Stefan Ansermet : la marche nocturne stimule les sens et affine l’attention

Dans Osez la nuit. Marcher dans l’obscurité pour réveiller nos sens oubliés (Favre, 2018), Stefan Ansermet livre ses conseils pour expérimenter la nature sans lumière.

Stefan Ansermet a 56 ans, il est minéralogiste autodidacte, chercheur associé et photographe de formation, passionné de voyage et de recherches. Il a écrit des guides de randonnées et s’est spécialisé dans la balade nocturne. Au fil du temps, il acquière une solide expérience et des connaissances professionnelles qui lui permettent aujourd’hui d’avoir différents mandats pour des institutions scientifiques, comme le musée de géologie de Lausanne (UNIL).

crédit photo : Patrick Martin, article VAUD et Régions, www.24heures.ch

Plus de 30 ans que Stefan Ansermet arpente les sentiers loin des villes, hume les odeurs de la forêt et observe le ciel… en noir et blanc. Avec toujours une même obsession: fuir la lumière artificielle pour se plonger dans le monde merveilleux de la nuit. « Certes, cela prend un peu de temps de vaincre ses peurs du noir ancrées dans l’enfance» confirme l’auteur. Mais une fois qu’on y est arrivé, « une confiance s’installe ». En scientifique et vrai cartésien, il reconnaît être totalement transformé devant un ciel illuminé d’étoiles. « C’est tellement puissant, qu’on a des pensées mystiques, même si l’on n’est pas croyant.» Dans Osez la nuit, il décrit sa découverte de la randonnée nocturne, enrichie d’une foule de conseils destinés à tous ceux et celles qui souhaiteraient s’initier.

Se balader au clair de lune serait devenu tendance si l’on en croit La Nuit suisse de la randonnée qui fête cette année sa dix-septième édition. En Suisse romande, plusieurs parcours guidés de Villars à Moudon invitent en effet le public à la tombée de la nuit. Mais l’approche de Stefan Ansermet est plus radicale. Pour vivre pleinement l’expérience, aucune source de lumière ne doit perturber la balade. La lampe de poche reste sagement dans le sac à dos. « D’un point de vue sensoriel, on a l’impression d’avoir des capteurs partout. On devient plus vivant car le cerveau ne pilote plus le corps. Tous les sens sont en éveil et permettent de percevoir des choses très subtiles.» (Ansermet, 2018, p.36)

La vue, d’abord. Au bout de 25 minutes environ, les couleurs disparaissent, tout devient monochrome et la vision périphérique. L’œil est alors au maximum de sa sensibilité. Étoiles filantes, aurores boréales si l’on va au nord, jeux de lumière de la lune… tout est amplifié. Le toucher devient, lui, plus intense. À l’instar de la chaleur d’une pierre restée toute la journée au soleil ou de la fraîcheur du lichen. L’ouïe s’affine et domine au profit de la vue. L’oreille s’aiguise de telle façon que le léger craquement d’une branche peut paraître effrayant. « Il m’est même arrivé d’avoir l’impression d’entendre des voix humaines alors qu’en réalité ce n’était que le glouglou d’un ruisseau ». Enfin l’odorat est décuplé. «Prenez par exemple l’odeur des cytises en fleur en été. Elle est nette et directe ». (ibid., p.50 et 53)

Alors, où marcher pour éprouver au mieux ces nouveaux stimuli ? «Toujours dans un endroit où l’on se sent en sécurité et que l’on apprécie. Comme le cerveau est déstabilisé par le manque de lumière, il faut partir l’esprit en paix, éliminer au maximum les sources de peur afin de pouvoir se concentrer sur ses sensations.» (ibid., p.65) Son premier conseil est d’aller en reconnaissance de jour sur le parcours afin de bien l’intégrer et de prévenir un proche de son projet. «La forêt peut être dangereuse. Une minuscule branche d’arbre dans les yeux suffit à vous aveugler. Je recommande toujours de rester sur les chemins forestiers et d’éviter les terrains trop escarpés. Cette randonnée n’est ni une performance sportive ni une course mais une promenade où l’on va prendre le temps de capter l’environnement.» (ibid., p.104) Sur moins d’un kilomètre, Stefan Ansermet s’arrête souvent, touche l’écorce des arbres, se couche dans l’herbe d’un pâturage pour observer le ciel ou sentir le parfum des narcisses lorsqu’il évolue dans les hauts de Montreux. Partir à deux, avec une personne de confiance, aide aussi à réduire le stress d’une première balade nocturne. Contrairement aux idées reçues, les nuits de pleine lune ne sont pas les plus spectaculaires. « Avec trop de lumière, la vue reprend le dessus et les contrastes sont très marqués ». Quant à la météo, chacun suivra ses préférences sachant que lorsqu’il fait froid, l’air est plus dense et les sons plus forts. Le vent peut aussi, selon son intensité, couvrir de nombreux bruits. « Cette expérience est vraiment un moment que l’on se donne, à chacun de le savourer en pleine conscience. »

