Trouble mécanique : et si on pensait les grands ensembles à travers le prisme travail ?

Déjà vu : Trouble de la mémoire donnant l’impression soudaine et intense d’avoir déjà vécu dans le passé la situation présente. (Larousse en ligne)

« Il est 18h50. Le soleil est encore haut dans le ciel. Le vent est froid. Je traverse l’allée de Provence, au nord du quartier du château, à Rezé. Devant moi, une route bordée d’une vingtaine de véhicules dont au moins cinq véhicules utilitaires. A droite, une barre de logement dégradée. Au-dessus, une fenêtre ouverte de laquelle se dégage une musique dansante. A gauche un city stade. Quelques jeunes hommes jouent au basket. Les enfants eux, se cachent dans les buissons attenants. Ils sont à peine perceptibles mais leurs rires eux, résonnent dans toute la rue.  Je fais quelques mètres, et face à moi, j’aperçois une voiture dont les roues ne touchent plus le sol. Une 206 blanche, année : 2007 (j’aime souvent me vanter de ma capacité à estimer le modèle d’une voiture et son année de production. « C’est mon truc ». Alors bon, en modèles anciens je m’y connais moins, mais pour ce qui est des voitures récentes c’est vrai que je me trompe rarement. Je les ai jamais appris et pourtant je les connais. Parfois je me demande d’où vient ce savoir, mais au fond je le sais très bien). Cette 206 est montée sur un cric. Le coffre est ouvert. Des outils sont disposés un peu partout autour. Le réparateur s’est glissé dessous.  Je suis surprise du professionnalisme de sa pratique. Cette scène me donne un fort sentiment de déjà-vu, ou plutôt de toujours-vu. »

(Extrait de journal de marche, première rencontre avec le château, 27.03)

Quelques jours après cette première visite au château, je me rends à nouveau allée de Provence avec l’envi de « confirmer » quelque chose sans vraiment savoir quoi. Nous sommes lundi 29 mars, il est 16h et je croise, en l’espace de quelques mètres, deux personnes réparer des voitures. Je me souviens alors, de ce texte précédemment écrit, de la peine que j’avais prise à documenter une scène qui m’avait alors paru plutôt banale. Cette fois, il n’en est rien, si une personne qui répare sa voiture un samedi soir n’avait, en soit, rien d’étonnant, deux personnes en l’espace de quelques mètre un lundi après-midi avait quelque chose de beaucoup plus troublant. Je conscientise ce que j’étais venu chercher, j’écris dans mon journal : « Que font ces hommes ? Réparent-ils leur voiture ou s’agit-il un travail ? ».

Trouble : État d’agitation, d’inquiétude, de confusion ou d’émotion dans lequel se trouve quelqu’un (Larousse en ligne)

Dès lors, les questions se multiplient : « Que se passe-t-il ? Qui sont ces réparateurs de voiture ? Pourquoi-font-il-cela ? Où exactement le font-ils ? Quelles traces laissent leur travail ? Quelles forment prend le travail de la mécanique ? Comment s’inscrit-il dans l’espace public ? Qui vient faire réparer sa voiture ? » De là, nait le besoin, presque une obsession, de constituer une base de données brute et neutre, seule capable de répondre à mes interrogations.

Traces : Suite d’empreintes laissées sur le sol par le passage de quelqu’un, d’un animal, d’un véhicule.
            Ce qui subsiste de quelque chose du passé sous la forme de débris, de vestiges, etc. (Larousse en ligne)

