A sols ouverts ! Dans les entrailles d’une ancienne décharge

A quelques kilomètres du centre ville de Nantes, entre le quartier du vieux Doulon et la Loire, se trouve la Prairie de Mauves. Si son nom de « prairie » évoque une vaste plaine enherbée abritant une faune et une flore foisonnante, le paysage que j’ai découvert lors de la marche est bien loin d’être bucolique.

Enclavée entre le centre technique SNCF au nord, l’usine d’incinération des déchets à l’ouest, le périphérique à l’est et la Loire au sud, la Prairie de Mauves a accueilli les déchets de la ville de Nantes durant une vingtaine d’années. Exploitée de 1969 à 1987, cette ancienne décharge a été l’un des sites privilégiés par la municipalité afin d’enfouir tous les détritus dont on ne savait plus quoi faire.

Consommation de l’espace jetable

Depuis la moitié du 20e siècle la quantité de déchets s’est accrue avec la croissance économique et les changements des modes de consommation et de production. Le triptyque « Take, Make, Waste » est alors le paradigme de cette culture de la consommation jetable épuisant les ressources naturelles considérées comme intarissables. Dans les années 60, pour “gérer” les quantités astronomiques de déchets produits, le modèle de la décharge s’est imposé partout en France et dans le monde en raison de son coût extrêmement bas. Nous ne savons pas recycler ces déchets, alors, pour ne plus les voir, nous allons les cacher sous terre : problème résolu ! Invisible, puisque sous nos pieds, le phénomène d’enfouissement de million de tonnes de déchets témoigne d’une ignorance et du mépris absolu des sols comme vivant. Or, le sol est une ressource non renouvelable à l’échelle humaine et un patrimoine fragile dont il est urgent de prendre soin.
Si la « Loi n°92-646 du 13 juillet 1992 relative à l’élimination des déchets » a permis la fermeture de nombreuses décharges ne respectant pas les mesures sanitaires et environnementales, nous héritons aujourd’hui de territoires aux sols artificialisés et pollués dont il est nécessaire d’imaginer la reconversion. Par la création des centres d’enfouissement, nous avons consommé les sols comme s’ils étaient, eux aussi, jetables. Ayant une durée d’exploitation déterminée avant même le début de leur mise en service, nous pouvons dire que les décharges ont programmé l’obsolescence du territoire sur lequel elles ont été implantées. Elles deviennent alors le réceptacle et le témoin de nos modes de consommation. Si l’enfouissement est aujourd’hui réservé aux déchets ultimes, les décharges ont détruit les sols et se pose aujourd’hui la question de leur évolution. Que faire de cet héritage commun négatif ?

Les sites d’enfouissement, territoires de rejet

Le territoire nantais n’a pas échappé au phénomène d’enfouissement des déchets. En effet, nous héritons de deux anciennes décharges aux caractéristiques similaires : le plateau de Tougas et la Prairie de Mauves. Ces sites, relégués aux marges de la ville lors de leur création, faisaient partie de l’ancien lit de la Loire et se retrouvaient souvent inondés. Ces prairies humides ont été asséchées et soustraites du lit de la Loire lors des grands travaux de comblement du fleuve au 19e. Durant le 20e siècle, les berges de Loire s’industrialisent et les prairies humides laissent place aux zones industrielles, aux centres techniques et aux usines. Pour faire face à l’explosion de la population et par conséquent des déchets, deux décharges à ciel ouvert sont créées en bord de Loire.

Le plateau de Tougas et la Prairie de Mauves ( de gauche à droite) sur l’ancien lit de la Loire

Source : Carte de l’état-major 1820- 1866, © IGN 2023 Géoportail

Les sites d’enfouissements rattrapés par l’urbanisation

Source : Photographie aérienne, © IGN 2023 Géoportail

Exploité de 1960 à 1992, le plateau de Tougas se situe à l’ouest de la ville de Nantes. Le site a accueilli sur 70 hectares plus de 5 millions de tonnes de déchets à même son sol limoneux en lien direct avec la nappe alluviale de la Loire.

L’ancienne décharge de la Prairie de Mauves, située à l’est de la ville, a été exploitée de 1969 à 1987 afin d’accueillir elle aussi plusieurs millions de tonnes de déchets, le tout, sans aucune protection étanche avec son sol humide.

