À propos de chemin à Thouaré-sur-Loire

D’abord il y a ce chemin entre la rue de Bellevue et l’impasse du Vercors, à Thouaré-sur-Loire, dans le 44, la Loire-Atlantique. C’est un passage piéton entre deux pavillons idiosyncratiques de l’image commune du lotissement, avec son crépi, son entrée de garage et ses ardoises, peut-être un des seuls témoignages d’une localisation nord-Loire-proche-Bretagne. Quand on l’observe depuis le trottoir, à son entrée, on ne pense pas forcément à y aller. Rien n’indique d’ailleurs qu’on devrait ou pourrait le faire : un arbre pousse au milieu, l’herbe y pousse tranquillement, tapissant d’une unique surface le chemin de traverse et le jardin des voisins, où on peut absolument observer un transat moulé par injection blanc inspiration monobloc, un autre en bois et sous ces derniers une dalle grise qui fait seuil entre la pelouse et la maison. C’est comme si on marchait chez eux, même si le grillage vert foncé qui marque le fond de parcelle n’en dit pas autant, ou alors comme si eux et nous, le passage public et le jardin privé, on partageait en fait un bout de territoire commun et indépendant. Étrange. Mais continuons.

En fait, c’est aussi comme cela sur tout le reste de ce cheminement anonyme. C’est assez déconcertant, on quitte la rue goudronnée cadrée par les haies et les façades avant des pavillons souvent avares en histoires, on avance dans un endroit où seule la marche comme moyen de déplacement est possible, où on voit plein de choses qui ne nous regardent pas forcément. C’est vraiment un passage secret.

Ensuite, une fois qu’on l’a traversé et qu’on débouche de nouveau sur l’enrobé, au cœur du lotissement, on se fait une remarque. Ça fait drôle de voir un chemin comme ça au sein d’un lotissement… On pensait pourtant savoir ce que c’était, un lotissement, mais seulement voilà, cette petite piste nous surprend et nous gêne. On a l’impression d’avoir fait quelque chose qui nous était interdit, d’avoir découvert quelque chose de nouveau, qui ne nous regardait pas. Ce n’est pas seulement parce qu’on a pu regarder impunément chez les gens, c’est autre chose. En fait, c’est que l’image qu’on se faisait d’une zone pavillonnaire se craquelle, c’est qu’une fissure se crée et révèle quelque chose de nouveau.

Avant, une zone pavillonnaire à Thouaré-sur-Loire en Loire-Atlantique, c’était des maisons en copie carbone reliées par du bitume, des haies silencieuses et deux voitures par foyer. Un chemin de traverse plus tard, le quartier de Bellevue* c’est maintenant des jardins avec des histoires de balançoire, un réseau piéton indépendant, une partition du territoire. Ça change. C’est une micro révolution, ce petit sentier, car à la fois on s’enrichit en termes de connaissances, sur la typologie d’un quartier, son organisation et ses pratiques, mais aussi on actualise nos modes d’habiter ce dernier (ah, on peut aussi traverser ce coin là à pieds ?)

*à Thouaré-sur-Loire en Loire-Atlantique

Donc, de deux choses l’une : premièrement, il semble que l’on ne connaît pas forcément bien les territoires qu’on peut rencontrer. Facile de parler des lotissements de commune périurbaine mais finalement ça ne veut pas dire grande chose “lotissement de commune périurbaine”. Il semble y avoir une complexité infinie cachée par des a priori, mais aussi par des pratiques normées d’un paysage. Ici par exemple, on se rend compte que la voiture et l’individualisme architectural du pavillon ne peuvent peut-être pas être les seules manières d’appréhender le quartier de Bellevue. Ensuite, il apparaît qu’on n’a pas forcément les moyens de s’extirper de ces partitions des territoires. Il aura fallu un passage herbu pour commencer à y réfléchir, que faudra-t-il pour aller plus loin ?

Pour aller plus loin, il faudra sûrement d’autres chemins de traverse (chemins pirates). Heureusement le lotissement de Bellevue, comme peut-être beaucoup de lotissements partout ailleurs, en regorge. Mais ça ne sera pas suffisant, il faudra en percer d’autres, aller se frayer un passage bon gré mal gré dans tout ça. Et puis, on va avoir besoin aussi de quitter cette métaphore, car du chemin en vérité, on ne veut que la transition. Finalement, de cet endroit à Thouaré-sur-Loire, en Loire-Atlantique, on puisera ces deux questions et des intuitions de méthodes pour y répondre :

Qu’est ce que le territoire autour de nous ? 

Dur de capter une telle complexité, il faudrait pouvoir mettre un pas de côté pour s’en rendre compte.

À qui appartient ce territoire ?

Idéalement à personne et tout le monde à la fois, mais pour ça il faudrait d’abord qu’on y ai toustes accès.



Citer ce billet
Tom Bellanger (2023, 7 mai). À propos de chemin à Thouaré-sur-Loire. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0i

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search