Des hameaux métropolitains

Décentrer le regard

15 Avril 2023, je décide d’aller explorer les marges de la métropole, d’aller voir ce qu’il se passe au-delà de la ville de Nantes qui concentre l’attention des politiques. Sur la carte, on peut voir de micro tâches d’urbanisation disjointes de la continuité urbaine, dispersées parmi des terres agricoles. Elles sont présentes tout le long du périmètre métropolitain formant une couronne presque continue. Leur emprise dans l’aire métropolitaine semble équivalente voire majoritaire à l’emprise de la surface urbanisée continue. Ainsi, à la manière de Bénédicte Grosjean dans son ouvrage Urbanisation sans Urbanisme (Mardaga, 2010), dans lequel elle s’attarde sur la formation des territoires contemporains « d’entre-deux ni urbains ni ruraux » à travers le cas de la province de Bruxelles, je propose un décentrement du regard afin de comprendre ce qui constitue une composante essentielle des territoires habités de la métropole et de pouvoir les prendre davantage en compte dans les politiques d’aménagement. Je soutiens l’hypothèse, portée par Brès, Mariolle et Beaucire dans leur ouvrage Territoire Frugal publié en 2017, «d’une durabilité insoupçonnée des espaces d’urbanisation dispersée et de l’existence de fortes capacités d’adaptation dans ce type de territoires».

Territoires habités en marge de la métropole nantaise (carte de l’autrice)

Avec mon coéquipier, nous prenons ce jour-là le tram depuis le centre-ville de Nantes, puis le bus de la compagnie régionale Aléop. Après 1h15 de trajet, nous pouvons commencer à marcher. Sur un chemin boisé, nous rencontrons Denise. Elle habite à 10 minutes à pieds, dans un « village ». Un village dans la métropole ? Je pense aux villages que je connais dans les Pyrénées, je n’aurai pas imaginé qu’il y en ait si proche d’un milieu urbanisé comme Nantes. Lorsqu’elle nous explique qu’ils ne sont que deux à y habiter, je comprends que ce ne sont pas les mêmes villages que ceux que je connais. Ici, il n’y a pas d’église ni de place du village, seulement trois maisons. Pourquoi cette habitante considère-t-elle qu’elle habite dans un village ? Qu’est ce qui caractérise ces villages à la situation bien particulière au sein d’une métropole ? Que reste-t -il aujourd’hui du caractère rural et des modes de vie villageois dans la métropole ?

Les persistances d’un territoire rural

J’enquête alors sur les villages que nous avons arpenté au nord-est de la métropole, entre l’Erdre et la Loire, au-delà de l’aire urbanisée mais toujours au sein du périmètre administratif de la métropole, appartenant aux communes de Carquefou et Mauves-sur-Loire qui dessinent cette périphérie. Je cherche à comprendre dans un premier temps comment se sont formés ces « villages » dont me parle Denise.

Un phénomène d’agrégation à partir de noyaux anciens. À l’origine, ce territoire était majoritairement rural, comme le montrent les cartes de l’Etat Major de 1820/66. À Carquefou, les trois quarts de la population vivait en milieu rural en 1956, contre 25% dès les années 1980 (d’après le site internet de la commune). On peut alors observer de l’habitat rural dispersé parmi les terres agricoles, parfois sous forme de petits groupements de 2 à 7 fermes. Des groupements de fermes plus importants étaient déjà identifiables, formant des chefs-lieux autour de la ville de Nantes tels que Carquefou et Mauves-sur-Loire. Le mari de Denise, né dans la ferme dans laquelle il habite encore aujourd’hui, me raconte qu’autrefois trois foyers répartis dans trois fermes différentes cohabitaient à La Burtière. Plusieurs générations cohabitaient sous le même toit, et on se nourrissait de ses productions. Chacune son tour, les fermes tuaient le cochon et le partageaient avec les autres. On partageait également le four à pain dans lequel on faisait cuire le levain, qu’on se faisait passer. Aux cinq chemins de la Gouachère, il y avait une petite épicerie où l’on pouvait aller en vélo si quelque chose manquait.

