De la gare Vertou au pont de Bellevue… Voyage dans le vignoble nantais – Mars 2024

Le 1/03/2024

9h23, je quitte la gare de Nantes. Dix minutes plus tard, je pose mes pieds sur le quai de la gare de Vertou, accompagné uniquement de Petra, qui comme moi n’a pas eu l’information à temps de l’annulation de la sortie.

Sans céder à l’hésitation, je décide de continuer seul mon périple.

Ma première escale est dictée par la nécessité pratique : récupérer une carte IGN au centre commercial de Vertou, car celle que je possède, un simple fichier image, se montre insuffisante pour déchiffrer le réseau de sentiers qui s’offre à moi. L’immensité du centre, telle une cathédrale moderne dédiée au culte de la consommation, ne manque pas de m’étonner. Son entrée, semblable à un arc de triomphe, m’accueille dans ce qui va devenir une épopée à travers les sanctuaires de la grande distribution.

La traversée de ce temple du quotidien, où le bitume règne en maître au détriment du piéton, est une épreuve en soi. Il me faut esquiver, courir, jouer de malice pour ne pas me laisser happer par la marée automobile. Une fois à l’intérieur, déboussolé par l’ampleur du lieu, je me dirige vers le kiosque à journaux avant de me rendre compte que ma recherche nécessite une visite au supermarché.

La quête d’une carte IGN m’amène à réaliser l’absurdité de ma situation : je cherche des repères dans un lieu qui en est dépourvu. Les grandes allées du supermarché remplacent les sentiers naturels, et les gens déambulent, perdus entre les étagères, comme dans une imitation dérisoire de la marche en plein air.

À la découverte que le supermarché ne propose ni livres ni cartes, je me dirige vers le centre culturel, un vaste espace commercial qui s’élève sur deux niveaux. Là, je trouve enfin les cartes IGN tant recherchées, les 1223 SB et 1323 SB. Cette escapade inattendue au cœur du labyrinthe commercial m’a dérobé une heure précieuse.

Résolu à suivre scrupuleusement les indications cartographiques fournies par Anne, qui semble, à mon sens, proposer un itinéraire se faufilant au sud de la voie ferrée, je prends la décision de faire demi-tour pour rechercher le prochain passage permettant de traverser sous cette dernière et d’emprunter ainsi la voie méridionale. Néanmoins, ma compréhension du plan est loin d’être parfaite, et il me faut une demi-heure pour réaliser mon erreur de parcours.

Je me retrouve donc contraint de remonter le boulevard, affrontant de considérables difficultés pour franchir la voie ferrée.

Un détail pour le moins troublant attire mon attention : l’impossibilité d’emprunter le passage sous la voie ferrée, celui-ci étant exclusivement réservé aux véhicules. Les piétons, contraints de contourner cet obstacle, se voient dans l’obligation d’allonger leur trajet d’un kilomètre. Cette situation décourageante révèle une prédominance de la voiture sur le piéton, réduisant drastiquement l’espace urbain accessible à ces derniers, tant dans le cœur de la ville que dans les zones commerciales avoisinantes.

Franchissant le passage à niveau, je cours pour ne pas être fauché par une voiture.

Au sud de la voie ferrée, je pénètre dans un lotissement où le calme domestique tranche avec le tumulte du monde ferroviaire. Un pylône électrique, étrangement ancré entre le trottoir et le potager d’un habitant, perturbe ce tableau d’une tranquillité toute relative.

Le temps est humide, le fossé au pied des rails, charrie son eau abondamment.

Tout au long de mon périple depuis la gare, le sol est recouvert d’un enrobé noir, symbole de l’urbanisation qui s’étend même aux chemins les moins fréquentés. Prenant conscience de mon erreur de parcours, je décide de me fier scrupuleusement à ma carte, un compagnon de voyage essentiel pour retrouver mon chemin.

