Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun

 

De Saint Sébastien sur Loire à Saint Fiacre sur Maine

Le projet de sentier se donne pour prétexte d’aller voir un puits communal dans le village de La Hautière, et ainsi s’aventurer au-delà des limites administratives de la métropole nantaise.

Le tracé figure en quelque sorte un rayon allant du centre vers la périphérie.

Cette traversée sera l’occasion de se demander ce qui fait commun aujourd’hui dans un périurbain qu’on imagine de prime abord comme le règne de la maison individuelle, de la voiture et du gazon.

L’idée est de marcher pour faire taire ses a priori, essayer de regarder ce qui fait vraiment commun en 2024 sur un territoire habité. Le sentier passe “en vrac” par des éléments naturels du territoire. De l’eau, des sols dont on prend plus ou moins soin, des traces d’anciens communaux de villages – des puits, des chemins, des fours à pains – et des objets plus contemporains – un abribus, un château d’eau,une table de pisue-nique, un arbre de boîtes aux lettres, un système d’éclairage public…

des boites partagées (photographies personnelles)

 

le puits du village

le puits au milieu de la place du village

où l’on se croise en allant chercher de l’eau, en faisant l’effort de la porter jusqu’à la maison, effort qui nous rappelle chaque jour que nous en avons besoin pour vivre

le puits c’est une forme de lien direct avec la ressource du territoire

c’est un rapport direct avec le sous-sol qu’on ne voit pas souvent

et avec, entre nous et lui, le sol, qu’on a tendance à oublier aussi

c’est un rapport tangible avec l’eau qui s’y trouve,

qu’on ne veut plus boire parce qu’on l’a polluée

c’est un savoir-faire, une mise en œuvre de matériaux pour aller chercher ce qu’on veut

c’est un préalable à un nouvel établissement humain quelque part

et puis, le puits du village c’est aussi un commun

c’est un objet dont on a besoin pour vivre et qu’on partage

le puits c’est un point de collecte, un point de rencontre

enfin c’était, aujourd’hui on en a d’autres

 

itinéraire

 

tracé du sentier (cartographie personnelle)

 

Si le sentier se donne pour objectif un puits – une percée dans le sous-sol, il démarre en hauteur : sur la terrasse d’accès public (aux heures d’ouverture) de l’urban soccer de Saint Sébastien, depuis laquelle on peut voir la tour de Bretagne. Un lieu de convivialité – bondé les week-end nous dit-on, qui consiste en un immeuble avec à l’étage des terrains de futsal plantés de gazon synthétique qui s’enchaînent.

C’est donc de cet environnement qu’on pourrait qualifier de hors-sol qu’on démarre pour aller éprouver l’épaisseur du territoire.

Et c’est parti, la journée commence par la traversée du parc de la Vertonne.

Parc industriel. 262 entreprises qui comptent 3 200 emplois, pour moins de 500 habitant·es. C’est un des bastion de l’industrie nantaise, fièrement défendu par les élu·es qui lui ont alloué une enveloppe de 500 000 € pour sa requalification entre 2017 et 2020.

On y voit des hangars, l’usine de Biscuits Nantais, un grand château d’eau qui fait face à une rangée de petites maisons, et sûrement d’autres surprises.

Puis, par un trou de grillage, on se retrouve sur la piste cyclable de la D59, qu’on traverse pour sortir du parc industriel, et on entre dans un nouveau paysage, un paysage de lotissement, une banlieue d’habitation comme on en trouve ailleurs, un peu partout. On va déjà y croiser un vieux puits condamné, passer par le parc de la douve, lécher les bords de Sèvre au niveau de l’écluse.

On continue ensuite entre villages et chemins, on commence à deviner quelques vignes, on emprunte un bout du GRP, pour finalement traverse la Sèvre à la Ramée.

Et nous voilà arrivé·es sur les terres de Saint-Fiacre, saint patron des jardiniers, comme on entre dans le vignoble. On peut apprécier ce que cette culture fait au paysage : des sols moins traités et fleuris et des chemins accessibles.

Ces chemins agricoles nous mènent au bourg, à la sortie duquel on trouve la salle des vignes, la salle de la commune, avec ses pistes de boules et son verger communal, dont les panneaux explicatifs nous font nous demander s’il a vraiment été planté pour produire des fruits, ou pour reconnecter les habitant·es avec le vivant.

Une dernière traversée de vignes nous emmènera au village de la Hautière, où l’on pourra se reposer sur le petit banc à l’ombre du vieux marronnier, se prélasser dans l’herbe, et se retrouver autour du vieux puits, dont l’eau tout au fond nous rappelle qu’on a soif après cette bonne journée.

le puits commun de La Hautière (photographie personnelle)

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
thomas fenollosa (3 avril 2024). Sortir de la métropole et regarder ce qui fait commun. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5nc


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search