La forêt urbaine et sa manifestation dans le territoire sud-ouest : quel lien avec les trajectoires adolescentes ?

Traversée visible/invisible du site sud-ouest de la forêt urbaine de la métropole nantaise

Durant les deux premières marches qui ont rythmé ce début de semestre, sans réellement nous en rendre compte, nous avons parcouru une fraction assez importante du site sud-ouest du projet de forêt urbaine de la métropole nantaise. Ce projet est celui mené depuis maintenant 15 ans sur le territoire métropolitain, au croisement de plusieurs politiques publiques concernant la transition écologique des territoires (transition énergétique, plan climat air énergie, biodiversité). Ils ont différentes vocations, entre espace naturel, espace de vie, espace de récréation, espace de production, espace d’expérimentation et espace d’observation.

Dans cet objectif, trois sites ont été identifiés entre différentes communes de la métropole nantaise, dont le plus grand site (780 hectares) se trouve entre Bouguenais et Saint-Aignan de Grand-Lieu. Il est caractérisé par une grande diversité d’occupation des sols et de propriétés, avec notamment des espaces boisés et un important patrimoine bocager peu entretenu. Ce territoire fait l’objet d’une gestion sylvicole, promouvant la gestion durable des zones boisées dans une approche de forêt dite multifonctionnelle, permettant le maintien des ressources forestières en prenant en compte les facteurs écologiques du patrimoine territorial. Ces attributs concentrent des notions de pédagogie et de participation qu’il s’agit d’activer afin de sensibiliser les usagers du territoire.

 

Cette forêt urbaine est un espace de transition entre la ville et les espaces naturels du lac de Grand-Lieu, contribuant à la préservation de la biodiversité sur ces zones. Finalement, cette grande partie du secteur sud-ouest, à cheval entre différentes communes, est un espace transitoire tant d’un point de vue naturel, qu’urbanistique ou administratif. De plus, ce projet a pour but de rendre ces espaces accessibles à tous, ainsi qu’une volonté de créer un espace de vie répondant à une demande sociale de loisirs, de promenade : « offrir aux habitants de l’agglomération des espaces de loisirs et de la découverte de la nature et des paysages ».

Paysage type de la forêt urbaine : quelle manifestation se dégage au sein du territoire ?

Mais finalement, cette forêt urbaine et les attributs qui lui sont confiés sont peu visibles et discernables sur le territoire. Il parait difficile de visualiser la forêt urbaine dans ses secteurs, ses limites, son contenu et sa gestion. Lors de la marche, sa présence a peu été affirmée. Au retour, lors de la révélation du passage au sein du projet de forêt urbaine, de réelles questions se sont posées quant à son inscription et sa manifestation pour nous, en tant que marcheurs, mais aussi pour ceux qui habitent ce territoire.

Finalement, le trouble n’intervient non pas au contact du paysage mais bien après la mise en information de ce que ce territoire signifie réellement pour la métropole. Qu’est-ce qui fabrique les limites de cet espace en tant que forêt urbaine ? La délimitation de cet espace a-t-elle été décidée arbitrairement ou a-t-elle une réelle raison d’exister qui n’est aujourd’hui pas perceptible physiquement sur le site ? Est-ce les projets qui s’y déroulent qui lui donne forme ou est-ce le paysage déjà présent ? Comment la repère-t-on sur le territoire ? Comment se manifeste-t-elle dans l’espace de la métropole par rapport aux alentours ? Qu’est ce qui en fait une forêt urbaine ? Qu’est-ce qui la qualifie d’ urbaine en tant qu’espace transitoire entre différentes communes de la métropole ? Finalement, quel est ce projet de forêt urbaine, qu’apportera-t-il au territoire qui aujourd’hui apparaît difficilement perceptible ? Comment pourra-t-elle, à l’avenir, devenir physiquement forêt urbaine à part entière, de manière discernable autant pour les habitants, connaisseurs du secteur, et les marcheurs, visiteurs d’une après-midi ?

