Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains

Inclure les hameaux dans la transition du territoire

Suite aux marches effectuées aux marges de la métropole et à l’enquête menée sur ce territoire, dont vous pouvez retrouver les compte-rendus ici et ici, je me suis interrogée sur la possibilité de vivre durablement au quotidien dans les villages et hameaux de la métropole nantaise.

Revenons dans un premier temps sur la situation de ces territoires que j’ai explorés. Ils se concentrent aux marges de la métropole, à sa limite administrative, éloignés des pôles urbains denses des communes de Carquefou, Nantes, Thouaré-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire et Mauves-sur Loire, à l’écart des grands axes de circulations desservis par les transports en commun. Je suis allée visiter ces lieux et rencontrer leurs habitants qui m’ont confié une partie de leur quotidien. Là-bas, on habite encore dans des hameaux, que les habitants aiment appeler leurs villages. Ce sont des petits groupements d’habitations de 2, 3, 10 jusqu’à 200 voire 1000 maisons pour les plus gros ; chacun a son nom et son histoire : la Bidaudière, la Gouachère… La plupart des habitants sont des familles qui recherchent la tranquillité de la campagne tout en étant à proximité de la ville. Elles habitent dans d’anciennes fermes réhabilitées, dont on peut encore voir l’ancien puit, le four à pain ou le moulin au fond des jardins. D’autres habitent dans des pavillons construits sur d’anciens terrains agricoles, ou plus récemment à l’arrière des jardins d’autres maisons. Dans ces villages on ne trouve pas de supermarché, de café ou même de boulangerie. Les habitants se déplacent en voiture pour aller travailler en ville et faire leurs courses dans le bourg ou le centre commercial le plus proche sur leur trajet. Les soirs d’été ou le week-end, les habitants aiment aller marcher depuis chez eux, sur les chemins à l’ombre des boisements le long du ruisseau de la Chalandière par exemple, promener leur chien ou ramasser des fritillaires. Sur ces chemins, ou depuis son jardin, l’horizon dégagé s’étend sur de grands champs vallonnés ponctués de haies bocagères encore partiellement présentes. Des associations comme « les amis de la Gouachère » organisent des évènements festifs qui rassemblent les habitants autour de la mare au centre du village une fois par an par exemple.

Aujourd’hui, les habitants apprécient de pouvoir bénéficier du caractère campagnard de ces lieux tout en étant à 10 minutes en voiture du centre de Carquefou ou de la première gare qui mène à Nantes. Cependant, les derniers rapports du GIEC et l’augmentation du coût de l’énergie amènent à penser qu’il est nécessaire de réduire l’usage de la voiture. Ce qui implique de limiter les distances à parcourir au quotidien et de diversifier les modes de transports. Or actuellement, la plupart des hameaux et villages ne sont pas desservis par les transports en commun et il faut par exemple 25 minutes de vélo depuis la Gouachère pour rejoindre la boulangerie la plus proche. De plus, les documents d’urbanisme de la métropole identifient les villages et hameaux comme des zones où les nouvelles constructions sont très limitées, voire interdites pour éviter l’artificialisation des terres.

On a donc des zones plutôt figées alors que le territoire est en mouvement, que la métropole semble s’engager dans une transition écologique plutôt excluante pour le moment des villages et hameaux. Cela nous amène à nous interroger sur la possibilité de continuer à vivre dans ces territoires à l’avenir, qui proposent un cadre de vie de qualité et qui ont des ressources comme les paysages et l’activité agricole qui peuvent servir à tous les habitants de la métropole.

Vers un quotidien à l’échelle d’un groupement de villages

Face à ce constat, je suppose que par nécessité des territoires de proximité vont s’organiser à l’échelle des villages et hameaux. Les villages constructibles vont continuer à se densifier, la population va peut-être doubler puis se maintenir sur le long terme. Le covoiturage, les navettes vont se développer pour les déplacements longs, mais la marche et le vélo vont surtout être favorisés pour les trajets utilitaires. Les activités de la vie quotidienne vont se relocaliser, comme le travail à domicile, déjà présent depuis le confinement, ou dans les champs puisque les petites exploitations agricoles maraîchère et biologiques vont continuer à se multiplier.