Couverture du livre
crédit photo : Patrick Martin, site de la tribune de Genève

1 – La vision n’est pas tout

Auteur de guides de balades, dont celui-ci en 2018 sur les promenades de nuit (image ci-dessus), le noctinaute aime promouvoir cette pratique qui rehausse les sens secondaires (ouïe, odorat, perception des températures, toucher, proprioception). Dans une espèce de « basculement cérébral » ou de « bouleversement de la hiérarchie sensorielle » comme il l’écrit. (ibid., p.45) Devant nos yeux en pleine transition, des phosphènes dansent encore. Ces tâches blanches font écho aux dernières sources de lumière captées et vont peu à peu se dissoudre. «Il faut entre vingt et quarante minutes pour recommencer à voir dans la nuit » poursuit-il. Ensuite, l’œil devient un million de fois plus sensible à la lumière (ibid., p.36). De silence, il n’y a pas. Le bruit de nos semelles sur les cailloux, le léger grincement du sac à dos de notre accompagnateur et, au loin, les sonnailles des vaches, ou bien encore le vol des chauves-souris seront notre symphonie du moment.

2 – Apprivoiser la peur

Habitué des lieux et de la nuit, Stefan Ansermet hume l’air et perçoit l’odeur des pétasites, des herbacées qui aiment l’humidité. À nos narines, la senteur d’un arbre fraîchement coupé se manifeste. Et il y a le dégagement de la mousse, une fraîcheur douce qui remonte du sol en début de nuit. Il faut se concentrer : les bruits sauvages se font timides en début de nuit et nous parlons encore beaucoup trop pour laisser l’entière priorité au concert des bois. Mais le saut d’une carpe se fait déjà entendre et l’immersion dans le monde vivant nocturne se fait alors ressentir. Dans ses récits de balades nocturnes, Stefan Ansermet raconte avoir un jour aperçu sur le bord du chemin une boule ronde et sombre. Après s’être approché, ce qu’il croyait être un objet, «s’est alors soudainement déplié comme un ressort et a bondi en avant». C’était un lièvre roulé en boule, «dont l’instinct l’avait persuadé qu’il demeurerait invisible s’il ne bougeait pas» (ibid., p.85).

La peur. Elle peut bien sûr faire partie de ces flâneries sous les étoiles. Notre imaginaire, comme l’écrit encore le marcheur, n’est pas en reste de narrations lugubres et autres fantaisies funestes, encouragées par la nuit. Dans un lieu aussi paisible, avec des conditions météo clémentes et en compagnie d’un connaisseur, ce genre de pensées ne se manifestent pas. Un sentiment de sécurité nous gagne, bien au contraire, comme si la nuit nous enveloppait dans son écrin douillet. La peur est un ressenti qui peut varier en fonction de chacun mais en tant qu’être humain, elle est forcement présente car nous ne connaissons pas assez notre environnement et encore moins celui de la nuit.

3 – Attention au romantisme

Même s’il reconnaît vivre des expériences «troublantes et mystérieuses» lors de ses randonnées nocturnes, Stefan Ansermet nous met en garde contre un romantisme excessif. On ne s’improvise pas noctinaute. Les dangers sont réels. En plus d’un équipement idoine (voir article sur la pratique ci-dessous), il est impératif de bien connaître le chemin que l’on a l’intention de parcourir de nuit et de commencer par des sentiers larges et sans trop d’aspérités pour limiter les risques de chute. La présence d’obstacles sur la route, comme des fils de fer ou des branches à hauteur de visage, doit être renseignée d’avance, lors d’une reconnaissance préalable en plein jour. Attention aussi aux risques d’égarement, dont les conséquences peuvent s’avérer extrêmement graves. Une préparation soigneuse va permettre aussi de renforcer le sentiment de sécurité indispensable à une expérience féconde. Les peurs peuvent être intéressantes, notamment pour la découverte de soi, fait valoir Stefan Ansermet, mais elles ne doivent pas l’emporter sur l’ensemble des perceptions que soulèvent ces bains nocturnes. L’expérience doit pouvoir mener au réveil de sens qui ouvrent les portes sur ce deuxième monde inconnu, encapsulé dans celui du quotidien.

Sur la pratique :

Pour Stefan Ansermet, la préparation d’une balade nocturne revêt une importance fondamentale. Outre la reconnaissance de jour du chemin à parcourir, il faut emporter deux lampes de poche ou frontales (par sécurité) en plus de son téléphone que l’on gardera fermé pour ne pas épuiser sa batterie et pouvoir l’utiliser en cas de pépin. Les bâtons peuvent aider, même s’ils font un peu de bruit. À ce sujet, il est préférable de porter des chaussures silencieuses. S’équiper d’un GPS ou d’une carte au 1:25’000 est également recommandé. Comme pour une randonnée normale, ne pas oublier, en outre, de prendre à boire. Enfin, prévoir de quoi faire un feu en emportant un briquet plutôt que des allumettes qui peuvent prendre l’humidité, et, bien sûr, des habits chauds.

Les indispensables de Stefan Ansermet

Sources / Références :

Osez la nuit entretien avec Stefan Ansermet – YouTube

Osez la nuit – Marcher dans l’obscurité pour réveiller nos sens oubliés – broché – Stefan Ansermet – Achat Livre | fnac

Osez la nuit – Éditions Favre (editionsfavre.com)

Stefan Ansermet – MCSN Géologie – UNIL

https://www.rts.ch/audio-podcast/2018/audio/l-invite-du-5h-6h30-premiere-partie-stefan-ansermet-mineralogiste-et-photographe-25586039.html


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search