Répercussions sonores

Trouver une place à l’expression musicale_ 130 km

Ce sentier est un parcours à la recherche du silence. Cependant, même si cela peut être dans ses capacités, son but n’est pas d’assurer une marche calme à ses passants, mais plutôt d’apprendre à s’approprier et comprendre le bruit. 

Cette réflexion sur les sonorités urbaines part d’une constatation : dans l’espace urbain dense, la condition  intrinsèquement subjective de la limite entre musique et bruit s’annule. Le son est un élément légiféré par son volume et sa régularité. La musique peut être illégale dès sa première note, car elle devient une nuisance. Alors, pour s’exprimer, des événements musicaux s’organisent en périphérie pour fuir les oreilles qui les caractérisent comme nuisances. Les free party recherchent l’entre soi, afin de n’être que musique. 

Pour trouver cet espace de liberté et être dans la légalité sonore, il faut être dans l’illégalité spatiale. C’est pourquoi ce sentier cherche à spatialiser le volume musical. Autrement dit, trouver une place publique dans la métropole où l’on serait sûr de ne pas être nuisible. Entre les myriades de bruits que la ville émet, de tels espaces-temps doivent forcément exister. À nous de tendre l’oreille, lors de la marche, pour les trouver.

Le tracé se dessine suivant deux paramètres : le bruit déjà présent et les habitations. Le but n’est pas non plus d’aller sous les autoroutes pour être sûr de ne gêner personne, il faut aussi s’entendre. Le tracé se générera donc grâce à l’étude du cadastre, des cartes de bruit, des lois sur les nuisances. Mais également d’une série d’écoutes des lieux à toutes heures. 

Le résultat de ce sentier offre un cadre qui  pourrait  permettre à ses passants de diffuser du son ou de crier tout le long du chemin librement. Il encourage même à s’exprimer, à crier, à jouer de la musique, à ne pas attendre d’être au sommet d’une montagne pour crier qu’on est « le roi du monde ».

Louise-Marie Jouault

Le bruit et le silence le long du sentier. (Source : Carte bruit multisource Lden exposition sur 24h – Nantes Métropole 2015 )
Allégorie de l’espace sonore en périphérie.


Citer ce billet
Louise Marie Jouault (2021, 14 mars). Répercussions sonores. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oxw3

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search