Laboratoire à ciel ouvert

Photographie personnelle _ Piste d’essai SNCF au Moulin Boisseau

Mardi 14 mars 2023, nous débutons une marche dans le but de suivre l’ancienne voie de chemin de fer Nantes-Segré. Ce fil conducteur nous amène tout d’abord au départ de la voie verte de Carquefou. Un vaste parking se tient à son entrée et laisse entrevoir des barrières en bois qui marquent le début de la balade. Un sol sableux semble avoir totalement recouvert les rails et tout autre signe du passé ferroviaire. Promeneurs et cyclistes se croisent laissant place à une atmosphère calme et apaisée. Des portillons situés à l’arrière des jardins des maisons, qui bordent la voie, donnent un accès direct aux habitants du quartier de la Madeleine. D’autres entrées au sentier se matérialisent par des ouvertures plus larges sur des lotissements. Devant la maison de retraite Florilège, un panneau planté fait valoir l’utilisation de “bandes de courtoisie” pour avoir “les pieds dans l’herbe” dans le cadre d’une “ville qui agit pour votre cadre de vie”. La perspective offerte par le linéaire de la Voie Verte, héritière de celui du passage de l’ancien chemin de fer, laisse paraître les traces d’une transformation du paysage. 

A la sortie de ce sentier de marche, la transition est brutale. Un axe routier bruyant laisse place à une zone industrielle d’où se distingue un grand panneau hissé en hauteur. “Plateforme d’innovation pour la mobilité autonome”. “SNCF installe ici un laboratoire à ciel ouvert pour construire et tester un futur système de transport public autonome”. A travers le grillage nous séparant du chantier en cours, des locaux métalliques se détachent par leur couleur éclatante entourés d’échafaudages. Chacun d’entre eux semblent être attitrés à une fonction : “Base de lancement”, “Cargo”, “Garage, “Show-room”. Des véhicules noirs spéciaux aux vitres teintées, équipés de caméras, sont étiquetés de l’appellation “Véhicules autonomes d’expérimentation”. Derrière ces bases de vie, une route rectiligne encore inaccessible semble avoir été récemment bitumée. Des indices attirent notre attention : des piquets au numéro 2 et 3 ainsi qu’une plaque rouillée, cassée en plusieurs morceaux. Sa reconstitution permet de décerner ce qui y est écrit : “Passage du train P”. Le chantier est bel et bien situé sur une portion de l’ancien chemin de fer Nantes-Segré. Les murs de l’arrière d’une maison font office de séparation du lieu des travaux d’avec l’espace public. Cette maison est l’ancienne gare de Carquefou. 

Photographie personnelle de l’ancienne gare de Carquefou et de la piste SNCF

Suite à la découverte de ce trouble, l’envie d’en apprendre plus sur cette piste d’essai SNCF, sur cette plateforme d’innovation, ce laboratoire à ciel ouvert, nous pousse à longer les grillages qui nous séparent de la voie bitumée. Depuis le pont survolant l’autoroute A11, la piste d’essai est visible et s’ensuit derrière les logements du quartier du Moulin Boisseau. Dans ce quartier, le croisement de la voie avec une route fait valoir la présence d’un ancien poste d’aiguillage, apparemment squatté, dont le passage à niveau s’est converti en arrêt, toujours inaccessible, derrière un portail. Jusqu’où continue cette plateforme d’expérimentation ? Ne s’arrête-t-elle jamais ?

La marche continue mais on est obligé d’effectuer un détour. La piste d’essai est perdue de vue. Le chemin le plus court pour la retrouver ne présente pas de zone piétonne, seulement une route et une piste cyclable où marchent des lycéens qui se rabattent sur le côté à l’approche de vélos. L’arrière du lycée Honoré d’Estienne d’Orves de Carquefou est le lieu d’un espace de frottement. En effet, tandis que la piste d’essai semble y prendre fin, les rails de l’ancienne voie ferrée ressurgissent du sol un peu plus loin.

Plan de la piste d’essai SNCF

Que représente cette piste d’essai ? Pourquoi a-t-elle été construite ici ? Le terrain autrefois pratiqué par le train présentait-il des avantages pour la construction d’une plateforme d’innovation ? Les rails sont-ils encore présents sous le bitume ou ont-ils été arrachés du sol ? Où sont construits les véhicules autonomes ? Les ingénieurs mobilisés pour cette expérimentation travaillent-ils dans les locaux à l’entrée de la piste d’essai ? Va-t-elle être poursuivie jusqu’à Nantes ? Si non, l’ancienne voie de chemin de fer peut-elle être récupérée ?

Coupes détails du sol au niveau de l’ancienne voie ferrée et de la piste d’essai

La découverte de cette portion du linéaire met en évidence une décomposition de la voie ferrée neutralisée. D’abord une voie verte, ensuite une piste d’essai, quel est le devenir de l’ancien tracé ferroviaire ? L’exemple de la piste d’essai montre que la voie ferrée a façonné le territoire de telle sorte que la SNCF s’en réserve des parties pour y substituer un autre moyen de transport. 

Des articles parus depuis 2019 dans le journal de la ville de Carquefou explicite le projet. Ce “laboratoire à ciel ouvert” fait partie d’une expérimentation menée à l’échelle nationale dans le but de développer de nouveaux modes de transports et de trouver des alternatives à la voiture individuelle. Sur le modèle de la piste d’essai de Carquefou, plusieurs échantillons de 2 km ont été répartis sur l’ensemble du territoire. Des véhicules de 7 places circuleront aux “heures creuses” à une vitesse maximale de 50 km/h, évitant la circulation de bus vide d’une cinquantaine de places. Dotés de capteurs, de caméras et d’une informatique embarquée, ils seront reliés à un système externe, avanceront sans chauffeur, ralentiront, s’arrêteront, laisseront traverser les piétons, commanderont un feu tricolore… “L’analyse permanente de son environnement par le prototype permettra une réaction immédiate du véhicule.” Durant la période d’essai, un pilote sera néanmoins présent sur le siège passager pour contrôler le bon déroulement des choses.

Bien que l’intérêt du projet en matière d’usage puisse être discuté au regard des dynamiques actuelles autour du développement des transports en commun, il suscite néanmoins de profondes transformations du paysage, qui vont jusqu’à effacer les traces de l’ancienne voie ferrée. Si elle est concluante, la piste d’essai se poursuivra-t-elle jusqu’à Doulon ? Jusqu’à Nantes ? D’après le site officiel de la SNCF, la plateforme sera mise en service en 2024. Cela laisse aux ingénieurs le temps de la confectionner, de la développer, de l’étendre. Elle semble presque développée à l’abri des regards et les informations la concernant sont peu nombreuses, ce qui suscitent des interrogations de la part des habitants. Comment pourrait-on observer l’évolution de ce “laboratoire à ciel ouvert” alors qu’il semble surveillé et clôturé de toute part ? L’atmosphère qui s’en dégage laisse planer le doute. Être témoin de la transformation du territoire, du patrimoine ferroviaire.



Citer ce billet
lisabousseau (2023, 10 mai). Laboratoire à ciel ouvert. Grands sentiers. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0k

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search