Quadrant nord-est de la métropole nantaise, en 1949 : un territoire majoritairement rural (production de l’autrice)

A partir des années 70, l’urbanisation s’est accélérée. Nous parlerons de phénomène « d’agrégation de bâti » afin de sortir de la vision « citadino-centrée de l’étalement qui considère que tout processus urbain trouve son origine dans l’extension de la seule ville » (Bres, Mariolle, Beaucire, 2017).  Ainsi, du fait de la construction des terres vendues par les agriculteurs partis à la retraite, et de par leur position stratégique en proximité avec les éléments structurants du territoire tels que le fleuve et la voie ferrée, des groupements de fermes existants se sont étendus et ont fusionné entre eux. Les chefs-lieux sont devenus des bourgs, au sens d'”agglomération où se trouvent les services destinés à l’ensemble des habitants” de la commune (Géoconfluences), et une continuité urbaine s’est ainsi formée autour de Nantes, suivant une logique morphologique d’étalement métropolitain.

Dans les situations les plus éloignées des éléments structurants et du centre métropolitain, à la limite de la métropole, l’urbanisation a été moins marquante. Au-delà de la continuité urbaine, persistent des petits groupements d’habitation isolés. Sur la commune de Carquefou, les groupements de fermes les plus importants ont gagné en importance. C’est notamment le cas de Peslan, un groupement de 3 fermes où, d’après Gilbert, le doyen du village né dans l’une de ces fermes, logeaient à l’origine 12 personnes. Lui et sa sœur ont hérité de la propriété qu’ils se sont partagée en deux, puis ont eux-mêmes revendue à d’autres propriétaires, dont l’un a fait le choix de diviser et réhabiliter les bâtiments en plusieurs habitations à louer. Des terrains faisant partie de la propriété d’origine ont également été divisés, revendus et construits. Désormais, à Peslan, on compte 49 habitants . D’autres groupements se sont maintenus à leur taille originelle, en particulier à Mauves-sur-Loire où l’agriculture occupe encore 90% du territoire (selon le cahier communal), et aucun ne semble avoir disparu.

On peut alors identifier différentes classes de groupements de par le nombre d’habitations qui les composent. Nous pouvons ainsi faire la distinction entre les villages, qui regroupent plus de 20 habitations, tels que La Gouachère (250 habitants), les hameaux qui regroupent entre 3 et 20 maisons, comme La Burtière (2 habitants), ou encore les écarts constitués de une à deux maisons uniquement, comme la Bernaderie (2 habitants), correspondant à des fermes isolées ou de nouveaux pavillons. Dans ces groupements formés à partir de noyaux anciens, le bâti d’origine est encore visible, entretenu et réhabilité en majorité comme maison d’habitation. La présence de ces lieux confère ainsi aux villages et hameaux un caractère patrimonial, et témoigne de leur capacité à traverser le temps, se renouveler et accueillir des habitants encore aujourd’hui. La persistance de ces territoires révèle alors l’intérêt de « considérer les métropoles non plus comme une ville élargie mais comme un agencement de figures urbaines diverses et multiples, plus ou moins agglomérées et dispersées, articulées entre elles et encastrées aux espaces naturels et agricoles » (Brès, Mariolle et Beaucire, 2017).  

Quadrant nord-est de la métropole nantaise en 2020 : un territoire entre urbain et rural (production de l’autrice)

Des caractéristiques paysagères rurales préservées. Ces formes d’habitat discontinu s’articulent avec des espaces paysagers non-bâtis qui ont également été préservés de l’urbanisation. On peut ainsi observer la persistance de terres agricoles qui témoignent d’une agriculture encore bien présente, qui permet de nourrir la population des communes et communes voisines. Elle est considérée comme « un élément majeur du territoire communal tant par l’empreinte sur le paysage qu’elle entretient et son action en faveur de la biodiversité, que par son poids dans l’économie locale » qu’il s’agit de pérenniser selon le cahier communal de Mauves-sur-Loire (1) . Aujourd’hui, la plupart des exploitations agricoles sont implantées dans de nouveaux bâtiments agricoles construits sur des terrains à l’écart des villages et hameaux. De jeunes agriculteurs développent des exploitations biologiques maraîchères de petite taille, davantage compatibles avec les milieux urbains, du fait des nuisances sonores et odorantes moins importantes et de la possibilité de vente directe, largement adoptée par les habitants. 

