Hām : La maisonnée des femmes

Entre engagements personnels, et découverte des communs de villages, Hām : la maisonnée des femmes, est un lieu d’entraide et de solidarité pour les femmes de la ruralité.

Lire la suite : Hām : La maisonnée des femmes

Des communs de village aux femmes de la ruralité

En découvrant le territoire d’étude j’ai pu cerner un problème structurel, celui des disparités de genre au sein de la ruralité dont je me suis saisi en me concentrant sur le travail domestique et émotionnel des femmes et la non reconnaissance de ce travail. Dans un quadrant sud-est pris entre une dépendance à la ville de Nantes et un héritage villageois, et dans la lignée du « communer » de villages, je me suis dit que l’architecture a un rôle à jouer dans le soulagement du quotidien des femmes rurales en permettant entraide, solidarité et rencontre.

C’est donc en arpentant ce territoire que je suis tombée un peu par hasard sur un commun de village, cette ancienne terre inculte transformée en aire de piquenique. C’est un endroit qui m’a relativement émue et que j’ai choisi pour guider mes recherches sur le territoire. Ces recherches ont permis de mettre en exergue l’identité rurale du territoire, puisqu’en effet, chaque commun correspond à un village et à une vie villageoise. En regardant de plus prêt qui utilisaient ces communs, c’est la figure de la femme qui s’est imposée.

Tout d’abord, la femme rurale d’avant-guerre, pour qui les communs de villages étaient en proches proximité, présents à l’échelle du village. Elles sortaient de chez elles et en quelques mètres elles avaient à disposition un four ou un lavoir, des lieux de travail mais aussi de rencontre féminine.

Puis je me suis intéressée à la femme de la ruralité actuelle, son quotidien, ses difficultés. Ce territoire, encore très agricole, m’a permis de réfléchir à la place de ces femmes aujourd’hui, ces femmes plus précaires, parfois seules, avec ou sans enfants, mère de famille, travaillant pour certaines dans le secteur du « care » et effectuant alors un travail répétitif.

C’est aussi un travail exigeant à la fois sur le plan physique puisque qu’il leur faut compenser les corps fragiles dont elles prennent soin, mais aussi sur le plan émotionnel, car les aides-soignantes se soucient de leur patient.e.s. Ce sont ces tâches qui en plus, vont être dédoublées puisque répétées au sein du foyer par la préparation des repas, la prise en charges du ménage, la garde des enfants etc. En outre, le travail reproductif et le travail rémunéré de ces femmes, se superposent l’un à l’autre.

Habitantes d’un territoire assez éloigné de la métropole pour qu’il n’y ait pas de transport en commun, elles dépendent de la voiture pour tous leurs déplacements, que ce soit entre le domicile et leur travail donc ou encore les établissements scolaires.  Puisqu’en effet, si ces lieux de travail et de rencontre féminins se pensaient avant-guerre à l’échelle du village, ces derniers se sont éloignés du domicile. Ces lieux ne se voient plus à l’échelle du village mais plutôt à l’échelle de la commune, et même ici du département.

Ces tâches et ces déplacements représentent de la fatigue accumulée qui demandent à ce que quelqu’un prenne le relais à un moment donné. C’est pour cela que la question de l’entraide et la solidarité, se pose pour ses femmes.  Quitte à partager un quotidien et les inégalités qui vont avec, pourquoi ne pas s’entraider dans ce quotidien et donner à ces femmes l’opportunité de prendre le relais des unes des autres, pour nourrir leur besoin de se sentir utile, d’aider, pouvoir aussi leur permettre de se reposer sur d’autres femmes à certains moments, pour pouvoir gagner du temps, de l’argent et peut être également du confort. 

C’est dans cette dynamique que Hām : la maisonnée des femmes prend place. Pour permettre aux femmes, de se rencontrer, de s’aider et pour permettre un empowerment mutuel par l’entraide, dans un système qui ne met pas leur travail en valeur, que ce soit le travail rémunéré ou leur travail domestique.

Le Loroux-Blottereau : entre ruralité, communs et femmes

Cette maisonnée des femmes, prend place au Loroux-Bottereau, une commune de 8000 habitantes et habitants, localisé relativement à l’est de la métropole, en dehors de cette dernière, à une petite demi-heure en voiture.

