Faire parler la forêt

« Je récuse absolument toute opposition entre savoir et pratique, entre théorie et pratique. […] Sans savoir on n’amène que soi partout. L’ignorance nous place dans une situation où on est plus à même de ne projeter que soi sur le monde. Et c’est pour cela qu’il est très important de tisser finement ensemble savoir et sensibilité. »

Estelle Zhong Mengual, historienne de l’art, dans l’épisode « Voir le vivant » du podcast La Suite dans les idées.

Modifier sa posture pour découvrir


Au cours de la première marche, je tente de modifier ma posture, pour sortir du point de vue de l’être humain. Accroupie, je découvre un tronc d’arbre coupé par l’Homme. Pourquoi les gardes forestiers l’ont-ils laissé au sol ?

Le trouble

La tranche paraît lisse. Pourtant, à l’échelle microscopique, la mousse s’accroche aux cernes. De l’autre côté, le bois s’est dégradé. Le tronc, désormais creux, abrite des toiles des araignées. Nous pouvons former une hypothèse : lorsqu’il pleut, les crevasses du tronc se remplissent et se transforment en point d’eau pour les insectes. Pour cette observation, il est nécessaire d’adapter mes outils. Faute de loupe, je prends des photographies sous tous les angles et utilise le zoom pour scruter chaque détail.


Des êtres-vivants s’accrochent à ce micro-habitat. Le bois mort constitue un stock de nourriture et un refuge pour la faune et la flore forestières. J’en conclus qu’un lieu délaissé en apparence peut se révéler hospitalier pour d’autres êtres vivants. Ce moment de décentrement m’invite à poursuivre mes recherches sur l’intérêt du bois mort pour les êtres vivants et le cycle de vie de l’arbre.

A travers l’enquête, je chercherai à conserver cette posture ; en allant au-delà de la première impression. Les troncs coupés laissés au sol par les gardes forestiers ne sont pas le signe d’une mauvaise gestion forestière, au contraire.

La mortalité des arbres de nos forêts ; un phénomène alarmant lié au réchauffement climatique


Au cours de mes recherches, je me questionne sur la gestion des arbres morts et découvre un enjeu : la mortalité des arbres et son lien aux Hommes. Le bois mort – ou arbre sénescent – peut se révéler bénéfique aux autres êtres vivants de la forêt. « On estime que 25% des espèces animales et végétales strictement forestières dépendent du bois mort. Elles sont « saproxyliques », inféodées au bois mort qui les abrite, les nourrit ou permet leur reproduction. »1

Mais la mortalité de l’arbre est également un indicateur de la santé des forêts françaises. Bien que la superficie forestière et le volume de bois continuent d’augmenter en France, l’état de santé des forêts se dégrade. L’IFN signale son accélération de la mortalité des arbres liée au réchauffement climatique le 12 octobre 2023 dans un communiqué de presse alarmant. Elle est en hausse de près de 80% en dix ans, tandis que la croissance des arbres a ralenti de 4%2. Ces données m’intriguent, je cherche à en savoir plus sur les causes de ce phénomène.

Je découvre l’Observatoire des forêts françaises créé par l’IGN suite aux feux de forêts en Gironde de l’été 2022. 30 000 hectares sont alors détruits selon la Base de Données sur les Incendies de Forêt en France. (BDIFF) Cet évènement attire l’attention de l’opinion publique sur la gestion des forêts en France.

« Tu pourrais rencontrer des naturalistes ou des biologistes… »

Anne-Sophie, étudiante

Un tournant dans l’enquête ; rencontre avec Alexandra Bretel, naturaliste.

La 5ème semaine de recherche est l’occasion de remettre le sujet de la gestion forestière en perspective. Mon entretien avec Alexandra Bretel, une jeune naturaliste, m’alerte quant aux documents produits par les organismes nationaux. Par exemple, la distinction entre forêt exploitée et forêt entretenue y figure rarement. Mais elle dénonce avant tout la vision productiviste du gouvernement et une tendance à rejeter la faute sur le changement climatique. Les espaces forestiers souffriraient en réalité de malforestation. Intriguée, cette rencontre m’invite à récolter d’autres avis concernant les pratiques en matière de gestion forestière.

« Il faut vraiment prendre du recul sur les chiffres du gouvernement. C’est une vision productiviste. Et le réchauffement climatique a bon dos !  »

Alexandra Bretel, naturaliste

Suite à l’entretien, j’identifie quatre leviers d’action pour l’amélioration des espaces forestiers :

  • Améliorer la connectivité (ex : mettre en place des haies pour le bon fonctionnement des corridors écologiques, et éviter les routes créant une discontinuité.)
  • Créer un attachement (ex : proposer une association dédiée à l’observation des oiseaux plutôt que construire un observatoire.)
  • Concilier avec les usages (ex : créer des cheminements sur pilotis pour ménager l’humus.)
  • Contrer la malforestation (ex : privilégier un sylviculture basée sur la diversité des essences et respecter le cycle de maturation de l’arbre avant le prélèvement.)

