Suivre les lignes de la métropole nantaise

Le sentier sous les lignes se propose de suivre les lignes électriques au plus près.

Infrastructure nécessaire et même indispensable au bon fonctionnement d’une métropole, les lignes à haute tension occupent depuis plusieurs dizaines d’années une part de plus en plus importante du paysage. Au sein de la métropole nantaise, croissance démographique et augmentation de la demande numérique entraînent l’extension des lignes de distribution électrique. Si l’emplacement de ces lignes tente d’être le plus éloigné possible des zones urbaines pour des questions de sécurité et de santé publique, elles sont toutefois contraintes de s’en approcher et se heurtent à d’autres questions, celles d’impact environnemental et d’intégration paysagère. Ces grands pylônes métalliques s’élevant au-dessus des arbres, dominant le territoire, leur fils tendus dans le ciel parcourant routes, foret, villages et cours d’eau, s’étendant sur des kilomètres entiers. Tableau intriguant et pourtant si commun, qu’on ne les voit plus. Lorsque qu’on les suit où nous mènent-elles ?

Ce sentier sous les lignes propose donc de traverser le secteur ouest de la métropole nantaise en zigzaguant, traversant, s’approchant au plus près des lignes à haute tension. A travers ce parcours le but est de se rapprocher de ces infrastructures techniques de grande échelle, habituellement perçues depuis une vision lointaine, afin de mieux comprendre leur insertion dans nos paysages.

Partant du principale poste électrique de la métropole à Cheviré, tour à tour le sentier croise les lignes au point de pouvoir être directement sous celles-ci, puis s’éloignent aux aléas des routes, des chemins, pour redevenir une forme perdue dans un grand paysage.

Quels paysages traversent ces lignes ? A quel point peut-on s’en approcher ? Ce sentier propose de prendre toute la mesure de telles infrastructures dans notre paysage quotidien.

Régine Robin, les derniers pas de la flâneuse

“J’habite une mégapole depuis ma naissance et depuis ma naissance la ville m’habite : depuis ma naissance la ville me dévore et je dévore la ville. Pour moi, elle n’est pas un objet mais une pratique, un mode d’être, un rythme, une respiration, une peau, une poétique.” – Régine Robin, “Mégapolis”

Illustration de couverture, “Mégapolis”, 2009

Régine Robin est une historienne, sociologue, écrivaine, passionnée des grandes mégalopoles dans lesquelles elle passe plusieurs années à y vivre, à les arpenter, passant de Tokyo à New York puis Londres sans arrêter. Cet arpentage constant, presque effréné, des grandes villes du monde l’a conduit à écrire “Mégapolis” en 2009. Dans ce livre, c’est sa « casquette » d’écrivaine qui prend le pas. Entre New York, Londres, Tokyo, Buenos Aires et Los Angeles, elle nous emmène dans sa propre vision de la ville, celle d’une ville fantasmée. Villes de fiction, villes de souvenirs, villes des milliers de gens qui s’y croisent, pour Régine Robin la ville « réelle » ne vaut d’être perçue qu’à travers celle de la ville rêvée.

Illustration dénouer, flâner, prendre à bras le corps la ville – Amélie Certes

Milles façons de partir à l’assaut des villes

Comment entamer une ville, se demande Régine Robin. Et surtout comment entamer de telles villes ? Des villes mégalopoles gigantesques, en mouvement perpétuel. Comment les saisir dans leur ensemble, à bras le corps ? Pour elle toutes les manières sont possibles. S’arrêter au terminus des métros Londoniens, traverser à pieds les séries d’immeubles et de parking à Los Angeles, revoir Manhattan en remontant Broadway, ses protocoles changent et varient selon la ville, selon l’humeur mais aussi souvent selon la vision fantasmée des livres et du cinéma. Elle se perd alors à Buenos Aires dans les pas de Bruno Cadogan, le personnage de Tomas Eloy Martinez, elle revoit New York sous le rythme de la musique Rhapsody in Blue dans “Manhattan” de Woody Allen. Dans chacune de ces mégalopoles ses souvenirs et ses imaginaires se mêlent à la ville arpentée pour former des promenades à la limite du réel.

Pour Régine Robin marcher dans la ville s’est avant tout y flâner au point de s’y perdre, au point de ne plus voir qu’elle est la plus vraie entre la ville réelle et la ville fantasmée.

Source : Régine Robin, “Mégapolis”, édition Stock, 2009

De la ville entamée à la ville épuisée : trans-percer la métropole

Entamer, s’enfoncer et épuiser : un transect qui transperce la métropole, carte 1/50000 (Amélie Certes)

Comment rentrer ? Comment « entamer » une ville ?

S’enfoncer dans sa frénésie, l’observer, la parcourir, la saisir dans tous ses méandres et dans toutes ses agitations. Au fur et à mesure faire attention à ses détails, et alors ne plus voir une rue mais chaque pavé qui la compose, passer devant la terrasse de ce bar et sentir le gout de sa bière. Puis y prendre part, s’y inclure au point de s’y confondre, au point de ne plus voir ce que l’on a déjà vu, de ne plus comprendre ce que l’on avait compris d’elle, de couvrir au lieu de découvrir. Et comme Marco Polo à Zemrude, le regard auparavant attirer par les balcons et les clochers, se baisse maintenant vers quelques mégots de cigarettes déjà présents la veille, pièces infimes d’un patchwork dont on ne prend plus la peine d’en distinguer les motifs.

La ville ne s’épuise peut-être finalement jamais, elle s’entame chaque jour d’une infinité de manières.

Amélie Certes

Collage “Trans-percer la métropole” (Amélie Certes)