Le sentier dérive

Suite au trouble et à la création d’un sentier permettant de se saisir de l’histoire – parfois oubliée – de l’Acheneau à travers un itinéraire au plus près de ses flots, c’est aux portes du chemin, à Bouaye, que s’est développée une intervention en relation directe avec l’enjeu du sentier.

Bouaye, commune de plus de 9 000 habitants, se dévoile par son bourg, son église, et ses quelques commerces. Pourtant, l’histoire veut que l’Etier – petit hameau au sud de la commune – eut été le cœur battant du village jusqu’au siècle dernier. Habité dès le 14e siècle, il connut une croissance importante entre le 19e et le 20e siècle grâce aux eaux poissonneuses du lac ainsi que part le passage fréquent des chalands transportant foin, vin, et matériaux de construction.

Photographie historique de l’Etier et de sa rivière

Continuer la lecture de « Le sentier dérive »

Un vocabulaire maritime

La rue du port, la place des pêcheurs, le port de la Morinière, le port Hamoneau, le port de la Castière, le vieux port – et j’en passe -, l’ex bâtiment du service des phares et balises, mais aussi les arrêts de bus – Caboteurs, Terra Neuvas, Bélouga…-. Nous ne sommes ni à Boulogne-Sur-Mer, ni à Douarnenez ni même aux Sables d’Olonne, mais bien à Bouaye, Brains, Port-Saint-Père, Cheix-en-Retz, Rouans… Pourtant, ici flotte un vocabulaire maritime inattendu alors même que nous sommes en territoire agricole, à la lisière de Nantes Métropole, aux portes du pays de Retz. Il s’agit bien là d’une curiosité, le paysage visible nous raconte une histoire, la toponymie en raconte une autre. Car si les noms de rues, de places et de lieux nous suggèrent une histoire profondément ancrée par la présence de l’eau (rivière, fleuve, puis océan) il n’en est rien dans la réalité, du moins ma réalité avant que je prenne soudain conscience de ces indices pourtant nombreux. Un regard averti observera des barques dans les jardins, des bouées de sauvetages accrochées aux murs, des kayaks sous un préau… C’était maintenant une certitude, une histoire portuaire et navale marquait ces lieux, l’enquête était ouverte.

Cartographie des ports sur le secteur Sud-Ouest

Le lac de Grandlieu s’évacue par l’Acheneau dont l’embouchure se situe au canal de la martinière qui accède ensuite à la Loire. A l’instar de cette grande masse discrète qu’est le lac, l’Acheneau se devine sur certaines portions. Elle se cache. Coule silencieusement entre les prairies humides qui s’étendent sur plusieurs centaines de mètres et forment les rives. Ces espaces génèrent une mise à distance importante permettant ainsi la préservation d’une riche biodiversité. Pourtant, par moments, la rivière est abordable. Il s’agit pour la plupart, de ces lieux anciennement port et parfois commune. Ces points témoignent de l’importance de l’Acheneau dans la vie de ces territoires. D’abord ressource halieutique, la rivière fût une importante voie de circulation entre le lac et la Loire. Elle constituait, avec le Tenu, un moyen de communication avec le Marais Breton et la Baie du sel. Quotidiennement, le lit était emprunté de chalands, des bateaux à fond plat qui permettaient de naviguer aisément dans ces eaux peu profondes. A voile dans un premier temps, puis à vapeur. Ces péniches permettaient l’acheminement de matériaux de construction (chaux, ardoises, tuiles,…) et repartaient chargées en foin, vin et tout autre production issue du pays de Retz.

Photographie historique du port de la Morinière

Aujourd’hui, de cette histoire fluviale restent les souvenirs, des anciens pour l’essentiel. Les quelques ports occupés accueillent pêcheurs et barques accidentés. Des associations peinent à faire connaître les événements historiques. Une nostalgie de ces temps révolus coule entre les mémoires. L’Acheneau est passé au second rang dans ce territoire depuis l’apparition de la voie de fer au XIXe siècle, et l’avènement de l’automobile au siècle suivant. Certains villages, entièrement développé par la présence de l’eau semblent aujourd’hui déconnecté de cette réalité. C’est le cas à Bouaye, au hameau de l’Étier. Ancien village de pêcheurs qui ne possède plus d’accès à l’Acheneau depuis plusieurs années. Point de départ du futur ‘sentier dérive’ (autrement nommé le sentier des rives).

Le sentier des rives

Terminus, tout le monde descend, nous sommes à l’arrêt de bus ‘‘la place des pêcheurs’’, ligne 68, situé sur la commune de Bouaye. Non loin de là, la rue du port nous mène au fond d’une impasse, des maisons d’habitation, une voie étroite est séparée d’un large parking par une allée d’arbustres. Quelques anciens jouent à la pétanque à l’ombre des feuilles d’un grand chêne. Rien ne laisse deviner la présence de l’Acheneau. Pourtant, c’est en ce point précis que Bouaye rentre en contact avec sa frontière naturelle. Une passerelle de bois se découvre à mesure du vent qui fait bouger le feuillage des hauts arbres. 

