L’atelier d’observation de la carrière des Coteaux

Apprendre des oubliés et expliquer les cicatrices

Le sentier des carrières propose de relier les différentes carrières situées dans le quadrant sud-ouest de la métropole. Celles-ci, abandonnées ou en activité, participent au développement du territoire en même temps qu’elles transforment le paysage. 

Sur les vingt-deux carrières relevées, seules trois sont en activité : comment rendre compte des carrières qui ont été laissées à l’abandon et qui aujourd’hui sont des sites délaissés ?  

La carrière des Coteaux 

 La carrière des coteaux, située au Pellerin, a débuté son exploitation au 16ème siècle. Elle appartenait alors à la Seigneurie du bois Tillac, qui se situait deux-cent mètres à l’Ouest. Elle est aujourd’hui devenue un lycée agricole, le lycée agricole du Bois Tillac.  

Continuer la lecture de « L’atelier d’observation de la carrière des Coteaux »

La carrière des coteaux, artefact paysager.

Une branche de chêne au premier plan. Au second plan, des chevaux pâturant dans leurs paddocks, et, en arrière-plan, un grand bâtiment de verre et béton.  

Vue du lycée (au fond de l’image), des paddocks et du bois entourant la carrière (à droite)

La branche de chêne provient du bois entourant la carrière des Coteaux, située au Pellerin, à quelques pas de la Loire. A deux cent mètres, le lycée agricole-internat du Bois Tillac, avec spécialité équine, proposant le bac Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV) et les bacs pro Conduite et gestion de l’exploitation agricole/hippique (CGEA/H).  

Situation de la carrière

La carrière des Coteaux a été exploitée du 16e siècle aux années 1960, avec un bond après-guerre pour la reconstruction de Nantes. Du granite y était extrait, qui était acheminé par bateau sur la Loire. 

la carrière des Coteaux – 1950

Aujourd’hui, la carrière – qui appartient à Nantes Métropole – s’est remplie d’eau par remontée des eaux de la nappe phréatique. Le site est divisé en trois zones : un bois mésophile sur le pourtour, une prairie et, en son centre, un plan d’eau et une roselière.

Continuer la lecture de « La carrière des coteaux, artefact paysager. »

Les carrières – détersion, bourgeonnement et remodelage cicatriciel

État des lieux carrièristique

Les Schémas Régionaux des Carrières

En janvier 2021 a été adopté le nouveau Schéma Régional des Carrières des Pays de la Loire. Celui-ci, établi par la loi ALUR de 2014, vient remplacer les Schémas Départementaux des Carrières (SDC), instaurés en 1993, qui ont permis d’établir pour la première fois un statut juridique propre aux carrières. Elles étaient auparavant régies par le code minier, introduit en 1976. 

Les Schémas Régionaux des Carrières (SRC) ont plusieurs visées. D’abord, un état des lieux des carrières existantes, les besoins passés, actuels et futurs en matériaux de carrière – granulats, sables, argiles, roches décoratives… – dans les différents départements en fonction de l’évolution de la démographie. Cet état des lieux a pour but de planifier une gestion rationnelle, économe et durable des carrières dans la région, d’évaluer les besoins futurs en fonction des ressources disponibles. 

D’autre part, les SRC abordent, davantage que les précédents SDC, le devenir des carrières et leur réhabilitation après l’arrêt de l’exploitation. Plusieurs pistes sont proposées : le remblaiement, la création d’un plan d’eau, la remise en état agricole, le boisement, l’aménagement d’une base de loisirs…  

Ces SRC ont été régionalisés pour être imposés à certains documents d’urbanismes, notamment les SCOT, PLU(i) et cartes communales. Suite à l’ordonnance n° 2020-745 du 17 juin 2020 relative à la rationalisation de la hiérarchie des normes applicable aux documents d’urbanisme, les SRC doivent être juridiquement ‘pris en compte’ dans les SCOT, afin que ceux-ci intègrent toutes les planifications sectorielles qui ont une incidence sur l’urbanisme. Les carrières sont donc aujourd’hui légalement considérées comme activités ayant un impact non négligeable sur l’urbanisme d’un territoire, tant lors de leur exploitation que leur réhabilitation. 

Granite de la carrière des Coteaux, le Pellerin

Le cas du département de Loire-Atlantique

Le département de la Loire-Atlantique est le quatrième producteur de produits de carrière à l’échelle nationale, le premier en Pays de la Loire. La production est d’environ 75% de roches massives (gneiss, micaschistes, schistes, calcaires, grès, granites et péridotites), concassées, destinées majoritairement aux industries de béton et de travaux publics ainsi qu’aux matériaux de construction. Les sables et graviers du Pilocène représentent 23% de la production. Les 2% restant se répartissent entre les calcaires (pour production de ciment, chaux et carbonate de calcium), les tourbes (amendement agricole et jardineries) et les argiles (briqueteries). 

