D’un pas adolescent

Du lycée de Bouaye à la forêt urbaine, parcourir le péri-métropolitain par ses prises culturelles

Porté par un intérêt particulier qu’est celui de la pratique adolescente des territoires, le dessin d’un sentier et la pratique de la marche dans le quadrant sud-ouest de la métropole nantaise nous invite envisager une transformation liant le projet de forêt urbaine mené par Nantes Métropole et le lycée de Bouaye.

Aujourd’hui, si la majorité des adolescent·e·s vivent en ville, encore 23% arpentent quotidiennement de différentes manières l’espace périurbain, celui qui capte notre attention aujourd’hui. Ce projet s’est donc fabriqué en étant attentive à la posture des adolescents et adolescentes, aux espaces publics qu’ils fréquentent et ce qu’ils y font, y recherchent, en cherchant aussi à ce que les espaces projetés leur offrent de nouvelles prises dans le territoire, pour qu’ils acquièrent leur indépendance. Ce projet tend à rendre visible les actions des jeunes et montre comment les mobiliser en tant que ressource dans la fabrique et la pratique des territoires par tous.

Continuer la lecture de « D’un pas adolescent »

La forêt urbaine et sa manifestation dans le territoire sud-ouest : quel lien avec les trajectoires adolescentes ?

Traversée visible/invisible du site sud-ouest de la forêt urbaine de la métropole nantaise

Durant les deux premières marches qui ont rythmé ce début de semestre, sans réellement nous en rendre compte, nous avons parcouru une fraction assez importante du site sud-ouest du projet de forêt urbaine de la métropole nantaise. Ce projet est celui mené depuis maintenant 15 ans sur le territoire métropolitain, au croisement de plusieurs politiques publiques concernant la transition écologique des territoires (transition énergétique, plan climat air énergie, biodiversité). Ils ont différentes vocations, entre espace naturel, espace de vie, espace de récréation, espace de production, espace d’expérimentation et espace d’observation.

Dans cet objectif, trois sites ont été identifiés entre différentes communes de la métropole nantaise, dont le plus grand site (780 hectares) se trouve entre Bouguenais et Saint-Aignan de Grand-Lieu. Il est caractérisé par une grande diversité d’occupation des sols et de propriétés, avec notamment des espaces boisés et un important patrimoine bocager peu entretenu. Ce territoire fait l’objet d’une gestion sylvicole, promouvant la gestion durable des zones boisées dans une approche de forêt dite multifonctionnelle, permettant le maintien des ressources forestières en prenant en compte les facteurs écologiques du patrimoine territorial. Ces attributs concentrent des notions de pédagogie et de participation qu’il s’agit d’activer afin de sensibiliser les usagers du territoire.

 

Continuer la lecture de « La forêt urbaine et sa manifestation dans le territoire sud-ouest : quel lien avec les trajectoires adolescentes ? »

Marcher avec les adolescent·e·s : une façon de réclamer le territoire par le «pas de côté»

A travers leur regard, l’expérience d’une nouvelle posture face au territoire

Nous partons ensemble, avec un groupe d’adolescent·e·s mélangeant tant bien les genres, les âges, les provenances géographiques, les passions et les attentes en rapport avec la marche, à la découverte de ce secteur sud-ouest de la métropole nantaise. Dans le but de faire découvrir autrement cette zone, des adolescent·e·s venant de toute la métropole mais aussi de ce secteur même accompagnent mais aussi se laissent porter au fil des différents paysages et évènements qui s’offrent à eux. Pour se mettre en situation, nous partons d’un élément central dans la vie de l’adolescent·e : le lycée. Pour autant, nous chercherons à tout instant de nous en éloigner, car nous savons que 25% du temps disponible relèvent des « temps et lieux tiers », c’est-à-dire des moments hors du temps scolaire (représentant 32% de leur temps), du temps du « faire en famille » (représentant 30% de leur temps) et du temps seul à la maison (représentant 13% de leur temps).