Vue sur le village de la Gouachère, à travers les champs vallonnés délimités par des haies bocagères, commune de Carquefou (photographie de l’autrice, 15/04/2023)

Des zones de boisements sont également présentes, présentes depuis toujours le long des cours d’eau, ou apparues sur des terrains qui ont cessé d’être cultivés. Sur le versant du ruisseau de la Chalandière, au nord-est de la commune de Carquefou, une zone forestière s’étend traversée par des sentiers que les habitants ou promeneurs de passage empruntent avec plaisir. L’air y est frais, on entend le son de l’eau qui coule, on sent l’odeur des champignons. On vient y chercher des fritillaires, pique-niquer assis sur une souche, ou organiser des jeux d’orientation pour les petits-enfants. Les cahiers communaux préconisent ainsi de «protéger et valoriser les boisements et le bocage constitutif des continuités écologiques et de la richesse paysagère ».

la Vallée de Rideau, le long du ruisseau de la Chalandière (photographie de l’autrice, 15/04/2023) 

De nombreux cours d’eau faisant partie du bassin versant de la Loire et de l’Erdre sont également présents. Sur les cartes de l’État Major, on peut observer la présence de zones humides qui s’étendent des cours d’eau actuels jusqu’au cœur des villages. Ils laissent supposer une implantation stratégique des villages et hameaux à l’origine à proximité immédiate de ces sources d’eau. Aujourd’hui, ces zones semblent s’être asséchées, on peut toutefois noter la présence de nombreuses mares au sein des villages. Résidus naturels ou potentiellement creusées, elles permettent la retenue d’eau autrefois nécessaire notamment à l’abreuvement des bêtes. Aujourd’hui, devenues boueuses avec les épisodes de sécheresse, elles représentent surtout des points de repère ou d’activités pour les habitants : la mare au centre du village de la Gouachère est un point de rendez-vous privilégié, et les enfants aiment se divertir autour de la mare chaude.

Une mare au fond d’un jardin dans le village de Peslan (photographie de l’autrice, 15/04/2023)

Des chemins sont également encore présents. En particulier dans la partie est de Carquefou, éloignée des principaux axes de circulation automobile et moins impactée par les opérations de remembrement que la commune de Mauves-sur-Loire. Empruntés pour la promenade de loisir ou sportive par les habitants, ils ne permettent cependant plus aujourd’hui de composer des circulations continues dédiées aux piétons qui doivent emprunter des routes au trafic plus ou moins importants.

Un sentier depuis le village de Peslan (photographie de l’autrice, 15/04/2023)

Les territoires en marge de la métropole ont ainsi conservé en partie les caractéristiques d’un paysage rural qui s’articule avec les milieux urbains et leurs habitants. Ils représentent aujourd’hui des lieux de loisirs, mais aussi des zones de fraîcheur et des corridors pour la biodiversité. Habiter à proximité de ces espaces extérieurs a notamment pu être apprécié par les habitants lors de la période de confinement due au COVID19. À terme, cela constitue un facteur d’attractivité pour de nouveaux habitants qui souhaiteraient échapper à la densité urbaine.