Actuellement, sur place, il y a déjà des changements à l’initiative des habitants : à la Burtière un couple d’anciens agriculteurs a réhabilité l’ancienne étable pour en faire une salle des fêtes au service de leur entourage; à la Bidaudière une agricultrice vend ses pommes directement à la ferme; à la Gouachère un ancien agriculteur prête son champs pour accueillir la fête du village ; et le four à pain qui est une propriété commune aux habitants a été remis en marche par l’association du village. Ces actions témoignent de la motivation des habitants à agir sur leur territoire mais aussi de la présence de lieux anciens qui ont une capacité à évoluer dans le temps et accueillir des usages collectifs. Je pense que ces initiatives ont besoin d’être accompagnées pour se développer, devenir structurantes, et anticiper l’évolution des besoins à venir. Dès demain, il s’agit d’accélérer et d’assurer la possibilité de diminuer l’usage de la voiture, de retrouver une certaine autonomie et de renforcer un esprit de communauté et d’entraide au sein des villages et hameaux de la métropole.

Exemple d’usages au fil du temps des bâtiments agricoles (document de l’autrice)

Je me suis mise dans la posture d’une architecte-urbaniste engagée par la commune de Carquefou pour faire ce travail d’accompagnement à l’échelle d’un groupement de villages accessibles en 15 minutes à pied les uns des autres autour de la Gouachère. Une distance qui me paraît praticable pour des déplacements quotidiens utilitaires. Je suis retournée sur le terrain avec mes outils, faire des relevés et étudier les lieux de plus près. Je vais vous présenter une partie de ces productions qui ont pour objectifs de révéler et illustrer le potentiel du territoire à accueillir une vie quotidienne dans un périmètre proche. Je m’appuie en particulier sur un plan guide, qui met en avant deux enjeux auxquels on peut répondre dès demain :

  • se déplacer à pied ou en vélo entre les villages et hameaux, qui sera illustré par 5 situations de transformation de la voirie
  • accueillir des activités de la vie quotidienne, qui sera illustré par 3 exemples de transformation de lieux existants
Cartographie prospective du réseau de villages et hameaux (de l’autrice)

Se déplacer à pied ou en vélo et se rencontrer entre les villages et hameaux

J’ai identifié plusieurs types d’actions possibles sur le réseau de voirie et imaginé les effets que le retour à des modes actifs de déplacement pourrait générer aux abords des cheminements. Je vous propose de simuler la recomposition d’une traversée de la Bidaudière vers Peslan qui permettrait de traverser un maximum de villages.

1. Chemins et sentiers accessibles au public existants : pour aller acheter des pommes depuis la Bernarderie  à la Bidaudière, on peut aujourd’hui emprunter un chemins qui passe à l’ombre des arbres des jardins qui ont remplacé les champs aux abords. Je propose de veiller à l’entretien et au maintien de ces chemins qui deviendront bientôt des axes de circulation majeur, où l’on passera avec son caddie ou son vélo cargo pour aller faire ses courses.

Chemin de la Bidaudière (document de l’autrice)

2. Chemins à (re)créer à travers champs : pour aller de la Bernarderie à la Burtière, on doit aujourd’hui faire un détour par la route, car le chemin qui passait à travers champs a disparu lors de la fusion des parcelles agricoles liée au remembrement. Je propose de négocier un droit de passage sur les terrains agricoles au nom de l’intérêt public, le long desquels on retrouverait davantage de contact aux animaux ou aux agriculteurs qui vont revenir de plus en plus nombreux dans les champs.

Champs à la Burtière (document de l’autrice)

3. Chemins à (ré)ouvrir au public : à la Burtière, le hameau se termine en impasse, la dernière partie de l’allée a été privatisée par ses deux derniers habitants, ce qui est le cas de nombreux autres chemins des alentours. J’imagine qu’avec l’arrivée de nouveaux habitants, ces propriétés partagées par trois familles redeviennent des lieux de passage ouverts au public, grâce auxquels on peut aller chercher ses copains pour jouer ou se rendre facilement chez le coiffeur à domicile.

Allée de la Burtière (document de l’autrice)

4. Voies à adapter pour divers modes de transport : les habitants évitent d’emprunter les routes lorsqu’ils ne sont pas en voiture. A Rabinard, la maison le long de la départementale est à l’abandon et une nouvelle a été construite plus à l’écart de la route. Je propose d’aménager les routes qui représentent pourtant la majorité du réseau de la voirie pour faciliter l’accueil de modes de déplacements actifs. Avec le développement du vélo et de navettes par exemple, ainsi que la diminution du trafic, on pourra à nouveau se sentir en sécurité aux abords et y faire étape.

Route de Rabinard (document de l’autrice)

5.  Voies où limiter la circulation automobile : au cœur du village de la Gouachère, les espaces publics sont occupés par le stationnement et la circulation automobile. La mare qui était autrefois un lavoir, un lieu de pêche et de sociabilité est devenue un rond-point. En envisageant la mutualisation du stationnement à l’entrée du village, et un investissement dans un aménagement de qualité par la commune, on pourra à nouveau s’arrêter dans l’espace public reprenant sa fonction de lieu de sociabilité nécessaire à la vie de village.