Zonage de la forêt urbaine, entre Bouguenais et Saint-Aignan de Grand-Lieu et ses limites

Une approche vers les adolescent·e·s possible

De nombreux questionnement sur cette zone sont intéressants à transposer au thème de l’adolescence, notamment au travers de l’aspect pédagogique et participatif des orientations du plan guide du projet de forêt urbaine entamé depuis 2006. De plus, nous notons la proximité ténue avec plusieurs lycées du secteur, ceux de Bouaye ainsi que celui de Bouguenais. Cet espace peut alors avoir un intérêt particulier notamment pour le lycée professionnel agricole de Bouaye, proposant des formations de jardinier paysagiste ainsi que dans les domaines de l’horticulture. Ses élèves pourraient assez directement être amenés à se rapprocher du projet de forêt urbaine qui promeut l’aspect participatif de sa démarche afin de favoriser l’émergence d’initiatives innovantes d’un côté, puis l’engagement des adolescent·e·s au sein du territoire de l’autre. De plus, à Bouaye, s’est installé un lycée général, le seul du secteur sud-ouest situé à l’extérieur du périphérique, et qui draine énormément de jeunes des communes alentours habitants de la métropole ou des communes juste au-délà de ses frontières.

Aussi, si nous nous intéressons plus attentivement à l’inscription des lycées au sein de Bouaye, nous remarquerons que la proximité entre ces deux lycées est ténue, situés dans un quartier pavillonnaire périphérique au centre-ville, concentrant alors le centre de la vie dans cette zone. Ce quartier, c’est celui des Ormeaux, une ZAC comprenant notamment un éco-lotissement dont les orientations et les ambitions se rapprochent de celles du projet de forêt urbaine, entre créations de liaisons douces, de corridors écologiques, ainsi que la présence d’un bois classé au sud du lotissement neuf rappelant intuitivement la gestion durable des forêts urbaines et la préservation des arbres mise en place. Les espaces verts de la ZAC, parcs, jardins, bas-côtés et bois sont alors préservés et développés de manière à préserver la biodiversité de ces territoires. Finalement, dans la ZAC des Ormeaux principalement résidentielle, les lycéens prennent une place prépondérante, comme le rappelle la stratégie d’amplification de celle-ci : « stratégie de développement de la ville autour du lycée ».

Cette tonalité écologique qui résonne entre les lycées, l’éco-lotissement et la forêt urbaine laisse émerger des potentialités exploitables sur chacun des terrains par les usagers et les acteurs du territoire. Finalement, cette ambiance générée par le ton du territoire laisse entrevoir des rencontres entre les différentes populations, au plus proche des adolescents ou au plus proche de la nature. Ces rencontres sont celles possibles entre les adolescent·e·s de différentes communes, de différents lycées mais aussi celles envisageables entre différentes catégories sociales, différentes populations selon leur âge et usages du territoire.

Les adolescent·e·s s’étalant sur le territoire des Ormeaux semblent donner vie à ce paysage, qui pourrait tout aussi bien appartenir ou convenir au projet de forêt urbaine tant les problématiques et ambitions rejoignent les mêmes directions. Ils peuvent être les premiers acteurs de ces projets, tant par leurs études (lycée professionnel agricole) que par leur ancrage sur le territoire. Leur participation et engagement sur ces paysages peuvent devenir créateur de nouvelles potentialités pour ces projets aujourd’hui difficilement perceptibles de manière concrète sur le secteur sud-ouest. Ils peuvent le réinterroger, s’en imprégner différemment et proposer leur propre regard sur cette forêt urbaine et le projet qui y réside, en considérant son importance écologique mais en y intensifiant l’intérêt ludique, sportif, culturel qui sera surement formateur de rencontre entre ces communes périurbaines. Cet espace de transition peut alors devenir le lieu idéal pour ces nouvelles potentialités.

Schéma des zones d’intérêt : la forêt urbaine et ses présupposées limites physiques dans le territoire

De plus, nous pouvons ajouter ce rapport particulier que l’adolescence entretient avec les espaces cachés, à l’abri des regards de ceux qui imposent l’autorité, dont le bois et la forêt font partie. L’isolement en groupe fait partie intégrante de l’émancipation lors de l’adolescence. Par l’expérience de ces territoires à première vue inconnue, il s’agit de mettre à l’épreuve son appropriation et les sensations qu’elle engage, dans le but de s’affirmer et créer son propre espace régi par ses propres règles. C’est souvent dans le commun que ces expériences se réalisent, car il donne de l’assurance au plaisir de la découverte.

Finalement, le trouble opérant de l’existence de cette forêt urbaine sur notre chemin pose question sur l’avenir du projet et la réelle manière de l’envisager avec, par et pour les habitants, notamment les adolescent·e·s, dont l’engagement citoyen et territorial reste encore aujourd’hui faible. Nous pourrions alors requestionner ce territoire aux limites floues, et envisager un nouveau rapport à celui-ci.