Une maison-source dans le haut-pays de Carquefou

Le sentier qui vous était proposé dans les articles précédents envisageait la marche comme une expérience interculturelle : un dialogue entre le marcheur et les entités plus qu’humaines qui peuplent les marges de la métropole. A cheval sur deux bassins-versants, entre l’Erdre et la Loire, son tracé suit les lignes d’une glyphe celte plaquée sur le sol, symbole de l’élément eau. Le marcheur relie ainsi des nœuds où se trouvent des singularités du paysage liées à l’eau : une mare, une source, un puits, une station d’épuration, une pompe… Depuis ces nœuds pourraient se jouer de nouvelles formes de rituels, liées à l’eau, dont le projet de la maison-source est un exemple.

Le village de la Gouachère dans la dynamique des bassins-versants d’Erdre et Loire (document de l’auteur)

Le sentier Pertho nous a conduit jusqu’à la Gouachère, un village excentré du reste de la métropole et de ses infrastructures, en aplomb de Nantes et de Carquefou. L’eau y est présente sous de nombreuses formes. A la surface, on la voit dans les mares, les noues, les prairies humides ou dans de petites sources, connues de ses habitants. Malgré cela, elle n’est bue ou utilisée que par un très petit nombre d’entre eux. Le village est en effet relié au grand réseau métropolitain.

La Gouachère et la vallée de la Chalandière (document de l’auteur)

La maison-source se propose d’offrir aux habitants de la Gouachère, ainsi qu’aux marcheurs du sentier Pertho, un accès à l’eau de la vallée et aux services qu’elle peut rendre aux humains. On y trouve notamment des douches, une laverie et accès à une eau potable. Elle se trouve en bordure du village, en partie haute d’une prairie humide. Du fait de la courbure naturelle du site, les eaux de pluie, qui du village viennent s’infiltrer dans le pré, ont tendance à se concentrer rapidement à l’est de la parcelle, rejoignant ainsi plus directement le petit ruisseau situé en contre-bas. Les trois bâtiments de la maison-source sont implantés de façon à inonder plus largement la prairie pour stocker plus d’eau dans les sols, en faisant glisser les eaux de pluie aux pieds des façades.

Les eaux qui ruissellent (plan de l’auteur)

L’approvisionnement en eau pour une maison se fait aujourd’hui par l’intermédiaire de tuyaux, de pompes, de réservoirs, de stations d’épurations, etc… Autant d’infrastructures qui visent à exercer un contrôle absolu et sans partage sur cet élément. Tous ces efforts considérables sont étrangement camouflés sous terre ou relégués à l’extérieur des villes. Pour assurer son fonctionnement, la maison-source s’appuie quant à elle sur des structures paysagères existantes. En effet, on peut considérer qu’un fossé ou un ruisseau remplissent presque le même objectif qu’un tuyau ; qu’une nappe phréatique c’est presque une citerne ; qu’une prairie humide c’est presque une station d’épuration… Mais à une différence près, et non négligeable : ces structures paysagères sont en partage avec tous les êtres qui peuplent un milieu.

Les eaux de la maison-source et de la prairie humide (coupe de l’auteur)

L’eau est ainsi tirée dans la nappe phréatique à l’aide d’un puits. Une fois à la surface, elle circule dans des rigoles qui alimentent des petits bassins. La personne qui souhaite se doucher plonge un tuyau dans le bassin, actionne un volant en fonte qui apporte de la pression à l’eau qui peut ainsi ruisseler sur son corps. Elle coule ensuite vers la prairie dans laquelle elle s’infiltre, alimentant à nouveau la nappe phréatique.

La rigole, la pompe et le pré (montage de l’auteur)

Pour l’hiver, on trouve des douches communes dans deux des bâtiments de la maison-source. C’est une architecture du sol : la dalle de chaux et chanvre suit la topographie du site et sa matérialité permet une forme de porosité, une perméabilité à la vapeur d’eau. Le terrain naturel est légèrement remanié pour faire circuler une rigole en partie haute dans laquelle coule l’eau propre et chaude et une autre en partie basse où elle s’accumule après la douche. Ces eaux presque sales vont ensuite dans des bacs plantés de végétaux capables d’extraire les savons et autres polluants, puis s’infiltrent dans la prairie. L’isolant du mur nord et de la toiture est en laine de mouton, un herbivore des prés humides. Ce matériau est capable d’absorber la vapeur d’eau dans l’air tout en conservant ses capacités isolantes, libérant l’eau contenue dans les parois quand les portes et fenêtres sont grandes ouvertes.