Un renouvellement de la population. Si les espaces paysagers et bâtis ont traversé le temps, ce n’est plus la même population qui y habite. En effet, les habitants étaient principalement des agriculteurs, et la culture paysanne. La proportion d’agriculteurs exploitants est aujourd’hui très minoritaire (3,7% des emplois de Mauves-sur-Loire et 0,4% de Carquefou). Il est compliqué d’avoir des statistiques précises sur le type de population qui habite actuellement les hameaux et les villages, puisque les données de l’Insee portent sur la commune de Carquefou de manière générale, comprenant le bourg et les zones pavillonnaires. Je m’appuie donc sur les rencontres faites sur le terrain, ainsi que sur les estimations données par la responsable du service urbanisme de Carquefou. Les villages représentent des territoires très attractifs du fait de leur position à proximité des bourgs et de la ville de Nantes tout en conservant un caractère « campagnard ». Ce sont majoritairement des familles, des jeunes couples avec un ou deux enfants qui viennent s’installer dans les villages et hameaux. À plusieurs reprises, les habitants interrogés ont mentionné la présence d’un ou deux anciens habitants nés dans le village d’origine, signifiant qu’une majorité d’entre eux sont des habitants ayant emménagé plus récemment. À Peslan par exemple, la plupart ont emménagé il y a moins de 5 ans. La plupart d’entre eux travaille à Carquefou ou à Nantes, où ils se rendent en voiture. Chaque ménage possèderait en moyenne deux voitures d’après un habitant. Ces nouveaux arrivants ont fait construire des pavillons sur d’anciens terrains agricoles, principalement avant 2019, ou racheté des bâtiments anciens. La plupart des fermes anciennes sont ainsi désormais réhabilitées et habitées comme maisons d’habitation. Les jardins autrefois cultivés pour nourrir le foyer sont devenus des espaces de loisir et de représentation, même si on peut toujours noter la présence de potagers. L’urbanisation rapide de la commune de Carquefou a également bousculé la vie de village. Face aux inquiétudes, en 1971, le journal  municipal apportait cette réponse : “Il ne faut pas qu’en devenant adulte, Carquefou perde sa personnalité, mais au contraire l’affirme. L’explosion démographique ne doit pas compromettre la cohésion de la commune. Les anciens de Carquefou ont fait preuve de leur esprit d’ouverture et d’accueil ; les Carquefoliens récents leur en sont reconnaissants. Ceux de demain répondront par leur souci d’intégration et de participation.” (2). La question semble toujours d’actualité car certains habitants se plaignent d’une vie de village qui s’efface. La mutation de ces territoires habités vers des milieux, populations et modes de vie urbains engendre ainsi de nouveaux rapports au paysage, à l’agriculture, à l’architecture et entre habitants.

L’ancienne ferme de la Bernarderie réhabilitée en maison d’habitation (photographie de l’autrice)

Des zones fragilisées par les documents de planification urbaine

Deux degrés de préservation entre hameaux. Depuis 2019, les communes de Carquefou et de Mauves-sur-Loire sont soumises au PLU métropolitain, qui a pour but d’assurer une cohérence en termes d’aménagement à l’échelle de la métropole. D’un point de vue règlementaire, le PLUm considère les groupements d’habitat étudiés comme des hameaux au sens d’« ensembles d’habitations groupées (les villages), qui ne constituent pas des noyaux urbains fonctionnels mais des formes traditionnelles d’habitat de l’espace rural. » Ils sont classés dans le secteur UMe (zones urbaines mixtes), qui a pour objectif « de préserver les hameaux isolés et village en limitant leur étalement urbain, en préservant leurs qualités patrimoniales et en développant fortement leur ambiance paysagère en interface avec l’espace rural. » Cependant, seuls les hameaux les plus denses et au cœur historique remarquable ont été retenus, tandis que les plus petits sont intégrés aux zones agricoles, totalement inconstructibles. Cette différence de classement accentue les distinctions de taille entre les hameaux classés UMe qui se sont densifiés, et les hameaux classés en zone agricole dont les constructions et la population s’est globalement maintenue telle qu’à l’origine. Cela engendre de nouveaux rapports entre les hameaux, puisqu’aujourd’hui le hameau de la Burtière et les maisons isolées de la Bernarderie et de la Ribellerie se considèrent comme « dépendantes » de la Gouachère. De plus, si la commune semble attentive à la préservation de l’identité et du cadre de vie auxquels participent largement les villages sur lesquels elle s’appuie, on peut s’interroger sur la préservation des hameaux non classés.

Stabilisation de la population et de la taille des hameaux à l’horizon 2030. L’un des objectifs principaux du PLUm est de limiter l’étalement urbain. En effet, cet enjeu a pris de l’importance avec la promulgation de la loi ZAN qui vise à atteindre zéro artificialisation nette à l’horizon 2030. Le classement des hameaux en zone UMe vise en grande partie à limiter la possibilité de nouvelles constructions pour préserver les terres à ce jour non artificialisées. Une enveloppe urbaine a ainsi été délimitée au plus proche des constructions existantes, dans laquelle des constructions sont possibles seulement sur des terrains de dimension inférieure à 300 m2, en contact avec la voirie, sur des bandes constructibles secondaires. Cette nouvelle règlementation, ajoutée à l’inflation qui entraîne une hausse du coût des matériaux et des difficultés financières d’emprunts pour les ménages, a largement freiné l’apparition de nouvelles constructions. Alors que la moyenne de permis de construire délivrés par an en 2019 était de 150, elle est aujourd’hui de 40. On peut tout de même encore observer des maisons en construction, mais dans une logique désormais de densification des hameaux, par redivision parcellaire et construction à l’arrière des jardins. À la Gouachère par exemple, une maison au centre du village n’a plus de jardin car la parcelle a été redivisée et construite à l’avant et à l’arrière. Ses propriétaires peinent désormais à la vendre. On peut également voir d’anciennes maisons qui continuent à être réhabilitées, ou d’anciens corps de fermes divisés en trois petites maisons mises en location. Les hameaux continuent ainsi d’accueillir quelques nouveaux habitants. Certains habitants se plaignent d’ailleurs des infrastructures qui ne suivent pas : les voitures des ménages n’ayant pas de place pour stationner sur leur propriété, elles encombrent les trottoirs du village.