Une nouvelle étape de l’enquête s’engage, la recherche de « traces » (Ginzburg, 1980). Je me lance alors, toute azimut, dans une collecte d’informations concernant le quartier Château : données statistiques (« tôt de chômage élevé qui expliquerait le déploiement d’un travail informel ? »), données historiques, projets futurs… J’erre même sur Leboncoin en quête de nouvelles pistes. Très rapidement, je tombe sur une photo sur laquelle on perçoit clairement la place François Mitterrand, place centrale du quartier du Château. Quelques clics plus tard, j’ai déjà identifié des « revendeurs » de voitures basés dans le quartier. Ce n’est pas bien compliqué, ce sont des particuliers qui pourtant vendent jusqu’à 10 voitures sur la plateforme, et en fond de photos, quasi systématique, on voit le Château, facile à reconnaitre.  Puis, très vite, cela ne me convient pas, frustrée « je veux en être sûr, je veux voir ». Alors dès que j’ai un instant, je vais au Château. J’assiste à quelques scènes de réparation. Elles semblent se concentrer tout particulièrement allée de Provence (« pourquoi toujours cette rue ? C’est pourtant l’une des plus proche du poste de police »), sans que pour autant j’ai l’occasion de discuter avec des travailleurs. S’introduire, aborder des thèmes liés à des pratiques illégales, instaurer la confiance et le respect ne sont pas des choses simples. Alors pendant un temps, je relève (écrits, dessins et photos) les scènes et les traces : camions utilitaires en nombre, camion porte-voitures immatriculé Roumanie, déchets mécaniques, tâches d’huiles, privatisation de places de parking (au moyen de cônes orange), rétroviseurs posés sur le rebord d’une descente de cave, sièges automobiles, roues de voitures, enjoliveurs abandonnés, etc.

Quelques traces laissées
par la mécanique de rue

Mais rien de concret. Ces traces sont comme des indices laissés là, des suggestions qui me donnent le sentiment de « toucher du doigt » quelque chose qui est pourtant encore bien loin. L’incertitude du déchiffrement des traces m’insatisfait. J’en viens même à me demander si je ne surinterprète pas ce que je vois.

Témoignage : Action de témoigner, de rapporter ce qu’on a vu, entendu, ce qu’on sait (Larousse en ligne)
Observation : Action de regarder attentivement les phénomènes, les événements, les êtres. (Larousse en ligne)

Pour faire des rencontres, se faire une place dans le quartier j’avais besoin qu’on m’ouvre des portes.  Je décide alors de passer par les structures associatives et municipales.

Je mène un premier entretien (téléphonique, covid oblige) exploratoire auprès de Mme M. agent de développement au service logement politique de la ville. Toujours peu sure de moi, j’attends de cet entretien une première validation de la présence de la mécanique de rue et des premières réponses aux questions précédemment énoncées. Je m’introduis et présente la notion de « travail d’à-côté » (Weber, 1989), ou de « travail mécanique », elle réplique « c’est drôle que vous appeliez cela « travail », nous on appelle cela la « mécanique sauvage », c’est le terme institutionnel. En même temps, c’est vrai que c’est un travail », j’ajoute « on dit parfois aussi, travail de subsistance » (Mies, 1988) et à elle de poursuivre « ah oui c’est vrai, il y a aussi « travail au « black » ou au « noir » ». Cette première discussion sémantique dit beaucoup de la façon dont ce travail est perçu.

La dénomination « sauvage » opère une folklorisassion stigmatisante du travail des classes populaires. Elle place d’emblée ce travail dans le cadre de l’illégalité et du marginal, même s’il reste toléré jusqu’à un certain point.  Mme M. m’explique « Pour un des mécaniciens, on a dû envoyer les collègues de la tranquillité publique. Sa pratique posait problème et impactait le cadre de vie des habitants du quartier. En général on laisse faire mais tout de même, dans certains cas ça pose problème. Les voitures supplémentaires occupent des places de stationnement pour les riverains ou sinon elles sont garées sur le trottoir : pas cool pour les piétons. Sans compter les déchets mécaniques, les parechocs qui traînent, les parebrises et la vidange, même pour l’environnement, … ».

Cet extrait révèle deux sujets contradictoires. D’une part, la mécanique de rue est appréhendée comme un problème d’ordre public et se règle par l’intervention policière et sous le mode punitif. D’autre part, l’intervention des forces de l’ordre ne se fait que dans des cas particuliers de « trouble à l’ordre public ». En effet, la collectivité fait preuve de « souplesse » envers ces travailleurs. D’ailleurs tout au long de la discussion avec Mme M. je perçois une réelle compréhension des problématiques auxquelles sont soumises ses populations ; le caractère nécessaire de la ressource produite par ce travail n’est pas dénié. Preuve en est, pour toute la suite de la discussion Mme M. emploiera le terme de « mécanique de rue » et non plus de « mécanique sauvage » (ce qui est sans rappeler la bataille sémantique menée par certains chercheurs pour la préconisation de cette première expression). Elle communique sur sa volonté de trouver une « solution », les propositions d’aménagement que je pourrais faire dans ce cadre l’intéressent.

