Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée

La vallée de la Divatte est séparée de la Loire par la levée de la Divatte, digue érigée entre 1847 et 1856 à la suite de crues répétées du fleuve. Elle est la dernière grande digue royale bâtie le long du fleuve et a permis de libérer les communs jusqu’ici utilisés comme pâturages pour une activité maraîchère.

Elle est réputée insubmersible jusqu’à la grande crue de 1910.

Le 2 décembre 1910, la digue est percée par les eaux à deux reprises, laissant le fleuve envahir son lit majeur sur 30 kilomètres carrés. En certains points, l’eau atteint 5 mètres de hauteur. Le lendemain, la digue d’Embreil est submergée et laisse les eaux s’engouffrer dans le marais de Goulaine. Le 6 décembre, les ingénieurs des Ponts et Chaussés dynamitent les portes anti-crue de Basse-Goulaine pour laisser le trop-plein se retirer dans le fleuve. Le spectacle est saisissant.

La digue fatiguée, causait des inquiétudes ; des renards se produisaient sur plusieurs : points, on aveuglait les fuites le mieux possible, et dans la soirée, vers 8 heures, la rupture se produisit : Ce fut terrible. Deux ou trois maisons ont été emportées.

L’Espérance du peuple, 4 décembre 1910

La zone mettra 3 mois à être drainée partiellement. 8000 habitants seront déplacés sur 7 communes différentes, pour autant aucune perte humaine n’a été déplorée.

Malgré l’importance de l’évènement, les traces spatiales explicites de la crue sont limitées aux repères de différentes époques. Ce sont des pierres gravées, des règles de mesures sur les ponts ou des maisons marquées par leurs habitants. En observant le territoire plus finement, il est possible de remarquer l’impact de cet évènement dans les architectures. Les espaces urbanisés sont situés sur des rochers ou coteaux, les maisons sont rehaussées, les espaces de vies sont cantonnés aux étages. Ce sont autant de témoins discrets de la crue de 1910 et de la mémoire qui l’accompagne. Mais il semble que ces mesures ne soient pas systématiques et le val accueille aussi des maisons de plain-pied, des industries ou encore des plateformes logistiques. Ces nouvelles architectures bâties ne semblent pas adaptées à une nouvelle crue type 1910. Bien qu’elle ait été renforcée, la levée n’est pas infaillible et une nouvelle brèche peut se produire.

Ce trouble rencontré au cours des premières marches du territoire m’a progressivement poussé à explorer plus largement la question de l’inondation dans la vallée de la Divatte. J’ai alors découvert que cette question, malgré les premières impressions, était bien au cœur du débat public. En effet, depuis 2021 les communes limitrophes au lit majeur de la Loire sont concernées par la rédaction d’un nouveau PPRI Loire Amont (Plan de prévention des risques d’inondations). De plus, la proposition de classer la vallée de la Loire à l’amont de Nantes en Parc Naturel National ajoute à la question de la gestion du lit majeur dont fait partie la vallée de la Divatte.

Le sentier proposé est une marche basée sur l’hypothèse d’une nouvelle ouverture de la levée au niveau du lieu-dit Coudrouse. A cet instant du projet, il n’est pas sûr que cette ouverture soit pratiquée de manière intentionnelle ou non. Cependant le choix du lieu s’est basé sur une cartographie des fragilités de l’édifice établie dans le cadre du nouveau PPRI. On peut ainsi dire que ce lieu serait propice à une brèche.

L’objectif de ce sentier n’est pas didactique mais plutôt une exploration des situations sur cette portion de territoire afin de prendre la mesure des situations présentes.

Le départ du sentier est situé directement sur la levée de la Divatte, à l’emplacement de la fragilité estimée dans le cadre du PPRI. Là, je propose une lecture de l’infrastructure de la levée, de sa typologie, de sa gouvernance et de ses financements au travers des périodes. Les marcheurs suivent ensuite les eaux de la brèche en traversant le lieu-dit la Coudrouse, puis les hameaux de Les Chaintres et La Rochelle. Les espaces traversés alors seront l’occasion d’observer la diversité des typologies bâties et d’interroger leur rapport à l’eau. La marche continue en longeant la plateforme logistique coopérative maraîchère Rive de Loire, membre de la marque Val nantais. Ce site est le premier maillon de la chaîne de transformation maraîchère après les espaces de production primaires. C’est ici qu’est organisée l’exploitation concrète des terres de la vallée.

La marche se poursuit le long du canal en eau, un boire au milieu des grandes aires plastiques et permet de suivre son classement pas à pas. Ce déclassement du cours d’eau en fossé joue sur la législation. Ces déclassements sont sources de tension parce qu’ils permettent aux producteurs de ne pas être responsables d’une pollution des eaux.

Ce boire longe l’usine de conditionnement du Val nantais, prochain maillon de la chaîne de transformation maraîchère. Ici c’est près de 42 000 tonnes de légumes par an, pour 280 salariés et 22 millions de chiffre d’affaires. L’entreprise est une filière de Terrena, 5 milliards de chiffre d’affaires en 2023, et distributeur exclusif de Bonduelle dans l’Ouest. L’usine fait face à des problèmes de recrutement récurent et fait venir des Italiens ou des Réunionnais.

Le boire de Loire se jette dans Boire-Courant, le boire du fond de vallée, recueil des eaux de ruissellement. Véritable drain de cet ancien lit majeur de la Loire, il rejoint le canal de Goulaine en aval.

Arrivé à St-Julien-de-Concelles le sentier explore les équipements publics installés en zone inondable. C’est sur le site de la Quintaine que la mairie de Saint-Julien veut continuer à implanter de nouveaux équipements et est prête à négocier ce droit dans le cadre du PPRI en jouant sur les niveaux de risques.

Pour finir, le sentier propose de se poser la question des biais sociologiques des PPRI en visitant une ancienne aire d’accueil des gens du voyage relocalisée en 2018 par la communauté de communes. Cette aire était située au cœur de la vallée inondable, au détriment des populations y habitant.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Oskar Rischewski (3 avril 2024). Un formidable bruit, suivre une nouvelle brèche de la levée. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5tf


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search