La Noue, le nous ?

 

Nadja Warnant – Lena Guillo

Comme à plusieurs endroits du sud-ouest de Nantes Métropole, La Noue est un toponyme qui revient souvent. Lieux marécageux, c’était auparavant des endroits pas très appréciés et souvent laissés aux pauvres. De là vient la notion de communs, ces champs, ces mares étaient parfois des communaux à mettre en partage, gérés par plusieurs familles. Au lieu-dit La Noue à Saint-Aignan de Grand-lieu, au sud-est de l’aéroport de Nantes, une carte datant d’avant le 19e siècle fait état des communs du domaine du Roy sur les villages des Poteries et de la Noë. (Fig. 1) On peut y voir trois constructions ainsi que des mares, des pièces d’eaux à entretenir, un champ en contrebas d’où la terre aurait été utilisée pour faire des tuiles, ainsi qu’un terrain vague où était prévu des plantations. Autour de cela, des vignes qui appartenait à un Monsieur Jamet, pour le domaine de Launay.

Figure 1 : Carte des communs de La Noë et Les Poteries
sources : archives départementales de Loire Atlantique

 

Nous avons réussies à retrouver aujourd’hui plusieurs traces et indices de cette carte sur le territoire.

Continuer la lecture de « La Noue, le nous ? »

Jean-François Pirson – artiste pédagogue

« La marche c’est comme une danse, ça ouvre à l’espace, ça fend l’espace »

Arpenter par Jean-François Pirson

Jean-François Pirson se définit comme artiste-pédagogue en tant que marcheur, danseur, chorégraphe, photographe, dessinateur, écrivain. C’est de manière kinesthétique qu’il exprime et pratique son rapport à l’espace, par le toucher et le mouvement, ce qui l’emmène  à un arpentage de divers territoires. Cette méthode de marche permet, selon lui, de bouger le corps et la pensée, qu’il exprime par l’idée « d’habiter sans se sédentariser ». C’est-à-dire habiter pleinement un lieu et en prendre soin (même de très courte durée) et ne pas sédentariser sa pensée. Il marche alors avec son corps qui « contracte tout le territoire d’un bloc. Il ne s’embarrasse pas plus des détails, mais fait le choix entier d’un espace. » Il se laisse propice à la rêverie et à l’éveil d’une idée. 

« L’arpenteur marche sans raison apparente ou pour prendre, les sens ouverts, la mesure du monde dans différents champs : phénoménologique, chorographique [la description d’un paysage] ou géographique, plastique, anthropologique et politique. Cet arpenteur est aussi la personne qui parcourt, en la révélant à lui même, un petit morceau de terre connu ou négligé, tentant de faire corps avec lui, sans but précis, la personne considère cette expérience comme un simple moyen -poétique- de lier sa vie à l’étendue de notre humanité. » 

Jean-François Pirson marche généralement seul ou avec sa compagne et ils parcourent le monde à pied, Barcelone, Beyrouth, Alep, Marrakech, Bruxelles, … Et ce, parfois dans le cadre d’expositions et installations de ses photographies et dessins. Car il explique aussi qu’il fait pour chaque marche de beaux petits carnet, et que c’est une manière pour lui d’avoir un soin au territoire. En dehors de cette pratique personne il marche aussi en groupe pour des workshop et notamment de le cadre de la faculté d’architecture de Liège où il est enseignant. Il applique la transversalité des pratiques à ses étudiant.e.s et propose des marches exercices. « Les dispositifs spécifiques qui accompagnent la marche renforcent le caractère exploratoire, la force du tracé, la plasticité du mouvement, ils avivent les frottements avec l’espace traversé et ses multiples usages, stimulant les sens, remuant la pensée du dehors »

Carnet dans La danse de L’arpenteur.

Pour aller plus loin : 

. Jean-François Pirson, La danse de l’arpenteur. Editions La Lettre volée (2019)

. Jean-François Pirson, Petits écarts dans Pratiques, réflexion sur l’art n°12. (2002 )

. Jean-François Pirson, Aspérités en mouvements ? Forme, espace, corps, sculpture, pédagogie. Editions La lettre volée (2001)

. Jean-François Pirson, Pratiques de territoire – Marches et workshops. Cellule Architecture Fédération Wallonie-Bruxelles. (2020) 

. https://vimeo.com/176434228

. https://www.youtube.com/watch?v=CSMneuxQ1nQ

 

Glaner le long des sentiers

Allégorie du glanage possible sur les sentiers. (Lena Guillo)

«De toute façon, la moitié des gens sont chiches, ils veulent pas qu’on glane parce qu’ils ont pas envie d’être gentils c’est tout» Cette phrase d’Agnès Varda dans Glaneurs et Glaneuses, son film documentaire sorti en 2000, montre la difficulté parfois rencontrée à glaner fruits, legumes, et autres aliments laissée en plein champs. Parce que glaner c’est ramasser ce qui reste au sol après récolte, contrairement à grappiller qui concerne ce qui reste sur les arbres, toujours après récolte ou non récolté intentionnellement. La loi française n’interdit plus le glandage sauf arrêté municipal mais le code civil français régit les biens relatif à leurs propriétaires. Une pomme tombée au sol est un bien meuble mais doit appartenir au propriétaire du terrain. En ce sens le glanage est plus pu moins possible selon l’accord des propriétaires, pas toujours tolérants selon Angès Varda. 

Le glanage pratiqué depuis longtemps, surtout par des nécessiteux, entre aujourd’hui dans une démarche écologique contre le gaspillage alimentaire. On peut mettre en avant l’initiative Fruimalin de l’association Relais planète solidaire, qui fait des récoltes dans les vergers où les arbres sont de simples agréments. Les bons fruits sont redonnés aux bénévoles récoltants et propriétaires et le moins bons fruits sont transformés en confitures et revendus par l’association. Autre exemple, l’association Ondine à Lyon qui promeut le circuit court tente de mettre en place une plateforme pour le glanage ou les producteurs bio locaux pourront mettre une annonce lorsque le glanage peut être fait sur certaines récoltes. Cette disposition à mettre en avant les territoires nourriciers proche de chez soi sont en développement comme les vergers communaux ou le site en open data falling fruit qui recense et permet le recensement des fruits en accès libre sur les espaces publics. Ces initiatives laissent à penser un glanage désirable et accepté qui est aussi un moyen de penser notre ancrage au sein d’un environnement. 

Ce sentier se compose alors de plusieurs boucles thématiques, en fonction des types de cultures et offre différentes marches nourricières selon les fins de saisons de récolte. Une grande boucle entre les surfaces commerciales est aussi effectuée car le glanage d’une nourriture laissée hors magasins peut être possible. Celle-ci rejoint presque tous ces petites boucles à travers champs. 

Carte des sentiers pour glaner. (Lena Guillo)