Passage à niveau

La comparaison du réseau ferroviaire français de 1921 et de 2020 permet de révéler une profonde transformation des chemins de fer de France. Ils ont considérablement diminués en une décennie. Ce constat soulève nombre d’interrogations au sujet du devenir de ces voies ferrées. Que sont-elles devenues ? Ont-elles été reconverties ? Ont-elles été totalement effacées du réseau ? Peuvent-elles être un jour remobilisées ?

A l’échelle de la métropole de Nantes, l’étude du réseau ferroviaire permet de révéler les différents états dans lesquels les voies se trouvent actuellement : elles sont en service, neutralisées ou déclassées. Mais alors que ce constat soulève des questions relatives aux politiques de délaissement ou de maintien des voies ferrées, nous sommes à même de nous interroger sur le devenir de ces chemins de fer qui semblent être en constante évolution. 

Evolution du réseau ferré national (issu d’un travail d’étudiants en Licence : La mort des petites lignes ferroviaires)

Un sentier se greffe alors sur les pas de l’ancienne voie ferrée Nantes-Segré chargé d’histoires et de mémoires. Différentes portions le composent telles que la voie verte ou la portion neutralisée de la zone industrielle de Carquefou. Cependant, c’est la piste d’essai SNCF qui attire davantage notre attention. L’implantation de ce “laboratoire à ciel ouvert” sur l’ancien tracé du chemin de fer a considérablement œuvré à la transformation du territoire et continue de le faire, alors que la piste d’essai ouvre ses portes dans quelques mois. Les véhicules autonomes testés dans le cadre de ce projet profitent d’une topographie, d’un terrain, d’une emprise qui avaient été travaillés pour l’implantation d’un train, et qui laissent aujourd’hui un linéaire favorable à l’expérimentation. La SNCF se réserve une portion du chemin de fer pour la substituer par un tout autre mode de transport, autonome. 

Alors que les ingénieurs confectionnent et perfectionnent la piste d’essai à l’abri des regards, les informations la concernant sont peu nombreuses. Comment pourrait-on révéler une portion aussi secrète que la piste d’essai ? Elle semble être développée de manière confidentielle mais devrait pourtant être sujet de mise en débat autour de la transformation du territoire et de ses mobilités. Son implantation scinde le territoire en deux et pour cela, elle devrait être mise en lumière, les ingénieurs l’élaborant n’étant pas les seuls concernés. Comment pourrions-nous être témoin de l’évolution de cette piste d’essai, être témoin de la transformation du territoire et du passé ferroviaire de Nantes ?

Chantier de la gare de l’Etat, Nantes (F. Henry – Auteurs de vues)

L’évolution du tissu ferroviaire est d’ailleurs intrinsèquement lié à des enjeux de déplacement des matières. En effet, nombreux sont les projets de démantèlement de voies ferrées dont les décompositions amènent à une circulation complexe des matériaux au sein du territoire. Cette dimension se constate d’ailleurs à l’échelle du sentier créé. Il propose en effet ponctuellement de s’en écarter pour se rendre vers des lieux commémoratifs de l’histoire du chemin de fer mais aussi de sa composition, de sa destruction, de sa reconversion par le transfert de matériaux issus de ces processus.

Plan de situation (production personnelle)

Du sentier métropolitain imaginé, naît une proposition architecturale mêlant des enjeux de transformation des voies ferrées et des territoires, de mise en débat de ces changements autour des questions actuelles de mobilités, ainsi que de la circulation des matières. Alors que la piste d’essai ne cesse de se développer, d’autres chantiers émergent comme le projet de réaménagement du quartier du Moulin Boisseau de Carquefou. Ancienne friche industrielle, le terrain accueillera des logements, des services et des équipements publics d’ici 2030. D’après la SNCF, ce projet profitera de la piste d’essai pour se relier rapidement au centre-ville de Carquefou en véhicule autonome, mais qu’en est-il à pied ? La piste d’essai est censée relier les territoires, mais elle les sépare en scindant la ville en deux, en séparant le quartier du Moulin Boisseau du centre de Carquefou. Pour s’y rendre, un détour est imposé aux usagers, détour que nous proposons de dévier par l’implantation d’un projet à la confluence d’un réseau d’infrastructures routières. Le site est d’ailleurs également l’endroit où la distance entre deux anciens postes d’aiguillages – les deux espaces où il est possible de franchir la piste d’essai clôturée de toute part –  est la plus importante.

Le programme de la proposition s’inscrit dans une strate quotidienne, qui favorise les déplacements journaliers mais également dans une strate à caractère plus exceptionnelle en proposant des temps d’échanges, d’information et d’observation autour de la piste d’essai SNCF. L’édifice prend forme par l’usage de déchets et de matériaux issus de la décomposition de voies ferrées sur des chantiers en cours : terre excavée, ballast, gravats, pierres, béton, métal. La logique constructive, composée de terre et de gabion, est généralement utilisée en bord d’autoroute pour faire office de barrière sonore. Ainsi, l’édifice se relie au territoire et à la logique que prône le sentier autour de la circulation de matières. 

La piste d’essai SNCF scinde l’édifice en deux tout comme elle le fait à l’échelle de la ville.

Coupe longitudinale (production personnelle)

De part et d’autre de la route, des espaces publics prennent vie dans une perspective d’informations, d’échanges et d’observation autour de l’évolution de l’ancien chemin de fer reconverti en “plateforme d’innovation”. Les ingénieurs y travaillent aussi, rendant alors le processus beaucoup moins confidentiel et secret. Le laboratoire devient un lieu de mise en débat sur les politiques de la ville, évoluant dans une optique de réduction de l’usage de la voiture individuelle et de développement des transports en communs. La discussion in situ prend tout son sens pour aborder ces enjeux de transformation des territoires dans un appareillage constitué de matières primaires sur une plateforme d’innovation SNCF aux fonctions ultra-modernes. 

Les escaliers monumentaux permettent l’accès vers le toit. S’élever pour prendre du recul et constater l’envergure de la piste d’essai dont le linéaire reprend celui de l’ancien chemin de fer sous une toute autre forme, en fragmentant la ville en deux, en s’étendant à l’infini.

Vue depuis les gradins du rez-de-chaussée (production personnelle)

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lisabousseau (20 juin 2023). Passage à niveau. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0n


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search