L’expérience de l’improvisation sera notre mot d’ordre durant cette marche, en adoptant cette posture de jeu face à un cadre proposé par le sentier qu’il s’agira sans cesse de déjouer. Nous chercherons tout au long du parcours le « pas de côté » tel que peut l’envisager l’adolescent·e dans son parcours émancipatoire, l’aventure et la réappropriation des espaces prenant une place importante dans la construction de soi. Cette posture est envisageable pour les adolescent·e·s mais peut aussi être étendue à toute la société dans son caractère hétérogène, pour pratiquer la ville à travers le regard de ces jeunes et leurs situations dans l’urbain, s’affranchissant du territoire pour se l’accommoder. Reprenons une phrase de l’article précédent qui illustre cette proposition : Tentant d’apprendre par eux-mêmes, ce sont des nomades qui pratiquent la ville à la recherche d’angles morts urbains, là où ils peuvent se réapproprier des espaces pour qu’ils deviennent « à nous ».

Mise en action sur le territoire : marcher avec des adolescent·e·s

Pour mieux comprendre ce qu’il en retourne, nous organiserons une marche avec ces adolescent·e·s qui fabriquent ces paysages du secteur sud-ouest. Finalement, cette marche s’applique comme un workshop : une balade périurbaine pendant laquelle les usagers, les adolescent·e·s, aident les concepteurs et acteurs du territoire à voir la ville à travers leurs propres yeux, donnant à voir de nouvelles potentialités.

Départ du lycée général de Bouaye, nommé lycée Alcide d’Orbigny, rassemblant de nombreux adolescent·e·s venus de tout le secteur sud-ouest de la métropole, mais aussi des communes frontalières, permettant déjà d’engager une réelle mixité des expériences du territoire. Nous prenons le temps de demander aux lycéen·ne·s de cet établissement leur rapport avec ce territoire, leurs habitudes, les paysages connus et méconnus. Nous démarrons notre marche en direction du parc de la Mévellière situé plus au sud, dont l’accès nord était auparavant inexistant, ne permettant pas aux lycéen·ne·s une appropriation qui pourrait pourtant faire l’objet d’une habitude journalière tant la proximité avec l’établissement est ténue. Nous continuons en empruntant le sentier du GR du pays nantais, passant entre les champs de vignes et des espaces boisés très proches du bourg de Bouaye, changeant alors le rapport au centre de la commune. Nous reprenons notre route, traversons une zone pavillonnaire que de nombreux lycéen·ne·s doivent arpenter à pied de manière journalière, et nous nous dirigeons vers le site sud-ouest de la forêt urbaine : 780 hectares comprenant une grande diversité d’occupation des sols, entre espaces boisés, patrimoine bocager, aire de transition entre la ville et les espaces naturels. Nous nous y aventurons avant d’effectuer un premier arrêt au pied d’un bois, où plusieurs associations en lien avec le projet des forêts urbaines de la métropole nous attendent pour organiser un temps de discussion autour des projets envisageables sur cette zone concernant la communauté adolescente de la métropole. Comment peuvent-ils être amenés à participer à ce projet ? Quels sont leurs envies et désirs pour ces territoires à revaloriser et à revendiquer ? Comment rendre ces espaces accessibles pour tous et apporter cette dimension participative mais aussi ludique et expérimentale, qui donne corps à l’émancipation des jeunes et leur lien au territoire ?

La suite de la marche aura pour but de retrouver ces espaces que les adolescents osent se réapproprier « avec », à plusieurs. Direction le bourg de Bouguenais où nous passons par le lycée professionnel, ainsi qu’un stade municipal où un arrêt pourra être fait en fonction des désirs des adolescents. L’envie d’apercevoir la Loire se fait pressante, nous nous y dirigeons alors en empruntant des petits sentiers entre les cours d’eau, permettant de s’échapper rapidement de l’atmosphère de la ville, créant un séquençage rythmé du parcours.  Nous arrivons sur le site naturel de loisirs Roche Ballue, « un projet à vocation sociale, éducative et environnementale », où un festival des sports en plein air est organisé chaque année, labellisé éco-évènement. Ce sera l’occasion de mettre en place un deuxième arrêt, savoir si quelques adolescent·e·s ont déjà fréquenté ce lieu auparavant, quel rapport ont-ils avec ce lieu, et proposer à l’équipe de Roche Ballue de construire des projets et activités avec ces jeunes, dont le regard sur le territoire et leurs envies peuvent construire des potentialités fortes pour le lieu.

