Une maison-source dans le haut-pays de Carquefou

Le sentier qui vous était proposé dans les articles précédents envisageait la marche comme une expérience interculturelle : un dialogue entre le marcheur et les entités plus qu’humaines qui peuplent les marges de la métropole. A cheval sur deux bassins-versants, entre l’Erdre et la Loire, son tracé suit les lignes d’une glyphe celte plaquée sur le sol, symbole de l’élément eau. Le marcheur relie ainsi des nœuds où se trouvent des singularités du paysage liées à l’eau : une mare, une source, un puits, une station d’épuration, une pompe… Depuis ces nœuds pourraient se jouer de nouvelles formes de rituels, liées à l’eau, dont le projet de la maison-source est un exemple.

Le village de la Gouachère dans la dynamique des bassins-versants d’Erdre et Loire (document de l’auteur)

Le sentier Pertho nous a conduit jusqu’à la Gouachère, un village excentré du reste de la métropole et de ses infrastructures, en aplomb de Nantes et de Carquefou. L’eau y est présente sous de nombreuses formes. A la surface, on la voit dans les mares, les noues, les prairies humides ou dans de petites sources, connues de ses habitants. Malgré cela, elle n’est bue ou utilisée que par un très petit nombre d’entre eux. Le village est en effet relié au grand réseau métropolitain.

La Gouachère et la vallée de la Chalandière (document de l’auteur)

La maison-source se propose d’offrir aux habitants de la Gouachère, ainsi qu’aux marcheurs du sentier Pertho, un accès à l’eau de la vallée et aux services qu’elle peut rendre aux humains. On y trouve notamment des douches, une laverie et accès à une eau potable. Elle se trouve en bordure du village, en partie haute d’une prairie humide. Du fait de la courbure naturelle du site, les eaux de pluie, qui du village viennent s’infiltrer dans le pré, ont tendance à se concentrer rapidement à l’est de la parcelle, rejoignant ainsi plus directement le petit ruisseau situé en contre-bas. Les trois bâtiments de la maison-source sont implantés de façon à inonder plus largement la prairie pour stocker plus d’eau dans les sols, en faisant glisser les eaux de pluie aux pieds des façades.

Les eaux qui ruissellent (plan de l’auteur)
Continuer la lecture de « Une maison-source dans le haut-pays de Carquefou »

Le puits, la Gouachère, la vallée de Rideau et Suez

Aux abords du ruisseau de la Chalandière, on découvre un vallon très boisé de frênes, de chênes, de châtaigniers… Leurs troncs sont plutôt fins, ces arbres sont en effet très jeunes. C’est une vallée qui était fortement habitée avant le remembrement et qui s’est transformée en petite forêt, en friche pendant les années 70 – 80. Si vous vous y promenez au printemps, prenez de bonnes chaussures car le sol se gorge d’eau, et les chemins y sont pentus. Les sentiers, sûrement très anciens, longent des cours d’eau qui serpentent dans des fossés entre les arbres. On rejoint des mares, quelques sources, d’autres ruisseaux discontinus… De petites fleurs colorées poussent auprès des arbres, on trouve un terrier de lapin ou de blaireau, des oiseaux qui chantent dans les branches… C’est un lieu très habité.

En remontant vers le village de la Gouachère, ce n’est que très progressivement que l’on quitte cette ambiance de sous-bois. Les arbustes deviennent des haies opaques de lauriers ; le sentier, plus large, peut désormais accueillir le passage d’une voiture. Au bout de celui-ci, on trouve un petit édicule blanc, non loin des premières habitations de ce hameau. En vert sur fond blanc, trois traits parallèles tracent le S de Suez.

Suez, c’est le nom d’un isthme situé en Egypte qui relie l’Afrique et l’Asie et qui sépare la mer Rouge de la mer Méditerranée. C’est aussi le nom d’une multinationale dont la création remonte à 1855, au moment du percement d’un canal dans cette frange de terre pour relier les deux mers. L’entreprise trouve donc ses racines dans la longue histoire de l’exploitation d’un canal sur le sol égyptien par une entreprise française, puis par des britanniques jusqu’à la crise de Suez, la nationalisation par Nasser en 1956 et l’échec de l’opération militaire franco-israélo-britannique pour restituer l’exploitation du canal à ses anciens actionnaires. En somme, c’est un emblème de l’impérialisme européen au Proche-Orient1.

La construction du canal de Suez, 18662

L’exploitation du canal par la Compagnie financière de Suez prend fin dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle entreprend alors une conversion vers la finance et effectue de nombreux investissements à l’étranger notamment. En 1967, elle devient actionnaire majoritaire de la Société Lyonnaise des eaux et de l’éclairage. C’est une entreprise qui s’est attachée depuis le Second Empire à devenir l’acteur central de l’approvisionnement en eau, de la production de gaz puis d’électricité dans de grandes villes françaises. Les deux entités fusionnent en 1997 pour former le groupe Suez.

Continuer la lecture de « Le puits, la Gouachère, la vallée de Rideau et Suez »

Traversée de mondes animés

Où sont les mondes animés aujourd’hui dans la périphérie de la métropole nantaise ? Reste-t-il des rites autour de l’eau, des pierres, des forêts dans ces paysages ?

Ce sentier invite celui qui l’emprunte à une expérience interculturelle : un dialogue entre le marcheur et des non-humains qui habitent ses abords.

Le sentier à l’échelle de la métropole (document personnel)
Un rituel comme dispositif d’attention

Le tracé dans la métropole propose une marche qui serait un rituel. Les trois chemins qui le compose suivent la forme de trois runes celtes : Pertho, Ansuz et Inguz, chacune liée à un élément de la triade celtique, respectivement l’eau/les sources, l’air/les forêts, la terre/les mégalithes. La marche, en soit, est déjà une forme de méditation, seul ou en groupe. La marche comme rituel vise à y ajouter une dimension spirituelle : imprimer avec ses pas un symbole dans le sol.

Le sentier relie des points et traverse des mondes singuliers pour construire une attention autour de la manière dont l’humain aménage ces trois éléments. C’est un outil pour se réapproprier des paysages ordinaires ou rudes parce qu’ils ont une vocation purement fonctionnelle, au seul service des humains.

Pertho : faire parler les eaux captées, pompées, nettoyées…
Le sentier à l’échelle du cadrant Nord-Est

A l’échelle du quadrant nord-est de la métropole nantaise, on traverse des « mondes de l’eau ». La marche débute dans la vallée de la Chalandière, à la source de la mare chaude et s’achève à une autre source plus au sud : celle de la Poste.

Continuer la lecture de « Traversée de mondes animés »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search