Paysage d’extraction

Photo légendée de la maquette de site réalisée en plâtre

Ce projet a vu le jour suite à un trouble commun , ce trou gigantesque à quelques pas du centre-ville, invisible pour les piétons, étranger au paysage nantais que l’on connaissait, “La carrière des maraîchères”. Elle se situe dans le secteur sud-ouest de la métropole nantaise, aux abords de l’aéroport. Cette cicatrice du sol est bordée de flux importants tels que la route de Pornic et la voie ferrée. Elle se situe également à proximité d’un monde plus rural avec deux hameaux, la Ville au Denis et la Gilarderie. Ce territoire est marqué par cette variation brutale du relief, avec un trou qui s’enfonce jusqu’à 131 mètres sous terre à quelques mètres des habitations riveraines. 

Aujourd’hui, le site est en fin de gisement, l’extraction est terminée et la carrière attend sagement sa “remise en état” c’est-à-dire, un comblement prévu avec des matériaux inertes (terre d’excavation*, matériaux de construction*, etc.). En ce moment, elle est habillée d’une dense végétation sur les hauteurs. Les traces des anciens outils d’extraction y sont encore visibles, immobiles. A l’intérieur, on entend seulement le bruit d’un petit moteur qui pompe l’eau du grand bassin formé en fond de carrière par les eaux souterraines et de ruissellement. Sorti hors de ce relief, l’activité industrielle des entreprises installées sur le site est toujours bien présente. 

Continuer la lecture de « Paysage d’extraction »

Mais qu’y a-t-il derrière ?

 

Cette enquête commence au travers de deux perceptions: la première derrière des grillages et une dense végétation ; la seconde plus en hauteur, depuis un siège coloré du TER vers Pornic. Nous sommes toutes deux troublées par ce paysage minéral profond qui nous semble tout droit venu d’ailleurs. Sa proximité avec les habitations nous interroge. Nous revenons quelques jours plus tard, vêtues de notre curiosité, et décidons d’aller au-delà des barrières, des barbelés et de la végétation afin d’approcher au plus près de cette cicatrice du sol.

Nous voilà désormais surplombant la carrière des Maraîchères profonde de 120 mètres, couplée de son usine d’enrobé à l’odeur brûlée, marqueurs strictement cachés de l’anthropisation de la métropole. Une des premières questions qui traversent notre esprit porte sur le devenir de cette carrière dans une zone à la fois occupée par des habitations, de grands axes de circulation, une voie ferrée et un aéroport. Ce cratère artificiel aujourd’hui délaissé serait apparemment destiné à être comblé dans les prochaines années, à l’image de sa voisine un peu plus au nord, la carrière des Pointreaux.

Continuer la lecture de « Mais qu’y a-t-il derrière ? »

Jean-Yves Petiteau

Allégorie des itinéraires de Jean-Yves Petiteau

“Suivre une personne qui nous guide par le corps et la parole sur un territoire qu’il invente et construit par la mise en scène de son récit” est la manière dont Jean-Yves Petiteau définit sa démarche, ses itinéraires.

Jean-Yves Petiteau, né en 1942 à Nantes, est un sociologue chercheur membre du CNRS et enseignant touchant aux domaines de l’art, de l’aménagement du territoire et de l’architecture . Il développa tout au long sa vie une méthode particulière de recherche et d’analyse dans le projet urbain qui vise à appréhender un site, un territoire sous le regard de ses acteurs en les suivants afin de percevoir les subtilités du quotidien de l’espace public. Cette méthode physique permise par la marche, met en scène l’interrogé.e dans son environnement matériel proche et déconstruit le simple dialogue linéaire autour d’une table de café statique.



Image issue de l’ouvrage Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires

Une des mises en pratique de cette démarche est perceptible dans son roman-photo réalisé en 2015 avec son ami photographe Bernard renoux: Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires. Cet ouvrage retrace en alliant le texte et la photographie les itinéraires de 3 dockers nantais enquêtés en 1990 puis 23 ans plus tard, en 2013 sur les traces de leurs souvenirs après la disparition progressive des docks. Jean-Yves Petiteau montre ici par ses entretiens écrits “l’importance de la prise de parole qui inaugure par l’énonciation de références et contextes d’ordinaire négligés ou invisibles “un passage à l’acte” qui agence dans l’espace/temps des rapports qui construisent et ménagent un territoire.”.

Avec cette démarche, Jean-Yves Petiteau marqua l’enseignement dans les écoles d’architecture nationale de Grenoble et Nantes en apportant une nouvelle pédagogie. Les étudiants pouvaient y voir un outil novateur pour regarder et comprendre l’espace public et ainsi mieux le projeter.

Si vous souhaitez en savoir plus…

Conférence de Jean-Yves Petiteau à l’esaaa en 2011: https://vimeo.com/287948086

PETITEAU Jean-Yves et RENOUX Bernard, Dockers à Nantes-L’expérience des itinéraires, édité par Didier Tallagrand, Nicolas Tixier, Maïlys Toussaint, 2018, 132 pages

Suivre les fruits du territoire

Humer, toucher, goûter, suivre les fruits du territoire ou 28 kilomètres au sud de la métropole dans un paysage marqué par une activité agricole qui cohabitent avec forêts, marais, affluents de la Loire et zones urbaines qui prennent le pas sur le domaine cultivable. Suivre les fruits du territoire afin de comprendre pourquoi et comment les humains décident de s’installer, de cultiver et d’élever dans un espace donné. Les paramètres perceptibles physiquement lors d’une marche tels que le relief, l’hygrométrie, l’ensoleillement, la composition des sols sont tous essentiels à la compréhension d’une terre qui permet de nourrir et d’accueillir une population.

Des bords de la Sèvre à Vertou au Lac de Grand Lieu à Bouaye, le sentier conduit à la rencontre de neuf entreprises/associations qui démontrent la diversité de production de la métropole nantaise, de la culture au travail des matières premières : Eclat de riz, le domaine viticole Delaunay et la Maison de la Pomme à Vertou, La ferme de la Blanchardière aux Sorinières, le domaine viticole de Bel air, les Ruchers de Halbran et les Jardins de Grandlieu à St-Aignan-Grandlieu, le domaine viticole des Herbauges à Bouaye puis le domaine viticole des Hautes Noelles à St-Légers-les-Vignes. Bonne marche et bon appétit.

Les strates du paysage nourricier