Cette commune par cette localisation, développe une relation particulière avec la métropole, puisque la plupart des services sont concentrés dans cette dernière, notamment les entreprises et les bureaux, ce qui pousse 80% des habitantes et habitants du Loroux-Bottereau à travailler en dehors de la commune. Cet aspect va se ressentir jusque dans l’organisation spatiale du Loroux-Bottereau où un tissu pavillonnaire est majoritaire.  Au niveau du centre-bourg qui s’organise autour de l’église, ce tissu est très dense, et se diffuse de plus en plus en dehors de ce centre bourg, jusqu’aux limites communales.

L’autre élément marquant l’organisation spatiale de la commune sont les parcelles agricoles, et notamment les vignes. Cette identité agricole se lit également dans l’organisation en écart ou hameau de la commune, qui peut encore être vu à certains endroits où l’unité villageoise se détache visuellement. D’autres hameaux commencent à se fondre dans le tissu pavillonnaire plus récent.

Cette distance à la métropole, l’absence de service et la densité de parcelle agricole fond de cette commune une commune rurale.

La phrase de Valérie Jousseaume expliquant que la ruralité, des communs et de la féminité peuvent être compris comme un trio lié par leur marginalité a confirmé le raisonnement programmatique qui était en train de se mettre en place. C’est pour cela que la commune qui accueille le projet, se devait de réunir communs, femmes et ruralité. En plus d’être rural, comme énoncé plus haut, Le Loroux-Bottereau est la commune du vignoble comptant le plus de communs. La maisonnée des femmes demandant une entraide relativement importante, ce projet doit se développer dans une commune avec une vie associative locale relativement vivante. Ce qui est le cas au Loroux-Bottereau où sont présents un café associatif, une association d’animation de village ou encore de solidarité économique. Enfin, la commune compte un nombre important de femmes. A partir de l’âge de 30 ans, ces dernières sont majoritaires dans la population. On peut donc trouver dans cette commune, une proportion assez importante de femmes actives.

Pour que cette maisonnée des femmes soit bien un lieu d’entraide qui facilite leur quotidien déjà bien chargé de ces femmes, elle s’implanté en proche proximité de leur lieux quotidiennement fréquentés. C’est pour cela que le projet prend place au cœur du quartier de la Blutterie, juste en dessous du hameau du même nom. Ce quartier est marqué à chaque extrémité par un établissement scolaire, un supermarché, et un centre. La parcelle est également située proche de la route de Nantes et de l’autre départementale reliant le Loroux-Bottereau à la métropole. Ce quartier est encore assez pavillonnaire mais également maraîcher, et viticole et agricole.

Cette question de facilité, de praticité a également permis de dessiner l’architecture de ce projet et de lui donner les usages qu’elle accueille.

Hām : la maisonnée des femmes

Hām la maisonnée des femmes est là pour améliorer et soulager le quotidien des habitantes du Loroux-Bottereau, en leur permettant de partageant les tâches de leur travail domestique.

Cette maisonnée est à destination d’une coopérative d’une vingtaine de femmes de la commune, qui s’organisent entre elles, en fonction de leurs disponibilités et de leurs besoins. Les lieux se composent une crèche municipale, devenant crèche collective en dehors de ses horaires d’ouverture, une cuisine collective ainsi qu’un atelier, pour permettre à ces femmes d’avoir un lieu plus adéquat que leur maison pour des activités manuels telle la poterie, la peinture, la couture, ou encore la fabrique de mobilier. Pour l’accessibilité, les lieux offrent également un parking, pouvant servir d’aire de co-voiturage pour celles voulant se rendre au travail ensemble ou celles qui ont besoin d’un transport plus ponctuel voire occasionnel. Cette aire permet également à la maisonnée, de devenir un point de rendez-vous. Tous les bâtiments sont en bois, sur pilotis afin d’avoir une empreinte la plus légère possible sur le sol, et parés de bardeaux de bois.

Bien que les trois bâtiments soient indépendants, par exemple chacune pouvant utiliser la cuisine sans se rendre dans l’atelier le même jour, les bâtiments communiquent entre eux. Pour permettre cette indépendance tout en assurant que chacune puisse utiliser la maisonnée en fonction de ses besoins, chaque bâtiment possède une entrée indépendante, voire même de deux entrées pour la cuisine collective possède afin de permettre à ses usagères de pour pouvoir y accéder facilement peu importe où elles étaient avant. L’accès au jardin se fait également par différents endroits depuis les coursives.