Toutefois, on peut imaginer qu’à l’horizon 2030, la loi ZAN imposant à partir de cette date une impossibilité totale d’artificialisation des sols, cette population comme le périmètre des hameaux vont tendre à se stabiliser. L’habitat en marge de la métropole va alors persister sous forme de groupements isolés, éloignés des pôles urbains, reliés par des espaces agronaturels porteurs de valeurs sociales, paysagères et écologiques.

Des zones exclues des polarités commerciales par la métropole. Une autre conséquence de ce classement est l’impossibilité d’y construire des commerces, équipements et services. En effet, la métropole de Nantes souhaite désormais « éviter le mitage commercial » selon la responsable du service d’urbanisme de Carquefou, et «renforcer les polarités commerciales» déjà présentes. Elle souhaite surtout favoriser la diversité des déplacements en s’appuyant sur des modes de transports actifs, le vélo et la marche entre autres. Toutefois, si cette situation semble pertinente pour des milieux urbains denses tels que le centre de Nantes ou ses abords proches, elle est peu adaptée aux villages et hameaux. En effet, aucun commerce ou service de nécessité n’est présent au sein ou aux abords de ces derniers, contraints de se déplacer dans les bourgs. De plus, les villages et hameaux sont spatialement éloignés de ces polarités et très peu voire non desservis par les transports en commun. Depuis la Gouachère par exemple, il faut 1h15 de marche, 25 minutes de vélo, ou 37 minutes de bus (dont 25 minutes pour atteindre l’arrêt de bus) pour trouver la boulangerie la plus proche, située dans le bourg de Carquefou. Développer des lignes de transports en commun desservant tous les villages représenterait un budget trop conséquent pour le département qui n’envisage pas d’investir autant pour les villages et hameaux, selon la responsable du service d’urbanisme de Carquefou. Cette dernière me confie que des négociations sont en cours de la part des communes qui font face à des situations similaires telles que Mauves-sur-Loire, pour engager des modifications du PLUm et rendre possible la création de pôles commerciaux de proximité à l’échelle des villages. Elle envisage notamment l’implantation de distributeurs à pizzas ou pain le long des voiries dont le foncier appartient à Nantes Métropole. À l’avenir, avec l’augmentation du coût de l’énergie, on peut supposer que l’usage de la voiture va être davantage limité et que l’éloignement des hameaux va tendre à se renforcer. Une habitante m’a elle-même confié « si un jour il n’y a plus de voiture, on serait à nouveau très loin de tout ». L’implantation de lieux de services quotidiens apparaît alors nécessaire pour le confort des habitants de ces lieux.

 Dans cette perspective, je suis allée arpenter un périmètre marchable en 15 minutes depuis un hameau afin d’observer les espaces, usages et relations aujourd’hui actifs localement. Je me suis focalisée sur le hameau de la Gouachère, dans une des situations les plus éloignées des bourgs, en contact avec la continuité paysagère du ruisseau de la Chalandière.

Des micro-communautés à l’échelle des villages et des hameaux

Si les villages, à l’origine des fermes autonomes sont devenus des groupements d’habitation dépendants des bourgs, à l’échelle d’un groupement un esprit de communauté semble encore présent. Si la plupart des habitants rencontrés se plaignent de l’effacement d’une vie de village ou d’un manque de « moments de partage » dû, selon eux aux flux quotidiens qui laissent peu de temps disponible sur place ainsi qu’à la disparition des habitants anciens qui connaissaient les traditions, des formes de partage restent présentes et porteuses d’un esprit de communauté.

