Marche du 5 et 6 juillet 2024 Paysages d’extractions

Carrière des Maraîchère. Source: Chloé Harlay

A la rencontre de maillons de la chaîne de construction minéral. Publier le 07.05.2024

Guides : Chloé Bouteiller et Chloé Harlay
Capacité : 10 personnes
Durée : 2 jours (environ 20km/j)
Équipement : Il vous faudra vous munir de bonnes chaussures, de quoi vous abreuver tout le long de la journée, d’un pique nique, de vêtements adaptés à la météo. Le soleil nantais ne pardonne pas, s’il est au rendez-vous n’oubliez pas vos crèmes et chapeaux ! La nuit se fera en camping sauvage dans une grange à Bouaye. Prenez donc de quoi dormir, sans trop vous charger.
Remarque : vous pouvez vous inscrire sur notre site Grand(s)Sentier(s).fr, avant le 28 juin 2024. En fin de parcours, une navette est prévue pour ceux qui souhaitent, elle nous ramènera devant l’école d’architecture de Nantes. Pour ces deux jours, nous marcherons dans le quart sud-ouest, si vous avez des cartes IGN, vous pouvez prendre, celle de Saint-Philibert-de-grand-lieu/les Sorinières ainsi que celle de Nantes/Saint-Herblain. N’hésitez pas à nous poser vos questions dans la rubrique « contact ». En attendant de vous rencontrer, nous vous proposons un avant-goût de ce sentier.


Parcourir ce sentier est pour nous une manière de vous faire découvrir un aspect du territoire nantais peu connu des marcheurs de la métropole. 

Jour 1

1- Le rendez vous se fera au Terminale sablier de la Zone industrielle de Cheviré. Sur ces lieux, 230.000 tonnes de sables marins sont traitées chaque année par le Groupe GSM HeidelbergCement. Ce sable est principalement destiné au secteur du béton prêt à l’emploi pour la réalisation d’ouvrages d’art et de préfabrication. 2- Nous nous dirigerons ensuite vers la carrière des Pontraux. En phase d’enfouissement, nous verrons ensemble comment et avec quels matériaux est rebouché cette carrière. 3- En troisième point, nous ferons l’unique partie muette de cette marche. En silence, nous pénétrerons dans les entrailles de la carrière des Maraîchères, au plus proche de l’extractivisme minérale Français. 4- Nous irons quelques mètres plus loin voir l’une des utilisations possible de cette matière première qu’est la roche avec l’Ifsttar, l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux. 5- Nous passerons ensuite à l’intersection entre le cimetière de Bouaye, la D751 et la D11. L’extraction, entre vitesse et spiritualité.

Nuit 

Durant cette soirée, nous parlerons de notre journée ensemble. Nous trouverons de quoi manger et boire sur Bouaye. Nous dormirons abrités dans une grange et dînerons avec nos hôtes pour cette soirée.

Jour 2

6- Pour continuer nous descendrons vers St-Mars-de-Coutais et marcherons sur la rue de « la carrière ».7- Les rues « Les sablières » et « la sablière » nous guiderons vers notre point finale. 8- Nous arriverons donc au terme de cette journée à la Carrière béton de St-Pazanne qui après des années d’exploitation, se tourne désormais vers le négoce de matériaux et la réception de matériaux inertes de classe III. Elle est un lieu de stockage de matériaux provenant de la carrière de Rouans tout comme la carrière des Maraîchère. 

Sentier Paysage d’Extraction

Depuis sa création en 2023, ce sentier à suscité l’intérêt de nombreux acteurs de la métropole nantaise et plus, associations, élus, représentants des communes, étudiants, écoles, entreprises, artistes, architectes, paysagistes, urbanistes, etc. Grâce à lui, les contrôles d’enfouissement de la carrière des Maraîchères ainsi que celle des Pontraux a été augmenté. Le groupe Lafarge revoit en ce moment ces politiques en terme d’écologie, d’environnement et biodiversité. L’usine bitume du groupe Colas, ainsi que le groupe Lafarge installés sur la carrière des Maraîchère s’est excusé auprès de l’association « stop usine bitume » ainsi qu’aux près des habitants de la Ville-au-Denis. L’association fait aujourd’hui partie des décisionnaire pour la fin de vie de cette carrière, « Enfin nous avons notre mot à dire sur notre territoire ! » Cécile Duboti habitant de la Ville-au-Denis depuis son enfance. L’ancienne association « Stop Usine Bitume » ainsi que l’association « Grand(s)Sentier(s) » dynamise régulièrement ce sentier en proposant des visites guidées ou des moment d’échange et de concertation liée à l’extractivisme des sols du Pays de la Loire. Lors de son lancement le 05 juillet 2023, les membres initiateurs de Grand(s)Sentier(s) ont organisé une grande veillée dans la carrière des Maraîchère, ou on eu lieu un repas collectif, des tables rondes, et une nuit exceptionelle dans la carrière pour les plus téméraire. En mars 2024, l’artiste Christine Quoiraud, danseuse et chorégraphe, a réalisé une marche sur les marches du projet « paysage d’extraction », cette représentation de 7H était une mise à l’épreuve de la relation entre la danse et la marche.

