Sans titre

Au milieu, une route.
D’un côté, quelques fraisiers sauvages qui poussent à la sortie d’un bois.
De l’autre côté, une étendue de pousses de mâche qui grandissent sous serre de plastique.

D’abord : un état d’âme.

Ressentir une petite fierté, celle de marcher et de reconnaître un pied de fraise sauvage. Oui, j’ai reconnu ces feuilles, car j’ai dû apprendre une fois, en la croisant peut-être, qu’elle ressemblait à ça. Et puis un peu de honte, marcher une autre fois, pendant plus de cinq heures de marche, et se rendre compte que les espèces végétales dont j’étais capable de dire le nom se comptent sur les doigts d’une main.

Associé à une lecture, Estelle Zhong Mengual, Apprendre à voir, donnant envie d’en savoir plus, d’être comme intarissable au sujet des fraisiers sauvages et de leurs voisines. Non pas seulement de manière naturaliste et scientifique, mais aussi de chercher du côté de l’histoire et du voyage de ces deux espèces végétales, devenir intime et spécifique. Sans devenir naturaliste, se pencher, littéralement et corporellement, pour s’initier à regarder. D’un même mouvement l’attention au reste du vivant suivra et questionnera. Commencer à reconnaître, à recroiser à tel point que désormais on la voit partout.

la maquette du trouble, à gauche les fraisiers sauvages, à droite la mâche sous tunnel,
au fond, (peut-être) un paulownia poussant sur la terrasse de l’ENSA dont les feuilles sont connues pour leurs vertus médicinales.
  • Le fraisier des bois (Fragaria Vasca) est le fraisier sauvage le plus répandu, également appelé « fraisier commun » ou « fraisier sauvage », il est une espèce qui pousse dans les sols riches en humus, dont le climat tempéré et juste ensoleillé que lui offrent les bois, lisières, clairières ou chemins. Une plante mellifère dont le faux-fruit particulièrement apprécié des oiseaux, la fera voyager sur tout l’hémisphère nord, dans leurs soutes digestives. C’est de ce petit fruit dont on parle lorsque l’on évoque la fraise, jusqu’au XVIe, en occident.
    Sur son site Books of Dante, Gilles Gras, amateur d’histoires chamaniques et ésotériques, nous raconte que la fraise sauvage est connue des ‘anciens’, Pline la mentionne dans son encyclopédie Histoire Naturelle (74), tout comme l’aurait fait Ovide et Virgile.
    Peu estimée car « [elles] poussent tout près du sol et dans un air putride »1, certaines élites médiévales s’en méfient. On en retrouve la trace en 1368, dans les jardins royaux du Louvre où 12 000 pieds sont plantés, mais seulement à titre ornemental2.
Le jardin des délices, 1490-1500, du peintre néerlandais Jérôme Bosch,
triptyque religieux, représentant, le Paradis, « L’Humanité avant le déluge » et l’Enfer, la peint comme un fruit représentant la débauche et la luxure.

Elle gagne de l’intérêt en même temps que grandi une certaine fascination pour la Renaissance Italienne, qui n’avait pas cessé d’en consommer depuis l’Antiquité Romaine. C’est sous Louis XIV, que le Royaume de France et surtout ses élites, donnent aux fraises un nouveau statut, elles deviennent raffinées et évoquent la luxure, « les femmes les mangeaient à la crème, les hommes au vin »3. Lui sont aussi attribuées des vertus médicinales, notamment lors des inflammations des reins ou du foie, ou lors d’« embarras gastriques »4. On utilise du fraisier toutes les parties sauf les fleurs. 
Mais sa fragilité lors de la cueillette ou des transports l’ont détrônée au profit de variétés plus résistantes, d’abord avec la fraise musquée (Fragaria moschata), puis pour celles plus grosses.
On peut alors continuer à parler de la fraise en s’éloignant de celle des bois, et raconter son histoire intimement liée au passé colonial de l’Occident. La fraise la plus commune, celle qui se trouve majoritairement à nos tables, et dont dériveront par la suite un grand nombre de nouvelles variétés, est la fragaria xananassa Duch, une hybridation entre une variété Chilienne (Fragaria Chiloensis) et Canadienne (Fragaria Virginiana). Une hybridation spontanée, datant de 1740, en Angleterre, ayant la grosseur de la première et la saveur de la seconde. Elle raconte le voyage d’un explorateur Jacques Cartier, parti au XVIe siècle en Amérique du Nord et d’un espion français, parti début du XVIIe au Chili, dont le nom était prédestiné, François-Amédée Frézier.
Si l’on continu l’histoire, la fragaria xananassa Duch (Duch pour le botaniste Antoine Nicolas Duchesne qui observe le phénomène et lui donne son nom) nous emmène du côté de Plougastel, ville bretonne ayant laissé tomber la culture des fraises des bois, du chanvre et du lin pour faire de ce nouveau fruit son emblème économique et aujourd’hui culturel.
Seulement si l’on revient sur la Fraise sauvage, elle nous parle d’un fruit qui a échappé à la domestication. Une plante, qu’on pourrait qualifier de rebelle, si l’on sait qu’entre 2015 et 2017, la fraise est le neuvième fruit le plus consommé par les Français en volume5.

