Suivre les mobilités enfantines

Il y a autour de la marche enfantine un certain imaginaire. D’anciennes expressions en témoignent tel que « le chemin des écoliers » ou encore « faire l’école buissonnière » . 

Venelle des écoliers face à l’école Victor Hugo à Bouaye.

Ces expressions expriment un certain idéalisme et une certaine liberté dans les mouvements des enfants. Cependant, aujourd’hui, et pour une question de sécurité, ces expressions sont moins d’actualité, de multiples facteurs freinant cet engouement autour de la marche enfantine (peur des autres, dangers de la route…). Après avoir arpenté le territoire, il est remarquable que les enfants n’ont plus une place à part entière dans la ville, et que la ville elle même est peu adaptée à leur présence. Le dessin des communes ne prend résolument pas en compte les enfants qui y déambulent, et pour cause, de multiples frontières s’y matérialisent pour eux : des grillages, des écoles à huit clos, des échelles inadaptées voir disproportionnées ou encore le trafic automobile.

Suivre les mobilités enfantines et les faciliter. Voilà aujourd’hui ce que propose cet ensemble de portions de sentier à l’échelle du quadrant sud ouest de la métropole nantaise. Pour une question d’échelle et de praticité, ce sentier se divise en plusieurs micro-sentiers, que l’enfant peut arpenter de différentes manières et dans différents buts.

triple couche de barrière (double grillage et hauteur) – croquis de la cour d’école Victor Hugo

Le parcours proposé est composé de micro-cheminements à arpenter de différentes manières par les enfants. L’idée de cet ensemble de cheminements serait de pousser les enfants à arpenter, à découvrir librement, accompagnés mais aussi par eux mêmes, leur territoire tout en se sentant en sécurité.

Ensemble de micro-cheminement sur les traces des enfants – cartographie à l’échelle du quadrant sud ouest de la métropole nantaise

Les cheminements praticables quotidiennement par les enfants.

Cette première catégorie de cheminements regroupe les cheminements facilement arpentables par les enfants et permettant de faciliter leur mobilité quotidienne, entre les activités scolaires, leurs habitations et leurs activités extra-scolaires. Cette première catégorie de cheminement se retrouve majoritairement en coeur de bourgs et tissus pavillonnaires, délimité dans un périmètre d’un kilomètre. Un kilomètre, c’est la distance qu’un enfant de six ans peut parcourir en vingt, trente minutes. Dans ce kilomètre, on retrouve facilement en coeur de bourg les écoles des communes concernées, ainsi que les principales activités liées à la vie de l’enfant.  Ces premiers cheminements rendraient donc service aux parents et aux enfants, et indiqueraient dans les communes les cheminements les plus sécurisés afin de se rendre aux différents points importants dans la vie quotidienne d’un enfant.

Les cheminements aménagés et sécurisés en campagnes et forêts.  

Cette seconde catégorie réunit les cheminements entre les communes principales du quadrant sud-ouest et les lieux-dits environnants. Ils permettent de proposer une mobilité douce entre campagnes et forêts, éloignés du danger de la route et n’ayant pas un but précis comme la première catégorie (c’est à dire celui relier les écoles par des chemins plus directs et pratiques). Ces cheminements proposent des promenades vertes, arpentables en familles ou entres copains, ou encore nouvelle manière de rentrer de l’école, plus longue mais plus riche en paysages. Ils permettent aussi aux enfants vivants dans les bourgs plus éloignés des écoles de s’y rendre.

C’est aux abords de cette typologie de sentier que ce distingue un projet : le projet de structure permettant l’apprentissage par le Faire.

Les cheminements impraticables à pieds pour les enfants.

Cette dernière catégorie de cheminements est aujourd’hui plus difficile à envisager à pratiquer à pieds par des enfants. Ces portions ne sont qu’au nombre de deux dans l’ensemble du quadrant. Elles relient les communes difficilement arpentable avec une mobilité douce et sécurisée, mais permet aux enfants de se déplacer entre les différentes communes grâce au ramassage scolaire.

