Sur les chemins, Cerbèr(r)e

dans la métropole nantaise, le chien est partout et nulle part à la fois (document personnel)

En tant qu’êtres humains, nous nous déplaçons pratiquement tou·te·s. Quotidiennement pour certain·e·s, plus occasionnellement pour d’autres. Nous croisons le chemin de divers êtres vivants, végétaux comme animaux. Nous ne sommes pas toujours conscient·e·s de ces rencontres, mais certaines nous interpellent plus que d’autres. 

Se déplacer à pied en zone urbaine ou rurale, c’est potentiellement croiser le chemin d’un ou plusieurs chiens au cours de son parcours. Accompagnés de leur propriétaire, tenus en laisse ou lâchés, voire divagants, ils occupent l’espace dans lequel nous évoluons nous-mêmes. Tantôt indifférents à notre passage, tantôt en recherche d’interaction, nous partageons le même environnement. Bénédicte de Villers1 parle d’ailleurs d’un espace social commun, et du chevauchement des territorialités humaines et canines lors de ces rencontres. Ces territorialités, propres à chacun·e évoluent au cours de la vie. Elles sont à l’origine des attitudes que chiens et êtres humains peuvent adopter lorsque leurs chemins se croisent, actions réflexes, innées ou acquises.

Le chien a été domestiqué par l’être humain il y a environ 18 000 ans. Au départ chien de défense, il a progressivement été anthropisé jusqu’à devenir l’animal que nous connaissons aujourd’hui. Il est même, au-delà de sa place de fidèle compagnon dans les foyers, un membre à part entière de la société. Il peut travailler, en tant que chien-guide ou dans les brigades de gendarmerie par exemple, et a droit à une retraite après un certain nombre d’années de service. Des textes de lois le concernant ont progressivement vu le jour, sanctionnant sa divagation, sa présence dans différentes zones de biodiversité, ou encore lui interdisant certains espaces en fonction de ses caractéristiques physiques. 

Cependant, l’animal comme élément structurant l’espace urbain est relativement récent (Alain Corbin, 19862). Autrefois inexistant, parfois cloisonné dans des “espaces pour chiens” cachés au fond des parcs publics, sa présence au cœur des territoires habités n’était pas considérée.

“La prise en compte de l’animal urbain participe d’une conception renouvelée de l’urbanisme, plus proche de la vie quotidienne et intégrant le plaisir des habitants. L’animal doit s’inscrire dans les espaces de la ville comme les espaces naturels. Aujourd’hui, la ville ne doit plus être gérée seulement comme un lieu de production, un site de migration domicile-travail, un pôle administratif… mais aussi comme espace de vie dans tous les sens du terme dans lequel l’« affectueux » répond au fonctionnel.”

Charles Lambert, Président de la Société française des urbanistes, 2001

Le sentier s’envisage alors ici non pas uniquement pour les êtres humains, mais il considère la présence canine comme élément principal du tracé. La rencontre d’un chien est attendue par endroits, plus fortuite ailleurs. Peu importe la situation, elle ponctue le cheminement. En parcourant des rues pavillonnaires, des abords de fermes, des chemins de jardins publics, le marcheur a de fortes chances de croiser un chien, ou plusieurs. On peut d’ailleurs admettre qu’il s’agit d’un événement quasi inévitable. L’enjeu du sentier est donc de proposer un itinéraire traversant ces différents environnements, et mettant à l’épreuve notre relation aux canidés.

Nathalie Leblanc3 considère le chien comme vecteur d’apprentissage chez les enfants, instruisant la vie, la mort, et la responsabilité. On peut ajouter à ces éducations, l’enseignement de la notion de consentement, et de la considération du chien comme être vivant et sensible. Le sentier est à certains passages bordé d’équipement scolaires, allant de la maternelle au collège. Par la programmation de marches pédagogiques, les enfants expérimentent la rencontre de chiens inconnus dans un périmètre restreint, à proximité de leur établissement. En effet, les chiens en liberté ne doivent pas se trouver à une distance excédant un kilomètre de leur propriétaire4, dessinant ainsi des zones d’expérimentation ponctuelle. La possibilité d’y faire également participer les parents des enfants permet de questionner leur propre relation aux animaux qu’ils ne connaissent pas, d’interroger les appréhensions qu’ils expriment et transmettent, parfois involontairement, à leurs enfants. 

Si ces espaces de rencontre sont connus, il existe plusieurs autres types de lieux le long du tracé où une présence canine est pressentie, mais non certaine. Il s’agit des abords de fermes, où il est probable de croiser des chiens en liberté, éloignés de leur propriétaire. Ce sont également les zones pavillonnaires où, aux heures habituelles de promenade, nous rencontrons des chiens accompagnés de leur maître, majoritairement tenus en laisse. Enfin, dans les parcs et jardins urbains, là aussi durant la temporalité spécifique des sorties quotidiennes.

Enfin, si l’événement d’une rencontre avec un chien peut nous paraître inconfortable en tant qu’êtres humains, elle peut l’être tout autant pour le canidé que nous croisons. Les chiens n’ont pas tous été habitués au contact humain, certains l’appréhendent. Il s’agit notamment des animaux hébergés dans les refuges, qui ont parfois à (ré)apprendre les contacts sociaux. Il est alors intéressant de faire participer aux marches pédagogiques ces chiens délaissés, dans le but d’un apprentissage mutuel avec les enfants et leurs parents.

1 De Villers Bénédicte, “La peur chronique des chiens chez les enfants”, Carnets de Géographes, 5, 2013.

2 Corbin Alain, Le Miasme et la Jonquille, Paris, Flammarion, « Champs », 1986.

3 Leblanc Nathalie, “La place de l’animal dans les politiques urbaines”, Communications, 74, 2003. Bienfaisante nature. Pages 159-175.

4 Article L211-23 du Code rural et de la pêche maritime, 24 février 2005.

 

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
jeannescouarnec (18 avril 2023). Sur les chemins, Cerbèr(r)e. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy0e


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search