Le groupe s’engage sur la passerelle menant à l’Acheneau. Installée depuis quelques mois seulement, elle semble être ici depuis toujours : le bois craque, la mousse a engagé sa lente mais solide conquête, la végétation s’est emparée des pieux qui servent d’appuis, quelques oiseaux s’envolent à notre arrivée. On passe le long des iris des marais, des saules et des quelques chênes situés hors de la zone humide, recouverte chaque année par les eaux de crues du lac venant gonfler le lit de l’Acheneau. L’étroit passage nous oblige à cheminer à la file indienne, à l’instar de ces derniers, dans un souci de discrétion. L’Acheneau se devine dans la perspective qui nous mène directement au bac. On monte quatre par quatre. Mélanie se met à tirer sur la chaîne et nous sommes maintenant sur la rive sud.

La digue sous nos pieds est bordé de chênes. On défile lentement le long de la rivière d’un côté, et le lac de GrandLieu de l’autre. Situation exceptionnelle et unique qui unifie visuellement la réserve d’eau que forment le lac et son déversoir. Spatules, aigrettes, hérons et échasses becquettent dans les marais. Une vingtaine de minutes plus tard apparaît l’ancien pavillon de chasse de Guerlain. Quelques visiteurs du musée de la maison du lac se laissent guider par les explications entraînantes de la accompagnateur. La passerelle nous fait traverser à nouveau l’Acheneau. 

Nous rejoignons la voie ferrée, mise en service à la fin du 19 ème siècle et qui supplanta progressivement la voie fluviale. Le sentier surplombe de quelques centimètres le niveau d’eau de la rivière, on suit les traces des randonneurs précédents pour ne pas tremper ses pieds dans ces marais. Au niveau de Saint-Léger-les-Vignes, c’est de nouveau un bac à chaîne qui nous permet de rejoindre Port-Saint-Père que l’on découvre par son port, celui de la molinière. Il accueille des pêcheurs – de carpe à cette saison -, une dizaine de barques, un terrain qui sert de camping municipal à la belle saison et une entreprise de location de kayak. On emprunte le pont datant du 19 ème siècle, construit sous l’ordonnance de Charles X – tout de même – et qui succède à des siècles de traversées stratégiques. Dès la conquête romaine, la rivière forme une limite qui empêche les mouvements vers l’ouest. A cette époque deux voies permettaient de relier Nantes à la mer ; celle de Port-Saint-Père, et l’autre au nord-ouest, par le passage de Vue. En raison du manque de consistance du sol et des différences de régime des eaux selon les saisons, ce seront non pas des ponts mais des radiers et des chaussées de pierres qui seront construits. Un bac moyennant une somme d’argent fut même mis en place dès le 14 ème siècle et ceux jusqu’à la construction de l’actuel pont.

Les vignes précède port Hamoneau. Autrefois, ce port constituait une halte commerciale sur l’ancienne ‘‘route du sel’’ qui permettait l’acheminement des marchandises entre Nantes et l’Océan. Ici accostaient quotidiennement des chalands chargés de chaux, d’ardoises et de divers matériaux de construction et repartaient avec le vin de pays ou du sable de grès rouge extrait des villages voisins. Aujourd’hui, en subsite un observatoire sur pilotis depuis lequel on observe la riche faune (ragondin, vanneaux, busard, loutre, cygnes, martin-pêcheur,…).

On traverse les marais du cheval, passons deux passerelles en bois pour franchir les douves qui permettaient d’alimenter la rivière en cas de sécheresse importante, et arrivons à la vigne de Jasson. Infrastructure de sports et loisirs peut-on lire sur internet. Plus loin apparaît le Pilon, lieu de passage très ancien, fréquenté par les pèlerins qui se rendaient à Saint-Jacques-de-Compostelle. A cette époque, ils pouvaient faire une halte dans la chapelle dédiée à Sainte-Apolline, aujourd’hui disparue. De nouveau la rive sud jusqu’à atteindre la passerelle suivante, au niveau de la Tancherie. Une pause pique-nique s’impose.

Suite du parcours dans le village de Cheiz-en-Retz et sa grande rue du port qui mène au sentier de la roche tremblante, lieu de mystère et de légende. Un groupe d’adolescents pagaie à vive allure, il est fréquent de voir ce genre de scène depuis quelque temps. Nouvelle traversée au port de la Castière pour rejoindre le village de Rouans.