À 11h03, je me retrouve à remonter le boulevard, devant le centre commercial, un lieu agité par le va-et-vient constant des consommateurs. Heureusement, une portion de ce boulevard est pensée pour les piétons : au lieu de l’asphalte habituel, c’est un sol de sable stabilisé qui accueille mes pas. Ce choix de revêtement, permettant à l’eau de pluie de s’infiltrer, témoigne d’une attention portée à la gestion durable des eaux urbaines.

Malheureusement, la tranquillité de la marche est de courte durée, entravée par des travaux qui obstruent le passage. Contraint de quitter la sécurité du trottoir, je m’aventure sur une bande herbeuse, manifestement non conçue pour le passage des piétons. Par bonheur, mes chaussures, adaptées aux terrains les plus accidentés, me permettent de poursuivre mon chemin sans encombre. Un sillon discret creusé dans l’herbe témoigne du passage récurrent de marcheurs avant moi.

À mesure que je m’éloigne du centre commercial, la vitesse des véhicules augmente, leur bruit devenant de plus en plus insupportable. Qu’en sera-t-il lorsque les véhicules seront tous électriques ?

Plus loin, le long du boulevard s’étendant vers l’est, je suis saisi par la majestueuse présence de cinq vieux chênes, témoins silencieux d’un passé révolu. Ces géants, fiers et imposants, semblent attendre patiemment la disparition du règne automobile, comme un ultime défi lancé à la modernité envahissante.

Un panneau vante les sentiers de Basse Goulaine. Quelle ironie !

Au gré de ma progression, je m’éloigne progressivement du tumulte des zones d’activités, cédant la place aux premières étendues de vignes, signes précurseurs d’un paysage qui se transforme.

À deux reprises, je croise des piétons qui, sans un salut, poursuivent leur chemin avec résignation. Arrivé à 11h28, je cherche à rejoindre un sentier sur ma gauche, mais je trouve l’accès bloqué par un portail, le chemin traversant un domaine privé en travaux. Contraint de dévier mon parcours, je constate une fois de plus l’indifférence de la ville envers ses marcheurs.

Je bifurque ensuite vers la rue Hélène Boucher, atteignant une zone d’activité où le silence me permet enfin d’entendre le chant des oiseaux, une première depuis le début de ma randonnée. Je tente de retrouver le sentier piétonnier initialement prévu ; le détour par la rue des Blonnières m’a fait perdre quinze minutes. Était-ce du temps perdu ?

Malgré la difficulté à localiser le passage indiqué sur ma carte, je découvre un chemin privé desservant trois demeures. Ignorant l’avertissement d’une chaîne m’interdisant le passage, je continue, traversant vignes et serres jusqu’à être surpris par un lévrier Azawakh. Heureusement, l’animal, aussi effrayé que moi, me laisse passer.

Je débouche sur l’impasse de la Casinière, un paysage rural paisible. Le chemin se poursuit, ponctué de panneaux signalant des sentiers de randonnée, une rareté dans cette contrée. À gauche, un gué me promet une aventure vers la demeure de Bruno Launay, tandis qu’à droite, le chemin s’étend vers Haute-Goulaine.

Dans un décor sauvage où les éléments se mêlent avec une beauté brute, ma randonnée prend un tournant inattendu. Guidé par un chemin indiqué en pointillés sur ma carte, j’entame une traversée audacieuse d’un champ, barré d’une clôture que je décide de contourner. Un terrain boueux, gorgé d’eau, teste ma détermination. Puis, surmontant une clôture hérissée de barbelés, je me fraye un chemin à travers un bois touffu, où le sentier, englouti par les ronces, semble abandonné depuis longtemps. Anne, l’initiatrice de cette aventure, aurait-elle osé s’aventurer ici ? J’en doute 😊. Mais, résolu à ne pas laisser cet obstacle dicter ma route, je persévère.