Continuons la marche. Nous nous échappons de l’agitation du site de loisirs pour retourner vers des espaces plus boisés. Le calme se fait ressentir. Les routes peu fréquentées nous permettent de prendre plus de place sur la chaussée, prendre peu à peu confiance sur ces territoires habituellement destinés aux voitures. Plus nous avançons, plus nous apercevons le bourg de La Montagne se dessiner au loin. Nous longeons alors la route principale avant d’arriver au Chalet, nom de l’espace jeunesse de la commune, où se trouve L’AJI (animation jeunes intercommunale), une salle de répétition et un skatepark, où un arrêt pourra être matérialisé selon les désirs des adolescents. Nous pourrons alors organiser une rencontre avec les équipes gérantes de l’établissement afin d’envisager de nouveaux projets intercommunaux au sein du secteur sud-ouest, qui pourraient mettre en relation les adolescent·e·s provenant de différentes zones autour d’activités communes, qu’elles soient ludiques, ou citoyennes.

Dernier quart de notre marche avec les adolescents à la rencontre de différents acteurs du territoire sous l’œil de la jeunesse. Nous nous échappons encore une fois du bourg pour entamer une nouvelle traversée des espaces boisés, des champs de vignes, des ruisseaux. Nous évitons les grandes routes pour explorer les paysages que peu de gens longent, à la découverte de nouveaux passages, de nouveaux sites à investir. L’arrivée à Brains nous ouvre sur le skatepark de la commune où nous marquons la fin de notre marche. Nous entamons des discussions ouvertes entre les adolescent·e·s concernant leur rapport aux paysages traversés, ceux qui leur étaient connus ou inconnus. Au fil des rencontres effectuées, survolées, des idées germent et nourrissent évidemment l’intérêt des adolescent·e·s pour leur territoire et les projets qui pourraient être amenés à s’y développer selon leurs propres recommandations. La participation et l’engagement de cette frange de la population commencent ici et laissent présager des collaborations entre communes qui peuvent être fructueuses tant pour la rencontre des adolescent·e·s que de toute la population du secteur sud-ouest. Le skatepark et le city park sont maintenant à disposition des jeunes, où nous les laissons terminer comme ils le souhaitent cette marche de presque 25km.

Un territoire pris en main par les adolescent·e·s

Cette fois-ci, nous parcourons le chemin à pied, mais le sentier a pour but d’être aussi emprunté par des véhicules non motorisés, tels que le vélo, le skate, le roller, comprenant des installations DIY imaginé par les adolescents du secteur sud-ouest le long du parcours afin de provoquer l’évènement, l’improvisation et la surprise lors de la traversée. Ce parcours est alors ponctué rituellement par des micro-interventions qui viendront rythmer le trajet, entre divers espaces skatables, cyclables ou encore de multiples projets artistiques et culturels créés et réalisés par les adolescent·e·s. Il s’agit alors de suggérer un cadre à déjouer grâce à des espaces multifonctionnels, faisant se chevaucher différentes actions culturelles, sportives, ludiques mais aussi des usages plus simples incitant à la détente par exemple. Il s’agit finalement de connecter les « spots » adolescents en estompant les barrières entre espace public, ici périurbain et rural, et infrastructures sportives et culturelles qui sont souvent moins nombreuses dans ces secteurs, tout cela orchestré par les adolescent·e·s eux-mêmes (aidés par différentes associations et acteurs de la jeunesse), révélant leur engagement et expression envers le territoire et ses ressources. L’évaluation du territoire à travers le regard de la jeunesse sera alors un rituel permettant de faire évoluer et vivre sans cesse ces paysages périurbains et ruraux. Evidemment, ce parcours peut prendre une toute autre tournure, en fonction des paysages et architectures découvertes qui attirent leur attention et méritent leur appropriation, leur regard. Au fil du parcours se dessinent alors intuitivement des envies de réadaptations, de réappropriations tant temporaires que permanentes du territoire, sous couvert des potentialités que donnent à voir le regard de ces adolescent·e·s, ces explorateurs curieux, obstinés et sans limite.