Biens, usages et actions en commun dans les villages autour de la Gouachère (production de l’autrice)

Des biens communs. Dans le centre du hameau de la Gouachère, un four à pain est encore présent, dans l’angle du chemin de la Chalandière, entouré de maisons. Dans les années 1960, lorsqu’on vivait encore dans des fermes productives et que l’on fabriquait son propre pain, il servait quotidiennement. On se prêtait le levain et on alternait les jours de cuisson. On utilisait également le four pour faire cuire le lard, la charcuterie, le pâté, qui apportaient du goût au pain. Aujourd’hui, la plupart des fours ne servent plus, on achète le pain sur son trajet pour aller travailler en ville. On peut encore les voir au fond des jardins des fermes réhabilitées en maisons, on y entasse parfois des encombrants, certains ont été démolis. Celui de la Gouachère a cependant été réhabilité et remis en marche par les nouveaux habitants de la maison voisine. L’association « les amis de la Gouachère » organise une fois par an un évènement autour du four. On fait venir la pâte du boulanger de Carquefou, et on fait cuire du pain et des brioches. La cuisson est difficile, ce n’est pas toujours réussi. On sort des tables dans la rue, on amène du pâté et de la confiture pour accompagner et on déguste tous ensemble.

Ce four est ce qu’on appelle un « commun de village », soit « un bien soumis à indivision forcée et perpétuelle », sur lequel tout habitant peut « exercer son droit d’usage sans restreindre celui d’un autre ayant droit » (F. Berthelot, « les communs de village, informations pratiques »). Il s’agit donc d’une propriété privée collective, qui apparaît à la Gouachère sous le nom de « la section ». Cette définition est valable depuis la loi de 1792 qui transforme le droit d’usage en droit de propriété, pour les villages de Bretagne historique, dont la Loire-Atlantique faisait partie. Ailleurs, les communs sont de propriété communale. Ces communs représentent, d’après Clotilde Dupé-Brachu, animatrice de l’architecture et du patrimoine du Vignoble Nantais « un héritage d’une vie de village, où le partage d’un espace de façon solidaire permettait d’améliorer les conditions de vie de chacun » (interview par Ouest-France, 2017). D’après le recensement réalisé en 2017 dans le vignoble nantais, ils sont présents sous forme de bâtis tels que fours à pain, calvaires, puits, ou non bâti tels que des terrains agricoles, des voies et issues, ou encore des mares.

J’ai pu remarquer la présence d’autres éléments de ce type dans les hameaux et les villages arpentés tels que des calvaires, puits, mares ou chemins. Tous ont perdu leur usage d’origine, remplacés par l’électroménager, l’agriculture intensive et les supermarchés des modes de vie actuels. Certains ont également été démolis . À la Gouachère, le nom des rues « chemin du vieux pressoir », « route de la chapelle », « rue de la fontaine » laissent supposer la présence passée de communs disparus. D’autres, encore, ont été privatisés au regard du cadastre actuel comparé avec le cadastre Napoléonien, comme la mare de la Burtière, ou la mare et la voirie de Peslan. Toutefois, certains sont encore connus, visibles, entretenus et même animés par les habitants comme le four à pain et la mare au centre du village de la Gouachère. Ces actions permettent de perpétuer la connaissance de l’existence de communs au sein du village, ainsi que la possibilité de l’utiliser même autrement, devenant alors des supports de sociabilité et de transmission de connaissances entre anciens et nouveaux habitants. Ces communs peuvent également être considérés comme du petit patrimoine à valoriser, « témoin historique des activités de production, des modes d’organisation sociale qui ont sous-tendu celles-ci, autant que les procédés constructifs mis en œuvre dans les bâtiments » (rapport final sur le patrimoine culturel rural du ministère de la Culture en 1991), et faire l’objet de recensement comme l’envisage le service d’urbanisme de Carquefou.

