Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide

Randonnée du 13/03/24 – Les chemins de l’eau
Itinéraire préparé et réalisé le 13/03/24 (document réalisé par l’autrice)

Suite aux randonnées groupées et solitaires précédentes, mon attention s’est portée sur l’eau, omniprésente dans les paysages que j’avais traversé. En écho à celle présente dans notre corps, l’eau du Marais de Goulaine s’étale, s’impose, s’infiltre. Lorsque nous marchons, nous empruntons des sentiers qui semblent nous être destinés. Lorsque l’eau circule, elle semble utiliser des fossés, des creux qui lui sont destinés. Pourtant, j’ai plusieurs fois marché sur ou dans l’eau. Etait-ce un sentier ou un ruisseau ? j’ai donc choisi pour cette nouvelle marche de longer au possible le marais de Goulaine, en passant par un point haut, la butte de la Roche, pour mieux en comprendre les reliefs, et descendre vers cette surface d’eau que je ne connaissais pas et que je n’arrivais pas encore à visualiser. Nous avions prévu avec Louise de commencer cette randonnée ensemble puis de nous séparer pour contourner une partie du marais chacune d’un côté, afin de nous concentrer sur des thématiques différentes.

1ère étape : Vers la butte de la Roche
Le vignoble sur la butte (photographie de l’autrice)

Louise et moi nous sommes retrouvées à la Mairie de Doulon pour prendre le bus, plus tôt qu’à notre habitude (7H30), en direction du Loroux-Bottereau. Notre marche a bien commencé là-bas, mais notre itinéraire a rapidement subi des variations. En descendant du car, nous avons pris une direction un peu au hasard, en se disant qu’il fallait aller vers le sud. Ces changements n’avaient pas d’importance car c’est plutôt la suite qui nous intéressait, d’autant plus qu’ils nous ont mis sur la route de plusieurs cours d’eau. Nous avons progressivement quitté la ville et la départementale pour nous trouver au milieu des vignes, installées sur des reliefs légers. Nous avons profité du sens de ces plantations pour couper au travers, une expérience curieuse. Ensuite, nous étions plus en contrebas et avons pataugé dans la boue. C’est à ce moment que nous avons remarqué les amas de sable dans la trajectoire de l’eau, que ce soit dans les fossés ou sur les chemins. Puis, tout droit vers la pointe de la butte. La montée était légère, le sentier entouré de vignes à nouveau. Se rapprochant du point culminant, l’horizon s’est ouvert et nous a laissé voir la grande étendue d’eau qu’est le marais, où de grosses touffes végétales semblent avoir été déposées. La brume donne de la profondeur aux différents plans, rendant les églises les plus lointaines presque transparentes. Après un instant de contemplation, nos chemins se sont séparés. Louise se rendant à la carrière, je me suis dirigée vers le marais, à l’image des vignes qui ont l’air de s’y jeter.

2ème étape : Dans les pas de l’eau
Au pied du marais (photographie de l’autrice)

Il est là, à quelques mètres. Pour m’en rapprocher, je dois longer la D407 jusqu’à croiser un sentier perpendiculaire. Cette route n’est pas protégée et semble facilement submersible, une simple surface d’herbe la séparant du monstre liquide, prêt à l’engloutir. Cette partie du parcours est un peu dangereuse, les voitures qui me croisent ne ralentissent pas. En me retournant, un autre aspect de la butte s’offre à moi et je ne vois plus les vignes mais une surface immaculée d’herbe. Je trouve enfin un sentier, et tout change. Les arbres absorbent le son des voitures, remplacé par celui des mésanges, pic-verts et écureuils. Les rayons du soleil sont doucement filtrés, le sentier imprégné d’eau et longé d’un sentier déjà engorgé. Un canal débordant m’empêche de continuer, je me contente de le longer en m’éloignant du marais, espérant trouver un carrefour suffisamment sec. C’est un échec, je me pose quelques minutes pour décider de la suite. C’est à ce moment que la présence des animaux se révèle le plus, tandis que la mienne se fait oublier. Je choisis de tenter la traversée au-dessus d’un tronc assez large, qui est tombé ou a été posé ici par quelqu’un. Après avoir eu peur de tomber dans l’eau, je suis toute contente d’avoir surmonté ce obstacle. Je continue mon chemin sur des sentiers boueux, au milieu des bois jusqu’à devoir longer une autre route importante.

