Action Flou de Poings

“Bonjour,

Nous sommes le FLOUT, le Front de Lutte contre l’Occupation Utilitaire du Territoire.

Nous sommes vigoureusement anti-classification, anti-urbanisme capitaliste, anti-fonctionnalisme, anti-stéréotypes, anti-assignations forcées, et radicalement anti-PLU. Nous sommes un groupe d’activiste d’échelle mondiale. Nous luttons pour la fin de l’aliénation du territoire par sa classification et sa séparation en particules distinctes. Ainsi, nous sommes contre les frontières et les limites. Nous affirmons que cette lutte est celle pour une qualité de vie humaine comme non humaine exaltée, pour un quotidien de l’étonnement et pour une conscience accrue de l’intensité du paysage.

Le FLOUT promeut la perte et souhaite la propager. C’est dans l’incrédulité que se dessinent des possibilités émancipatrices. Alors, nous déclenchons la première ACTION FLOU DE POING. Nantes sera la première des cibles, avec à son extrême nord le territoire de Chantrerie-Gâchet, stigmate morcelé d’une conception spatiale hostile et instigatrice.

Le FLOUT montre et déforme. Le FLOUT floutera le territoire. Nous provoquerons la perte, convoiterons l’égarement, subvertirons les frontières et dessinerons un paysage trouble, parsemé de ces zones de frottement, de ces lieux d’incertitude, d’autonomie temporaire.

Nous les cherchons, ces lieux de liberté, de remise en question, de renouveau, aujourd’hui si rares, si éparses. Mais maintenant, il n’est plus possible de prospecter, le FLOUT souhaite être maître de son émancipation. Ainsi, le FLOUT propose les DISJONCTEURS, l’objet du piratage à venir. Jetez vos cartes et préparez-vous.

Nous sommes le FLOUT, et nous comptons sur vous.”

Ainsi le FLOUT, ce collectif radical et engagé, a choisi Nantes pour la première de ses actions FLOU DE POING. Comme énoncé, c’est à Chantrerie-Gachet, au nord de la ville, que les choses commenceront. C’est en effet un territoire extrêmement morcelé. On y décèle foule de limites, fractionnements, assignations d’usages divers et variés ; la liste est longue : des grandes écoles, une zone industrielle, des surfaces de bureau, du logement collectif, du logement étudiant, des parcs, des forêts, des marais, des surfaces agricoles, du logement pavillonnaire et des friches, le tout bordé par une autoroute, une rivière et un ruisseau.

Occupation des sols (image de l’auteur)

Face à ces contraintes, il a été étudié dans le dossier de recherche un instrument rare mais puissant, la zone de frottement. Ces espaces particuliers s’arment d’une double action émancipatrice pour se libérer de cette aliénation : d’abord, un renouvellement de l’image existante d’un territoire puis une réécriture de son usage. Mais bien que miraculeuses, les zones de frottement ne suffisent aujourd’hui plus. Alors intervient l’ACTION FLOU DE POING. Il va falloir agir, il va falloir provoquer un changement, et pour ça il faudra des outils de piratage. On les appellera les DISJONCTEURS.

Un DISJONCTEUR est un élément de paysage, nécessairement unique, servant à créer une nouvelle zone de frottement. Alors, comme pour ces dernières, la méthode flouteuse des disjoncteurs est celle de montrer et de déformer. Le FLOUT propose 57 emplacements possibles pour des DISJONCTEURS sur le territoire de Chantrerie-Gachet, cinq sont déjà construits. Nous les détaillerons aujourd’hui.


La promenade commence par le sud, en remontant depuis le centre de Nantes. On se trouve sur le sentier du GRPN, ou GR du pays Nantais, long de 165,8 km et faisant tout le tour de la métropole. On est ainsi clairement sur un réseau piéton, pourquoi pas cycliste aussi, mais malgré tout dans une dimension de la pratique d’une linéarité par un corps humain.

À l’endroit précis de cette photo, on fait une rencontre un peu spéciale. Il s’agit de la base d’un pylône de type 400kV un terne. Depuis notre hauteur d’œil, on ne voit pas forcément son sommet, mais on peut remarquer le déboisement qui l’accompagne. Les câbles électriques demandent une infrastructure lourde et des aménagements particuliers afin de ne pas embraser la forêt environnante. C’est la trace d’un autre réseau, celui haute tension. De pylône en pylône on peut en effet rejoindre Cordemais, en aval de l’Erdre puis de la Loire, où est produite une grande partie de l’électricité de la Loire-Atlantique et de la Bretagne dans une centrale à charbon. 

Et ici, au croisement, notre premier disjoncteur. Il montrera et déformera le nœud sur lequel on se trouve, entre deux réseaux de différentes échelles et formes, ainsi que redynamisera la présence du pylône et les fonctions liées à cet objet.