Ces deux sites d’enfouissement ont été progressivement rattrapés par l’urbanisation grandissante de la métropole, jusqu’à être aujourd’hui complètement engloutis dans le tissu urbain métropolitain.
Si le plateau de Tougas a été réhabilité en 2005 via l’ajout d’une couche de terre végétale puis reclassé en espace vert, ce n’est pas le cas de la prairie de Mauves qui est aujourd’hui un territoire délaissé, source de pollution diffuse dans la ville. Ces lieux conçus pour être inaccessibles et tenus à distance du grand public ont-ils une capacité à se réouvrir et à se territorialiser ? Comment redonner un sens local à ces paysages extraterritoriaux ?

Contexte historique
L’enfouissement des déchets ou un sol sacrifié.
Source : Géoportail, IGN, Remonter le temps, 1970

L’histoire tragique du sol de la Prairie de Mauves remonte à la fin des années 60. D’après la photographie aérienne de 1967 (IGN, Remonter le temps), ces prairies humides de bord de Loire étaient vacantes à cette époque et aucune activité industrielle n’était installée, excepté la gare de triage Sncf en limite nord, déjà en activité. L’enfouissement des déchets a débuté à partir de 1969 en progressant de l’ouest vers l’est, jusqu’à atteindre une surface d’une trentaine d’hectares. A la fermeture de la décharge en 1987, des remblais divers ont été déversés sur l’ensemble de la surface comme si l’on refermait le couvercle d’une poubelle géante. Or ce couvercle, composé de remblais de démolition et d’argiles plus ou moins sablo-graveleuses n’est absolument pas étanche et laisse pénétrer les eaux de pluies. Celles-ci se chargent en polluants et vont contaminer par des voies de transfert l’environnement.

Aujourd’hui l’ancienne décharge se compose de deux parties : la partie ouest, réhabilitée en zone industrielle accueillant notamment l’incinérateur d’ordures ménagères et la partie est, qui n’a fait l’objet d’aucune modification ni de programme de réhabilitation. Cette deuxième partie retiendra mon intérêt. Propriété de Nantes Métropole, cet ancien site d’enfouissement s’étend sur une surface d’environ 25 hectares avec une longueur maximale de 1 km et une largeur maximale de 400 mètres. Ce plateau est ceinturé par des hauts talus périphériques faisant office de frontière. L’ancienne route d’exploitation dont l’entrée se situe à côté de la déchetterie est le seul accès officiel pour pénétrer au cœur du site.

Un sol habité et façonné par l’Humain

D’un point de vue géologique, la décharge s’établit sur des alluvions fluvio-marines de la Loire (argiles, vases et sables) datant de l’Holocène (l’ère géologique couvrant les 10 000 dernières années). Ces alluvions, déposés par la Loire au fil des ans, reposent eux-mêmes sur des micaschistes, une roche métamorphique constituée principalement de minéraux. Une petite partie au nord de la décharge reposerait directement sur cette formation de sol, datant d’il y a 10 000 ans. Ces alluvions renferment une nappe alluviale, drainée par la Loire s’écoulant du nord-est vers le sud-ouest sous la décharge.

A la surface, rien n’est évidemment perceptible, mis à part les milliers de détritus résultant de nombreux dépôts sauvages dont le site est victime. Son isolement et le désintéressement volontaire de la ville le rendent vulnérable aux incivilités. Ce sol, haut de 6 à 8 mètres au-dessus de la cote du terrain d’origine est entièrement anthropisé et façonné par les déchets et les remblais. Ce relief artificiel et la végétation de friche qui s’est établie dessus ne laisse pas imaginer ce qu’il cache sous nos pieds.

Inventaire non exhaustif des détritus trouvés sur l’ancienne décharge (photographies de l’autrice)
Sous la surface, dix mètres de déchets entassés

En activité durant une vingtaine d’années, le sol a dû supporter une quantité astronomique de déchets en tout genre. En effet, la décharge a accueilli des déchets verts, divers ( ferraille, verre, gravats), industriels, des ordures ménagères, mais aussi des déchets hospitaliers. Thierry Lebeau, professeur à la Faculté des Sciences et des Techniques de Nantes et coordinateur du programme POLLUSOLS 1, détaille : « on y retrouve encore des thermomètres au mercure ou des plaquettes entières de médicaments […] L’analyse des eaux de ruissellement a, elle, révélé la présence de résidus pharmaceutiques, de bisphénol A issu des plastiques et même de micro-organismes antibiorésistants… »2

Le trou de déchet creusé lors de l’étude sur la pollution des sols de Pollusols (© Ifsttar, A. Biczysko)

De plus, ces millions de tonnes de déchets représentent une profondeur de six à huit mètres, pouvant même atteindre jusqu’à dix mètres à certains endroits. Malgré l’arrêt total de l’enfouissement des déchets depuis 30 ans, le sol de la Prairie de Mauves est entièrement dégradé et dans un état de catastrophe écologique. En dépit de la croissance d’une végétation sur le sol de cette ancienne décharge, nous sommes aujourd’hui dans une situation d’irréversibilité de l’action.

