Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière

Qu’est ce qu’on traverse aujourd’hui ? Sur quoi on pose nos pieds ? Quel lien on a encore avec le vrai sol ? Le sol vivant, celui qui bouge, vit, se décompose, se régénère…
A l’aube de la loi ZAN (zéro artificialisation nette), qu’est ce qu’on peut comprendre des sols qui nous entourent ?

Le ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires défini l’artificialisation des sols comme un phénomène qui consiste “à transformer un sol naturel, agricole ou forestier, par des opérations d’aménagement pouvant entraîner une imperméabilisation partielle ou totale, afin de les affecter notamment à des fonctions urbaines ou de transport (habitat, activités, commerces, infrastructures, équipements publics…)“. Des informations manquent, troublent. Les zones artificialisées sont étrangement catégorisées. Par définition, “artificiel” est le “produit de l’activité, de l’habileté humaine” (le robert).

Tableau de catégories de surfaces pour la loi ZAN

Cela revient à considérer les sols des espaces naturels, agricoles ou forestiers imperméabilisés (bâti, stabilisé pour les routes, voies ferrées, parkings) et perméables (terres arables, parcs et jardins, friches urbaines, terrains de sport, carrières…) comme surfaces artificialisées car modifiées par et pour l’humain. Pourtant, dans certains cas, les espaces “artificialisés” ne sont pas bien clairs. Pour ne pas enrayer les politiques d’aménagement et d’agriculture, certaines catégories de sols ne sont pas dites “artificialisées”. Par évidence pour protéger notre société et pour continuer à s’alimenter, s’abriter, etc, ce qu’on résumera par des “surfaces perméables” modifiées par l’humain ne sont pas catégorisées dans les surfaces artificialisées de la loi ZAN.

Dans ce récit, la carrière devient le premier coupable d’artificialisation. Peut-on l’accuser de manière animiste pour ses crimes contre les sols ?

Autour de la Haie-Fouassière, on retrouve une carrière d’extraction de Gneiss, dont les granulats broyés sur site sont destinés à la construction alentour. Un geste artificialisant un sol, celui de la carrière, qui prédestine l’artificialisation prochaine d’autres sols ; en premier des routes pour acheminer le transport de la matière, vers des chantiers plus lointains. Depuis 1926, l’emprise se creuse dans les collines des vignes alentours. Depuis 2003, par arrêté préfectoral, l’entreprise Charier s’est remis à réduire la roche massive issue des transformations métamorphiques de la Terre depuis des milliards d’années en petits gravillons à coup de tirs de mine pendant 30 ans. Une fois la roceh extraite, elle est ensuite concassée sur place puis stockée en tas à l’arrière du site en attendant de nouveaux acheteurs du BTP. Toutes ces méthodes industrielles de construction ont évidemment des répercussions directes sur leur entourage proche. Bruits, poussières, tremblements des murs des habitations voisines…

Bientôt, la carrière fêtera ses 100 ans. Bientôt, Charier n’aura plus l’autorisation d’exploiter. Bientôt, un agrandissement sera t-il demandé ?
Une menace plane sur les riverains et sur les sols, apeurés de ce grignotage des terres qui semble interminable.

Le sentier permet de pister les indices de la présence de la carrière aux alentours et de comprendre quels impacts elle a sur une échelle proche mais aussi plus lointaine. On sera également amené à traverser ces endroits particuliers où l’on fait sol ou non, où parfois, des émergences terriennes croissent. En passant sur les sols industriels parfois pollués mais aussi très imperméabilisés, en longeant les terrains de sport dont la pelouse est si bien taillée et les prairies depuis les routes bitumées, en traversant le cimetière ou tout l’enfoui s’éteint mais aussi où tout renaît, comment prendre la mesure du ou des sols ?
En suivant les traces des cailloux que laissent les camions comme un petit poucet pour retrouver son chemin, en pistant les fissures dans les maisons des hameaux à moins d’un kilomètre, fissures possiblement liées aux tirs de mines (à déterminer par des géologistes), en essayant d’entendre les tirs au plus loin, comment appréhender cet acte si violent qu’est de creuser un énorme trou dans le sol ?

Qu’est-ce que c’est de vivre à côté de cette entité forte, de ce “trou” perçu comme un alien pour ses détracteurs (souvent les mêmes que les riverains) mais aussi comme un point de ressource important et encore nécessaire selon les politiques d’aménagement ? Comment peut-on sentir une modification du territoire alentour en traversant les limites palpables et les transformations de sols proches ?

Carte du tracé – production personnelle

Un tracé voulant ressentir les destructions directes et indirectes de la carrière et de l’artificialisation des sols provoquée. Sans passer à côté, sans s’en rendre compte mais en sentant son impact.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
louise bodin (8 avril 2024). Des sols et des rives abimés, autour de la carrière de la Faubretière. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6n2


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search