Marche collective préparée par les étudiant·e·s, 25 mars 2021 : la parole aux marcheurs·seuses

Récit de la seconde marche du studio, le jeudi 25 mars 2021. Son tracé a fait l’objet d’une répartition en tronçons imaginés par différents groupes. Résultat : six tronçons assemblés, de l’aéroport jusqu’au centre de Bouguenais, en passant par des bourgs et paysages agricoles et naturels.

Nous nous retrouvons petit à petit à la station de tramway Pirmil dans l’attente du bus qui nous rapprochera de l’aéroport, notre première zone à explorer. Le soleil de ce jour nous réjouit et apporte une chaleur qui annonce une belle journée de marche. Nous prenons alors le bus, observons les montées et descentes des passagers avec attention. Nous descendons à l’arrêt La Noue où nous prenons quelques minutes afin d’objectiver les attendus de la marche et de chaque tronçon tracé par les groupes d’étudiant·e·s.

Premier tronçon : des pistes de l’aéroport au bourg de Saint-Aignan de Grand Lieu

Nous traversons alors une zone pavillonnaire en silence, pour rapidement arriver sur une petite route de campagne scellée de chaque côté par de grands portails et des kilomètres de grillage. Nous comprenons rapidement que nous avons atteint la partie sud des pistes de l’aéroport. « Aérodrome Nantes Atlantique accès interdit au public sous peine de poursuites ». Notre œil se tourne fixement vers le haut de la tour Bretagne que nous apercevons au loin, nous faisant prendre conscience de la distance à laquelle nous nous trouvons. Par la suite, les champs de vignes et un bois déclinent différentes séquences. Notre chemin se poursuit en suivant le GR du pays nantais, s’enfonçant alors dans les bois et entrant presque au cœur d’une écurie. Le bourg de Saint-Aignan ne se fait plus très loin. Nous prenons conscience du nombre de pancartes contre les nuisances de l’aéroport tout juste avant d’entendre et d’apercevoir un avion planer au-dessus de nos têtes. Le bruit aérien passant, le calme reprend vite le pas dans la direction de l’église où nous faisons un premier arrêt marquant la fin du premier tronçon. Un exercice guidera chacune de nos haltes : chacun prononce une phrase symbolisant son parcours qui sera enregistrée par un téléphone.

Portail et grillage qui donnent sur les pistes sud de l’aéroport de chaque côté de notre route, laissant une vue lointaine vers la ville d’un côté, et le paysage naturel de l’autre. Cliché de l’auteure

Plaine d’atterrissage, sur la piste du bruit nous étions. 
L’aéroport forme une ligne séparatrice. 
Plus les mobilités sont rapides, plus elles font du bruit. 
À quoi ressemble une personne qui marche ? 
Le cheval de l’autre côté de la clôture retourne le regard des passants. 
(son de cloches) 
À l’Ermitage, un H et un Q qui tout seuls ne font pas sens. 
Différents séquençages rythment le parcours. 
Triple barrière et no-man’s land. 
Cette dame qui nous salue à sa fenêtre aux volets roses. 
Le soleil perce entre les arbres du bois. 
On dirait le Sud. 
Lorsque la sérénité et le bruit se rencontrent. 
Le champ des oiseaux ambiance notre marche. 
(son de cloche) 
Dépôt vente, enfants à côté d’une école.
(suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Deuxième tronçon : au plus près du lac de Grand-Lieu

