Le puits, la Gouachère, la vallée de Rideau et Suez

En chemin dans la vallée de Rideau

Aux abords du ruisseau de la Chalandière, on découvre un vallon très boisé de frênes, de chênes, de châtaigniers… Leurs troncs sont plutôt fins, ces arbres sont en effet très jeunes. C’est une vallée qui était fortement habitée avant le remembrement et qui s’est transformée en petite forêt, en friche pendant les années 70 – 80. Si vous vous y promenez au printemps, prenez de bonnes chaussures car le sol se gorge d’eau, et les chemins y sont pentus. Les sentiers, sûrement très anciens, longent des cours d’eau qui serpentent dans des fossés entre les arbres. On rejoint des mares, quelques sources, d’autres ruisseaux discontinus… De petites fleurs colorées poussent auprès des arbres, on trouve un terrier de lapin ou de blaireau, des oiseaux qui chantent dans les branches… C’est un lieu très habité.

En remontant vers le village de la Gouachère, ce n’est que très progressivement que l’on quitte cette ambiance de sous-bois. Les arbustes deviennent des haies opaques de lauriers ; le sentier, plus large, peut désormais accueillir le passage d’une voiture. Au bout de celui-ci, on trouve un petit édicule blanc, non loin des premières habitations de ce hameau. En vert sur fond blanc, trois traits parallèles tracent le S de Suez.

Suez, c’est le nom d’un isthme situé en Egypte qui relie l’Afrique et l’Asie et qui sépare la mer Rouge de la mer Méditerranée. C’est aussi le nom d’une multinationale dont la création remonte à 1855, au moment du percement d’un canal dans cette frange de terre pour relier les deux mers. L’entreprise trouve donc ses racines dans la longue histoire de l’exploitation d’un canal sur le sol égyptien par une entreprise française, puis par des britanniques jusqu’à la crise de Suez, la nationalisation par Nasser en 1956 et l’échec de l’opération militaire franco-israélo-britannique pour restituer l’exploitation du canal à ses anciens actionnaires. En somme, c’est un emblème de l’impérialisme européen au Proche-Orient1.

La construction du canal de Suez, 18662

L’exploitation du canal par la Compagnie financière de Suez prend fin dans la seconde moitié du XXe siècle. Elle entreprend alors une conversion vers la finance et effectue de nombreux investissements à l’étranger notamment. En 1967, elle devient actionnaire majoritaire de la Société Lyonnaise des eaux et de l’éclairage. C’est une entreprise qui s’est attachée depuis le Second Empire à devenir l’acteur central de l’approvisionnement en eau, de la production de gaz puis d’électricité dans de grandes villes françaises. Les deux entités fusionnent en 1997 pour former le groupe Suez.

Dans la métropole de Nantes, Suez est en partie en charge des déchetteries mais également de l’assainissement et de la distribution en eau potable, en relation avec la régie de l’eau. C’est pourquoi dans un sous-bois, près d’un village reculé de la métropole on peut trouver un bout de l’histoire de la colonisation française. L’édicule qui s’y trouve est un poste de relevage des eaux usées qui permet d’acheminer ces dernières jusqu’à une petite station d’épuration, reliée aux maisons des 250 habitants de la Gouachère (Carquefou).

La Gouachère et sa station d’épuration se trouvent le long d’un sentier qui propose d’aller à la rencontre des mondes de l’eau dans le quadrant nord-est de la métropole. La marche y est envisagée comme un rituel, c’est un dispositif d’attention sur les formes que prend l’élément eau dans le paysage. Elle invite le marcheur à se lier avec les mondes animés, à faire parler des eaux que l’on rencontre sous des formes diverses. Ce sentier propose aussi d’imaginer comment se joue cette notion de rituel plus localement, au niveau des nœuds qu’il relie. La pensée rituelle s’articule autour de trois principes clés : c’est une pratique collective en lien avec un élément concret du paysage et qui a un caractère sacré.

A la Burtière par exemple, après l’été caniculaire de 1949, un habitant m’a relaté les travaux de curage de la mare qu’il a effectué avec ses voisins paysans. Il s’agissait de retirer à la fourche les boues, la vase sèche pour qu’elle puisse accueillir les pluies d’automne. Il en allait de leurs intérêts propres, de celui de leurs bêtes, des insectes de la mare, des arbres qui la bordent… La dimension sacrée ici se porte, pour moi, dans l’idée qu’il faille préserver cette mare pour des générations futures. Le sacré, tel qu’il se déploie dans la définition du rituel renvoie au temps long. Il vient donner un sens après coup à une pratique pour lui donner une justification et s’assurer qu’elle perdure. C’est l’idée de garantir sa vertu au delà de la raison immédiate ou d’une raison purement économique.

