Le sentier de l’observatoire de la Boire noctambule

Vue du projet de refuges depuis le quai des pécheurs de carpes (production de l’auteur)

Tout est issu d’une marche préparatoire réalisée en journée où nous observons des épiphénomènes appelés “traces”.

Ces dernières vont faire naître un sentier nocturne.

Dans ce sentier, nous proposons donc de révéler ces traces, mais aussi d’habiter temporairement le site grâce à une micro architecture un lien avec ce paysage riche en biodiversité de la Boire de Mauves. Suite au dernier article publié (les passagers de la nuit), je vais rentrer ici un peu plus dans le détail.

Plan de masse de la Boire de Mauves (production personnelle)

Pour concevoir ce sentier et son aménagement architectural et paysager, je me suis appuyé sur ma sensibilité et sur la connaissance du terrain par ses habitants. Il faut rappeler que le parcours de nuit est particulier car l’immersion est totale. En réduisant la lumière, on réduit notre champ visuel, et il nous faut compenser cette perte sensorielle en activant tous nos autres sens. On est alors beaucoup plus attentif aux bruits, aux odeurs, aux lueurs lointaines de la ville, aux courants d’air qui font frissonner la peau …

Et lorsque la pollution lumineuse s’estompe, ainsi que les pollution sonores liées à l’activité humaine, les sensations de peur et d’excitation se font ressentir. On est à l’affût, comme une bête sauvage et c’est à ce moment que l’on prête attention aux détails troublants : ici les traces d’un renard, par là des excréments d’un animal plus petit, mais aussi les marques de pneus de vélo, signes d’une activité humaine récente.

Photographies des traces repérées sur le site (de l’auteur)

Plus on avance sur le sentier, et plus on prend conscience d’une relation qui existe entre l’homme et cet environnement champêtre laissé à l’abandon. Le tiers paysage, comme l’appelle Gilles Clément, est plus riche dans la bordure, là où l’homme laisse la trace de son sillon.

Représentation du passage qui fait sentier – cf. les lignes de désirs

Le sentier sera façonné par le passage des marcheurs et viendra longer la Boire sans jamais la franchir car cette levée crée une rupture visuelle entre deux paysage opposés. Je propose alors de créer une percée à travers cette levée. Elle viendra faire le lien entre les deux rives, et desservir trois refuges. Ces refuges offriront des vues sur la Boire et sa biodiversité, ils seront une zone de repos et de contemplation à la fin de la marche.

La percée sous la levée sera composée d’un tube en béton d’une vingtaine de mètres de long et d’un diamètre de 3 mètres, au sol un platelage en bois pour cheminer d’un bout à l’autre.

Coupe de la percée et d’un refuge (production de l’auteur)

La percée vient donc offrir de nouvelles vues : une vue surplombante sur la Boire et ses habitants, une vue plus ras du sol sur la partie champêtre. A la sortie de la percée, on accèdera aux refuges depuis le talus par un sentier stabilisé en bastaings. Au nombre de trois, ils permettront d’observer la Boire la nuit.

Plans/coupes des refuges (production de l’auteur)

La conception de ces refuges se traite de la même manière que la percée, par un tube béton faisant l’enveloppe structurelle et étanche. On y accède par un simple trou circulaire. Au sol, un platelage permettant de tenir debout et de circuler. Un accès sur une partie extérieure est proposé tout en restant abrité par le tube. Cette partie est séparée par des bois ajourés de l’intérieur du tube, une partie en tôle métallique vient créer une porte sur la droite et fermée la partie gauche. Des meurtrières permettent d’offrir des vues et donc un regard particulier suivant leurs positions.

Quatre couchages sont prévus, répartis en superposition et décalés en suivant la pente en fond de tube (qui est celle de la pente du talus existant).

Les matériaux sont choisis pour un coût de construction assez minimal, car la volonté est d’offrir gratuitement aux marcheurs ce lieu de repos nocturne.

Image intérieure des refuges : les couchettes (production de l’auteur)

Image intérieure des refuges : séparation en bois ajouré et meurtrières
(production de l’auteur)

Image intérieure des refuges (production de l’auteur)

Maintenant, c’est à vous d’essayer l’expérience du sentier nocturne et qui sait, peut-être apercevrez-vous un renard, une chauve-souris …

Photographie d’un renard s’abreuvant prise le 16 mars 2023 lors de ma marche nocturne


Citer ce billet
francoisvaultier (2023, 26 juin). Le sentier de l’observatoire de la Boire noctambule. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0o

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search