Au vieux port, aucun indice laisse deviner la raison d’une telle toponymie. Un robuste vieillard se tient là, à parfaire son jardin. Il raconte son enfance, les promenades du dimanche sur les péniches, les toits d’ardoise pour les plus riches, ses quatre ou cinq générations de Rouansais qui le précède, l’importance de son village et de ses ports : Messan sur le canal de Buzay, la Biennassiserie, la Castière, la Gravelle, le Vieux Port, le Port Sinan. Il raconte comment cette tradition fluviale s’est subitement arrêté, au tournant de la guerre, alors que par une nuit chaude d’aout, en 1944, les Allemands coulèrent neuf navires dont les chalands de l’Acheneau, afin d’endiguer le trafic des alliés par la voie maritime. Entre-temps, ces navires furent remontés à la surface et reposent désormais dans le canal de la martinière. Nous y passerons quelque temps plus tard et clôturerons cette balade face à Bikini, lieu du sabotage de 1944, symbole fort d’une histoire achevée qui offre désormais de nouvelles possibilités d’activités sur l’Acheneau.

 

Pour en savoir plus, cliquer ici…….Allez-y, cliquez……allez….

L’Attiko monopati de Jordi Ballesta

Jordi Ballesta est géographe, chercheur et photographe. En novembre 2000, il s’installe à Athènes dans le but de travailler sur la part de l’espace urbain qui échappe à la main des urbanistes. Cependant, une question se pose : comment produire de la connaissance sans savoir parler un mot de la langue du pays dans lequel il se trouve ? Pour cela, il met en place une stratégie qui lui permet de contourner ses lacunes en faisant usage de la voie graphique. Et plus spécialement de la photographie.

Il part à la découverte de ce territoire urbain qui n’en finit plus et développe la notion de photo-géographie (ou encore géo-photographie). Il s’agit d’employer la photographie pour éclairer des sujets que l’écriture ne parvient pas à révéler. Et plus que l’illustration d’un propos, la photographie vient le compléter.

Au printemps 2018, Ballesta participe au mouvement des sentiers métropolitains avec la création de l’Attiko monopati, un parcours de plus de 300km de long, pensé en 8 étapes et qui permet de visiter la capitale grecque, ‘‘hors de tout véhicule motorisé’’. Le parcours traverse l’Attique d’est en ouest par un lacet qui se noue au « mont des Turcs » devenant alors à la fois un lieu de recherche, un lieu de promenade mais aussi une infrastructure de transport (24,4 km pour aller de Marathon à Nea Pendeli , 21,2 km de Nea Pendeli à Ambelokipi, 15,5 km d’Ambelokipi au Pirée, etc).

Mettant de côté les cartes, Jordi Ballesta choisit la photographie pour documenter et interroger l’itinéraire parcouru. La photographie devient vectrice de relation et de discussion avec les habitants et permet alors de s’ancrer dans le territoire et d’avoir une expérience immersive de la ville. C’est ce que le géographe, photographe et explorateur américain John Brinckerhoff Jackson appelle le “paysage vernaculaire”: celui des pratiques de tous les jours, utilitaire, et bien loin du paysage-décor, esthétique et peint.

Source :

  • Le bureau des guides (http://www.gr2013.fr/attiko-monopati/?fbclid=IwAR1zTfKoFrtR7MmnTsqq52zn2Ylh7kyTHRKG4pTNg2H0_F7JpcNdqOIMKBQ)
  • « Géographie, photographie, polygraphie : retour sur
    l’établissement d’une méthode d’enquête
     » Jordi Ballesta

Terminus, tout le monde descend

Prendre les terminus des bus de la métropole nantaise comme points de parcours du sentier métropolitain. Pourquoi choisir les terminus ? Car ce sont les marqueurs de la ville accessible, où au-delà, il n’est plus possible de se déplacer sans l’usage d’un véhicule personnel.

En cela, marcher entre ces points et jouer de la frontière de ce territoire accessible soulève de nombreuses interrogations : comment la métropole arbitre entre les territoires connectés et ceux qui ne le sont pas ? Qu’est-ce que révèlent les horaires ? Pourquoi ces noms d’arrêts plus ou moins évocateurs ? Qui emprunte quelle ligne ? Que peut-on faire d’autres que d’attendre le bus ? Pourquoi un arrêt – Le Cellier – fait figure d’exception en étant situé hors de la métropole ?…etc.

Pour tracer ce sentier, le principe est de relier les terminus en considérant seulement ceux situés à l’extérieur de l’enceinte que constitue le périphérique Nantais. Au total, ce sont pas moins de 39 arrêts qui s’étendent sur une une aire géographique large : du Cellier au Pellerin d’est en ouest, et de la Chapelle-sur-Erdre à Saint-Aignan-Grandlieu du nord au sud formant une boucle de 158 kilomètres, soit l’équivalent d’un Nantes Lorient.