Qui sont ces mécaniciens ? Et quand exercent-ils leur travail ?

L’observation sur place me permet d’identifier plusieurs pratiques. Certains travaillent le soir, après les horaires classiques de travail salarié et le week-end, ce qui laisse penser que la « mécanique de rue » ici permet de compléter un travail salarié mal rémunéré ou plus simplement de réaliser un travail de maintenance personnel qui permet d’éviter des dépenses supplémentaires chez un garagiste. D’autres, travaillent la journée sur des horaires classiques du salariat, cette seconde situation laisse penser que la « mécanique de rue » correspond au travail principal exercé. Ce ne sont que des hypothèses qui oublient de prendre en compte des réalités complexes que sont par exemple le travail aux horaires décalées ou en temps partiel qui organisent alors différemment les emplois du temps. Mme M. donne de nouveaux éléments de réponses : « Si on passe d’un jour sur l’autre, du lundi au vendredi, si je passe tous les jours à 15h, au même endroit, je verrais les mêmes personnes, et même pas forcément avec la même voiture. »

Quelles forment prend le travail de la mécanique ? Comment la voiture s’inscrit-elle dans l’espace public ?

J’ai eu l’occasion d’observer divers travaux mécaniques, croisés avec les éléments de réponses apportés par la direction du service jeunesse et Mme M. on ne peut que noter la diversité des pratiques, entre petite mécanique et mécanique lourde : vidange, changement de roues, travaux sur pièces détachés,… Le parking devient un véritable atelier, même si pas toujours très adapté. Des précisions devront être apportés à ces question à travers notamment la rencontre avec plusieurs mécaniciens. Un premier contact avec la personne verbalisée qui exerce allée de Guérande a été amorcé grâce à Mme M. Elle me raconte d’ailleurs une rencontre avec cette personne : « Il demandait s’il pouvait louer un garage : « Mais vous pouvez pas louer un garage pour y exercer une activité illégale » il répond « Bah oui mais c’est mon boulot ? Est-ce-que la mairie peut me venir en aide ? » Et à Mme M. de répliquer « Mais la mairie n’aide pas pour réaliser des activités illégales. » ». Ce dialogue rapporté témoigne d’une grande divergence entre la représentation de la « mécanique de rue » par les acteurs institutionnels et la représentation qu’on d’eux-mêmes les travailleurs. 

Sortie d’école_tiré du journal d’enquête

D’autres voitures encore, ne font l’objet d’aucune réparation, elles sont parfois revendues dans le même état que précédemment achetées selon le service jeunesse, parfois, cela pose le problème des « voitures ventouses » (sujet d’un prochain entretien avec un expert de la question…).

Pourquoi réparent-ils les voitures ?

Selon Mme M. Il y a très clairement un commerce sous-jacent aux travaux de mécanique de rue : « C’est vraiment un travail de commerce, alors soit ils réparent les voitures des voisins pour pas cher, parce que bon, personne n’a vraiment les moyens, soit ils revendent des voitures. Moi je dis toujours, allez sur Leboncoin c’est pas compliqué vous reconnaissez vite la récurrence des photos prisent au château, et c’est facile à reconnaître, les prix sont en général très attractifs. »

De plus, à l’occasion d’une discussion au sujet des moyens déployés pour la lutte contre le chômage dans le quartier du château, je demande si des passerelles entre mécanique de rue et travail salarié dans un garage par exemple existent. La réponse qu’en donne Mme M. est révélatrice de possibles raisons pour lesquelles ce travail est exercé dans ce contexte : « Les personnes qui pratiquent la « mécanique de rue » n’ont pas forcément de diplôme, ou du moins un diplôme français, qui leur permette de trouver un travail dans ce domaine. Et ils ne sont pas forcément dans une situation administrative régularisée. Car dans les quartiers QPV, il y a beaucoup de personnes qui sont dans des situation en cours de régularisation ». A priori donc, une partie au moins des mécaniciens se trouve imposée une situation de chômage. La « mécanique de rue » serait alors le moyen trouvé par les travailleurs afin de subvenir à leurs besoins en dehors du cadre « légal » qui leur est tout simplement interdit (absence de papier ou de reconnaissance du diplôme).