Nous reprenons notre marche. Le silence qui s’était imposé devient difficile à tenir maintenant que nous sommes bien réveillés. Nous retrouvons à nouveau le GR du pays nantais qui longe le lac de Grand-Lieu. Un objectif s’immisce dans nos têtes : réussir à apercevoir ce lac si caché. Sur notre gauche, un long chemin se dévoile en direction de l’eau. L’arrivée devant le lac laisse place à un arrêt et un long silence marquant. Nous rebroussons chemin puis tentons une découverte derrière un portail posé là, sans grillage autour. Le caractère privé étant difficile à déceler, nous nous y aventurons, mais on nous fait rapidement comprendre que nous n’étions pas les bienvenus. « Vous n’avez pas vu la barrière ? Heureusement pour vous qu’un seul chien est sorti. » Quelque peu abasourdis par l’agressivité de l’échange, un demi-tour s’impose. Nous nous arrêtons alors au milieu de ce chemin pour marquer une pause face à cet évènement déstabilisateur.

Portail faisant irruption sur notre chemin, nous laissant perplexe quant à l’aspect privé ou public de la route filant derrière. Alors nous passons sur les côtés pour découvrir. Cliché de l’auteure

Ouest-France :  ils attaquent à l’explosif.
Presse Océan : le retour du pique-nique. 
Les conversations qui s’arrêtent quand s’ouvre l’horizon. 
Sur le chemin, l’absence de végétation au loin laisse deviner la proximité du lac. 
De l’autre côté c’est l’Amérique. 
La diversité des oiseaux dans la zone du lac de Grand-Lieu amène une ambiance de Camargue dans la métropole nantaise. 
« Oui c’est mon jardin, s’exclama-t-elle, au moins 20 hectares de terrain ! » 
Des maisons avec jardin ou des jardins avec maison ? 
Le soleil semble inconsciemment guider nos pas. 
Une rencontre assez explosive. 
Roche affleurante et à fleur d’eau. 
Vous ne passerez pas. 
Sidération face à cette barrière humaine infranchissable. 
Entre humidité et sécheresse. 
« Allez viens Guimauve, viens ici ! » (suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Troisième tronçon : retour à la ville, bourg de Bouaye

La marche se poursuit avec deux autres guides muni·e·s des cartes. Suivant le GR, nous tentons de nous en défaire avec quelques incursions non fructueuses pour se rapprocher du lac. L’eau devient notre objectif comme notre principal obstacle. Lassé·e·s par le GR, nous préférons nous diriger vers une zone pavillonnaire où nos regards se laissent porter de jardin en jardin. L’envie se fait ressentir de tenter une nouvelle excursion « hors des sentiers battus ». Un portail fait encore une fois face à nous : une étudiante part alors en mission Stalker. S’y dévoile un espace intéressant mais difficile à traverser par le nombre de marcheurs et marcheuses que nous étions. Un voisin nous informe que ce portail est souvent ouvert par le propriétaire, mais suite à quelques vols il apparaît parfois fermé. Finalement, nous atteignons le centre de Bouaye après avoir traversé la voie ferrée sur laquelle nous avons pu observer un train s’élancer. La faim se fait ressentir, une pause s’impose alors devant l’église de Bouaye, d’une architecture bien différente de celle de Saint-Aignan de Grand Lieu.

Les clôtures sont hostiles. 
Des frottements émanent de buissons. 
Quelques scènes de vie quotidienne viennent rythmer le bourg de Bouaye. 
La maison est une économie dans ce territoire. 
Réemploie, quand la SNCF s’invite dans les jardins privés. 
Un chemin semé d’embûches. 
Une histoire de clôtures. 
Les domaines se manifestent à travers les pancartes. 
Les étendues d’habitats défilent, ce sont les seuils qui racontent la diversité des habitats agglomérés. 
Pavillon fiction. 
Privé mais accès toléré, public mais accès restreint. 
Le calme est-il sans surprise ? 
Peut-on juger une ville à son église ? (suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Quatrième tronçon : à la découverte d’espaces difficilement identifiables sur la carte IGN

Les champs de vignes viennent se confondre avec les grandes serres qui s’imposent sur notre chemin. Cliché de Louise-Marie Jouault

