Le chien, une histoire de domestication

Depuis sa domestication il y a environ vingt mille ans1, le chien fait partie de la ville, de sa composition mais aussi de sa fabrication. La domestication de l’animal au service de l’humain a guidé l’histoire des relations entre homme et chien, faisant passer ce dernier d’un état sauvage à un état d’asservissement aujourd’hui quasi immuable. A ses débuts chien de défense, de travail puis animal domestique dès l’Antiquité, sa place au sein de la société humaine n’a cessé d’évoluer. Jusqu’à la Renaissance, chiens et chats, moutons comme cochons, cohabitent avec l’homme et sont présents en zone urbaine. On pourra d’ailleurs croiser jusqu’au début du XXe siècle ânes et chèvres en plein cœur de Paris. 

A l’aube du XVe siècle, on va progressivement mettre à distance les bêtes des lieux de vie et d’habitation humains, dans la perspective d’une ville à l’image du progrès, sans vagabondage ni débordement. Cette vision de la société ne coïncide pas avec la présence encore notable de chiens errants dans les villes au XIXe siècle. Ils véhiculent une image de saleté, de maladie et de désordre2 que l’on se donne du mal à éradiquer depuis plusieurs siècles, et à contre-courant du mouvement hygiéniste naissant. Par conséquent, c’est à cette période que voient le jour les premières fourrières, recueillant les animaux sans domicile avant de les faire disparaître. De colossaux canicides sont opérés dans les grandes villes, avec un record de vingt-sept-mille chiens tués à Paris en 18923. En parallèle de cette violence controversée à l’encontre des animaux, et plus particulièrement ici des chiens, certain·e·s ont à cœur de défendre la cause animale, les droits des êtres vivants présents en société et l’importance de leur place dans le monde humain. Mary Tealby, militante anglaise du bien-être animal, fonde en 1860 à Londres le Temporary Home for Lost and Starving Dogs (Foyer temporaire pour chiens perdus et affamés), en alternative aux fourrières meurtrières. A Asnières-sur-Seine, c’est en 1899 qu’est créé le Cimetière pour Chiens et autres Animaux Domestiques, suite à la loi du 21 juin 1898 autorisant l’enfouissement des animaux domestiques.

Annonce pour recherche de fonds, Londres, fin XIXe siècle

En 2023, le chien a conservé sa place d’animal domestique comme d’animal de travail dans le monde humain. Un quart des français possède un chien, et cet animal est toujours davantage utilisé dans les domaines de la sécurité, de la santé et de la justice. C’est ainsi que l’on peut croiser un chien lors d’opérations de gendarmerie, auprès de personnes malvoyantes pour les guider ou de personnes diabétiques dans le but de les alerter en cas d’anomalie glycémique, ou encore dans le bureau d’un·e magistrat·e afin de rassurer une victime4. Néanmoins, le chien seul et en liberté a déserté la ville. Les différentes lois et multiples arrêtés imposant la déambulation des chiens en laisse, voire avec muselière, la compagnie nécessaire d’un·e maître·sse, ont finalement eu raison de la liberté canine. Les derniers chiens livrés à eux-mêmes et arpentant le territoire au gré de leurs désirs se rencontrent en zone rurale, souvent aux abords d’exploitations agricoles. On se retrouve alors confronté au sauvage, mi-sauvage, sans toujours y avoir été préparé, initié. Le chien croisé n’est pas habitué à partager son territoire avec des individus qu’il ne connaît pas, des êtres humains qui franchissent les limites de son espace sans attendre son aval. En face, on ne sait pas nécessairement comment réagir, interpréter les moyens d’expression de l’animal, respecter au mieux sa propriété dont on ne connaît pas les limites et faire en sorte qu’aucun incident n’altère cette rencontre. Certain·e·s préféreraient d’ailleurs que ces évènements ne se produisent pas, d’autant qu’ils ne devraient d’un point de vue législatif avoir lieu. 

Comportements possibles d’un chien lors de sa rencontre (document personnel)

Au fil des années, des siècles, le chien a donc progressivement été intégré au monde humain. Pour être accepté, il a fallu qu’il se plie aux exigences et modes de fonctionnement de l’homme, au risque d’être rejeté de la société dans le cas contraire. C’est un animal qui s’adapte généralement bien à cette anthropisation, grâce à la dévotion qu’il porte envers la personne qu’il a choisie pour maître·sse. Cependant, l’histoire a démontré qu’il existe en France une volonté d’afficher une image lisse, ordonnée et civilisée. Tout individu allant à l’encontre de ces idéaux est rapidement marginalisé, exclu de la société. Si c’est un constat qui concerne les êtres humains, il se vérifie également envers la population canine.  Les abandons et surpopulations des fourrières et refuges animaliers constituent des illustrations de ce phénomène. On y trouve en majorité les chiens jugés trop peu dociles, trop craintifs, trop âgés, qui ne sont plus aptes à travailler. Ces animaux, lorsqu’ils ne sont pas rapidement euthanasiés dans les fourrières et certains refuges par manque de place et de moyens humains, peuplent les établissements de recueil des animaux tels que ceux de la SPA5. Ils sont parmi les derniers à trouver une famille adoptive, s’ils ont la chance d’être choisis, un constat majoré lorsqu’ils ne correspondent pas aux idéaux esthétiques et physiques en vogue. 

A l’heure où l’on parle d’acceptation de l’autre et de ses différences, de tolérance, ces ambitions ne pourraient-elles pas s’étendre à l’ensemble des êtres vivants, et aux chiens ? Intégrer de façon plus respectueuse la population canine au monde humain, c’est accepter sa diversité et faire l’effort de s’adapter aux individus qui de prime abord ne correspondraient pas à l’image d’un chien apte à vivre en société. C’est mettre en place des dispositifs d’acclimatation pour ceux qui en ont besoin, prendre le temps de mieux les comprendre, leur (ré)apprendre comment se comporter face aux autres êtres vivants, et modifier les habitudes et idées reçues ancrées profondément en soi.

1 Vigne Jean-Denis, Les débuts de l’élevage, Le Pommier, 2008. Le collège de la cité.

2 Pearson Chris, Dogopolis, How dogs and humans made modern New York, London, and Paris, Chicago, The University of Chicago Press, 2021.

3 France Culture, Podcast Sale temps pour les chiens, canicide dans la ville, épisode 3/4, 12 avril 2023, 58 min, https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-cours-de-l-histoire/sale-temps-pour-les-chiens-canicide-dans-la-ville-4930463.

4 Le Monde, Dans le bureau du juge, un chien spécialisé pour assister les victimes dans une a!aire de viols en série, 22 juin 2022, https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/06/22/a-lyon-un-chien-specialise-dans-le-bureau-du-juge-pour-assister-les-victimes-dans-une-affaire-de-viols-en-serie_6131595_3224.html.

5 SPA, Qu’est-ce qu’une fourrière ?, https://www.la-spa.fr/faq-quest-ce-quune-fourriere/.

Pavillon de l’Arsenal, Dossier de presse Paris animal, histoire et récits d’une ville vivante, Paris, 2023.



Citer ce billet
jeannescouarnec (2023, 16 mai). Le chien, une histoire de domestication. Grands sentiers. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0l

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search