On compte aujourd’hui 36 carrières en activité dans le département, plus de 1000 sont non exploitées (abandonnées, en cours de remblaiement ou reconverties). 

Carrières en activité et non exploitées dans le département

Le sentier

Le sentier propose de relier les carrières du secteur sud ouest de la métropole nantaise. 22 carrières ont été recensées ; deux sont en activités, une est en cours de remblaiement, une autre a été reconvertie en parc de loisirs et les autres sont abandonnées depuis plusieurs dizaines d’années. Ces ‘cicatrices’ paysagères, sources de richesse mais aussi de contestations environnementales, ont des impacts non négligeables sur l’urbanisme, la sociologie et le développement du territoire. 

Parmi les carrières qui ne sont plus exploitées, on peut noter trois différentes formes de carrière. Leur forme peut être comparée à celles observées lors de la cicatrisation d’une blessure : d’abord, la phase de détersion, ou inflammation, qui pourrait correspondre à l’état observé des carrières juste après l’arrêt de l’exploitation : éboulis, remontées d’eau, changement d’aspect. Ensuite, la phase de bourgeonnement, qui créé un nouveau tissu, par le comblement de la cicatrice, et finalement le remodelage cicatriciel, lors de laquelle la cicatrice prend une forme semblable au tissu environnant avec cependant des propriétés différentes. 

Carrière en cours de remblaiement

Carrière en cours de remblaiement – exemple de la carrière des Pontreaux, Bouguenais

Nous pouvons noter une seule carrière en cours de remblaiement dans le secteur sur ouest. Celles-ci sont décidées par arrêté préfectoral. Elles accueillent des déchets inertes avec des quantités maximales annuelles, ce sont des carrières dont l’arrêt de l’exploitation est récent. 

Carrière remblayée

Carrière remblayée – exemple de la carrière Sainte Geneviève, Port Saint Père

Environ deux-tiers des carrières recensées sont remblayées. Elles sont devenues presque invisibles, seule une petite ‘croûte’ est décelable, un petit mont formé par les remblais. Souvent, de la végétation s’est installée et la surface n’est pas exploitée. 

Carrière ennoyée

Carrière ennoyée – exemple de la carrière des Coteaux, le Pellerin

Et finalement, quelques carrières sont ennoyées par la remontée d’eau provenant des nappes phréatiques. Celles-ci ont un profil similaire : un plan d’eau, un carreau humide à ses abords puis un carreau sec, et un boisement sur le pourtour de l’exploitation où le sol n’a pas été exploité. 

Le tracé

Le sentier, de 62 kilomètres de longueur, rejoint ainsi différents types de carrières. Partant de la carrière Miséry à Nantes, reconvertie en espace public avec un programme culturel, et terminant à la carrière des Pontreaux à Bouguenais, en cours de remblaiement et dont le futur est à imaginer complètement, le sentier dessert des carrières privées et publiques, visibles et indécelables, de granite, de sable, de tourbe ou d’argile, mais ayant toutes contribué au développement du territoire environnant et dont le futur est en question.

Bernardo Secchi – l’urbanisme avec les pieds

Bernardo Secchi, architecte-urbaniste né en 1934 et décédé en 2014, était associé à Paola Vigano au sein du Studio Secchi-Vigano. Les deux ont réfléchi à la théorie de la ‘ville diffuse’ et ont travaillé sur de nombreux projets à l’échelle métropolitaine en Europe. 

Le studio08, le nom de l’équipe à l’année 2008, a été choisi pour travailler sur le projet de l’Atelier International du Grand Paris, initié sous Nicolas Sarkozy l’année précédente. Leur proposition est divisée en trois chapitres1 : d’abord, celle de la “ville poreuse”, une pensée qui leur permet d’approcher des problématiques propres au 21ème siècle, celles de l’après-Kyoto2. Après cette analyse, le studio pense à trois scenarios de projets différents pour la métropole et son avenir, se penchant sur “la question environnementale, la mobilité et les inégalités, propres à Paris”3. Finalement, il propose des projets stratégiques qui impliquent les trois scénarios illustrés précédemment. 

projet du Grand Paris : la ville poreuse – Equipe studio08 – Secchi Vigano

Les bureaux du Studio Secchi-Vigano sont situés à Milan (Italie). Alors qu’il leur est demandé de travailler sur le projet du Grand Paris, ils s’installent dans la métropole car ils considèrent ne pas assez la connaître. Bernardo Secchi explique4 : “Lorsque j’arrive dans une ville pour laquelle on m’a demandé d’expertiser des situations compliquées, je récolte tout ce qui existe sur elle: de la littérature à la photographie en passant par la peinture, la musique, l’histoire, etc. Et je commence: marcher, marcher et après, encore marcher. L’urbanisme est quelque chose que l’on fait avec les pieds.” 