Comprendre la matière d’un site, trouver le rituel :

Tuyau – Pompe – Goutte à goutte, l’irrigation dans les vergers des coteaux de Carquefou
La mare chaude et la vallée de la Chalandière – un coteau humide où naissent les ruisseaux
Un système de phytoépuration ingénieux observé à la Bernarderie

Cette expérience de la marche comme rituel et de la recherche des rituels localisés amène à un constat. Il y a des lieux dans la métropole où l’homme exploite sans partage la ressource en eau. C’est particulièrement visible au niveau des vergers des coteaux de Carquefou et dans les cultures intensives de mâche. C’est le monde de l’irrigation, des tuyaux, des pompes… L’eau y circule au plus court, sans aucune forme de partage sur le reste du milieu et ressort en petites gouttes au pied des arbres fruitiers ou des salades. Comment envisager une forme de rituel dans cet univers ?

L’histoire des luttes écologistes offre des éléments de réponse. En mars dernier, à Sainte Soline dans les Deux-Sèvres, 25 000 personnes se sont retrouvées pour démanteler les tuyaux permettant le remplissage d’une méga-bassine. Par la pratique du sabotage, ces militants et militantes tentent d’enrayer le système agroindustriel pour « reprendre la terre aux machines »3. Cette « reprise de terre » se fait au nom des paysans qui s’inscrivent en rupture avec ce système. Elle se fait aussi au nom des habitants d’un bassin versant, pour que soit pensé collectivement le partage de cette ressource, mais également au nom d’habitants non-humains. Dans le cortège, on peut ainsi apercevoir une loutre, une anguille et une outarde géante qui marchent aux côtés des manifestants. C’est une manière de se lier avec eux, au titre de notre dépendance commune à cet élément et de la nécessité de la préserver, d’assurer son partage.

Ce même constat renvoie à une autre réalité, nous sommes dépendants à l’eau, mais nous n’avons pas de prise sur le processus qui rend possible son arrivée dans un robinet. A l’échelle de la métropole de Nantes, ce sont 3 200 km (la distance entre Nantes et Athènes) de tuyaux qui alimentent environ 650 000 personnes4. L’été dernier était très chaud et de nombreuses personnes, élus y compris, se sont inquiétés du niveau de la Loire. Du fait des sécheresses et de certaines pratiques agricoles aux abords du fleuve, la qualité de cette eau se dégrade, ce qui est compensé par l’ajout de chlore à l’usine de traitement de la Roche. Le chlore est également utilisé pour éviter le développement de nouvelles bactéries dans les tuyaux qui transportent cette eau. Avec la raréfaction de la ressource, on peut aussi imaginer que le prix de l’eau serait amené à augmenter. Quelles en seraient les conséquences pour les foyers les plus précaires ?

La maison en construction laisse apparaitre tout un système complexe pour faire entrer et sortir l’eau dans la maison. Cette mécanique disparait complètement à la fin des travaux.

Tout cela pose la question de notre dépendance à ces tuyaux, cachés dans le sol, ces objets que des sociologues appellent des infrastructures sociotechniques tant les représentations qui leurs sont associées vont influer sur notre perception de la ville et orienter des choix politiques. Selon les sociologues Olivier Coutard et Jonathan Rutherford, nous vivons peut-être un moment de remise en cause de la place des réseaux dans la ville. « La ville des réseaux est la ville pensée, projetée, organisée et gérée en supposant l’existence de réseaux universels fournissant des services homogènes dans l’ensemble de l’espace urbain ou à urbaniser […] »5. Leur étude s’intéresse aux réseaux centralisés au sens large : eau, électricité, chaleur, gaz, télécommunications…

La ville post-réseau apparaît alors comme une critique de ce modèle, une critique de l’infrastructure de grande échelle qui serait devenue environnementalement trop coûteuse. « La question sous-jacente me semble être celle de savoir si la solidarité ou la mutualisation portent sur des coûts et des choix technologiques justifiés du point de vue de l’intérêt général ». La ville post-réseau semble donc être l’espace où s’inventent de nouvelles représentations liées à une prise de conscience environnementale.