La pause déjeuner terminée, nous commençons la seconde moitié de notre parcours. Nous traversons pour la première fois la 4 voies pour découvrir un hameau de Saint-Léger-les-Vignes nommée La Chaussérie. Étrangement, chaque rue, chemin, allée, square porte ce même nom. Rapidement sortis de ce lieu, nous entamons notre découverte, nos yeux guidés par d’énormes serres puis de grands champs de vignes. Le chemin indiqué sur la carte est difficile à percevoir tant nous sommes confrontés aux clôtures (une nouvelle fois). Trop loin pour faire demi-tour, nous nous faufilons dans les interstices. En continuant notre chemin, deux caméras pointent en notre direction, nous imposant une certaine gêne. Un deuxième obstacle surgit : encore un portail. Nous réussissons à l’ouvrir rapidement et à s’immiscer dans le bocage, où un troisième obstacle nous fait face : un grand talus infranchissable. A droite, apparaît une porte de sortie, elle aussi entravée par un quatrième obstacle : un portail. Nous nous rendons rapidement compte que nous sommes finalement dans un domaine privé et non dans l’espace public. Les frictions entre le public et le privé auront réellement pris toute la place dans nos ressentis durant la découverte de ce tronçon. Nous laissons un mot aux propriétaires s’excusant de notre traversée incongrue avant de retraverser la 4 voie pour arriver à un tri-point, une tri-frontière entre Bouaye, Saint-Aignan de Grand Lieu et Bouguenais.

S’immiscer dans les interstices du grillage pour continuer la marche. Cliché de Louise-Marie Jouault

Rien ne s’est passé comme prévu. 
Apparemment on était chez quelqu’un. 
« Oh non, encore un portail ! » 
J’ai préféré laisser un mot. 
On aperçoit des biches derrière une barrière.  
Sous surveillance. 
Mal au genou. 
L’eau et les serres m’éblouissent. 
On est tracé, des caméras partout. 
« Je pense qu’on peut tenter de passer par là » 
Le son de 4 voies, guide dans l’espace ou pas. 
C’était une aventure. 
Sentiers sans frontières. 
Passons par-dessous. (suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Cinquième tronçon : entre zones pavillonnaires ; arrivée au moment crucial de notre marche

La suite de la marche s’effectue d’un pas rapide car nous devons rejoindre l’autre groupe dans trente minutes à plusieurs kilomètres de là. Nous traversons une zone pavillonnaire récente où de nombreux jeunes sont présents. Une autre zone pavillonnaire se consomme sous nos yeux. Elle apparaît bien différente, composée de petites maisons de villes mitoyennes à l’architecture nouvelle. Nous rejoignons rapidement une route principalement dédiée aux voitures qui se fait assez longue, avant d’apercevoir au loin un autre groupe : ce sont nos camarades ! Nous voilà réunis hasardeusement à l’Espérance. Heureux de nous rencontrer enfin ensemble, nous nous présentons tour à tour et discutons. Notre présence se fait plus importante dans l’espace public. Nous continuons notre marche ensemble en espérant trouver un lieu plus intime où nous pourrons échanger plus longuement. Le silence n’est définitivement plus de mise. Quelques étudiant·e·s s’invitent avec des micros afin d’enregistrer l’espace sonore du paysage et celui que nous créons. Finalement, nous apercevons dans un petit bois une cabane ou du moins des modules construits en bois nous rappelant notre enfance. Nous prenons place ici le temps de 45 minutes de partage de nos expériences, ressentis, éléments troublants, agréables qui ont guidé nos marches respectives.