Que trouve-t-on dans le sol de l’ancienne décharge Prairie de Mauves ? ( document de l’autrice)

Source de pollution diffuse

Les eaux de ruissellement qui s’écoulent de la décharge (photographies de l’autrice)

L’ancienne décharge est à l’origine de pollution diffuse aux sources diverses. Elle est susceptible d’impacter les différents milieux : les sols, le sous-sol, les eaux souterraines sous la décharge, les eaux de surface et l’air. Les déchets ont été enfouis sur une prairie humide de bord de Loire sans protection étanche au fond. On a donc une relation directe entre l’ancienne décharge et la Loire. Il est important de noter aussi la proximité avec la zone protégée Natura 2000 pour sa biodiversité.  

1. Les lixiviats : On parle ici d’un phénomène de pollution diffuse qui impacte sols et sédiments sur de larges étendues. Même si cette pollution est faiblement concentrée et diluée dans les eaux de la Loire puis de l’Estuaire, leur accumulation dans le temps les rendent nocives pour l’environnement et pour la santé humaine. Lors des précipitations, les eaux de pluies s’infiltrent dans le sol de la décharge. En percolant la matière organique soluble des déchets, les eaux pluviales et la décomposition par fermentation des déchets produisent un « jus de décharge »: le lixiviat. Ce liquide résiduel est hautement chargé en polluants : métaux lourds, médicaments, micropolluants organiques, solvants. Les lixiviats forment une nappe dite « de remblais » à l’intérieur du massif de déchets qui se transfère dans le sol poreux et suis la nappe alluviale jusqu’à la Loire. 

Coupe schématique de l’ancienne décharge dans son environnement proche. Contamination des eaux (production de l’autrice)

2. Les biogaz : La deuxième source de pollution sont les gaz de décharge. Lorsque les matières organiques contenues dans les déchets fermentent un gaz se forme que l’on appelle les biogaz. Ces matières organiques se dégradent sous l’action de différents micro-organismes, qui prolifèrent dans les environnements humides et privés d’oxygène. Ce phénomène spontané produit un biogaz principalement constitué de méthane et de dioxyde de carbone. Le méthane est un gaz hautement inflammable. C’est aussi un puissant gaz à effet de serre, dont le pouvoir de réchauffement est bien supérieur à celui du dioxyde de carbone. Bien qu’enfouis dans la masse de déchets, les gaz se transfèrent dans l’atmosphère et peuvent entrainer des incendies et des explosions. 

Coupe schématique de l’ancienne décharge dans son environnement proche. Biogaz (production de l’autrice)

3. Polluants volatils : La troisième source de pollution est celle des polluants organiques volatils produits par les déchets : peintures, solvants, lessives, hydrocarbures, aérosols, particules et métaux lourds. Ces différents composés organiques se propagent dans l’air mais également dans les sols. 

Coupe schématique de l’ancienne décharge dans son environnement proche. Migration des polluants volatils (production de l’autrice)

Il est urgent d’agir sur ce sol détruit, véritable bombe à retardement pour le territoire.

  1. POLLUSOLS est un consortium plusieurs équipes de chercheurs de différents domaine (biologie, géologie, sociologie, chimie, physique,…) qui collaborent sur le sujet de la pollution diffuse des sols sur le continuum Terre-Mer. Le projet POLLUSOLS a ainsi démarré en 2015 et poursuit des observations, en partenariat avec Nantes Metropole, sur l’impact de l’ancienne décharge de la Prairie de Mauves, sur les eaux souterraines et de surface.
  2. Cailloce Laure, « À Nantes, une étude inédite sur la pollution des sols », CNRS Le journal, 3 février 2021.

Auteur/autrice : Camille Louail

Étudiante à l'école nationale supérieure d'architecture de Nantes et diplômée en urbanisme du master Villes et Territoires.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search