14 mars 2024 – Récit d’une marche en quête de seuils

(photographie de l’autrice)

LE PARC INDUSTRIEL DE VERTOU

Durée de la balade : 30min
Conditions de rédaction : assise sur le bord d’une fenêtre

Le piéton ne semble pas le bienvenu. Je suis là à me promener dans le temple de la voiture, dans une ville au sein d’une ville. Il est facile de s’imaginer les travailleurs utilisant la voiture pour se rendre d’un endroit à l’autre du parc, même à 2 minutes de leur bureau. Là où je suis ça sent l’essence, le bitume chaud. Les camions me frôlent à gauche, un mouton noir se promène dans son petit enclos à ma droite. A pieds je ne suis pas la bienvenue.

Il n’y a pas d’espace sécurisé. Alors que la sécurité est partout autour de moi comme le montre scanneur de badge pour ouvrir les barrières permettant d’accéder aux différentes entreprises. En tant que piéton, pourtant je pourrais facilement passer entre les failles de ces systèmes de sécurité. Car il y a des trous, des petits couloirs entre une barrière et une autre. Trous par lesquels les voitures ne peuvent certes pas passer mais où les piétons eux le pourraient. On pourrait croire que ces trous sont volontaires pour nous laisser passer, mais pour moi ils traduisent surtout qu’il n’a pas été envisagé qu’un piéton puisse essayer de passer, alors pourquoi lui bloquer la route ? Le parc est hostile aux piétons. Les voitures se garent sur les trottoirs quand les parkings sont pleins. Je me retrouve donc à marcher sur la route. Et quand je me replace sur le trottoir, une voiture arrive pour se garer, me roulant à côté. C’est à moi de lui faire de la place, et non l’inverse.

Les pylônes électriques côtoient les châteaux d’eau, les lampadaires, et les chênes, qui résistent, droits entre deux hangars dans un enclos qui leur est dédiés. Un corbeau pique une branche pour partir faire son nid, le chant des mésanges se mélange au grondement des moteurs, se plaignant sûrement de la mauvaise odeur. Le sol n’offre rien, il ne permet rien. C’est moi qui vais à lui. Tout est grand, espacé, je ne suis pas à ma place. Vite que je m’en aille. Vite que je traverse la rue.

LES LOTISSEMENTS 

Durée de la balade : 30min
Conditions de rédaction :  assise sur les pierres de la rue Jacques Brel

Enfin des signes de mon existence. Des panneaux demandant de faire attention aux piétons. L’air est plus calme, il y a moins de voiture. L’odeur des fleurs, du pollen et du miel a remplacé celui de l’essence. Le chemin semble plus accueillant, plus souple sous mon pas, il vient me récupérer.

Ma cadence est rythmée par le chant des mésanges qui ne se tarie pas. Elles sont là, posées sur leur corniche à prendre le soleil. Les trottoirs en bitume s’alternent avec les chemins en terre, ça se fait un peu comme ça, sans transition. Je croise d’autres marcheurs, que je reconnais par leurs vêtements : chaussures de marches, veste de sport, pantalon souple. Une de ces personnes s’aide d’une canne pour marcher, et je me mets alors à l’imaginer se promenant dans le parc industriel. Un sentiment de vulnérabilité m’envahit. On est bien mieux ici, dans un endroit plus familier.

Mais le paysage est ordinaire, alors je me rattache au lichen, aux magnolias, aux cerisiers pour m’émerveiller un peu. Les 4 pierres posées là, marquent le début de ma prochaine étape.

(photographie de l’autrice)

LES BOIS ET LES VIGNES

Durée de la balade : 20 min
Conditions de rédaction : « assise » sur un poteau en plastique

Il y a eu différents bois. Celui dont on sent qu’il est proche de la ville : il y a peu de boue, et il ne sent rien. Puis il y a celui où on sait qu’on y est, même sans le voir : il fait plus humide, donc plus chaud, ça sent la fougère, l’écorce, la terre. Le sol est inondé, boueux, poreux.

Entre ces deux bois, une vigne qui m’a permis de sentir le vent que je n’avais pas remarqué jusqu’à présent, comme si les murs des maisons l’empêchent de circuler dans la ville. La vigne est séparée d’un potager (où poussent des pommiers) par une haie où la flore est diversifiée. Les papillons et les abeilles me vibrant dans les oreilles le prouvent. Le terrain est boueux, mais je peux voir qu’il y a du bitume en dessous de la terre. En tout cas c’est ce qu’il me semble. Je vois l’horizon au loin, sans interruption, ça donne une impression d’infini. Le lieu m’offre une vue, de l’air, des odeurs de fleurs qui elles-mêmes attirent les abeilles qui jouent le rôle qu’on leur connaît.