Finalement, cette commande de grand sentier dans quadrant sud ouest de la métropole nantaise c’est décliné ici en un ensemble de micros-sentiers, permettant une multiplicité de façons de se déplacer pour les enfants dans le territoire.

Faire sauter les barrières ; libérer les enfants!

Rempart, enceinte, forteresse, barricade… Tant d’adjectifs pourrait qualifier cette cour de récréation observée à Bouaye de l’école Victor Hugo, faisant face à la Venelle des Écoliers. Comme dans de nombreux espaces récréatifs d’écoles que j’ai pu observer, le constat fut le même : les cours de récréation sont des espaces clos, protégés, parqués. Les sols uniformément bitumés, les grillages verts jouant le rôle de barrières ou encore la végétation quasiment inexistante dans ces espaces récréatifs créent une ambiance que l’on pourrait presque qualifier de carcérale. 

Cette situation de l’école à huit clos m’a alors troublée. Les enfants masqués, collés au grillage vert et leurs petits doigts s’accrochant à celui-ci semblent rêver de liberté, ou du moins semblent avoir l’envie de passer entre les mailles et de suivre le groupe de marcheurs en contrebas. Ce grillage vert d’environ quatre mètres de haut joue différents rôles. Celui de filet protecteur, afin de protéger les voitures des ballons pouvant vouloir s’échapper de la cour de l’école. Celui de barrière protectrice afin de protéger les enfants du vide. Celui de barrière visuelle permettant d’une certaine manière d’obstruer la vue avec la hauteur et ainsi de préserver les enfants. Mais en fin de compte, ce n’est pas ce grillage futile qui dissuade, c’est cette hauteur sur laquelle il est accroché. Cette position en altitude semble alors être autant une barrière physique que mentale. Cette double barrière est vraisemblablement là pour protéger ce public vulnérable, mais finalement, ne pourrions nous pas tenter de le responsabiliser ?

« Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité. »  – Victor Hugo

Qui dit barrières dit restrictions, et pour l’enfant peut être une envie de les contourner. En passant devant cette école, je me suis alors souvenu qu’en passant devant d’autres cours de récréation le constat fut toujours le même : les enfants sont en grande partie accolés à cette barrière et regardent avec un regard plein d’envie l’autre côté, celui où ils n’ont pas le droit d’aller : l’inatteignable. Je me suis alors mise à imaginer ce que l’on pourrait trouver derrière cet obstacle. On y retrouve sans aucun doute un sol bitumé comme dans chaque espace récréatif, avec peut-être un ou deux petits arbres émergeant du sol, leurs racines transperçant le bitume, comme si la nature elle aussi voudrait s’échapper et rêvait de liberté. J’ai finalement fait le rapprochement entre cette forteresse écolière et cette venelle des écoliers. Et si cette ruelle étroite serait l’échappatoire en sortant de l’école, celle dans laquelle les enfants peuvent enfin se sentir libres? 

Photographie et collage du site “trouble”.

JFK, par Laurent Malone et Dennis Adams.

Un exemple de paire de photographies effectuée lors de la marche. Source : http://www.laurentmalone.com

Afin d’ancrer le projet JFK dans son contexte, nous allons dans un premier temps présenter les deux protagonistes de cette marche.  

Laurent Malone

Laurent Malone est un photographe français s’intéressant dans ses oeuvres aux mutations de l’espace urbain notamment à partir de parcours tracés dans de nombreuses villes ( New-York, Hong Kong, Rio, Marseille…) . La marche devient alors pour lui le centre de son processus photographique. Laurent Malone accorde une intention particulière aux mutations urbaines ainsi que pour les usages non planifiés de l’espace public. 