Sixième et dernier tronçon : retour au bourg, arrivée à Bouguenais

Le grand groupe que nous formons reprend le rythme de la marche. Nous semblons nous étaler de plus en plus dans l’espace tant nous sommes nombreux. Les discussions sont toujours aussi vives, rendant la perception de l’espace plus difficile, mais celle de notre présence plus active. Nous traversons différents panoramas : un bois, un château d’eau, la 4 voies, puis le retour entre les arbres ; avant de retrouver la carrière que la moitié d’entre nous avions déjà aperçue lors de notre première marche collective. La fatigue commence à prendre le pas chez certain, nous obligeant à réexaminer la suite de notre parcours qui devait se poursuivre un peu plus loin que Bouguenais, jusqu’à Port-Lavigne. En traversant la 4 voies, nous apercevons un avion décollant de l’aéroport, nous ramenant immédiatement au début de notre marche. Nous entrons alors dans le bourg de Bouguenais, marchons près des maisons, d’un complexe sportif puis d’un cimetière avant de s’arrêter définitivement à l’église pour faire un point sur les objectifs de notre option Grands Sentiers. Notre groupe d’une vingtaine de personnes s’assoit alors en rond et écoute attentivement Anne Bossé. L’heure sonne : 19h, il est temps de rentrer chacun chez soi et se reposer après ces 26 km de marche.

Les marcheurs-photographes du GR2013 // Paysages Usagés

Paysages Usagés, intervention artistique sur le GR2013 // Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth

Ici, nous nous intéressons à la démarche de Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth, deux artistes-photographes qui sont intervenus artistiquement sur le GR2013.

Ce sentier de 365 km imaginé et balisé à l’occasion de Marseille Provence capitale européenne de la culture 2013, s’immisce entre le paysage urbain, périurbain et rural de la métropole marseillaise. Il forme une boucle dans l’espace métropolitain à travers 38 communes sur un territoire de 3000 km².

Le tracé du GR2013 dessine une boucle que les photographes ont arpenté en organisant 100 arrêts pour la prise de photographies.

Pour ce sentier, un projet artistique de représentation des paysages de la métropole a été mis en place par l’Observatoire photographique du paysage (OPP) : Paysages Usagés, démarche de Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth. Ils se sont intéressés au GR2013 avant même son balisement sur le territoire, dès 2012. Leur projet s’organise autour d’une série de 100 photographies prises le long du sentier, chacune parcourue par une ligne blanche traçant le futur passage du GR. Ces photographies sont capturées une fois par an pendant 10 ans, permettant d’apprécier les changements qui ont opéré sur le territoire, entre ceux liés à l’activité humaine et ceux d’autres forces qui redéfinissent chaque année le paysage. Ils sont guidés par un désir qui n’est pas uniquement celui de mettre en lumière des problématiques connues aujourd’hui mais surtout de faire de ces photographies des supports d’analyse du territoire et de notre action et mouvement sur celui-ci. Ces photographies deviennent alors un observatoire de la richesse des paysages traversés dans la métropole marseillaise, et analyse les frictions des éléments qui nous entourent lors de sa traversée.

3 paysages photographiés en 2012 puis en 2013 dans le cadre de l’intervention artistique Paysage Usagés (http://www.francesterritoireliquide.fr/lesphotographes/bertrand-stofleth-et-geoffroy-mathieu.html)

Un projet participatif qui donne corps au sentier chez les marcheurs

Les 100 premières photographies sont réalisées dès 2012 sur le sentier. Afin de reconduire les photographies chaque année, un volet participatif a été mis en place, proposant au public, ou ceux qu’ils appellent les « adoptants », d’adopter 70 des 100 photos, les 30 restantes étant reconduites par les créateurs de l’OPP. Pour que cette reconduction puisse être possible, il s’agissait d’utiliser des instruments photographiques basiques, dont un appareil reflex et un trépied. Il était aussi nécessaire d’établir un protocole lors de l’arrêt sur le sentier pour la prise de vue, prenant en compte des paramètres précis tels que la hauteur du trépied, la distance par rapport à un objet, un croquis du paysage photographié et du trépied dans l’espace.

