Marais en périls : agir au service des prairies humides

C’est durant la deuxième marche collective, en février, que j’ai découvert un phénomène particulier qui se joue dans les prairies humides de l’Acheneau (voir l’article Perception troublée dans cabinet de troublosités).

Le paysage singulier des prairies humides de l’Acheneau (ici dans la commune de Saint-mars-de-Coutais), évolue en fonction des temporalités. En hiver, lors des crues de l’Acheneau, ces dernières sont inondées, accueillant une faune et une flore rare et spécifique à ce milieu. Puis en été, elles sont utilisées par les éleveurs qui y fauchent l’herbe ou y font pâturer leurs bovins.

Ce qui caractérise ce milieu c’est son interdépendance entre les êtres qui le composent. Ce paysage singulier qualitatif, ne peut exister que s’il est entretenu par les éleveurs.

Continuer la lecture de « Marais en périls : agir au service des prairies humides »

L’économie du paysage

Une marche à l’indice : à la recherche des êtres qui composent les paysages du quadrant Sud-Ouest de la métropole.

Introduction au sentier :

Avant de commencer la narration de ce sentier il est nécessaire de définir les notions de paysage et d’économie. La définition de la Convention européenne du paysage me semble la plus adéquate. Elle dit que le paysage est « une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humain et de leurs interrelations. »1. En d’autres termes, le paysage est la symbiose des actions de nombreux êtres vivants dans un milieu. Nous retrouvons aussi cette notion chez Tim Ingold avec le «taskscape»2, le paysage des tâches, celui des intentions mutuelles et des interactions. Le terme économie quant à lui, trouve son origine dans le mot grec signifiant « celui qui tient la maison ». Plus généralement l’économie représente «l’ensemble des activités d’une collectivité humaine relatives à la production, à la distribution et à la consommation des richesses»3.

Il est maintenant temps pour moi de vous emmener sur les traces des différents êtres qui composent les paysages du cadrant Sud-Ouest de Nantes métropoles et au-delà. à travers cette marche guidée, je vous propose une expérience sensible où nous chercherons à questionner ces paysages, leur fonctionnement, les êtres qui en sont acteurs et leurs effets sur le territoire.

Ce sentier a pour but d’appréhender le circuit économique qui découle du paysage sous deux niveaux. Celui de l’immédiat, directement lié aux activités qui le constituent telles que l’agriculture, la sylviculture ou encore les services d’entretien des collectivités. Puis l’économie indirecte, liée à l’image qu’il renvoie, des activités qui le valorisent tel que les loisirs ou encore le tourisme.

Narration du sentier :

Date : 25 mai 2030, 9h00
Départ : La Matrasserie, Bougeneais
Arrivé : Saint-Mars-de-Coutais
Distance : 25 km

Se donner rendez-vous à la Matrasserie, face à cette peupleraie fraîchement coupée qui a suscité beaucoup de controverses, est une façon de commencer notre marche en se questionnant sur notre rapport au paysage. Un environnement de vie, souvent de qualité; on s’y attache, on se l’approprie, on en fait un commun. Seulement on oublie parfois sa fonction première, un but économique.

Maintenant que cette notion a été énoncée, la marche peut commencer. Cette dernière est ici utilisée comme un outil permettant de ralentir, d’observer plus précisément, d’essayer de comprendre le fonctionnement des paysages qui nous entourent. Individuellement ou à plusieurs, on observe des détails, les êtres, les traces et les activités qui les composent.

Différents arrêts nous permettent d’échanger, chacun apportant sa connaissance sur le territoire. On constate alors le développement d’une économie moins directe mais tout aussi essentielle. Les serres questionnent notre façon de consommer, les fermes pédagogiques nous sensibilisent, les associations de réinsertion offrent des opportunités d’emplois liés à l’entretien des espaces publics, la vente en circuit court valorise des produits locaux.

Mais il est parfois difficile pour les acteurs du quotidien d’assurer localement une valorisation et pérennisation d’un système économique. C’était d’ailleurs le cas sur les prairies humides des marais de l’Acheneau. Les éleveurs sont les principaux acteurs dans la préservation de ces zones humides, qui sans eux serait tout autre, engendrant la disparition d’un écosystème. Cependant, les aléas de la production d’herbe et la difficulté de valoriser les produits lors de la vente entraînaient une économie instable pour ces derniers.

C’est lors de la création de ce sentier métropolitain, que les différents acteurs de ce paysage ont été réunis, des projets concrets ont été mis en place, créant un nouveau schéma économique pour les éleveurs. Nous sommes dans la commune de Saint-Mars-de-Coutais, ici les habitants sont désormais acteurs actifs, soutenant la coopérative locale de transformation et vente des produits locaux. La marche fait aussi projet, en faire l’expérience l’été après la fauche ou l’hiver durant les inondations, exprime à elle seule la temporalité, la vie et les enjeux de ce site.

Après avoir traversé forêts et prairies nous nous retrouvons dans le village Le Butay, en surplomb de ce paysage. Puis nous nous dirigeons vers la fin de cette marche, en contrebas de la départementale. Nous survolons ici les prairies humides et nous nous arrêtons pour les contempler. Les discussions afflux, nous repensons à tous ces territoires traversés qui pourraient prendre exemple sur les changements qu’il y a eu ici. L’endroit parfait pour conclure cette marche.