La progression est laborieuse dans cet environnement indompté. Chaque pas est mesuré, une danse prudente sur la fine ligne entre avancer et chuter. L’orée du bois débouche sur un chemin semi-inondé, où mes pieds prennent l’eau.

À 12h25, je débouche sur la Basse Lande. Ce petit village rural, témoin d’une époque révolue, se trouve désormais aux frontières de l’expansion urbaine de Basse Goulaine. Les nouveaux pavillons, telles des créatures voraces, rongent peu à peu les terres fertiles qui les entourent. Mon périple se termine au gymnase de la Chesnaie, point d’arrivée de cette étape de mon voyage, marquant la fin d’une matinée riche en découvertes et en introspections.

Malheureusement, ici aussi le parcours est jonché d’entraves, comme cette barrière qui bloque le chemin piétonnier. Je longe donc la D115, et passe par-dessus la nationale 249 pour rejoindre le sentier qui doit me mener au travers de terrain herbeux.

12h58. L’itinéraire s’égare sur le chemin des grandes rivières, loin de l’idéal tracé sur ma carte, longeant une route nationale bruyante. La nature semble reconquérir son espace, les terrains gorgés d’eau. Je songe qu’il valait peut-être mieux, finalement, marcher sur cette route goudronnée.

Je trouve enfin le sentier tant désiré, non sans avoir été confronté à de multiples barrages, symboles des restrictions que la privatisation impose à l’espace public.

Deux panneaux m’indiquent les directions : « Vers Basse Goulaine – Sentier du gué – 1.1 km », « Vers Haute Goulaine – Le bourg – 2.5 km ».

Je reviens sur la route qui mène au canal de Goulaine. Ayant pris beaucoup de retard, je ne voudrais pas arriver trop tard à l’arrêt de bus, sous peine de devoir appeler un taxi pour rentrer.

Plus loin, à l’approche de la station d’épuration, un panneau indiquant : “accès interdit danger”, m’invite à rebrousser chemin. Il n’est plus question de faire demi-tour ; je poursuis par conséquent mon périple.

La pluie tombe et je m’inquiète de traverser sous les lignes à haute tension. Ne risquerait-il pas d’y avoir un arc électrique ? Je me rassure : les lignes HT enjambent la route à bien d’autres endroits ; il n’y a pas plus de risque ici qu’ailleurs.

Le paysage s’ouvre, révélant des chevaux curieux et un hameau, l’île Chaland, accueillant en son sein les promeneurs égarés comme moi.

Pour la troisième fois, j’arrive au carrefour de sentiers parfaitement balisés. Ils existaient finalement ces sentiers pédestres !

Je suis au croisement du circuit du Cartron au Quatrain et du circuit des vallées. Même le poteau électrique est affublé d’une marque jaune indiquant le balisage d’un chemin piéton !

Alors que la pluie, après une brève accalmie, redouble d’intensité, je me presse vers le canal de la Goulaine. Ma carte, désormais gorgée d’eau, devient inutile, et je me fie à mon instinct pour trouver ma route, bien que le chemin semble clair.

Je franchis la Goulaine, progressant le long de ses rives. Le sentier, net et bien balisé, m’accueille tandis que la pluie cesse enfin, permettant à mes vêtements de sécher. Bientôt, je croise deux marcheurs ; non pas des flâneurs ou des touristes, mais des travailleurs, une rencontre inattendue en ces lieux ! Le mystère s’éclaircit quelques pas plus loin : d’imposantes serres agricoles s’alignent le long du sentier, brouillant la frontière entre espace public et privé, là où un autre chemin se voit obstrué par une chaînette.

Sans autre option, je poursuis mon chemin, rejoignant un carrefour asphalté où un tracteur passe nonchalamment. Le parcours se déploie à travers un paysage mi-cultivé mi-sauvage, alternant entre serres maraîchères et prairies en jachère, parsemé çà et là de bâtiments agricoles et résidentiels. Les haies se font rares, laissant le regard embrasser de vastes étendues agricoles d’une platitude sereine.