Caractéristiques du réseau et d’une configuration post-réseau
(Coutard, 2010)

Néanmoins, les deux sociologues apportent quelques critiques quant à la mise en place des ces dispositifs autonomes à l’échelle d’un nouveau quartier ou d’un bâtiment. Dans les villes européennes, où les expérimentations ont eu lieu, ils interviennent en duplication d’un réseau existant, mettant parfois en péril ce dernier. Ces opérations peuvent également avoir un caractère marketing. Elles sont qualifiées avec le champ lexical de la performance (bilan carbone 0, consommations énergétiques réduites de ”x %”…) et il s’y développe une esthétique de l’écologie où la question de la technique devient centrale. De plus, ces projets sont généralement non reproductibles car fortement subventionnés par la puissance publique. Pour ce qui est des pratiques des usagers, l’article mentionne des études qui montrent que bon nombre d’habitants ne sont pas forcément favorables à l’idée d’engager du temps et des efforts pour assurer cet approvisionnement.

Sur ce dernier point, et sur la question de l’eau plus spécifiquement, on peut entendre qu’il soit plus simple pour un foyer de ne pas avoir à engager d’efforts particuliers pour l’accès à un service. Mais que se passerait-il si celui-ci venait à ne plus être assuré car le réseau serait lourdement endommagé ? Ou que la quantité d’eau pompée dans la Loire s’avérait insuffisante ou de trop mauvaise qualité ? L’évolution climatique offre une telle quantité d’incertitudes que nous somme amenés à devoir composer avec de nombreuses contraintes que l’on ne sait pas encore nommer aujourd’hui. Ces questions se posent d’autant plus à la Gouachère qui se trouve assez excentré du reste de la métropole. L’installation d’un système décentralisé d’accès à l’eau potable pourrait aller dans le sens de l’amélioration de la qualité de l’eau bue par les habitants du village. Le milieu alentour du village semble capable de répondre à ces besoins, ce qui, je suppose, limiterait l’ajout de chlore ou d’autres traitements pour la potabilisation de l’eau.

De nombreuses habitations possèdent déjà des puits qui assurent une partie de leurs besoins en eau. Lors d’une visite, j’en ai dénombré 10 au sein du village (plus ou moins anciens, parfois inutilisés), simplement en observant les jardins des maisons. Ces initiatives privées dessinent aujourd’hui une forme d’inégalité dans l’accès à une eau de qualité. Un modèle où chaque foyer serait raccordé à un puits et pourrait jouir d’un accès individuel et illimité à l’eau de la vallée serait-il possible ou désirable ? Philippe Descola traite en partie cette problématique quand il parle de la notion de biens-communs. Il prône l’idée qu’il faille leurs redonner leur sens premier : « non pas tant d’une ressource dont l’exploitation serait ouverte à tous que d’un milieu partagé dont chacun serait comptable »6. Il explique que dans la pensée des sociétés précapitalistes, l’accès à ce type de biens est régi par un droit commun qui définit des contraintes pour protéger la ressource au profit de tous. Il s’agit bien d’un droit d’usage et non d’une propriété collective. L’anthropologue invite même à étendre cette notion de biens-communs à des « milieux-communs » qui intègrent des notions immatérielles (climat, biodiversité, connaissance, éducation, santé…).

L’eau et les sols à la Gouachère et dans la vallée de Rideau

Ainsi, l’idée d’un projet d’accès à l’eau de la vallée à la Gouachère doit aller de paire avec la définition d’un principe de droit d’usage, un contrat passé entre les habitants pour assurer la manière la plus juste d’exploiter cette ressource. Cette action d’utiliser l’eau et de la déverser dans un milieu pourrait être vécue comme un rituel, une manière de se lier avec le paysage qui fournit cette eau. Plutôt que par un droit, le rôle de médiation entre une population humaine et le milieu dans lequel est prélevé l’eau pourrait être assuré par le biais d’une architecture. Celle-ci centraliserait tout un ensemble de services que rend l’eau (douches, lessives, eau potable) mais gratuitement. Si ce service pourrait intervenir en doublon des réseaux individualisés existants, il permettrait de garantir l’accès à l’eau des habitants dans l’éventualité d’une dégradation des infrastructures centralisées ou au moins de soulager le débit.