3ème étape : Maraîchages, vignes et prairies
Parmi les maraîchages (photographie de l’autrice)

À partir de là, j’ai la sensation de m’imposer sur des chemins de riverains ou de travailleurs de la terre. Les empreintes des engins occupent toute la voie, je marche sur le sable entre deux surfaces de plastique et y trouve la trace de sangliers et de biches. Se sont-ils perdus ? Ont-ils d’autres options pour rejoindre le bois plus loin ?
C’est durant cette étape que j’aperçois les couleurs les plus variées dans l’eau. Parfois rougeâtre, parfois verte, parfois orange. Elle est visqueuse, transparente, brouillée, tâchée. Des plantes longilignes, foisonnantes ou mousseuses la recouvrent. D’autres matières étranges lui donnent des reflets divers. Elle stagne, se déverse, court. Je l’entends glisser, crier, chuchoter. En longeant à nouveau la départementale, elle s’étend en bassins devant les maraîchages. Puis, en tournant sur un sentier vers l’ouest, elle se replace sur le sentier, le rendant en partie ruisseau.

4ème étape : Entre bois et résidences pavillonnaires
Des vignes oubliées ? (photographie de l’autrice)

Alors que la fatigue se fait sentir dans les chaussures, je passe un panneau m’indiquant que je rentre dans le Marais de Goulaine à nouveau. Cependant, je ne parviens pas à m’en rapprocher tant que ça et le sol est plus sec que ce à quoi je m’attendais. Il y a encore des vignes, mais une bonne partie semble abandonnées. Je retrouve petit à petit “la civilisation” en progressant parmi les maisons, dont les jardins sont parfois séparés par des fossés. Je croise quelques moutons et deux personnes à vélo. En rejoignant une route très empruntée, je tombe sur un arrêt de bus qui va me permettre de retourner vers Nantes. Dans le bus, je me refais le fil de la balade et finis par somnoler la tête contre la vitre.

Au final, ce parcours aura été long de 17,5km pour une durée d’environ 5h. J’ai enfin pu me confronter au format carte papier, que j’avais toujours évité en préférant la facilité du téléphone. C’était assez satisfaisant de se trouver sur la carte et visualiser nos mouvements. J’ai réussi à rester concentrée pendant presque toute la balade, afin de prendre des photos et noter quelques ressentis. Le décentrement s’est manifesté par des changements d’échelle, en observant les insectes tout comme l’horizon. J’ai vu beaucoup de choses intéressantes autour de l’eau, notamment des êtres vivants que je n’avais pas encore rencontrés ou pas encore vus. Ce parcours à travers la topographie m’a aidé à visualiser les reliefs de la région, et à avoir une image plus précise du marais que j’avais jusqu’ici seulement imaginé. Par ailleurs, j’ai en effet pris des photos, des vidéos et capté des sons, mais je n’ai pas écrit sur le coup, comptant sur ma mémoire et les flashs survenant en regardant les photos pour tout renoter le soir même et le lendemain.

Le Marais de Goulaine est l’endroit qui me fascine sur ce territoire, avec ses limites floues et ses traces qui surgissent un peu partout. D’après ce que j’ai vu, entendu et senti, il y a une idée de palimpseste dans cette eau qui s’écoule et amasse des informations liées à ses milieux et sur le temps. De plus, les êtres qui vivent dedans et autour doivent s’adapter aux changements de niveaux, invitant des biotopes différents à installer selon leurs besoins. Des êtres vivants que je n’ai pas toujours vus, mais dont j’ai capté la présence par le son ou les traces.
Le Marais, par sa mouvance, incarne un espace d’entre-deux. Il est à la fois solide et liquide, visible mais intraçable.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anaïs Chardon (19 mars 2024). Du Loroux-Bottereau à la Chapelle-Heulin, un itinéraire humide. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1lg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search