Il est alors proposé une passerelle qui viendra détourner le sentier du GR afin de le relier physiquement au portique électrique en le faisant passer sous ce dernier. Il est cependant toujours possible de continuer à prendre le chemin initial si voulu. C’est une simple proposition de changement. La passerelle ne se limite pas à détourner, elle souhaite aussi mettre en valeur l’autre réseau, l’électrique, celui qu’on ne peut pas parcourir, en dessinant deux emmarchements dans l’axe des câbles. Ils peuvent être des estrades pour mieux observer le déboisement, ou admirer le pylône, ou écouter le bruit du courant par temps de pluie.


Remontons le GR pour arriver au niveau de l’école polytechnique, en longeant les terrains de sport. Nous sommes maintenant en plein milieu d’un parking, plutôt vide et d’apparence assez navrante. Bien qu’on ne puisse pas le détecter tout de suite, nous sommes en vérité au centre de ce qui a été dans les années 80 un grand projet pour la ville de Nantes : l’Atlanpôle. C’était un concours international pour une technopôle d’échelle régionale implantée au bord de l’Erdre. Nombreux sont les architectes ayant répondu, de partout dans le monde. Leurs propositions témoignent d’une certaine vision urbanistique de l’époque. Ainsi, le berlinois Hans Kollhoff proposait une Atlanpôle compactée dans un massif super-bâtiment dont l’image d’insertion révèle une conception résolument pensée à plusieurs milliers de kilomètres du site d’implantation.

Le projet lauréat est celui de Christian de Portzamparc, avec un plan guide pensé en archipel de constructions agencées autour d’un axe, l’Axe de Bretagne. De plusieurs kilomètres de long, d’une quarantaine de mètres de large, l’Axe de Bretagne devait être fédérateur. Il tirait son nom de sa caractéristique première : il était orienté vers la Tour de Bretagne. Ainsi, en tout point sur ce dernier, on voyait la tour.

Malheureusement, le plan guide n’a pas été suivi, faute de moyens peut-être, d’intérêt pour la chose sûrement. Aujourd’hui il ne reste presque plus rien de cette idée, sauf évidemment notre parking. Mais il n’est cependant pas une trace très vivace de ce grand projet : il est en effet souvent vide. Une étude de 2016 de Véronique Tableau en donne la raison. La technopole est trop bien desservie par les bus, la ligne C6 assurant généreusement le déplacement. Et ceux qui ne prennent pas les transports vivent sur place. Mais surtout, et pire, depuis le parking, on ne voit pas la Tour de Bretagne. Les arbres et les bâtiments ont poussé et l’horizon s’arrête maintenant au bout de la zone de parcage nue.

Notre deuxième disjoncteur proposera ici de commémorer ce grand projet perdu, témoin d’une époque et de ses visions urbanistiques, tout en renouvelant ce parking oublié.

La proposition est d’installer un appontement qui viendra s’élever au-dessus du parking afin d’aller retrouver la Tour de Bretagne pour redonner à l’Axe de Bretagne sa fonction symbolique. Les pieds de la structure tombent dans des espaces non utilisés par le parking, afin de ne pas dénaturer sa fonction initiale. Il n’est cependant pas question de suivre aveuglément Christian de Portzamparc, alors déréglons l’axe. Ainsi, lorsque l’on empruntera la passerelle, on verra de nouveau la Tour de Bretagne.


Continuons. On va maintenant laisser notre parking et longer l’école des mines pour arriver devant un merlon. Derrière lui, une forêt. Devant, là où nous sommes donc, un chemin gravillonné. Ce soulèvement du sol marque une séparation nette entre deux espaces : celui très ouvert et minéral devant et celui plus refermé et végétal derrière. Le merlon est en fait une limite entre deux plaques aux noms connus et déjà étudiés : NL et UEM, ou Zone Naturelle à vocation de loisirs (la forêt) et Zone Urbanisée d’activité économique (l’établissement d’études supérieures). Ces deux zones sont la cause de l’apparition du talus, puisque nous faisons en fait face à une zone de subduction. Sous nos pieds, NL se heurte à la dalle de l’école des mines et provoque l’apparition de cette élévation du sol.

Le troisième disjoncteur mettra alors en avant cette rencontre entre deux plaques tectoniques du PLU, cette limite physique. C’est ainsi que sera construit un Centre d’Appréciation des Phénomènes de Subduction.

Le centre se dessine par une fine structure en acier qui vient surplomber le merlon, afin de l’extraire de son contexte environnant sans pour autant le toucher, afin de ne pas dénaturer ce phénomène scientifique rare. Le centre d’appréciation propose différentes manières d’approcher un évènement tectonique rare. Traverser par le dessus, pour éprouver le fait d’être à deux endroits en même temps, pile sur une limite. Franchir la frontière par l’intérieur avec un passage dans la coupe, qui permet d’explorer les stratifications de la terre. Se pencher au-dessus d’un profond puits d’une dizaine de mètres menant directement dans les entrailles des roches. Écouter le son des mouvements de la planète grâce à un micro enfoui au cœur de l’action.