Sous l’effet de la pluie, les oiseaux désertent la région, laissant le silence s’emparer de la campagne. Aucune âme qui vive, aucun véhicule en vue. Au loin, le Moulin de Tue-Loup se dessine, ses ailes intactes défiant le temps. Fonctionnerait-il encore ?

Il est 14h53 lorsque j’atteins le village de Cahérault. La pluie, reprenant de plus belle, fait déborder les fossés. Trempé, je renonce à consulter ma carte, me guidant de nouveau à l’instinct. La route, pourtant, mène directement à ma prochaine étape : la Boire Courant.

Les rares habitants croisés me dévisagent, étonnés, depuis l’intérieur de leurs voitures. Ici, la marche semble incongrue : nous sommes en pleine campagne. Curieusement, le chemin menant de Cahérault à la Boire est scrupuleusement balisé, protégé des véhicules par de solides barrières de bois, garantissant une sécurité aux enfants en route vers l’arrêt de bus, d’après les panneaux alentour.

Le paysage est dominé par les pylônes électriques, traversant des étendues sableuses domestiquées par l’agriculture, un témoignage de la main de l’homme façonnant le visage de la campagne.

Enfin, j’atteins la Boire Courant, mes pieds criant grâce sous le poids de la fatigue. La question de pousser jusqu’à la Sablière et de revenir ici pour prendre le bus me taraude. Je consulte les horaires, perplexe : Anne aurait-elle ourdi une plaisanterie, une initiation taquine pour les novices de la marche 😊 ? Seulement deux bus sont prévus dans l’après-midi, le prochain n’étant pas avant deux longues heures. Le seul café du village est clos, les rues désertées. L’idée de rester là, transi et à demi abrité des bourrasques, me paraît insoutenable. Quant à appeler un taxi, cela sonnerait comme un aveu de défaite.

Mes jambes pèsent lourd, mes pieds meurtris entament leur plainte, mais dans l’esprit de David Le Breton, ces épreuves font intrinsèquement partie du voyage. Selon lui, la souffrance s’estompe après quelques kilomètres de marche.

Je continue donc mon périple vers la Sablière, visant à atteindre Bellevue, où les bus sont plus fréquents. Le décor se métamorphose, le sentier côtoyant désormais la Loire, fleuve qui m’est si familier, près duquel j’ai élu domicile entre Angers et Ancenis. Je savoure ces zones humides que je fréquente pour m’évader, méditer, ou dissiper le stress quotidien.

La faune y est riche et variée, entre oiseaux migrateurs et espèces terrestres, offrant un spectacle naturel réconfortant.

Approchant de la sablière, je découvre un embarcadère, curieusement délimité par des barrières de sécurité indiquant une surveillance par Seris Security. Je m’interroge : quels mystères ces précautions cherchent-elles à garder ? Malgré les barrières, l’accès n’est pas totalement prohibé.

A y regarder de plus près, je remarque qu’aucun bateau de Loire n’arpente la Boire. Je m’en étonne car chez moi, les bateaux des pêcheurs de Loire, typiques et reconnaissables, sont nombreux et on les croise fréquemment. Pourquoi un tel désintérêt pour le fleuve ? La balade commerciale au supermarché aurait-elle supplanté la promenade ligérienne des bords de Loire ?

Plus loin, je suis contraint de me déchausser pour franchir un passage inondé. La traversée du pont de Bellevue, bien que pittoresque, se révèle assourdissante. L’assaut acoustique y est tel qu’il défie toute quête de sérénité.

C’est sous une pluie battante que je rejoins enfin le bus, épuisé mais satisfait, porteur de la fatigue noble des longues marches à travers l’inconnu.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
florent_landreau (11 mars 2024). De la gare Vertou au pont de Bellevue… Voyage dans le vignoble nantais – Mars 2024. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzz5


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search