Une gestion forestière productiviste

« Tu pourrais visiter la forêt de Touffou, plus au Sud. J’ai vu un reportage photographique sur la forêt du Morvan dans la revue Paysageur aussi. »

Thomas Fenollosa, étudiant

Suivant les conseils de Thomas, je découvre la revue Paysageur. Dans le numéro 2 intitulé « Insaisissable », l’article « Et pour quelques sapins de plus »3 reporte les dérives d’une sylviculture productiviste dans Le Morvan. Entre monoculture de résineux et coupe rase, elle se base sur les pratiques californiennes. Mais cette approche appauvrit les sols et ne permet pas le développement d’une biodiversité forestière riche. Pour décrire cette stratégie économique, les auteurs citent Jean-Baptiste Vidalou, auteur et philosophe ;

« L’économie est devenue l’ennemie même du vivant. Ses logiques sont celles de l’extractivisme : il lui faut récolter de la matière première. Point. Le parc [de Morvan] est une courroie de transmission du pouvoir centralisateur pour mettre aux normes des régions entières, comme on le dit des filières alimentaires. »

Jean-Baptiste Vidalou, auteur et philosophe

Les conséquences de cette vision productiviste sont aggravées par le changement climatique. La combinaison de ces deux paramètres est à l’origine d’espaces forestiers fragilisés, d’où un taux de mortalité croissant.

L’article dénonce le rôle de la privatisation progressive de l’OFN dans la malforestation. En 2019, le journal Libération rapporte que les effectifs de l’ONF sont passés de 15 900 dans les années 80 à 9 000 aujourd’hui : « les fonctionnaires ne représentent plus que 57% des effectifs, le reste relevant de contrats de droit privé. »4 Les conditions de travail des gardes forestiers se sont dégradées.

Sur ce point, la revue Paysageur révèle que « le contrat national forêt-bois impose une contradiction violente aux agents forestiers : garantir la protection de la forêt et satisfaire la filière bois-énergie. » Elle remet en cause l’éthique des institutions responsable de la gestion forestière et évoque la difficulté des spécialistes pour exercer leur compétences et satisfaire leur engagement pour le bien-être de nos forêts.

« Les gardes-forestiers manifestaient dans le 7ème arrondissement de Paris en décembre 2017 pour dénoncer la privatisation de l’ONF. “On n’est pas des usines à bois, la forêt n’est pas une marchandise.” scandaient les agents mobilisés. La forêt aura-t-elle le temps de se regénérer ? »

Revue Paysageur, n°2 Insaisissable, p.85

Une piste : enforester et reforester

Les Pays-de-la-Loire sont la région la moins boisée de France (12% de surfaces forestières) selon les chiffres de l’IGN.5 Ce déficit interroge la capacité du territoire à faire face aux enjeux du changement climatique. Or, les zones délaissées deviennent l’opportunité d’accroître la superficie forestière de la région. La métropole nantaise reflète ce déficit, les espaces forestiers y sont rares. Parmi ceux du quadrant Sud-Est, on peut compter :

  • Le bois des Gripôts géré la commune de Saint-Sébastien-sur-Loire.
  • Des forêts urbaines ; la forêt urbaine du Sud-Est appartenant à Nantes Métropole et les multiples mini-forêts crées par l’association MiniBigForest.
  • Des Espaces Naturels Sensibles (ENS) ; l’Ile Heron, inaccessible au public, et la forêt de Touffou, particulièrement fréquentée.

Deux stratégies se dessinent ; réinvestir un espace délaissé et l’enforester, ou renforcer un espace forestier existant mais fragilisé. Dans le premier cas, il pourrait s’agir de planifier l’achat d’une parcelle et de prévoir sa fermeture, ou de s’inspirer des méthodes de sylviculture des mini-forêts. Dans le second cas, il pourrait s’agir de renforcer la lisière, qui joue le rôle essentiel d’espace tampon et de mettre en place un îlot de sénescence.

Un îlot de sénescence est « une zone que l’on laisse évoluer naturellement et spontanément jusqu’à l’effondrement complet des arbres (chablis) et reprise du cycle sylvigénétique. » 6 Ce dispositif fait partie des trames de vieux bois, aujourd’hui obligatoire dans les zones Natura 2000.

  • 1 « Le bois mort en forêt. » L’IF IGN magazine, numéro 29, juin 2012.
  • 2 « Les données de l’inventaire forestier national confirment l’impact du changement climatique sur la santé des forêts françaises. » Communiqué de presse de l’IGN, 12 octobre 2023.
  • 3 « Et pour quelques sapins de plus », revue Paysageur n°2 Insaisissable.
  • 4 « La malforestation, racine du malaise de l’ONF », Aurélie Delmas. Libération, 26 août 2019.
  • 5 « Forêts : Pourquoi les Pays-de-la-Loire sont la région la moins boisée de France. », Frédéric Brenon. 20 minutes, 25 novembre 2022.
  • 6 Etat des lieux de la biodiversité dans les Hauts-de-France, année 2019.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jade Ledoux (3 avril 2024). Faire parler la forêt. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5nd


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search