Les acteurs de la nuit

Tout commence lors de ma marche un soir d’avril, le long de la Boire de Mauves. Des pécheurs pèchent la nuit. Mais pourquoi ? Parce que la carpe n’est active que la nuit, quand tout est calme. Nous sommes à la Boire de Mauves, un petit étang anthropique de 6,5 hectares alimenté par le ruisseau des Goberts ; un bras dit “mort” de la Loire qui se gorge d’eau lors des crues du fleuve. La Boire est un sur un domaine privé, elle a été racheté par la Gaule Nantaise, une Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA). Lors de la sortie de nuit, j’arrive avant la tombée de la nuit par l’ouest, la partie la moins large de l’étang, avec l’idée de longer la Boire, la contourner en passant de l’autre côté de la voie ferrée, pour rejoindre l’écluse faisant le lien entre la Boire et la Loire, avant de revenir à mon point de départ et poster une garde pour observer ce qui se passe.

Le trajet commence ainsi : franchir un petit pont sommaire d’un mètre de large environ, lampe torche à la main, sur un chemin non tracé mais “dégarni” par le passage des pêcheurs, il se dessine et nous guide. Celui-ci est étroit et s’élargi en arrivant vers l’entonnoir qui élargit la Boire, ici nous on commence à apercevoir un quai en bois en surplomb sur la Boire. En longeant l’étang, les perceptions et la vision s’adapte enfin à l’obscurité. j’emprunte ensuite le chemin plus large et gravillonné, le bruit de la marche s’amplifie et dérange face au calme environnant. Je décide de longer le chemin sur le bord de l’herbe pour réduire mon impact sonore; un ragondin fuit et nage en bord d’eau.

C’est étonnant et troublant à la fois, le vivant commence à apparaître au fur et à mesure que la nuit se prononce et que le bruit et l’éclairage de la ville s’atténue. La sensation est difficilement descriptible, mais on peut ressentir à la fois de la peur et de l’excitation. Une fois passée la voie ferrée par le dessous, j’entame  un sentier peu dessiné et légèrement visible qui fait passer à travers champs. Sur la droite, un champ pâturé et sur la gauche, un champ de culture de la mâche. Ma lampe torche vise le lointain paysage, tout à coup deux yeux brillants ! Qu’est-ce encore que cet animal ? Impossible à percevoir, il a déjà disparu à travers champs. Sur notre piste, des excréments de renard et des traces de passage de biches. Après une heure de marche, on passe d’un paysage humide à un paysage de champs relativement plat. On longe désormais une voie qui en surplomb de la Loire pour atteindre l’écluse au bout d’une heure et demi. Il est minuit, les trains ne circulent plus, aucun bruit de voiture et une impression d’être seul au monde et au milieu de nulle part. Une fois la Boire regagnée, c’est le sursaut : une biche ayant eu autant peur que moi surgit et court derrière les buissons. Je finis le parcours et repose mes muscles posté le long d’une petite mare d’eau. Au bout d’une demi-heure, splach splach … Téléphone à la main, je prends une photo vers l’horizon, un renard me fixe sans peur et repart. Il était venu s’abreuver. La marche se termine ainsi, rempli de sensations, d’émotions.

 

La nuit reste le dernier espace de liberté des animaux sauvages qui ne peuvent exister durant la journée. Cet épiphénomène permet de mettre en lumière ce qui se joue. Parcourir le chemin de nuit, c’est prendre conscience des dégâts réalisés par l’homme, car se qui se joue à la petite échelle a un impact sur la grande échelle. Ces zones sont des réservoirs de biodiversité très riche et qu’il nous faut préserver. Après analyse et recul par rapport à ce territoire à mi-chemin entre ruralité et urbanité, on constate en effet que la biodiversité présente sur ce quadrant est aussi riche et aussi importante que celle du marais de Cordemais (44).

Le sentier nocturne proposé va permettre aux habitants de prendre conscience du milieu dans lequel ils vivent et de l’importance des lieux comme la Boire de Mauves. L’idée serait de proposer un espace d’observation sur ce sentier tout en respectant l’espace des acteurs de la nuit sans y dégrader l’environnement. Les acteurs de la nuit dessinent le sentier par leur passage – le reste doit y trouver sa place et comme le mentionne Gilles Clément les délaissés ont leur intérêt et leur place dans le paysage. Il manquerait juste un lieu permettant d’observer le vivant la nuit, un lieu qui serait en adéquation avec le paysage existant.

« La nuit n’est pas seulement un moment pour dormir, c’est un moment pour rêver, voyager et explorer l’inconnu. La nuit, le monde est une toile qui attend d’être peinte aux couleurs de votre voyage. »

 

 



Citer ce billet
francoisvaultier (2023, 9 mai). Les acteurs de la nuit. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0j

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search