Un usage commun de propriétés privées. Au bout de l’impasse du hameau de la Burtière, apparaît l’ancienne ferme de Fanfan et Denise. Fanfan est né dans la maison d’habitation et a connu le hameau lorsque trois foyers répartis dans trois fermes productives habitaient là. Reprenant l’exploitation agricole, il a dû construire de nouveaux hangars, plus grands pour accueillir un élevage de vaches laitières plus important. Devenus propriétaires avec Denise, ils ont réhabilité la maison pour en améliorer le confort. Située en face de la maison, de l’autre côté de l’allée, l’ancienne étable, bien plus petite, ne servait plus. Ses pierres sont encore apparentes, une porte fraîchement repeinte en vert, un petit panneau de bois indique son nom – la Barraka. Avec l’aide de son fils, il l’a réaménagée en une petite salle des fêtes. Depuis, elle accueille régulièrement des évènements. Cela a commencé avec les goûters à la ferme en association avec la Chambre de l’agriculture. Moyennant une petite cotisation par personne, ils accueillaient des colonies de vacances, des centres aérés ou même des EPAD le temps d’une journée. Des groupes jusqu’à 30 enfants, venus de la commune d’à côté, de Lille ou de la région parisienne venaient visiter la ferme et goûter les crêpes, le flan et le yaourt maison préparés par Denise. C’était pendant les vacances scolaires. En tant qu’institutrice, elle avait le temps de s’en occuper pendant que son mari travaillait sur l’exploitation. Cela apportait de l’animation dans le « village » : elle a toujours aimé échanger et rencontrer du monde. Cela a duré 10 ans, jusqu’à ce que son mari cesse l’activité à la ferme en 2004. La Barraka a ensuite continué d’accueillir du monde occasionnellement : anniversaires, réveillons, repas de famille, ou même tournage de film – la salle se transforme parfois en salle des fêtes, parfois en local technique. Par bouche à oreille, des jeunes du village sans espace à eux, des amis qui vivent en appartement ou encore le comité des fêtes de la Gouachère leur demandent d’utiliser la salle. Aujourd’hui, ils la louent uniquement aux personnes de leur entourage, elle n’est pas aux normes. Et ils privilégient la belle saison, pour éviter d’allumer le chauffage ou la cheminée ; et les gens peuvent sortir les tables et profiter du terrain de pétanque et des jeux pour enfants. Les hangars agricoles, quant à eux, abritent désormais des caravanes pour l’hiver, pour rendre service aux personnes qui n’ont pas assez d’espace pour les stocker. Il peut en contenir une dizaine. La cour de la ferme, elle, a longtemps accueilli des repas festifs ou, il y a encore 15 ans, des camions d’épiciers, de boulangers ou de vendeurs de vêtements ambulants. Espace extérieur visible et accessible directement depuis les habitations, elle accueille aujourd’hui encore des repas entre voisins.

De cette manière, Fanfan et Denise mettent une partie des vastes espaces qu’ils possèdent au service de la collectivité. Ils favorisent ainsi l’entretien d’architectures à valeur patrimoniale et la mutualisation d’espaces et de ressources. Les propriétaires gagnent une faible contrepartie économique, mais aussi des occasions de sociabilité. Si ce cas est exemplaire, on peut identifier d’autres initiatives de ce type dans les villages et les hameaux, comme l’hivernage des caravanes sous les hangars largement pratiqué. Au côté des anciennes fermes réhabilitées en maison d’habitation on peut également voir d’autres anciennes annexes agricoles qui au contraire de la Barraka ne servent plus et semblent peu entretenues.

Des actions menées en commun. À l’entrée du hameau de la Gouachère, les grands arbres qui forment une haie s’ouvrent sur un champ. Deux abris en bois sont installés sur les abords, l’herbe nous arrive presque aux genoux. C’est le champ où une fois par an les habitants de la Gouachère font la fête du village. On loue des barnums, on fait venir un traiteur et on organise des jeux de plein air à cette occasion. Les 250 habitants sont presque tous présents, ainsi que ceux du hameau de la Burtière et des maisons isolées de la Bernaderie et la Ribellerie qui se considèrent comme « dépendants » de la Gouachère. Le terrain appartient à un ancien agriculteur à la retraite qui ne le cultive plus. D’une surface supérieure à 300 m2, il est trop grand pour être vendu comme terrain constructible selon les nouvelles règlementations liées à la loi ZAN. Le terrain est entretenu par un autre habitant qui le tond régulièrement et récupère en échange le foin pour ses bêtes. C’est l’association « les amis de la Gouachère » qui organise les fêtes. Cette dernière a été créée par les habitants il y a 10 ans afin de « valoriser l’entraide et la vie de village ». Ils ne sont plus que 14 personnes au bureau, 78 familles membres de l’association, mais tous les habitants participent volontiers aux évènements qu’ils organisent. Ils organisent en effet des évènements régulièrement tels que la décoration du grand cèdre à Noël, le repas autour du four à pain ou la fête du village. Il y a d’autres associations regroupant les habitants des villages : association de marcheurs, AMAP… Celles-ci permettent aux habitants d’apprendre à se connaître et sont un facteur d’intégration pour les nouveaux arrivants. En dehors des associations, des échanges s’organisent également par relations de voisinage, par bouche à oreille : l’ancien agriculteur prête son terrain à quelqu’un qui en a besoin, on s’échange les récoltes du potager, on organise des repas entre voisins dans le jardin… En termes de déplacements également on s’organise entre voisins, le covoiturage est largement pratiqué notamment par le biais des enfants. Pour la gestion des ressources également, les habitants de la Bernarderie et de la Ribellerie par exemple ont choisi de faire un système d’assainissement écologique collectif qu’ils entretiennent ensemble.