L’ensemble des lieux est mis à la disposition des femmes de la coopérative, mais également des assistantes maternelles de la crèche municipale. La cuisine et la crèche collective fonctionnent sur la base de la disponibilité. Chacune est libre en fonction de son emploi du temps, de venir cuisiner avec d’autres femmes, afin de préparer des repas pour elle-même et d’autres qui pourraient en avoir besoin. Ou alors il est par exemple aussi possible de venir simplement chercher et manger un repas sur place sans l’avoir préparé. La crèche fonctionne sur le même système. En dehors des heures d’ouverture de la crèche municipale, le bâtiment est à leur disponibilité.

L’atelier s’adresse plutôt aux loisirs des femmes, à leur envie de faire de fabriquer, pour chez elles, pour les autres oui mais surtout aussi un peu pour soi. Ces activités manuelles et créatives sont aussi pour certaines une deuxième source de revenus.

Pour présenter le projet plus en détails, je vous propose de suivre la vie de la maisonnée et de femmes de la coopérative à différents moments de l’année.

La maisonnée lors d’un mercredi après-midi de mai

Un mercredi après-midi, au mois de mai, l’ensemble de la maisonnée vit. Les enfants de la crèche se réveillent de leur sieste dans leur salle dédiée, ils prennent le temps de ranger leurs matelas dans les rangements prévus, puis peuvent tranquillement, sortir jouer dans la salle de jeu ou dans le jardin accessible à l’est et à l’ouest de la crèche. Pendant la sieste des enfants, les assistantes maternelles ont pu se rendre dans leur bureau pour gérer des tâches plus administratives ou alors profiter du salon de la cuisine collective pour prendre une pause.

Justement, dans la cuisine collective, six femmes de la coopérative se sont réunies pour préparer les repas de la fin de la semaine, pour elles, ainsi que pour quatre autres femmes qui en ont le besoin. Elles cuisinent autour de l’îlot central. La veille, trois autres d’entre elles sont allées faire les courses et ont pu déposer les denrées dans les deux frigos et le garde-manger mis à disposition. Sur la table, les enfants d’une des femmes font leurs devoirs avant d’aller jouer dans la pièce de jeu, juste à côté. La cuisine est en fait encadrée de part et d’autre par deux blocs, d’un côté les sanitaires, le garde-manger et le local poubelle, et de l’autre le petit salon, et la salle de jeu des enfants qui vient raisonner avec les jeux pour enfants situés dans le jardin.

Pendant que le plat cuit, les femmes peuvent discuter autour de la table, sur le canapé, ou sur la coursive donnant sur le jardin. Le jardin en prairie fleurie demande alors moins d’entretien, si ce n’est une friche une à trois par an, et si besoin une tonte raisonnée pour dessiner des allées afin de circuler plus librement. La prairie est composée de différente plante annuelles et mellifères comme le trèfle incarnat, déjà présent sur le site, la céphalie, ou des plantes vivaces comme le lotier corniculé, ou encore des coquelicots, bleuets, zinnias qui ont la particularité de se ressemer tout seule.

Pendant cette pause, elles peuvent également aller voir les amies, connaissances ou collègues de la coopérative qui utilisent l’atelier en ce mercredi après-midi. L’une vient profiter des grands plans de travail pour faire de la couture et dérouler les tissus plus facilement que chez elle. L’autre profite des outils mis à disposition, et de la halle qui peut être ouverte en grand, pour faire de la floriculture de fleurs coupées dans le jardin derrière l’atelier.

La maisonnée un soir d’automne

Un peu plus tard dans l’année, un soir d’automne, où a maisonnée est plus calme, plus feutrée. Une des femmes de la coopérative garde dans la crèche l’enfant d’une autre femme. Cette dernière, aide-soignante, finit à 22h est avait besoin que quelqu’un garde son fils en attendant qu’elle rentre du travail.

Vers 22h30, elle et une collègue du centre hospitalier arrivent à la maisonnée. La première vient récupérer son enfant et son repas du soir, puis repart chez elle. Sa collègue profite d’être seule dans la cuisine pour apprécier le calme et manger son repas sur place avant de se rendre dans la bibliothèque, à l’étage de l’atelier, pour emprunter un livre, avant de rentrer chez elle également.