Où sont réparées les voitures ?

Mes observations et déambulation m’ont amené à constater l’importance du travail mécanique allée de Provence. En faisant part de cette information à Mme M, elle retorque : « Ah bah allée de Provence là ça y va ! Allée de Provence, c’est un vrai garage en plein air ! Du coup ça prend tellement de place que les gens qui habitent la barre d’immeuble doivent rentrer par les caves. ». Puis, elle pointe d’autres lieux où la « mécanique de rue » a lieu de façon quotidienne : allée de Provence, allée de Guérande, allée de Gascogne et au niveau de la Mahaudière.

La rencontre avec la direction du service jeunesse du quartier ajoute quelques précisions, selon mon interlocutrice, certains jeunes viennent imprimer les certificats de vente dans le centre jeunesse qui met à disposition des ordinateurs. Je me demande alors si d’autres services du quartier facilitent leur travail. La médiathèque Diderot, situé dans le quartier du Château, porte-t-elle une attention particulière à l’achat d’ouvrages liés à l’automobile ? Je me lance dans un exercice comparatif sur la proposition d’ouvrage avec la Médiathèque Jacques Demy, et les résultats sont assez étonnants.

Médiathèque Diderot (Rezé, Château) :
Nombre total d’ouvrages : 100 000
« voiture » : 679 résultats
« automobile » : 154 résultats
« réparation automobile » : 11 résultats (dont « Entretenir et réparer sa voiture soi-même », « restaurer et réparer votre carrosserie », …)

Médiathèque Jacque Demy (Nantes, Ile) :
Nombre total d’ouvrages : 155 000
« voiture » : 545 résultats
« automobile » : 134 résultats
« réparation automobile » : 1 résultat (« Les métiers de l’automobile »)

Reste à confirmer par les médiathécaires…

Vers des premiers éléments de réponses ?

Tous ces éléments laissent penser qu’un regard attentif pourrait permettre de redéfinir les manières dont se déploie ce travail, à la fois dans la rue, sur les trottoirs et places de parking mais aussi sur les plateformes dématérialisées comme Leboncoin ou encore des lieux ressources du quartier (ici le service jeunesse ou la médiathèque). Les premières réponses apportées (même si elles doivent être confrontées à d’autres points de vues) soulagent quelque peu le doute mais laissent place à de nouvelles questions : Où les mécaniciens achètent-ils les voitures qu’ils réparent (vers une économie mondialisée, ou la start-up nation qui ne dit pas son nom) ? Où les revendent-ils ? Qui vient faire réparer sa voiture au château ?

Ce travail donne les prémices des possibilités ouvertes par l’étude des grands ensembles à travers le prisme du travail. Cela permet de porter un regard nouveau sur le quartier, dépasser l’image d’un quartier enclavé et surtout, affirmer un vrai « art de faire » (De Certeau, 1980) de ses habitants. Il s’agit également de signifier les dimensions économiques, sociales et symboliques complexes qui régissent le quartier, afin de peut-être même affirmer sa dimension de « centralité populaire » (Rosa Bonheur, 2019) loin des discours disqualifiants. Reste encore à réellement prendre en compte le point de vue de ces travailleurs à l’occasion de rencontres informelles et d’entretiens à venir.

Le projet par la recherche

L’enquête évidement, ici sert un objectif final projectuel.

Pour le dessin d’un sentier :
Comment le tracé d’un sentier peut-il s’approprier des problématiques liées aux « arts de faire », aux ruses et multiples formes de résistances déployées à travers le Sud-Ouest de Nantes, cela afin d’infléchir de nouvelles politiques en faveur des habitants ?
Comment, dans le cadre d’une excursion urbaine, penser le visiteur comme un « marcheur » qui pratique l’espace et non pas comme un simple « voyeur » qui ignore les pratiques (l’opposition « marcheur » / « voyeur » est développée par Michel de Certeau, dans L’invention du quotidien, 1980) ?

En lien avec l’aménagement des abords :
Quel type d’organisation spatiale, urbaine et architecturale, peut soutenir le développement des économies de subsistance tout en limitant leur impact sur le voisinage ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
sabryndaiki (21 avril 2021). Trouble mécanique : et si on pensait les grands ensembles à travers le prisme travail ? Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxxj


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search