Pourtant au bout de ce chemin, un rond-point, et la caserne des pompiers, et la déchetterie. Pour rejoindre la seconde partie du bois, la partie humide, je dois relonger une route limitée à 70 km/h. Que je vais devoir traverser. Il y a deux minutes je m’arrêtais pour laisser un papillon passer, et là je devais faire arrêter les voitures. Quelle belle coïncidence qu’un groupe de marcheurs doive également traverser la route, dans le sens inverse. A plusieurs c’est plus simple, on est plus visible. Je profite de leur impulsion pour traverser.

Dans ce bois humide, dont l’entrée se fait donc par la route, eau, terre et arbres sont maîtres. Le sol m’accepte et veut bien que je laisse ma trace, à condition que je ne marche pas sur une vie fragile : celle d’un scarabée. Je dois faire des grands pas et sauter d’un côté à l’autre du chemin pour éviter la boue, le Momentum me permet de changer le rythme de la marche et de m’amuser un peu. Je saute au-dessus des flaques et le sol me récupère, comme s’il remontait jusqu’à moi. L’eau ruisselle dans les bas-côtés, et je me rends tristement compte que c’est un son que je n’entends pas souvent.

Au milieu du chemin (vous savez, cette partie centrale du chemin qui est plus haute, car moins de personnes y marchent) des éclats de briques, de carrelage recouvrent la terre. Puis la terre laisse place à un carrossable, signifiant mon arrivée à la prochaine étape.

 

LA BILLARDIERE 

Durée de la balade : 10min
Condition de rédaction :  assise à une table de pique-nique

Sortir de ce bois m’a donné l’impression de sortir d’un portail m’ayant menée à mes souvenirs. La Billardière est une localité calme et pittoresque.

Les maisons me rappellent les maisons de mes vacances d’enfance. De petites maisonnées de plain-pied et de quelques mètres carrés seulement. Les aménagements des jardins et des entrées me rappellent la mode des années 60 avec leurs pots de fleurs en céramique ronds en haut des pilastres encadrant le petit portail. Certaines maisons devaient déjà être là, et les choses ont dû bouger autour. Les tracés des routes entourent les maisons individuellement, et non pas les maisons construites là où la route ne passe pas.

Des plots en plastique réverbérant longent la route et portent les balises de la piste cyclable. En quelque pas seulement, je suis déjà de nouveau sur une départementale. Où je ne sais pas trop où me mettre et je commence à être perdue. Je me rends compte que je m’éloigne de la gare et même si je sais où je me trouve sur la carte, je ne sais pas où je suis. Après avoir traversé la route, j’arrive devant les plans de vignes, qui s’étendent à perte de vue. Et je suis encore moins rassurée, j’ai l’impression d’être loin de tout.

 

(photographie de l’autrice)

LES VIGNES 

Durée de la balade : 15min
Conditions de rédaction : assise à une table de pique-nique

Dans ces vignes inquiétantes, je croise un poney allergique au choux, des marcheurs et leurs chiens, un vigneron et une abeille. Je sens l’air et le soleil lointain. Et au final, je me rends compte que je suis bien là à marcher loin de tout et que j’aimerais continuer à me perdre dans les vignes… Peut-être une autre fois…

Je quitte le chemin terreux pour m’enfoncer sur un chemin matelassé de mousse, c’est doux et confortable. Je ne m’entends pas marcher. Puis la mousse s’humidifie, un peu trop peut-être, elle se sable aussi, ce qui est étonnant. Je zigzague d’un côté à l’autre du chemin pour éviter les flaques. Il me reste la moitié du chemin à parcourir, ce n’est pas le moment de me mouiller les pieds. Les vignes sont à ma gauche, et des jardins privés à ma droite. Je me surprends à penser que je pourrais traverser ces jardins et que les propriétaires me laisseraient faire. Je tourne à droite et rejoint la Bouteillerie, par un chemin ou la terre laisse place au goudron.

 

LA BOUTEILLERIE

Durée de la balade : 30min
Conditions de rédaction : assise sur un banc à l’entrée de Vertou

En un chemin, je me retrouve dans un village agricole. Au centre de l’ensemble des habitations, un espace vert, avec des arbres, une mare et des tables de pique-nique… Je sourie d’arriver ici à l’heure du déjeuner. Pour rejoindre ces tables, je passe à côté d’une bouche d’égout ou autre dont le bruit qui en émane (un bruit d’air métallique qui passerait là) me rappelle qu’il y a tout un réseau sous mes pieds.

Cette localité est très petite, trop petite, trop courte. Le soleil donne et me réchauffe. Je me plais à observer les mésanges et la mare que je ne m’attendais pas à voir ici. Dans ce petit espace vert que je qualifierai de jardin partagé, il y a un kiosque à livres. Je ne prends pas ce jardin en photo car c’était presque un trop bel endroit pour faire une photo. C’est un endroit qui se vit et non qui se voit.