En été, quand la maisonnée se rassemble

Enfin, lors d’un weekend d’été, les femmes de la coopérative se rassemblent pour passer un repas toutes ensemble. La veille, celles responsables de la préparation du repas ont fait les courses, afin de pouvoir commencer à couper, éplucher, enfourner le plus tôt possibles. Celles qui ne cuisinent pas préparent la table, s’occuperont ensuite d’essuyer et de nettoyer la table et le plan de travail, garderont les enfants. Après manger, certaines pourront se retrouver pour jouer à un jeu de société, les plus introvertie ou celles voulant se retrouver seules pourront s’isoler dans le salon, ou bien se rendre dans la bibliothèque pour lire un livre. Celles ayant besoin de l’atelier, pourront également s’afférer à couper des planches de bois pour leur nouveau projet mobilier. La coursive entre la cuisine et l’atelier se transforme le temps d’une après-midi en terrasse.  Sur la coursive au nord de la cuisine, deux amies profitent des bans pour se confier l’une à l’autre, tout en observant le jardin. Cette année, les femmes ont décidé de tondre à certains endroits du jardin pour créer des allées et une clarière où elles ont disposé un hamac.

Faire commun

Ce projet est un lieu de vie, il attend en tout cas à ce qu’on l’utilise, se l’approprie, mais c’est aussi et peut-être avant tout un lieu qui se veut utile. Ham la maisonnée des femmes, vient proposer une autre manière d’effectuer un le travail domestique par la solidarité et l’entraide. Elle vient certes quelque peu changer les habitudes en permettant d’effectuer les tâches domestiques en dehors du foyer, mais le fait de permettre à ces femmes de soit partager la charge de ce travail ou alors de pouvoir y échapper permet une autre manière d’aborder ce travail domestique. Dans un territoire aspiré par la métropole de Nantes, la maisonnée des femmes, en partant de l’échelle de la commune, permet de penser et visibiliser un problème présent à l’échelle nationale l’inégalité face au travail reproductif. Ces inégalités, encore plus marquées dans la ruralité, viennent aussi questionner la centralisation, notamment par le nombre d’allers et retours quotidiens évoqués un plus tôt. Cette critique de la centralisation est également amorcée par la maisonnée des femmes. D’autant plus qu’aujourd’hui, les bourgs et les communes essayent également de travailler ensemble, ce projet fait advenir un nouveau type d’organisation, une nouvelle manière pour le territoire de faire commun face aux inégalités de genre et de penser le quotidien des femmes.

Les femmes rurales

Le trouble a commencé par un questionnement. Où la ville commence et où la campagne se termine. Et inversement. Comment ces lieux, noms, concepts qu’on dit s’opposer, coexistent plutôt en étant superposés ? C’est cette superposition qui m’a troublée. Notamment les questions de seuils entre la boue, la terre labourée des champs et le goudron des routes. Les résidus de terre qui s’étalent sur le goudron qui a lui-même empiété sur la matière terre. Le passage de l’un à l’autre, cette superposition, ces strates m’ont inspiré le temps. Le temps qui passe, qui se stratifie et les époques qui se superposent les unes aux autres.

Puis en marchant à la recherche de ces seuils de temps, je suis tombée, un peu par hasard, sur un lieu que ne pouvais décrire. Mais là, au cœur du hameau de la Bouteillerie, se trouvait ce qui, je l’apprendrai plus tard, est un commun de village. Dans ce hameau, une terre inculte (et sa marre communale) transformée en aire de pique-nique et bibliothèque partagée.

(Elsa Foucault)

Je commence alors à chercher à en apprendre plus sur ces communs de villages, que sont-ils ? A quoi servent-ils ? Ces communs, de villages, appartiennent à partir de 1330 de manière inaliénable et indivisible aux habitant.e.s. Ils ont des véritables marqueurs de la vie et de la société villageoise de l’avant-guerre. L’ancienne coutume de Bretagne (1330) avait pour but de donner une propriété à celleux qui n’en avait pas. Au XIX et XXe siècles, les communs de villages servaient avant tout à partager certains usages et équipements qui n’étaient pas encore individualisés : fours, lavoirs etc.

Ces lieux, étaient centraux dans la vie des habitants mais surtout des habitantes. Les hameaux du vignoble nantais ce sont en majorité installés suite au développement des vignes, et leurs habitant.e.s travaillaient dans les vignes. Les hommes étaient vignerons, ou du moins viticulteurs, et les femmes également, par mariage.