« Les villes sont le lieu d’un rapport de force entre la rationalité incarnée par l’architecture et les usages des habitants qui inventent des ruses et des manières de faire avec pour se ré-approprier l’espace. » 1

Dennis Adams

Dennis Adams, quant à lui, est un artiste américain connu pour ses installations muséographiques ainsi que dans l’espace public. Cet artiste produit de nombreuses oeuvres vidéographiques servant à mettre en avant le processus d’amnésie collective ainsi que l’exclusion sociale. 

Le projet JFK, ou comment proposer une nouvelle structure narrative par la photographie.

Ces deux artistes, évoluant dans des domaines similaires, ont décidé de partager et de s’unir lors d’une marche de plus de onze heures dans la métropole new-yorkaise. Le 5 août 1997, en empruntant le chemin le plus direct entre Manhattan et l’aéroport JFK et sans interruption, les deux artistes proposèrent une nouvelle approche pédestre par la photographie. Équipés d’un seul et même appareil photo, un 35 mm, l’un des deux marcheurs pouvait, dès qu’il le désirait, prendre une photographie de l’environnement dans lequel il se trouvait. Il s’agissait ensuite de remettre l’appareil à l’autre afin qu’il puisse photographier au même instant dans la direction exactement opposée. 

Cette marche fut retranscrit par la suite dans un ouvrage photographique nommé JFK, le lieu où pris fin leur périple. Ce livre rassemble la totalité des photographies prises lors de la marche, c’est à dire 243 paires de photos et permet ainsi de retracer le parcours à pied des deux artistes. Cet ouvrage propose une expérience photographique singulière, notamment avec la mise en place d’un processus photographique où il s’agissait de photographier l’instant présent avec le principe de la double vision. Grâce à ce processus photographique, le parcours se dessine, s’illustre avec les éléments traversés par ce sentier linéaire comme des quartiers, des arrières cours, des autoroutes ou encore des cimetières. Avec ces paires, les paysages se complètent ou alors s’affrontent. Quand l’un va faire face à un mur, l’autre va révéler un paysage très urbanisé ou au contraire une étendue d’herbe… Finalement, le paysage new-yorkais se dessine. 

Allégorie du tracé effectué par Dennis Adams et Laurent Malone le 5 août 1997.

Ouvrages consultés

Une vidéo réalisée par la médiathèque des Abattoirs : https://www.youtube.com/watch?v=x62fi1hWdGU

Le site de l’artiste Laurent Malone : http://www.laurentmalone.com

1 Le site de la webradio des arts et du commun R22, dans la rubrique Auteur.ice.s : https://www.r22.fr/auteurices/laurent-malone

Le site de ParisArt, dans la rubrique Livres : https://www.paris-art.com/jfk/ 

“Sur le chemin de l’école” – le sentier d’un enfant ; entre l’école et ses activités

Définition du sentier – 50 kilomètres

La moitié de la population mondiale est urbaine, ce qui représente environ un milliard d’enfants urbains selon les chiffres de l’UNICEF 1. La ville représente alors pour l’enfant un potentiel dans son développement, dans son apprentissage de la ville ainsi que dans son épanouissement.

Les enfants sont un public vulnérable. Ce sentier métropolitain raconterait alors les périples qu’un enfant peut vivre en ville dans ses trajets quotidiens. Il permettrait de relier les différents pôles d’activités importants dans la vie d’un enfant tout en pouvant garantir sa sécurité.

Afin de définir le tracé, il s’agit de relever tous les pôles d’activités intervenants dans la vie d’un enfant (écoles, centres sportifs, parcs, aires de jeux…) ainsi que les moyens de transport métropolitains afin d’établir des connexions entre ces différents pôles et d’ainsi définir un nouveau parcours dans la ville, ludique et pédagogique. Ce sentier offrirait alors une nouvelle mobilité quotidienne pour les enfants vivants en milieu urbain.

1- Rapport de l’UNICEF, La situation des enfants dans le monde, 2017

Allégorie du sentier d’un enfant