Au service du damier de la Succise

Refaire émerger des écosystèmes

Alors que mon enquête portait initialement sur le marais de Goulaine, zone protégée Natura 2000 dont l’état est défini par la gestion de l’eau, j’ai recentré mes recherches sur une espèce symbole de cette zone humide, le damier de la Succise. Mais tout d’abord, faisons un point pour comprendre comment j’en suis arrivée là.

Pour le resituer, le marais de Goulaine aux frontières mouvantes selon la saison est l’habitat d’espèces particulières. Cette zone parfois inondée, parfois asséchée, présente des spécificités propres à plusieurs milieux au même endroit. Elle est impactée par l’activité humaine, comme l’étalement urbain, le maraîchage qui s’étale et ensable les cours d’eau, l’agriculture qui utilise des produits sanitaires agressifs, mais aussi la présence d’espèces invasives comme la jussie (plante à fleurs aquatique et amphibie) et l’écrevisse de Louisiane. De nombreux organismes gèrent le marais :

  • le syndicat Loire Aval qui détient la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations,  
  • la communauté de communes Sèvre et Loire qui finance la Maison Bleue dont la mission est de faire découvrir le marais aux scolaires et aux marcheur.euse.s tout en assurant sa protection,  
  • ainsi que des communautés de pêcheur.euse.s et de chasseur.euse.s qui suivent l’évolution des espèces animales et végétales. 

Mon entretien avec un des animateurs de la Maison Bleue m’a révélé qu’une majorité des personnes en charge de la gestion du marais sont satisfaits de sa baisse de fréquentation afin de limiter les dégradations. 

Ce qui impacte le plus le marais n’est pas lié à une fréquentation interne mais plutôt à ce qui se passe à ses frontières. Alors pourquoi vouloir empêcher la population d’y accéder ? Le sanctuariser pourrait mener à un oubli de ce qui s’y passe, un oubli de ses richesses et une perte de sa biodiversité et de ses qualités d’ambiances reconnues par les passants. Son origine artificielle nous rappelle sa dépendance de l’action humaine. Cette zone humide a besoin d’être entretenue par fauchage pour l’empêcher de s’enfricher et de devenir une forêt homogène qui perdrait la richesse de ses écotones, et sa capacité d’îlot de fraîcheur. 

La zone protégée du marais au milieu de la diversité de parcelles (carte de l’autrice)
Continuer la lecture de « Au service du damier de la Succise »

Pour la (re)circulation du vivant

Révéler la bordure bocagère du marais de Goulaine et le potentiel des jardins

Le marais de Goulaine est une cuvette subdivisée en deux dépressions issues de l’érosion, séparées par la butte de la Roche. Alors que la zone humide avait été aménagée et était autrefois accessible en bateau pour transporter du vin, de la chaux et des céréales, la construction de la Divatte a bouleversé ses usages. Pour faire court et se concentrer sur ce qui m’intéresse, les marais se sont vus contenir les eaux des crues en hiver et accueillir des pâturages en été, faisant évoluer ses frontières tout au long de l’année. Le marais était alors régulièrement fauché pour nourrir le bétail et accéder aux cours d’eau. Ce fauchage est devenu essentiel pour préserver les espèces qui y sont installées, et conserver des niveaux d’eau corrects à chaque saison est tout autant important, c’est notamment pourquoi on trouve des portes hydrauliques au niveau du pont de l’Ouen, et le long du canal de Goulaine.

L’eau, essentielle pour le vivant, est très présente dans ce territoire mais on a tendance à l’oublier. Selon François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner, nous devrions fonctionner par bassin versant, en voyant les cours d’eau comme les veines du territoire. Ils ont déjà marqué les villes et les régions pour tracer des frontières mais aussi pour les nommer, alors pourquoi pas faire communauté dans ce sens ? Autour de ces eaux, des hydromondes se développent. Ce sont toutes les continuités écologiques qui se forment entre différentes espèces.

“Un bassin-versant est tout un monde. (…) Une ligne de partage – des eaux, mais aussi des sols, des climats et des vivants.”

Pour une intermondiale des bassins-versants, François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner

Depuis les années 1990, le système de polyculture associée à l’élevage et à la vigne disparaît pour laisser place à la viticulture et au maraîchage spécialisé. Le marais se referme sur lui-même à cause d’un manque d’entretien, qui conduit à un boisement et un enfrichement. De plus, ce marais est une cuvette qui récolte toute la pollution liée à l’agriculture intensive. La zone humide, menacée, est alors classée Natura 2000. Comment son contour a-t-il été défini ? En comparant les cartes établies depuis le XVIIIe siècle, ses frontières semblent avoir évoluées, lui donnant une épaisseur impalpable.

Evolution des contours du marais représentés en carte en 1756 (beige), 1820 (marron), 1960 (vert clair) et 2020 (vert foncé)

Continuer la lecture de « Pour la (re)circulation du vivant »

Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide

Randonnée du 13/03/24 – Les chemins de l’eau
Itinéraire préparé et réalisé le 13/03/24 (document réalisé par l’autrice)

Suite aux randonnées groupées et solitaires précédentes, mon attention s’est portée sur l’eau, omniprésente dans les paysages que j’avais traversé. En écho à celle présente dans notre corps, l’eau du Marais de Goulaine s’étale, s’impose, s’infiltre. Lorsque nous marchons, nous empruntons des sentiers qui semblent nous être destinés. Lorsque l’eau circule, elle semble utiliser des fossés, des creux qui lui sont destinés. Pourtant, j’ai plusieurs fois marché sur ou dans l’eau. Etait-ce un sentier ou un ruisseau ? j’ai donc choisi pour cette nouvelle marche de longer au possible le marais de Goulaine, en passant par un point haut, la butte de la Roche, pour mieux en comprendre les reliefs, et descendre vers cette surface d’eau que je ne connaissais pas et que je n’arrivais pas encore à visualiser. Nous avions prévu avec Louise de commencer cette randonnée ensemble puis de nous séparer pour contourner une partie du marais chacune d’un côté, afin de nous concentrer sur des thématiques différentes.

Continuer la lecture de « Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search