Pour la (re)circulation du vivant

Révéler la bordure bocagère du marais de Goulaine et le potentiel des jardins

Le marais de Goulaine est une cuvette subdivisée en deux dépressions issues de l’érosion, séparées par la butte de la Roche. Alors que la zone humide avait été aménagée et était autrefois accessible en bateau pour transporter du vin, de la chaux et des céréales, la construction de la Divatte a bouleversé ses usages. Pour faire court et se concentrer sur ce qui m’intéresse, les marais se sont vus contenir les eaux des crues en hiver et accueillir des pâturages en été, faisant évoluer ses frontières tout au long de l’année. Le marais était alors régulièrement fauché pour nourrir le bétail et accéder aux cours d’eau. Ce fauchage est devenu essentiel pour préserver les espèces qui y sont installées, et conserver des niveaux d’eau corrects à chaque saison est tout autant important, c’est notamment pourquoi on trouve des portes hydrauliques au niveau du pont de l’Ouen, et le long du canal de Goulaine.

L’eau, essentielle pour le vivant, est très présente dans ce territoire mais on a tendance à l’oublier. Selon François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner, nous devrions fonctionner par bassin versant, en voyant les cours d’eau comme les veines du territoire. Ils ont déjà marqué les villes et les régions pour tracer des frontières mais aussi pour les nommer, alors pourquoi pas faire communauté dans ce sens ? Autour de ces eaux, des hydromondes se développent. Ce sont toutes les continuités écologiques qui se forment entre différentes espèces.

“Un bassin-versant est tout un monde. (…) Une ligne de partage – des eaux, mais aussi des sols, des climats et des vivants.”

Pour une intermondiale des bassins-versants, François Guerroué, Mathias Rollot et Marin Schaffner

Depuis les années 1990, le système de polyculture associée à l’élevage et à la vigne disparaît pour laisser place à la viticulture et au maraîchage spécialisé. Le marais se referme sur lui-même à cause d’un manque d’entretien, qui conduit à un boisement et un enfrichement. De plus, ce marais est une cuvette qui récolte toute la pollution liée à l’agriculture intensive. La zone humide, menacée, est alors classée Natura 2000. Comment son contour a-t-il été défini ? En comparant les cartes établies depuis le XVIIIe siècle, ses frontières semblent avoir évoluées, lui donnant une épaisseur impalpable.

Evolution des contours du marais représentés en carte en 1756 (beige), 1820 (marron), 1960 (vert clair) et 2020 (vert foncé)

C’est sur cette épaisseur que j’ai envie de travailler. Alors que la carte ci-dessus se concentre sur les contours fermement extérieurs, je voudrais saisir la profondeur de la lisière du marais. Cette lisière est hétérogène, avec des bois, des friches, des prairies, qui chacun présentent des conditions favorables à des espèces particulières. Elle subit des pressions internes de la part de l’agriculture, est mouvante en fonction des saisons et des niveaux de l’eau, et agit comme un espace tampon entre le marais, les versants et le Val nantais. Ce bocage est constitué d’une multitude d’écotones1 qui ont chacun leurs espèces animales et végétales spécifiques.

Schéma d’un écotone au marais de Goulaine et des formes qu’il peut prendre

La commande du sentier est effectuée par un damier de la Succise, encore sous la forme d’une chenille, qui met en évidence la fragmentation des coulées vertes et surtout des prairies bocagères, fragilisant son espèce et les autres insectes, impactant alors les oiseaux et mammifères du milieu.

Une prairie maigre de fauche propice à la pousse des plantes-hôtes du damier de la Succise

Dans le but de remettre en l’état des prairies bocagères afin d’assurer la survie des espèces pollinisatrices, le sentier part d’une parcelle dont les conditions sont favorables au damier de la Succise et va à la rencontre des humains vivant aux alentours. C’est au Bas Briacé que l’on traverse les jardins, espaces clés pour les insectes, afin de se confronter au problème de la tonte de la pelouse, pratiquée dès l’arrivée des beaux jours au mois de mars. Ce hameau est par ailleurs très peu accueillant pour les marcheur.euse.s, il faudrait donc aussi repenser ses circulations pour pouvoir le parcourir en sécurité. Formé autour d’un carrefour de voies plutôt rapides et le long d’un cours d’eau, il présente des éléments intéressants pour notre sujet comme des mares en son centre, des routes carrossables plus ou moins étroites, des logements de diverses époques et une population grandissante. La question se pose alors : pourquoi venir vivre ici, si proche d’une zone protégée et inondable ?

Première partie du sentier, partant d’une prairie du marais

Le sentier se poursuit jusqu’au Lycée agricole Briacé, où des jeunes sont formé.e.s en viti-viniculture, en aménagements paysagers et en conduite de productions agricoles. Finir là-bas est un moyen de mettre en lumière leur savoir et leur capacité à participer au projet de sentier. Les transformations convoquées appellent à créer ou recréer des couloirs permettant la circulation à la fois de pollinisateurs et de promeneurs. Elles prendront la forme d’installations protégeant les plantes ou compensant leur absence auprès des pollinisateurs, de systèmes de gestion de l’eau pour humidifier certaines parcelles, de rénovation ou d’agrandissement des logements du hameau en intégrant l’habitat des papillons, de modification des sols pour donner plus de place aux piétons… Enfin, pour que la cohabitation soit la plus visible, le sentier peut être parcouru au mois de juin, période à laquelle les papillons prennent leur forme adulte.

Deuxième partie du sentier, entre jardins, champs et serres

1 : écotone = “transition entre deux écosystèmes, comme la bande intertidale ou la lisière d’une forêt : c’est un entre-deux écologique. Les écotones sont souvent riches en biodiversité mais aussi fragiles en raison de leur dimension restreinte.”

Sources :

  • Régis Barraud et Céline CHADENAS, « Le marais de Goulaine et sa bordure bocagère », Cahiers Nantais [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 25 janvier 2021, consulté le 02 avril 2024. URL : http://cahiers-nantais.fr/index.php?id=652 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anaïs Chardon (4 avril 2024). Pour la (re)circulation du vivant. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5xd


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search