Quel avenir pour les villages de la métropole ?

La transition écologique des territoires est aujourd’hui nécessaire et urgente. En effet, d’après le dernier rapport du GIEC de mars 2023, un réchauffement climatique minimum de 1,5 degrés à l’horizon 2030 est inévitable. Avec pour conséquences une augmentation de l’insécurité alimentaire, des périodes de sécheresse, des catastrophes naturelles… Il appelle à agir rapidement, notamment à la « sobriété : des mesures permettant d’éviter des demandes (en énergie, mais aussi en matériaux, terres, eau…) tout en assurant le bien-être des personnes ». De plus, la fréquence actuelle de situations de crise telles que la pandémie ou la guerre en Ukraine a mis en avant la nécessité d’assurer une certaine autonomie des territoires pour répondre à leurs besoins, en énergie et alimentation notamment. La 43e rencontre de la fédération nationale des agences d’urbanisme en octobre 2022, qui avait pour titre « embarquement immédiat pour le changement », témoigne de la volonté des urbanistes et des métropoles de s’engager dans cette transition par le biais de l’aménagement. L’objectif ZAN de la loi climat et résilience, le développement des mobilités douces, l’intégration de stratégies agricoles et alimentaires, sont autant de mesures évoquées lors de cette rencontre, et qui sont engagées à Nantes Métropole comme en témoigne le PLUm. Toutefois, dans la configuration actuelle, ces mesures laissent envisager une fragilisation des territoires en marge tels que les hameaux. Or, je soutiens l’idée qu’une politique d’aménagement durable se doit de promouvoir un territoire rural dans l’ensemble de ses composantes. L’avenir que j’envisage au long terme pour ces territoires s’illustre davantage dans le scénario de la sécession décrit par le philosophe Sébastien Marot, parmi les 4 perspectives qu’il envisage basées sur les rapports entre architecture et agriculture restitué dans l’exposition Agriculture and Architecture: Taking the Country’s Side de 2019. Ce dernier scénario plus radical que les autres, vise à se détacher de l’urbain et de la vision métropolitaine. Il s’agit alors de « construire les moyens d’atteindre un degré élevé d’autonomie et d’indépendance locale (une économie de subsistance tirant parti des qualités spécifiques du lieu et de ses milieux) », pour cela « les principes et techniques de conception et de culture qui permettent d’agencer et d’entretenir un paysage vivrier, une communauté organisée, complexe et résiliente, d’humains, de plantes et d’animaux en interaction, tiennent lieu d’urbanisme. »

Scénario “sécession”, exposition Agriculture and Architecture: Taking the Country’s Side, 2019

Les prémices de cette transition sont déjà présentes aujourd’hui au sein des hameaux, mais par nécessité : mutualisation des déplacements automobiles pour pallier à l’augmentation du coût de l’énergie, optimisation et mutualisation des espaces construits, coopération entre habitants pour créer des projets communs. Cette transition nécessite alors d’être accompagnée afin d’anticiper les temporalités à venir, d’assurer une équité sociale, une cohérence entre les actions et de lui donner une ampleur structurante, afin de répondre à la question : un avenir durable est-il envisageable dans les villages en marge de la métropole ?

1. https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/plum_appro/1_Rapport_de_pr%C3%A9sentation/Tome_6_Cahiers_communaux/RP_Cahier_Communal_Mauves_sur_Loire.pdf

2. Site Internet de la commune de Carquefou


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search