Laver son corps (plan de l’auteur)
La douche et la prairie (coupe de l’auteur)

Après la douche, on peut se retrouver auprès d’un poêle à bois qui sert également à chauffer l’eau des douches. L’espace est largement ouvert au sud, tourné vers la praire. Un long débord de toit met en scène la chute de l’eau de pluie sur le bâtiment, comme un rideau extérieur étiré le long des façades. Le sol de la mezzanine est entièrement couvert d’un matelas, on peut y observer l’eau qui ruisselle lentement sur la toiture courbe et faire une sieste, lire, jouer aux cartes…

S’attarder un peu, au sec, après la douche (coupe de l’auteur)

En proposant un accès décentralisé à l’eau dans la vallée de Rideau, la maison-source a pour objectif de garantir l’accès à l’eau pour les populations humaines sur un temps très long en préservant les conditions de sa présence dans le paysage. Dans cette perspective à plus de 50, 100, 200 ans plus tard, on peut se demander quels seraient les petits dispositifs techniques du rapport à l’eau qui seraient pertinents pour cette échelle de temps. Qu’adviendrait-il des gaines techniques, des robinets, des pompes, des machines à laver, des osmoseurs et lampes à UV pour la potabilisation de l’eau ?… Autant d’objets pour lesquels l’entretien demande un niveau d’expertise plus ou moins important. Certains, comme les machines à laver, sont également soumis à l’obsolescence programmée.

Le dispositif technique choisi pour les douches est inspiré des toutes premières douches de l’histoire occidentale : un principe simple et facilement réparable. Les toilettes situées dans les trois bâtiments sont des toilettes sèches, elles ne nécessitent donc pas d’eau. Pour la potabilisation de l’eau, c’est un principe de jarres en terre cuite1 disposées en étagère qui filtrent l’eau. Pour laver le linge, travail long et laborieux, l’abandon de la machine à laver s’avère difficile à envisager. C’est un sujet qui est abordé dans l’ouvrage de science-fiction éco-féministe Bâtir aussi, où la protagoniste est justement réparatrice de machine à laver.

« La machine à laver était le symbole odieux de l’Antémonde. Non pas un simple objet technique mais l’ultime appendice du vieux système, qui démarrait dans les mines d’aluminium et aboutissait aux raffineries d’uranium. Il était simplement impossible d’appuyer sur le bouton « programme laine » ou « essorage à 700 tours » sans considérer l’avalanche d’exploitation et d’aliénation associées. Et si les machines à laver avaient spécialement libéré les femmes du lavoir quelques décennies plus tôt, ce n’était qu’une preuve de plus que les féministes étaient les vendues, suppôts du capitalisme. […] Nous n’en avions pas démordu, résoluEs à laisser aux carcasses de tôle le plaisir de s’user les avant-bras et de se casser les reins. »2

Le plus simple est inspiré du lavoir : une rigole conduit l’eau à un bassin, muni d’une planche à laver : on nettoie, rince et essore à la main. La deuxième proposition est un tambour manuel actionné à l’aide d’une poignée, disposé dans un bassin. Enfin, on trouve également des machines à laver classique, issues de l’industrie.

Laver son linge (plan de l’auteur)
Boire l’eau de la vallée et faire sécher ses vêtements (coupe de l’auteur)

Parler de l’eau dans l’architecture c’est parler d’un paradoxe : elle est partout et nécessaire mais on s’efforce d’en limiter les impacts, on la dissimule. La maison-source défend une écologie de la fuite, pour sortir du regard fixateur que pose le concepteur sur les formes construites et accueillir les matérialités mouvantes de l’architecture, à travers l’eau qui érode, qui fuit et transforme les espaces habités.

Elle veut aussi être un lieu de rituel : on s’y retrouve pour laver son linge, se doucher, retrouver ses voisins… Le rituel est envisagé comme une pratique collective à dimension sacrée, qui se répète dans le temps et en lien avec un élément concret de paysage. La caractère sacré d’une douche dans la maison-source découlerait du fait qu’utiliser cette eau dans ce bâtiment permettrait de protéger la ressource au bénéfice de tous, mais aussi de lier ses habitants avec le paysage de la vallée. Elle encourage un déport des pratiques domestiques liées à l’eau pour passer d’une dépendance aux infrastructures métropolitaines à une dépendance à un paysage et à toutes les entités qui l’habitent.

Ecologie de la fuite, la maison-source devient prairie (maquette de l’auteur)
  1. https://wiki.lowtechlab.org/wiki/Filtre_àeau_céramique#Étape_1Fonctionnement-_Rôle_des_différents_matériaux
  2. Atelier de l’Antémonde, 2019, Bâtir Aussi, Cambourakis.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Basile Pousin (16 août 2023). Une maison-source dans le haut-pays de Carquefou. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vm0s


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search