Cette reconduction de photographies chaque année jusqu’en 2022 propose aux adoptants de s’approprier le paysage ainsi que la marche, et analyser l’expérience de ceux-ci par rapport aux anciennes photos. Le volet participatif de l’intervention artistique permet de dépasser le seul compte rendu d’un fait de paysage mais bien d’arriver à la propre étude de celui-ci, en utilisant l’arrêt sur le parcours, la mise en place d’un protocole, l’observation puis la captation du paysage. Un réel ancrage des adoptants dans le territoire s’opère, donnant naissance à un lien intime avec le paysage photographié. Un jeu d’appartenance et d’adhérence au paysage s’installe : une image qui appartient au citoyen, un trajet qui appartient au citoyen, un paysage qui appartient au citoyen.

L’intérêt de la transmission photographique pour les marcheurs

Ces trois dessins déclinent les façons de marcher des deux photographes ainsi que des adoptants de la reconduction des photographies.

Alors finalement, les premiers marcheurs de cette intervention artistique, Geoffroy Mathieu et Bertrand Stofleth, pratiquent la marche et surtout l’arrêt. Elle est le fondement de leur démarche, menée par un protocole précis. Afin de décrire la démarche de ces marcheurs, nous nous tournons vers le concept d’écologie des lignes de Tim Ingold qui décrit deux hypothèses : une ligne « active », pleine, qui symbolise la promenade continuelle, sans obstacle ; et une ligne « pressée », en pointillées avec des zones entourées, qui s’apparente plutôt à un déplacement où un but subsiste. A partir de cette terminologie, le processus des deux photographes semble naviguer entre ces deux lignes, entre marche sinueuse le long d’un sentier et arrêt sur des sites précis où l’objectif de la captation vient alors guider leur marche.

La reconduction des photographies chaque année donne l’occasion aux adoptants et autres marcheurs de parcourir le GR2013 de manière assez récurrente. Cette marche, entre promenade et arrêts significatifs dans un but protocolaire, vient alors se rejouer chaque année grâce à la transmission effectuée des photographes vers les « adoptants ». Dans ce sens, ils diffusent l’expérience de la marche par la mise en place d’un but précis : celui de photographier un paysage selon un protocole donné. Cette passation incite et invite le public à marcher, expérimenter le paysage urbain et périurbain de la métropole marseillaise, et continue alors d’alimenter cette pratique constructrice de nos paysages.

Sources :

http://www.francesterritoireliquide.fr/lesphotographes/bertrand-stofleth-et-geoffroy-mathieu.html

Marche dans les angles morts adolescents

« L’adolescence est l’épreuve de l’autonomie par la capacité, acquise ou conquise, d’élaborer individuellement et collectivement un monde à soi hors des lieux imposés de l’enfance. La ville permet de franchir cette épreuve. »

(Joël Zaffran. 2016. La ville des enfants et des adolescents. Les Annales de la recherche urbaine. n°111.)

Imaginer le sentier d’un adolescent c’est tenter d’arpenter ses premiers pas autonomes liés à son émancipation. La mobilité et l’espace où celle-ci est mise en place devient primordial dans la construction de soi. Les adolescents s’aventurent alors dans la ville et en dehors, dans l’objectif d’échapper au contrôle parental ou institutionnel. Tentant d’apprendre par eux-mêmes, ce sont des nomades qui pratiquent la ville à la recherche d’angles morts urbains, là où ils peuvent se réapproprier des espaces pour qu’ils deviennent « à nous ». Cette démarche est celle d’un groupe, à l’épreuve d’une sociabilité qui prime dans ces espaces appropriés « avec ». Se laissant porter par le groupe, l’improvisation est souvent de mise, donnant lieu au plaisir de la découverte et à la construction de leurs propres expériences.

Il s’agit souvent pour les adolescents d’occuper l’espace en mouvement. Les différentes activités sportives et de loisirs deviennent les instruments de la mise en place de leur présence en ville. Jouant constamment avec l’architecture qui l’entoure (le dessous, le caché, le dessus, le plus haut, le dedans, le couvert), les adolescents sont des explorateurs curieux, obstinés, sans limite.

A cette image, il s’agit d’arpenter la ville dans ses recoins, ses détours, ses retours, ses espaces cachés, ses « espaces à nous », où les adolescents construisent ensemble leur propre marquage dans la ville et la société.

Allégorie du sentier adolescent