1 Définition tirée du décret du 20 décembre 2006. Convention européenne du paysage.

2 Ingold, T. , 1993. The temporality of the landscape. p 152-174.

3 Larousse,dictionnaire en ligne consulté le 30 mai 2021

Perception troublée

L’arrivée sur les lieux

C’est durant la seconde marche collective que j’ai pu rencontrer cette situation de trouble. Après avoir contemplé le lac de Grand-Lieu, une immensité lisse et inaccessible, nous nous sommes dirigés vers l’Acheneau, affluent de la Loire, dans le but de rejoindre un nœud, invisible, de trois frontières communales. Le chemin indiqué sur la carte IGN qui devait nous conduire à cet endroit s’est très vite transformé en champs. Pensant s’être perdus mais ne voulant pas abandonner notre but, nous avons fait abstraction des petits fils électriques qui coupaient notre chemin. Au fur et à mesure de notre progression, le sol argileux craquelé et les chants d’oiseaux crescendo nous ont indiqué le changement d’ambiance à venir.

Puis d’un seul coup, après avoir enjambé un fossé et prit un virage à droite, nous nous sommes retrouvé face, à ce que nous pourrions définir comme un « bout du monde ». Au premier abord un marais, d’une toute autre nature que ce que nous avions pu voir auparavant. Ici, comparé au Lac de Grand-Lieu, l’échelle de ce qui se trouve devant nous est à notre portée. Les clochers d’églises des communes alentours et la ligne de chemin de fer, que nous percevons dans un horizon proche nous permettent de donner une limite à ce marais. La présence d’animaux sauvages et l’absence de l’homme me fait penser que nous nous trouvons dans une bulle, lieu rare encore préserver de l’emprise de l’Homme.

Continuer la lecture de « Perception troublée »

En piste : Une randonnée scientifique

L’Euro-métropole Lille-Kortrijk-Tournai (nommé aussi LIKOTO) est un territoire composé de grandes infrastructures telles que des autoroutes, des voies ferrées et des canaux. Souvent réputé comme un lieu pauvre en faune et flore, il en est tout autre. C’est en réalité 650 km de trame verte spontanées qui défile sous les yeux des voyageurs à grande vitesse. Une équipe de chercheurs-marcheurs, avec le soutien du ministère de l’écologie, a décidé de révéler ces abords, de les étudier et de partiellement les aménager.

Cette démarche nommée « EN PISTE » regroupe une équipe pluridisciplinaire (paysagistes, botanistes, ornithologues, architectes, urbanistes, géographes, artistes…),  sous la direction de Denis Delbaere, chercheur de paysage, paysagiste et enseignant. Elle fait suite à un premier projet nommé « EN MARGE : Paysage et biodiversité des délaissés et accotements infrastructurels de l’eurométropole LIKOTO ».  

Pour analyser ce territoire étendu, l’équipe a mis en place une réflexion pour créer différentes portions ainsi que diverses méthodes pour l’arpenter et l’observer.

Comment analyser efficacement un territoire étendu ? Méthode et graphisme inspiré des dessins de Denis Delbaere dans le rapport final EN PISTE 2018. (Production Charlotte Arca)

EN PISTE ce traduit par trois randonnées scientifiques de 60 km. En dehors de la prise de connaissance des lieux, l’enjeu a été pour Denis Delbaere de concilier les méthodes d’arpentage de chaque membre de son équipe pour arriver à une marche pluridisciplinaire. Ces trois marches, réalisées sur différentes saisons, ont donc été des expérimentations d’arpentages.

Comment concilier les méthodes de chacun ? Expérimentation de marches communes. (Production Charlotte Arca)

Après avoir testé des protocoles communs, l’équipe s’est rendu compte qu’il était très difficile pour chacun de sortir de ses habitudes, chacun restant dans ces méthodes propres à son métier. Cependant, la marche collective reste un protocole minimal, induite par le terrain, où se côtoie des moments individuels et des épreuves collectives, permettant une accumulation de recherches scientifiques mit en commun.

Cette expérience a aussi montré les effets de la marche sur le territoire, ces arpenteurs suivent une piste, mais participent aussi à sa création, sous l’effet des traces de passages qu’ils laissent au sol, de ce fait, cette dernière s’auto-légitime.

Documentations :

Piste de LIKOTO : https://la-piste-de-likoto.org/

EN MARGE_Rapport final 2008 : http://ittecop.fr/images/docman-files/docman-files/rapport-final/2008/RF_2008_En_marge.pdf

EN PISTE_Rapport final 2017-2018 : http://ittecop.fr/images/docman-files/docman-files/rapport-final/rapport-ittecop-apr-2017/2017%20EN%20PISTE%20RAPPORT.pdf

Suivre les frontières

Nantes métropoles est un vaste territoire composé de 24 communes, offrant typologies et paysages variés. J’ai choisi ici de longer les limites, à la découverte de ces multiples ambiances, s’éloignant de cette zone très dense que représente la ville de Nantes.  

Arpenter le territoire en ayant conscience de suivre des frontières, administratives ou physiques, amène au marcheur une nouvelle façon d’observer, telle une obsession de trouver une différence entre ce qui se trouve à sa gauche et à sa droite.

Commencer ce sentier en observant la carte IGN pour repérer les limites communales, révèle dans un premier temps les situations les plus frappantes. Nous pouvons y constater la confrontation d’un lotissement et d’une zone industrielle ou bien d’un champ et d’une infrastructure autoroutière. Mais c’est bien en arpentant ce territoire, à travers une marche éprouvée, mêlant particulièrement la vue et l’ouïe, que l’on ressent ces limites franches, mais aussi celles peu perceptibles, voir inexistantes.

En faisant face à ces points singuliers, des questionnements sur la transformation du territoire, la gestion intercommunale, l’étalement urbain ou bien la mise en valeur de territoires isolés/oubliés apparaissent. Que révèlent ces limites ? Quels impacts ont-elles ? Comment redonner du lien ?

Charlotte Arca

Allégorie de la frontière. (Charlotte Arca)