Pour lui, la marche est une façon d’amorcer le projet. Son rythme, son échelle, son histoire permettent d’observer et de comprendre le territoire. “Il faut observer les détails minimaux, les noter, redessiner continuellement ce qu’on a vu, écouter les gens, leur imaginaire, les images de la ville qu’ils ont, les confronter à nos propres images, à nos propres projets, en évitant les grands gestes. […] Alors seulement, on peut commencer à travailler à un niveau conceptuel adéquat, pas encore sur un projet qui soit défini d’un point de vue de sa physionomie visuelle, de son architecture, mais qui commence à mettre au clair la structure de cette architecture.” 

Transects de la métropole parisienne : fines tranches de 50km pour analyser le territoire – Equipe Studio08 – Secchi Vigano

Outre ce projet du Grand Paris, le studio utilise également la marche comme dé-marche de projet à d’autres occasions : en septembre 2010, un groupe d’une dizaine d’étudiants de l’Ecole Nationale Supérieur de Paysage de Marseille – missionnée par la région PACA pour travailler sur le bassin de la Durance – marche le long de la rivière pendant cinq jours, avec des interventions d’enseignants et praticiens le long du sentier, dont le studio Vigano-Secchi5. De cette marche et de recherches ultérieures, le studio propose le projet ‘Val de Durance’, questionnant la place du cours d’eau à une échelle régionale, nationale et européenne6 

Dessins issus de la marche le long de la Durance par les élèves de l’ENSP – Walk on the river
Emprise du bassin de la Durance – Equipe Studio09 – Secchi-Vigano

Ainsi, les pieds sont outil de projet, qui contribuent à « fabriquer un premier regard sur le territoire, empreint de récits, d’imaginaires et de perceptions variées des habitants”7. Les pieds ramènent l’urbaniste sur terre, plutôt que dans les airs, lui permettant de comprendre les territoires plus en détail en sortant du confort de l’atelier. 

1 http://www.secchi-vigano.eu/atS08/at%20S08_grand%20paris.html
2 https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2011-2-page-103.htm
3 https://lecycledurbanismedesciencespo2018.wordpress.com/2018/09/30/bernardo-secchi-la-lecon-durbanisme-comme-une-oeuvre-collective/
4 http://www.marcellinbarthassat.ch/files/bernardo_secchi.pdf
5 https://c-pour-dire.com/2010/09/15/paysages-de-la-durance-decouvertes-et-philosophie-au-ras-de-leau-vive-et-du-temps-ralenti/
6 http://www.secchi-vigano.eu/atS09/at%20S09_val%20durance.html

 

Eprouver le relief

Première proposition de sentier

En tectonique, un escarpement est le versant en pente raide formé par une faille géologique.


Le Sillon de Bretagne court de Pontchâteau à Nantes. Formé il y a 300 millions d’années, il s’inscrit dans l’histoire géologique plus large de la formation du Massif Armoricain.
S’il formait auparavant une ligne de crêtes, il s’est érodé pour dessiner aujourd’hui des collines d’altitude comprise entre 80 et 100 mètres. Malgré son modeste relief, il est une limite géographique et sociale entre l’estuaire, au sud, et le plateau au nord.


En parcourant la ligne d’escarpement, nous éprouvons d’abord le relief topographique. 50 mètres de dénivelé positif pour se rendre de la plaine alluviale le long de la Loire au plateau bocager.
En partant de Saint Etienne de Montluc pour nous diriger vers Nantes, ou inversement, nous rencontrons plusieurs reliefs de texture. De la tôle ondulée des entrepôts aux champs bordés de haies, en passant par le bitume de la RN165, le métal des rails de train et la terre humide des marais autour de Couëron, la faille dessine des usages et des paysages.


Finalement, ces usages laissent entendre des reliefs auditifs propres à chacun. En fermant les yeux et en tendant l’oreille, nous pourrions deviner où nous nous situons.

Collage allégorique du sentier (Gaëlle Bojko)