Mare au centre du village de la Gouachère (document de l’autrice)

Accueillir des activités du quotidien

J’ai repéré sur le grand plan des espaces qui pourraient être amenés à évoluer dès demain et à l’avenir (cf document plan guide) :

  • des terrains qui ne sont plus exploités par des agriculteurs et non constructibles, souvent devenus de très grands jardins qui peuvent parfois représenter une charge d’entretien pour leurs propriétaires. Ils pourraient accueillir des usages collectifs en complément des espaces publics plutôt rares.
  • des espaces dédiés à la voiture : des garages, des cours de stationnement, des bords de trottoirs, très présents chez les ménages qui possèdent en moyenne deux voitures et qui seront bientôt obsolètes.
  • d’anciennes annexes agricoles qui ne sont plus utilisées pour la plupart, remplacées par de grands hangars agricoles ou devenues des débarras au fond du garage des fermes réhabilitées en maisons.

C’est sur ce type d’espaces, disponibles dès demain, que je vais proposer des hypothèses de transformations pour prouver la possibilité de faire évoluer ces bâtiments existants de manière économique, et d’accueillir des usages collectifs. J’ai choisi 3 exemples d’anciennes annexes agricoles aux enjeux de transformation typiques qui peuvent faire office d’exemples pour inspirer l’intervention sur d’autres bâtiments de ce type. J’ai imaginé deux étapes d’intervention à chaque fois : la première permet d’envisager une transformation avec un minimum de moyen pour utiliser le lieu dès demain ; la seconde destinée à un plus long terme.

1. Intégrer une propriété privée à l’espace public

Exemple d’annexe située au centre du village de la Gouachère. Cette situation représente un potentiel pour proposer un lieu collectif en interaction avec les espaces publics voués à redevenir des lieux de sociabilité. Actuellement, en tant que dépendance de l’ancienne ferme à laquelle il servait, le bâti est orienté vers l’intérieur de la parcelle privée. On peut envisager un redessin de la parcelle afin de dégager des accès depuis les espaces publics, ainsi qu’un percement des murs pour ouvrir le bâti sur les espaces publics qui l’entourent.

Axonométrie (document de l’autrice)

Ces interventions permettent de multiplier les vues, les possibilités de parcours et interactions avec les différents espaces extérieurs qui l’entourent. Conserver les murs à certains endroits au contraire permet d’offrir un espace intérieur avec davantage de confort climatique et d’intimité.

Plan existant et projeté (document de l’autrice)

Imaginons les lieux d’ici quelques années : Autour de la mare de la Gouachère, un local a ouvert. Il paraît qu’il est loué par la mairie de Carquefou à ceux qui en ont besoin, un commerçant, un boulanger par exemple, pour l’instant ce sont des assistantes maternelles qui se sont regroupées pour garder les enfants à plusieurs. Les voilà qui discutent sous le porche pendant que les enfants jouent autour de la mare. A l’intérieur, quelques enfants préfèrent prendre leur goûter au frais entre les vieux murs de pierre, d’autres ont déployé des tables dans le jardin derrière à l’ombre des arbres pour faire des ateliers. Denise aime passer par là, il y a de l’animation, elle s’assoit souvent à l’ombre du grand cèdre. En fin de journée, quelques parents dévoués viennent récupérer un groupe d’enfants pour les ramener à leurs voisins, c’est l’occasion de rencontrer ceux qui viennent d’emménager dans le village.

Coupe existante et projetée (document de l’autrice)

2. Recomposer un volume intérieur dans un bâtiment très dégradé

Exemple d’une annexe à l’abandon sur le terrain d’une ancienne ferme à la Gouachère. Remplacée par de grands hangars agricoles, elle est aujourd’hui dans un état très dégradé : certains murs sont fissurés, la toiture s’est effondrée, et une végétation invasive a poussé sur et à l’intérieur des murs. Afin de reconstituer un volume intérieur, on peut envisager un défrichage de la végétation et un arasement des murs qui ne sont plus porteurs afin de pouvoir pénétrer à l’intérieur et obtenir de plus grands espaces. On peut également recréer une toiture par une structure indépendante pour mettre les murs anciens hors d’eau.

Axonométrie état existant / état projeté (document de l’autrice)

Ces interventions permettent d’obtenir de plus grands volumes et une diversité d’ambiances et d’espaces intérieurs et extérieurs. En jouant sur les dimensions, la hauteur, l’inclinaison de la nouvelle structure, on peut apporter de la lumière, étendre l’espace et produire de l’électricité.

