Il évoque les contradictions de la marche dans un monde aliéné aux nouvelles technologies qui recherche la vitesse et la connectivité. La marche est parfois vue comme une contrainte, parce qu’elle nécessite un effort physique et provoque de la fatigue. De plus elle est lente dans un monde où les distances se raccourcissent grâce aux progrès techniques et à la richesse, on cherche alors à s’en affranchir.

Pourtant la marche brise les codes de la société, elle permet de retirer nos masques de conformité, et laisse la liberté à chacun de se réinventer et nous met à égalité.

Vides créateurs

La marche c’est aussi une source de paradoxes philosophiques : l’éternité d’un instant, l’union du corps et de l’âme dans la patience, l’effort et le courage, la solitude peuplée de présences, le vide créateur…

Une solitude peuplée de présence.
L’éternité d’un instant

Marcher pour se transformer

L’expérience de la marche représente aussi une étape dans les travaux de penseurs. Certains déambules, et se perdent, d’autres, comme Nietzsche par exemple, marchait toujours les mêmes chemins, il ne s’est égaré qu’à deux reprises. Mais il n’empêche que certains, comme c’est le cas de Foucault, sont plus réputés pour être des « culs-en-plomb » que des marcheurs.

Qu’est ce que cela signifie alors ?

Se transformer

Pour Frédéric Gros, marcher c’est d’abord jouir de l’élémentaire : manger, boire, dormir, se reposer, retrouver le goût des choses simples. Puis, plus profondément, notre corps se transforme.

Marcher ne nous rend pas intelligent, cela nous rend disponibles à la pensée, plus féconds. Nul doute que les penseurs marcheurs valident pareil constat. De plus, dans l’environnement de la marche, la dimension du paysage est à prendre en compte, par les émotions qu’il déclenche grâce à un moyen subtil : la récompense. La récompense par la contemplation, le marcheur se récompense-t-il en observant le paysage ? Le paysage le remercie-t-il d’une intensité supérieure ? Puis la récompense par l’effort, la persévérance, le courage physique afin de parvenir à nos fins, et le sentiment de la mission accomplie.

“La marche, on n’a rien trouvé de mieux pour aller plus lentement. Pour marcher, il faut d’abord deux jambes. Le reste est vain. Aller plus vite ? Alors ne marchez pas, faites autre chose : roulez, glissez, volez. Ne marchez pas. Car marchant, il n’y a qu’une performance qui compte : l’intensité du ciel, l’éclat des paysages. Marcher n’est pas un sport.”

Marcher lentement, c’est allonger le temps.

Frédéric Gros ouvre le champ des possibles à travers la marche, marcher, c’est allonger le temps, plus on marche lentement, plus la journée est longue.

Marcher c’est redécouvrir le sens de l’horizon dans un monde où tout est à plat, labyrinthique et à l’infini : en réseau.

« On surfe, on glisse, mais on reste à la surface […] Le réseau n’a pas d’horizon. »

Marcher vers de nouveaux horizons, en laissant les masques derrière soi.

Sources :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/24/frederic-gros-philosophe-la-marche-est-un-authentique-exercice-spirituel_1540510_3232.html

https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/en-marche-0

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/faut-il-se-liberer-des-contraintes-24-la-marche

Introspection

« Car l’Homme, j’en suis convaincu, est un chercheur, de lui-même, des autres, du monde. »

Mike HORN, Vouloir toucher les étoiles.

Il y a une forme de dilettante dans la marche, on aime marcher ou on n’aime pas. Mais pourquoi marche-t-on ? Cherche-t-on à satisfaire un besoin, une envie? Certains marchent pour vivre, s’occuper, entretenir des liens sociaux, ou encore leur santé. Ceux là suivent un chemin rectiligne, un aller-retour, comme une parenthèse.
D’autres marchent pour fuir, s’en aller. Ils fuient parce qu’ils sont confronté à des situations auxquelles la réponse est complexe. La marche est alors un seuil. Un seuil où les corps s’égarent, où le psychisme s’alerte, où la réflexion s’éveille. Là, les chemins se dispersent. Des variables, une multitude de possibles qui rendent chaque trajectoire unique, un départ rempli de questions, une arrivée chargée de réponses. Ce chemin est une étape vers un nouveau développement, une boucle bouclée, mais qui reste ouverte.