  • Le terme de mâche apparaît dans le langage courant au début du XVIIe siècle, mais toutes ces autres appellations nous donnent un indice quant à sa présence et son importance sur les territoires où elle a été et est encore présente ; blanchette, boursette, clairette, raiponce, oreillette ou oreille-de-lièvre, valérianelle, valérianelle cultivée, herbe des chanoines, salade de blé en Belgique, doulcéta dans le Midi de la France, doucette, gallinette, poule grasse (car appréciée des volailles), ou encore rampon, ramponnet en Savoie et en Suisse.
    La mâche (valerianella olitaria) a suivie l’humanité. Probablement originaire du Sud de l’Europe, du Nord de l’Afrique, de l’Ouest de l’Asie, elle avance en même temps que ceux et celles qui se déplacent et sèment le blé. Elle pousse spontanément dans ses champs et partout où le blé pousse, on peut y trouver de la mâche (en Belgique elle porte le nom de « salade de blé »). La mâche aurait été consommée depuis l’Antiquité, mais c’est surtout au XVIIIe siècle qu’elle serait devenue populaire dans toutes les couches de la société française lorsqu’une cheffe cuisinière, dont Internet ne nous divulguera pas le nom, la met à l’honneur dans ses plats.

D’abord de l’ordre de l’autoconsommation et surtout présente sur les tables paysannes, sa culture prend de l’importance. C’est au début du XIXe que commence l’histoire de la mâche nantaise. Le début du maraîchage dans l’ouest de la ville et la généralisation des châssis nantais, un cadre en bois et un châssis vitré, le tout muni de poignées pour pouvoir le déplacer, permettent les récoltes précoces, notamment de la mâche et même du muguet6.
Initialement, la culture de mâche en région nantaise découlait de sa proximité avec la Loire, permettant de répondre aux besoins en eau et en sable. Maintenant les racines au chaud et facilitant sa récolte, le sable est devenu un élément essentiel lorsque l’on évoque sa culture. Quelques millimètres sont déposés sur les planches surélevées de terre :
« les jeunes pousses de mâche sont semées sur des lits de sable de 0,5 centimètres d’épaisseur, permettant au terrain d’être frais en été et sain en hiver, et aux feuilles de rester propres au contact du sol, ce qui améliore de façon notable la récolte mécanique de la mâche.»7.
D’abord directement extrait du fleuve, en 1994, les pouvoirs publics, décident d’en interdire l’extraction, les dragages causant notamment des déficits sédimentaires, puis des assèchements de boires et zones humides, ou encore des nappes phréatiques8. Un nouveau chapitre s’ouvre alors pour la mâche, celle de recherche en nouvelles zones d’approvisionnement en sable. Car pour un hectare, 40 à 50 tonnes de sables sont nécessaires9. Il semblerait qu’en Pays de la Loire, la carrière de sable de Saint-Colomban, située à une vingtaine de kilomètres au sud de Nantes, fournisse la granulométrie nécessaire pour sa bonne croissance : du « gros gravier, 10/20 roulé lavé, peu anguleux, […].» comme précisé sur le site.
Peu résistante aux voyages, c’est l’arrivée, en 1987, de la « barquette carrée équipée d’un couvercle thermosoudé »10 et des sachets fraîcheurs qui faciliteront sa commercialisation et son transport. Quatre ans après, ce sont 12 000 tonnes de mâches qui sont produites dans le Bassin Nantais, deux fois moins qu’en 2008 et presque trois fois moins qu’en 202111. Leadeuse européenne, la région fait sortir de terre 85% de la production nationale de mâche12, dont la moitié est destinée à l’export, principalement à destination de l’Allemagne.

Le vocabulaire de la mâche nantaise (production personnelle).

Parler de la mâche nantaise, c’est parler de logistique, d’enjeux économiques, de cahiers des charges liés à son label IGP (Indication géographique protégée), mais aussi de kilomètres de bâche plastique, d’un réseau d’eau et de tuyaux d’irrigation, d’un paysage retourné par la mécanisation et nettoyé par les pesticides, d’une sorte de Far West, loin d’être sec, dans l’est de la Métropole.

Sans faire de bruit, à côté, la mâche sauvage se fait discrète, elle pousse peut-être même dans votre jardin.

La fraise sauvage et la mâche nantaise se retrouvent mise sur le même tableau, leurs histoires ne se croisent pas mais leur face-à-face nous confronte à notre manière d’agir et d’interagir avec les espèces non-humaines. Parler du vivant et de leurs trajectoires c’est aussi parler des trajectoires humaines, et vice-versa.

Comment regarder ?