Plan existant et projeté (document de l’autrice)

Depuis quelques temps, Gilbert a remarqué que la vieille ruine à la sortie du village était en chantier. Un week-end, il est allé demander au petit groupe de constructeurs ce qui se tramait, il aime bien savoir les dernières nouvelles du village. On lui a dit qu’ils cherchaient un endroit pour faire du télétravail à plusieurs, ils n’en pouvaient plus de passer leurs journées seuls chez eux. Alors ils sont allés demander au propriétaire de cette ruine s’il accepterait de vendre; il leur a donné, en disant que ça ne valait plus rien pour lui. Chaque week-end ils se réunissent pour avancer un peu les travaux, tous ceux qui veulent aider sont les bienvenus, d’ailleurs ils auraient bien besoin des talents de Gilbert pour aménager le terrain devant. Au centre, il y aura une grande pièce dans laquelle on peut tous s’installer au calme, sur le côté, un petit patio pour s’isoler à l’ombre du grand arbre, de l’autre côté une pièce que l’on pourrait ouvrir en été, avec la vue sur le jardin. Il y aura semble-t-il une cuisine à l’arrière pour faire des repas à plusieurs le midi.

Coupe état existant et projeté (document de l’autrice)

3. Réinvestir les petits volumes pour l’agriculture

Exemple de deux annexes présentes sur un terrain encore cultivé dans le hameau de la Burtière. D’une surface de 35 m2 chacune, elles ont été remplacées par de grands hangars agricoles construits sur d’autres terrains. Elles représentent pourtant un potentiel pour accueillir des lieux au service de l’activité agricole actuelle ou à venir, comme des hébergements pour saisonniers ou un lieu de vente des productions locales. Pour cela, on peut optimiser les espaces intérieurs en aménageant l’épaisseur des murs et les hauteurs sous plafond. Une extension peut également offrir de plus grands espaces en lien avec le bâti et les terrains existants.

Axonométrie état existant et projeté (document de l’autrice)

Grâce à ces interventions, les deux annexes existantes peuvent fonctionner indépendamment mais de manière complémentaire, l’une pouvant accueillir un dortoir et l’autre une pièce de vie. L’extension offre une circulation abritée entre les deux, et une interface entre l’espace intérieur des bâtis existants et l’espace extérieur sur lequel elle donne. Elle s’ouvre ainsi tant au possible accueil du public en lien avec le cheminement, que vers les champs et l’activité agricole.

Plan état existant et état projeté (document de l’autrice)

Depuis quelques jours, un nouveau groupe de saisonniers est arrivé à la Burtière pour prêter main forte à la ferme collective où travaille désormais Laura. Tout le monde s’est levé tôt aujourd’hui car c’est jour de marché. Un petit groupe est déjà dans le champ pour terminer la récolte de poireaux. Les caisses s’empilent dans la grange déjà remplie des autres légumes ramassés la veille. Depuis le chemin, une bonne odeur lui parvient depuis la cuisine. Compotée, tarte et autres mets à emporter sont en préparation et rejoindront bientôt les étagères de la petite épicerie. C’est à son tour de faire les ventes, Gilbert passera sûrement lui faire un coucou, elle l’invitera à rester avec eux à la pause déjeuner pour goûter le fruit de leurs dernières récoltes.

Coupe état existant et projeté (document de l’autrice)

Des lieux accueillant des activités de la vie quotidienne peuvent ainsi s’installer aux abords des cheminements imaginés. D’ici 5 ans, on peut envisager une vie quotidienne basée sur l’envie de marcher, de réutiliser les lieux existants et de maintenir les relations de voisinage, qui se réinvente dans les villages et hameaux de la métropole nantaise. A terme, j’imagine que cette étude pourrait inspirer d’autres habitants de villages et hameaux de la métropole, permettant de retisser un réseau de cheminements et de lieux de la vie quotidienne aux marges de la métropole, incluant les villages et hameaux dans un réseau de territoires de proximité. C’est également une démonstration de la capacité des villages et hameaux à participer à la transition écologique engagée par la métropole.

Tous les documents produits sont ainsi à considérer comme des supports que l’on peut utiliser par la suite dans une permanence architecturale au cœur du village de la Gouachère par exemple, pour informer les habitants, élus et autres acteurs du territoire. Pour ouvrir l’imagination, lancer des débats, des négociations. Pour stimuler l’envie d’être acteur de son territoire, de son quotidien.

Utilisation des documents sur le terrain lors de la marche du 21 avril 2023 (photographie Camille Louail)


Citer ce billet
annelaureterrier (2023, 4 juillet). Pour un quotidien dans les hameaux métropolitains. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0p

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search