La fabrique d’un commun privé : tisser entre les vallées de l’étoile verte

 

Mon questionnement débute lors de la première marche dans le quartier du Bois Raguenet. Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au niveau des axes principaux.

A l’échelle de notre quadrant, de nombreuses autres situations de lotissement peuvent être observées. Le Petit Chantilly, tout comme le Petit-Moulin ont une emprise au sol très importante et s’étendent de la Vallée du Cens jusqu’à la route de Vannes. De même pour le quartier résidentiel Nord Beauséjour où la circulation est principalement motorisée. Au sud du quadrant, on peut nommer dans la commune de Saint-Herblain : le Tillay, Preux-Crémetterie, Bourg Solvardière, Bourg Pelousière et le Village Expo .

Carte Situation

Ces quartiers d’habitation sont des espaces joints par l’étoile verte de Nantes. Pourtant aujourd’hui, la pratique transversale de ces espaces est une question. Il existe certes une possibilité pour les piétons de joindre les deux branches en passant par les voiries principales, mais pas d’aménagements qui motiveraient cette pratique de l’espace. Si la métropole nantaise valorise ses vallées de l’étoile verte dans ses politiques d’aménagement, qu’en est-il des espaces entre ces axes ?

Je définis le commun privé comme le produit d’un ensemble d’aménagements qui rassemblent les habitants de la métropole. Comment permettre un réseau de proximité pour les habitants de ces quartiers, pour les travailleurs dans ces zones commerciales ou encore pour les différents promeneurs ?

Continuer la lecture de « La fabrique d’un commun privé : tisser entre les vallées de l’étoile verte »

Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ?

Chemins piétons du Bois Raguenet Photographie personnelle

Arpenter la métropole nantaise à pied confronte à différents niveaux de publicité de l’espace.

C’est au Bois Raguenet dans la commune d’Orvault que nous nous sommes autorisés à quitter la voie principale dominée par la voiture. Le chemin des Matines offre un large passage uniquement piéton et entouré de végétation. Le contraste est énorme entre la voie bitumée très large où les voitures nous frôlent et ce chemin calme où nous pouvons marcher les uns à côté des autres. C’est dans ce lieu, couvert par les arbres, que nous aurions pu nous arrêter pour nous réfugier des grands axes de circulation.

Organisation du Bois Raguenet : En orange les cheminements secondaires, en bleu les voiries principales.

Nous découvrons plusieurs chemins plus étroits qui permettent de traverser le quartier. Ces cheminements secondaires sont très empruntés par les habitants, surtout par les enfants et les parents pour aller à l’école. Les nourrices également s’y promènent. Lors d’un entretien avec Jacques Marrec (président de l’association syndicale du Bois d’Orvault) et Alain Moison (cotisant de l’association des résidents du Bois Raguenet) l’organisation du quartier s’éclaire. Dans la continuité de ce confort de marche, les parvis des maisons se veulent ouverts, sans barrières, afin de pouvoir longer les limites parcellaires. Dans la pratique, cela n’est visible que pour les impasses et non au droit des axes principaux.

Continuer la lecture de « Trouble au Bois Raguenet. Le commun privé : un sentiment d’intimité publique ? »

Au travers l’intimité territoriale

Le sentier propose le questionnement suivant : comment les espaces publics disponibles deviennent-ils intimes et permettent-ils une identification personnelle ? L’objectif est de mettre le marcheur aux frontières de l’espace public, de se confronter aux rapports de cohabitation et aux conflits d’usages de certains espaces. 

L’intimité territoriale durant les échanges : “l’intimité territoriale n’est pas celle de la sphère privée, domestique ; elle se constitue aux frontières de l’espace public, dans les zones grises ou délaissées du territoire homologué. Cette dimension semble liée à des situations de marginalité ou d’exclusion.” Jean-François Chevrier

Traverser l’intimité territoriale, c’est habiter l’espace public, laisser possible l’usage, l’appropriation et l’interprétation. Il faudra chercher l’intime en relevant les moteurs de cette sensation de confort. Au travers ce tracé, il pourra être possible d’expérimenter des situations de marche en limite de certains espaces. Il y faudra alors remarquer les différentes ruptures entre quartiers d’habitation, zones commerciales ou encore zones naturelles et agricoles. Il s’agit d’un entier d’expérimentation. 

Cartographie : Au travers l’intimité territoriale

Le sentier propose une expérience d’une journée. Le parcours est d’environ 21 km. Les points de départ et d’arrivée correspondent à des terminus d’arrêt de tram afin de pouvoir pratiquer cette marche sans autres moyens de locomotion.

Continuer la lecture de « Au travers l’intimité territoriale »

Yvan Detraz : “Il faut pratiquer le territoire pour le repenser plutôt que continuer à le panser”.

C’est en 1999 qu’Yvan Detraz, architecte DPLG de l’école de Bordeaux , poursuit son objet d’étude : réinventer les périphéries urbaines par la marche à pied. Le projet est de mettre en continuité et en dialogue ces morceaux de villes. C’est par une expédition pédestre de trois mois dans la périphérie bordelaise qu’il construit la nécessité des sentiers métropolitains. 

Dans son ouvrage Zone sweet Zone, la marche comme projet urbain, publié en 2020 aux éditions Wildproject, il fait un constat du périurbain des années 2000 et explique sa prise de position dans son travail de parcours des “terres communes”.  Son travail projette les notions de randonnées périurbaines, pique-nique périurbains et de refuges périurbains. 

Couverture du mémoire originel, 2000

Continuer la lecture de « Yvan Detraz : “Il faut pratiquer le territoire pour le repenser plutôt que continuer à le panser”. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search