S’intéresser à la fraise sauvage en mars, c’est parler de feuilles dont la taille ne dépasse pas deux centimètres. Et puis regarder les photos que j’ai pu faire, des grands cadrages. Encore une fois la lecture d’Apprendre à voir me saute au yeux. Estelle Zhong Mengual parle d’ « aplatissement du paysage ». La tradition du paysage dans la peinture naturaliste aurait structuré notre manière de voir et de regarder le paysage, en nous positionnant en dehors du paysage. Spectateurs.ices, passifs, contemplatifs, sans chercher à voir et à zoomer. On l’apprécie de loin, pour avoir une vue d’ensemble. Le petit, comme le fraisier, nous invite à nous détacher de la ligne d’horizon pour s’approcher et se concentrer sur toutes ces entités qui compose le tableau.

Recherche sur la notion de paysage (production personnelle).

J’ai marché sans être capable de comprendre ce qu’il se passait autour de moi. J’ai été bercée ma propre assurance que ça n’était pas si compliqué que ça de reconnaître les espèces végétales en se déplaçant, sans vraiment avoir pris le temps d’apprendre. J’ai marché en cherchant un élément remarquable, quelque chose qui me sauterait aux yeux. Par un éclair de génie ou une illumination, un message divin peut-être, « Mais oui bien sûr ! C’est bien un heracleum spondilyum ! Evidemment ! ». Si seulement. Au lieu de ça, des orties, beaucoup, des ronces, pas mal et des pissenlits, tous les deux mètres. « Non, mais j’avais regardé des vidéos avant de partir ! ». Avec du recul, je suis bien une fille de mon époque, penser que l’on peut apprendre sans prendre le temps de le faire, sans comprendre ce que veut vraiment dire voir, comme manière d’observer et de remarquer.
Finalement même si marcher est le moyen de se déplacer le plus lent, il est déjà trop rapide lorsqu’il s’agit de faire connaissance avec le vivant. Marquer la pause est nécessaire, qu’elle soit antérieure ou durant le périple. Que cette leçon me serve, l’observation le temps d’une promenade n’est pas suffisante. Il va falloir y retourner et surtout commencer pour de vrai un apprentissage.
Pour ma part, j’ai choisi d’y entrer par un biais, celui de la comestibilité.  Le ventre comme levier.
J’aime manger. J’aime cuisiner. Mais j’ai aussi envie de ne plus être « fille de mon temps » et de commencer à savoir lire (du lat. legere « lire des yeux, ramasser, recueillir»13) le paysage, à me pencher dessus, à m’agenouiller dedans, pour ensuite être capable de reconnaître ses habitant.es et les saluer lorsque l’on se recroisera. Savoir nommer les espèces, connaître leurs histoires pour faire parler ce décor qui, à mes yeux, reste encore anonyme et silencieux, qui nous donne l’impression d’être seul.e alors que l’on est entouré.e.


La comestibilité comme première porte d’entrée « à la fête du vivant »14. Car pour l’instant, je ne suis pas encore chez moi dehors.


1 . Hildegarde de Bingen, Physica, p. 90
2 . Astafieff, Katia. L’aventure extraordinaire des plantes voyageuses. Malakoff, Dunod, 2018.
3 . Vitaux, Jean. Les petits plats de l’histoire. Paris: Presses universitaires de France, 2011.
4 . MM. Chaumeton, Poiret, Chamberet ; Flore médicale. Tome 3, 1833. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61413798.
5 . Kantar Worldpanel, moyenne 2015-17
6 . https://www.jardipartage.fr/chassis-jardin/#:~:text=Le%20châssis%20nantais&text=En%20complément%20d%27une%20culture,mâche%20et%20même%20du%20muguet.
7 . https://www.gsm-granulats.fr/fr/de-vous-a-nous/actualites/GSM-du-sable-sur-mesure-pour-les-salades
8 . « Environnement – Pourquoi désensabler la Loire serait une très mauvaise idée ». www.larep.fr, 21 août 2019. https://www.larep.fr/orleans-45000/actualites/pourquoi-desensabler-la-loire-serait-une-tres-mauvaise-idee_13621738/.
9 . https://www.gsm-granulats.fr/fr/de-vous-a-nous/actualites/GSM-du-sable-sur-mesure-pour-les-salades
10 . conso, L. S. A. « Une nouvelle barquette pour la mâche nantaise », 30 octobre 1997. https://www.lsa-conso.fr/une-nouvelle-barquette-pour-la-mache-nantaise,21794
11 . « Tout savoir sur la mâche, une spécialité nantaise indétrônable ». https://www.minnantes.com/salade-de-mache-specialite-nantaise-indetronable.
12 . Ibid.
13 . D’après le Cnrtl.
14 . Zhong Mengual, Estelle. Apprendre à voir : le point de vue du vivant. Mondes sauvages. Arles, Actes Sud, 2021. p.79


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
nadja warnant (16 mai 2023). Sans titre. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vm0r


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search