Centraliser ce service au sein du village permettrait de limiter l’impact sur l’environnement en implantant un unique bâtiment plutôt que de démultiplier les tuyaux dans l’hypothèse d’un projet plus éclaté ou individualisé. En mutualisant ces services, on se rend également mieux compte que l’utilisation de cette eau ne nous est pas complètement due, elle n’arrive pas magiquement en sortant d’un robinet. Elle résulte du fait que nous faisons parti d’un paysage et qu’en tant qu’habitant d’un milieu, cela nous confère le droit d’en utiliser les ressources, avec mesure, au même titre que d’autres habitants non-humains. De plus, donner accès à l’eau de la vallée à ses habitants leur offre aussi un droit de regard sur les pratiques agricoles qui bordent la commune puisqu’ils se trouveraient directement impactés par les engrais et produits phytosanitaires employés dans les cultures.

En résumé, l’expérience de cette architecture qui centraliserait des services de l’eau pourrait être vécue comme une forme de rituel. Elle en remplirait la composante collective puisqu’il s’agirait d’un espace public. Elle serait également fortement en lien avec le paysage de la vallée puisque l’eau y serait prélevée puis relâchée à proximité immédiate du bâtiment. La dimension sacrée de l’expérience de cette architecture découlerait du fait qu’utiliser cette eau dans ce bâtiment permettrait de protéger la ressource au bénéfice de tous et permettrait à ses habitants de se lier avec le paysage de la vallée.

C’est une manière d’envisager une forme d’autonomie ainsi que des communs autour de l’eau à la Gouachère. Il s’agit d’une bascule du statut de la dépendance de ses habitants vis-à-vis de l’eau : d’un lien vital entretenu avec les tuyaux et les infrastructures de Suez et de la métropole à une dépendance directe à un milieu proche. Ce lien nouveau (ou retrouvé) a une dimension transcalaire puisqu’il s’intéresse à un rapport intime, individuel avec l’eau et le paysage et à des liens entre des habitants du village qui partagent une ressource. Enfin, il met en question un système global : celui de la ville des réseaux.

  1. BONIN Hubert, La perception des risques du nationalisme anti-impérial et de trois compagnies ultramarines dans les années 1940- 1950., [en ligne], In: Outre-mers, tome 97, n°368-369, 2e semestre 2010. Cinquante ans d’indépendances africaines. pp. 37-61., [consulté le 29/04/2023], <https://www.persee.fr/doc/outre_1631-0438_2010_num_97_368_4488>
  2. CUVIER Louis, Rampe d’El-Guisr, 1866, collection du musée d’Orsay, https://histoire-image.org/etudes/construction-canal-suez, [consulté le 02/05/2023]
  3. L’Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines. Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire, Paris : Le Seuil, coll. « Anthropocène », 2021
    L’atelier paysan est une coopérative qui forme des agriculteurs à la confections d’outils sur-mesure qu’ils soient capable de fabriquer et de réparer eux même. Leur mouvement s’inscrit dans une critique de l’agro-industrie, notamment du rapport techniciste que tend à prendre l’agriculture conventionnelle qui développe des robots et toutes sortes d’outils numériques censés simplifier le travail dans la ferme. Ils dénoncent la conséquence de ces évolutions qui rendent les agriculteurs dépendants de machines sur lesquels ils n’ont pas de prises et qui leur dictent une certaine conduite. Dans cet ouvrage, ils livrent l’idée d’une « souveraineté technologique » pour que soient développées des machines pensées pour les hommes, respectueuses de l’environnement et émancipatrices politiquement. Les outils qu’ils créent sont disponibles librement sur leur site internet.
  4. Nantes Métropole, Comment produit-on l’eau potable dans la métropole ? [en ligne], mis à jour le 22 mars 2022, [consulté le 29/04/2023], <https://metropole.nantes.fr/actualites/2022/dechets-proprete-eau-energie/video-comment-produit-on-leau-po>
  5. FLORENTIN Daniel, Entretien : à la recherche du post-réseau, [en ligne], In : Urbanités #6, novembre 2015. La ville et les tuyaux, [consulté le 29/04/2023], <https://www.revue-urbanites.fr/6-a-la-recherche-du-post-reseau/>
  6. DESCOLA Philippe, Humain, trop humain ?, In : BEAU Rémi et LARRERE Catherine, Penser l’Anthropocène, pp. 19-35, Presse De Sciences Po, 2018



Citer ce billet
Basile Pousin (2023, 2 mai). Le puits, la Gouachère, la vallée de Rideau et Suez. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0h

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search