1Localisation des communs de village dans le vignoble nantais
Continuer la lecture de « Les femmes rurales »

Communer

« Les fictions, au XXIe siècle, ne sont plus des adjonctions au réel. Les multiples strates de fiction sont, aussi sûrement que les strates géologiques d’une falaise forment la falaise, ce qui compose le “réel”. Il n’y a pas de réel face ou à côté d’un fictionnel. Nous oscillons entre des fictions qui nous sédimentent et font de nous des agrégats d’histoires, de croyances, de récits, à l’intérieur desquels nous naissons, nous mourons. » Camille de Toledo

C’est ce premier trouble qui viendra guider les choix de ce sentier. La strate. La stratification. L’accumulation. La trace. La disparition. Le souvenir. L’imaginaire. Le raconté. Le mystifié. Le passé qui se diffuse dans le présent, comme le sable est ramené sur le bitume par le passage successif des baigneur.euse.s remontant de la plage.

C’est en tombant nez à nez avec un commun de village que la question de la stratification du temps qui passe et ses traces, ou leur absence dans le monde tangible, se pose. Les communs de villages sont ces lieux, édifices, qui étaient utilisés par tous les habitants : les fours, les battages, les lavoirs, les calvaires, les terres incultes laissées en pâture pour les bêtes… Le temps faisant, la propriété privée s’étant développée depuis la Révolution, les communs de villages ont peu à peu perdu leur fonction première, et secondaire. Le four ne fait plus cuire le pain, et il ne permet plus aux habitantes de se réunir.

« Rien n’est plus craint, n’est plus perçu comme excluant qu’un groupe féminin assemblé au lavoir ou au four. Les femmes ensemble parlent, critiquent, dénoncent, injurient, calomnient, tissent les histoires de famille, creusent les rivalités, et par là elles assurent toute la part des relations sociales qui passe par une parole violente et médisante dont elles semblent avoir le monopole. » Martine Segalen 1

Car ce sentier est aussi à la recherche de ces femmes des hameaux, pour qui les communes étaient des lieux de sociabilisation. Ils représentaient des moments pour « communer ».

Continuer la lecture de « Communer »

14 mars 2024 – Récit d’une marche en quête de seuils

(photographie de l’autrice)

LE PARC INDUSTRIEL DE VERTOU

Durée de la balade : 30min
Conditions de rédaction : assise sur le bord d’une fenêtre

Le piéton ne semble pas le bienvenu. Je suis là à me promener dans le temple de la voiture, dans une ville au sein d’une ville. Il est facile de s’imaginer les travailleurs utilisant la voiture pour se rendre d’un endroit à l’autre du parc, même à 2 minutes de leur bureau. Là où je suis ça sent l’essence, le bitume chaud. Les camions me frôlent à gauche, un mouton noir se promène dans son petit enclos à ma droite. A pieds je ne suis pas la bienvenue.

Il n’y a pas d’espace sécurisé. Alors que la sécurité est partout autour de moi comme le montre scanneur de badge pour ouvrir les barrières permettant d’accéder aux différentes entreprises. En tant que piéton, pourtant je pourrais facilement passer entre les failles de ces systèmes de sécurité. Car il y a des trous, des petits couloirs entre une barrière et une autre. Trous par lesquels les voitures ne peuvent certes pas passer mais où les piétons eux le pourraient. On pourrait croire que ces trous sont volontaires pour nous laisser passer, mais pour moi ils traduisent surtout qu’il n’a pas été envisagé qu’un piéton puisse essayer de passer, alors pourquoi lui bloquer la route ? Le parc est hostile aux piétons. Les voitures se garent sur les trottoirs quand les parkings sont pleins. Je me retrouve donc à marcher sur la route. Et quand je me replace sur le trottoir, une voiture arrive pour se garer, me roulant à côté. C’est à moi de lui faire de la place, et non l’inverse.

Les pylônes électriques côtoient les châteaux d’eau, les lampadaires, et les chênes, qui résistent, droits entre deux hangars dans un enclos qui leur est dédiés. Un corbeau pique une branche pour partir faire son nid, le chant des mésanges se mélange au grondement des moteurs, se plaignant sûrement de la mauvaise odeur. Le sol n’offre rien, il ne permet rien. C’est moi qui vais à lui. Tout est grand, espacé, je ne suis pas à ma place. Vite que je m’en aille. Vite que je traverse la rue.

Continuer la lecture de « 14 mars 2024 – Récit d’une marche en quête de seuils »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search