Aujourd’hui, ce sentier est vu comme un acteur dans la pensée du territoire de demain disponible à tous. Il permet de mettre en avant cette pratique de la marche qui est un excellent outil pour découvrir, comprendre et repenser son territoire. À travers cette marche, nous parlons extractivisme, biodiversité, transition écologique et solidaire, mais aussi urbanisme et architecture. 

Chloé Bouteiller et Chloé Harlay

Alexandre Field. Regarder, comprendre et agir, ensemble.

Architecte, enseignant, co-fondateur du Mouvement des chemineurs et de l’association Le Bureau des Guides du GR2013

Tout a commencé à l’école d’architecture de Versailles, ou plutôt, grâce à celle du paysage qui lui faisait face. En effet, Alexandre F., étudiant, était admiratif de la pédagogie donnée aux étudiants en paysage. Juste en face, ils apprenaient à « regarder » le territoire, à comprendre où ils étaient, dans quel lieu, quel environnement. Lors d’un projet, les étudiants en architecture ont constaté qu’ils avaient énormément de mal à tirer des éléments constructifs de ces rencontres in situ. Perturbés par cette lacune, Alexandre et ses amis n’avaient plus qu’une idée en tête, sortir de l’école. Le but était d’apprendre à comprendre le territoire, à le découvrir et réussir à le représenter, à le décrire par le biais d’outils. Comment rapporter le site pour pouvoir laisser une place à l’architecture par la suite ?

Continuer la lecture de « Alexandre Field. Regarder, comprendre et agir, ensemble. »

Droite ou Gauche ?

Sentier droite ou gauche dans la métropole Nantaise
Source : (Chloé Harlay)
Sentier droite ou gauche dans Nantes métropole (Chloé Harlay)

Certains disent que la vie est un jeu. Pourquoi ne pas le prendre au pied de la lettre ?

C’était une nuit, à Nantes, à vélo. Il était 4 heures du matin. Nous n’avions pas sommeil et discutions sur le fait de se perdre dans la ville. C’était l’une de nos activités favorites que nous ne voulions pas oublier en grandissant. Pour ne surtout pas rentrer, il fallait trouver une activité. Mais alors, quoi ?

Tu veux aller où ? Je sais pas. Et toi ? Je sais pas… Et si on jouait à un jeu ? Vas-y ! On n’à qu’à dire que dès qu’on arrive à une intersection, on choisit chacun notre tour, si l’on tourne à droite ou à gauche ! Aller on y va ! Nous sommes donc partis, sans savoir où, n’y pour combien de temps. Comme si nous étions à la recherche de quelque chose, nous filions sans nous poser de questions. Plus nous avancions, plus nous prenions un malin plaisir à nous embarquer dans les directions les moins attrayantes. Certaines fois, nous avons même dû rebrousser chemin. Pendant plusieurs heures, nous avons continué, encore et encore jusqu’à réussir notre pari. Nous n’avions aucune idée de l’endroit ou nous étions. Nous étions perdus.

Et voilà comment le « droite ou gauche » est né. Grâce à lui, nous découvrons la ville autrement, en passant par des endroits touristiques, délabrés, intérieurs, extérieurs, sombres, paysagés, construits, habités ou délaissés etc… Il n’y a pas de but précis, si ce n’est que de se laisser surprendre et découvrir des lieux que nous aurions peut-être jugé non intéressant en regardant une carte.

Droite ou gauche est donc un sentier qui se dessine au gré de la marche. Pour ce faire, il y a tout de même des règles à respecter (comme tout jeu).
– Rester dans la limite de la métropole.
– Éviter les passages déjà empruntés, sauf si c’est pour rebrousser chemin.
– Visiter tout lieu autorisé qui vous intéresse.
– Prendre une photo à droite et à gauche, quand le paysage est très contrasté.
L’idée serait alors de découvrir le territoire qui nous entoure sans thématique ou donné prédéfini. Ce serait plutôt, la récolte de singularités du territoire qui nous entoure.

À vous de jouer !

Allégorie du sentier droite ou gauche (Chloé Harlay)