Le centre permet alors de constituer un sas entre les deux zones NL et UEM. Il dessine un nouvel écotone, ce dernier étant l’espace dans la lisière d’une forêt entre l’endroit boisé et non boisé, qui est ici inexistant. Ce sont toujours des lieux riches, profitant des symbioses de deux territoires frontaliers.


Si on marche encore vers le Nord, on arrive finalement au lotissement de Gachet. Et si l’on rentre dans ce lotissement, on peut rencontrer cette parcelle de terrain.

C’est un espace en friche. Dans le plan cadastral, il est considéré comme un espace agricole, et il fait partie des rares derniers du quartier. En effet, comme dans beaucoup de zones résidentielles, le fractionnement du territoire habité tire son dessin du tracé des champs. L’activité agricole a aujourd’hui en grande partie disparue du paysage local et c’est un usage massivement domestique qui se répand. Depuis 1950, on est passé d’un environnement bocager à une collection de façades en crépi. Seul ce lopin de terre devant nous n’est pas encore vendu à un promoteur. 

Notre quatrième disjoncteur explorera cette transformation du territoire, l’évolution de ses composants et du langage qui le définit. Ainsi, il sera proposé un rebocagement de la parcelle en friche. La haie, par négatif, viendra dessiner la forme d’un logement pavillonnaire d’une surface de 150m², en référence à la surface constructible maximale sans le recours à un.e architecte. La végétation sera d’abord parfaitement taillée, puis sera laissée libre à son évolution. Elle ne pourra cependant pas pousser partout car l’espace de la maison sera marqué par un sol en dalles sur plots qui contraindront la croissance des plantes.  Les dalles permettront de convoquer la typologie domestique tout en évitant d’artificialiser le terrain, afin de respecter la récente loi ZAN. Les plots serviront aussi à retrouver la fonction de contrôle de l’écoulement des eaux offerte par les bocages, en canalisant la pluie vers un fossé à l’entrée de l’anti-demeure.


Maintenant, redescendons vers le Sud, afin de découvrir notre dernier disjoncteur. Nous sommes au bord de l’Erdre, devant une chapelle.

C’est la chapelle de la Chantrerie. Le petit bâtiment apparaît comme un objet posé au beau milieu du parc, comme une sculpture. Malgré sa taille toute relative, il abrite une histoire tumultueuse.

La chapelle a d’abord été la propriété de la villa de la Chantrerie. Lorsque le château a été vendu à la mairie, la folie est devenue municipale. Elle n’a donc jamais été consacrée. On y a cependant loué le droit de célébrer des messes auprès du diocèse Nantais. Mais un autre usage qu’on lui a prêté a été aussi celui de glacière, puisque les habitants de la proche demeure profitaient de ses fraîches pierres pour stocker en son sous-sol de la glace. Ainsi, la chapelle a été traversée par de nombreux acteurs différents : châtelains, ecclésiastiques et aujourd’hui, chauves-souris. En effet, des grands rhinolophes profitent du froid de la cavité pour venir hiverner.

Ce cinquième disjoncteur aura pour but de relier toutes ces strates d’histoire et de signification de la chapelle. Pour cela, il est proposé l’installation d’un bénitier au sein du bâtiment où qui veut pourra venir se servir en eau. L’eau viendra du réseau d’eau potable de la ville de Nantes, auquel la folie est déjà raccordée. Les tuyaux passeront dans la cavité, proche des chauves-souris, où son contenant sera stocké pour être refroidi. Un bouton pressoir sur le bénitier permettra de consommer l’eau fraîche sans pour autant en gaspiller. Celle tirée mais non consommée débordera de la vasque et tombera dans une rigole dans le sol de la chapelle. L’eau coulera entre les pieds des visiteurs, dévalera les marches, puis la pente de la berge et ira finalement se jeter dans l’Erdre. Simplement en actionnant le robinet, on pourra alors activer le territoire environnant de la chapelle et les différentes couches d’histoire qui l’ont traversé.


Ainsi sont les cinq premiers DISJONCTEURS, ceux existant déjà dans le territoire Nantais de Chantrerie-Gachet. Mais l’ACTION FLOU DE POING ne s’arrête pas là, elle ne fait en vérité que commencer. Et pour continuer, le FLOUT a besoin de tout le monde. C’est pour cela qu’en parallèle de la construction a été lancée une campagne de sensibilisation dans toute la ville. On a pu apercevoir ces affiches portant les valeurs, les méthodes et les enjeux du collectif.

Alors, avec le mouvement de toustes, l’ACTION FLOU DE POING se développera, troublant sans relâche, libérant le territoire et tous ses occupants.

Note : tous les documents sont de l’auteur



Citer ce billet
Tom Bellanger (2023, 16 juillet). Action Flou de Poings. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0q

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search