Après en avoir profité pour mon déjeuner et la rédaction de deux parties de ce récit, je repars en direction de Vertou. Je suis la courbure de la petite route, sur laquelle je peux marcher au milieu. Un chien vient me saluer gentiment. A la fin de cette route : une départementale.

 

(photographie de l’autrice)

 

LA DEPARTEMENTALE

Durée de la balade : 25min
Conditions de rédaction : assise sur un banc à l’entrée de Vertou

Je ne peux plus ici marcher au milieu de la route, et comme il n’y a pas de trottoirs, je me dois de traverser pour être du bon côté face aux voitures. Mais il n’y a pas assez de place entre le fossé et la route, alors je retraverse, à la hussarde bien évidemment, et je redouble d’attention. Si mes yeux regardent où je marche, mes oreilles sont à l’affut des bruits de moteurs approchants. Et ces bruits se rapprochent, vite et fortement, c’est agressif. Ça me fait me sentir petite et vulnérable, moi marcheuse sur le bas-côté.

Alors pour échapper à ce danger, je fais une note mentale de ce que je vois. L’herbe sur le bas-côté a soit beaucoup séchée (je rappelle que nous sommes en mars à Vertou…) ou bien une couche de paille a été rajoutée au-dessus de l’herbe pour absorber l’eau qui pourrait stagner.

J’arrive sur une patte d’oie et le sol change. Des trottoirs sont définis et le goudron est recouvert de gravillons qui crissent sous mes pieds. C’est amusant, c’est agréable à l’oreille. Mon pas vient déranger la bronzette des lézards que j’entends se réfugier sous les feuilles aux pieds du muret à ma droite.

C’est un muret en pierres noires, haut d’1 mètre 60 à peu près. Il entoure une propriété. Il doit être là depuis des décennies. Il accueille des insectes, de la mousse, des plantes en tout genre qui poussent entre les interstices des pierres. Le muret est entrecoupé de portails en ferraille, des beaux portails comme on en voit de moins en moins.

Et là en passant devant ces portails, je me demande le nombre de personnes qui ont dû y passer depuis qu’il a été érigé. Je me demande comment la ville et la vie ont changées autour de ce muret. Combien de marcheurs sont venus ? Comment était la vie là avant ? Dans cette maison derrière le muret.

Alors sous mes yeux apparaissent des strates. Des strates de temps, d’histoires, de fonctions, de lieux. Devant la maison, il y a le muret pluri décennaire, devant le muret les gravillons, devant les gravillons la route bitumée et passagère, devant la route des anciens locaux agricoles en pierres, fermés depuis un certain temps, devant ces locaux des champs, à perte de vue. Il y a une accalmie dans le passage des voitures. Je pourrais presque oublier en quelle année je suis… Jusqu’à ce que mes yeux se posent sur une antenne 5G.

 

VERTOU 

Durée de la balade : 40min
Conditions de rédaction : assise dans le train en direction de Nantes

VERTOU. SITE SOUS VIDEO SURVEILLANCE. Quelle entrée saisissante. Est-ce que la ville de Vertou mérite à ce point d’être surveillée pour qu’on ne l’abîme pas ? Pourquoi n’ai-je pas vu ce panneau dans les localités ? Car ce n’est pas grave si on les abîme ? Ou, justement car on s’attend à ce qu’elles soient plus respectées que les villes ? Ou alors, ce panneau est pour la sécurité : vols et agressions ? Mais alors, serait-ce vraiment des maux des villes ? Ou y a-t-il une hiérarchie entre ville et localité ? 

Même si je me demande de quoi la ville de Vertou a peur, je suis contente d’arriver dans un espace où le piéton a sa place, tout du moins spatialement.  Dans cette dernière partie, je marche plus doucement. Je pourrais courir pour avoir mon train ou je peux prendre le temps et monter dans le suivant. Je choisis de prendre mon temps. De regarder Vertou à un autre moment de la journée. Je suis toujours sur la même départementale que celle du muret. Mais quelques kilomètres plus loin. Ici la temporalité est plus claire. Mais je me pose tout de même des questions : pourquoi y a-t-il un champ ici ? Et un bois en propriété privée ici ?

Je tourne à droite et quitte la départementale pour m’enfoncer dans les lotissements et les résidences. Au détour d’une rue… Pardon, d’une avenue à l’échelle de Vertou, je croise un chat que je salue et qui vient me voir. Il m’accompagnera de ses miaulements et passages contres mes jambes jusqu’au bout de la rue… Soit jusqu’à la départementale. Je le comprends, moi non plus je n’aime pas trop m’aventurer là.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Elsa Foucault (16 mars 2024). 14 mars 2024 – Récit d’une marche en quête de seuils. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w142


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search