Marche collective préparée par les étudiant·e·s, 25 mars 2021 : la parole aux marcheurs·seuses

Récit de la seconde marche du studio, le jeudi 25 mars 2021. Son tracé a fait l’objet d’une répartition en tronçons imaginés par différents groupes. Résultat : six tronçons assemblés, de l’aéroport jusqu’au centre de Bouguenais, en passant par des bourgs et paysages agricoles et naturels.

Nous nous retrouvons petit à petit à la station de tramway Pirmil dans l’attente du bus qui nous rapprochera de l’aéroport, notre première zone à explorer. Le soleil de ce jour nous réjouit et apporte une chaleur qui annonce une belle journée de marche. Nous prenons alors le bus, observons les montées et descentes des passagers avec attention. Nous descendons à l’arrêt La Noue où nous prenons quelques minutes afin d’objectiver les attendus de la marche et de chaque tronçon tracé par les groupes d’étudiant·e·s.

Premier tronçon : des pistes de l’aéroport au bourg de Saint-Aignan de Grand Lieu

Nous traversons alors une zone pavillonnaire en silence, pour rapidement arriver sur une petite route de campagne scellée de chaque côté par de grands portails et des kilomètres de grillage. Nous comprenons rapidement que nous avons atteint la partie sud des pistes de l’aéroport. « Aérodrome Nantes Atlantique accès interdit au public sous peine de poursuites ». Notre œil se tourne fixement vers le haut de la tour Bretagne que nous apercevons au loin, nous faisant prendre conscience de la distance à laquelle nous nous trouvons. Par la suite, les champs de vignes et un bois déclinent différentes séquences. Notre chemin se poursuit en suivant le GR du pays nantais, s’enfonçant alors dans les bois et entrant presque au cœur d’une écurie. Le bourg de Saint-Aignan ne se fait plus très loin. Nous prenons conscience du nombre de pancartes contre les nuisances de l’aéroport tout juste avant d’entendre et d’apercevoir un avion planer au-dessus de nos têtes. Le bruit aérien passant, le calme reprend vite le pas dans la direction de l’église où nous faisons un premier arrêt marquant la fin du premier tronçon. Un exercice guidera chacune de nos haltes : chacun prononce une phrase symbolisant son parcours qui sera enregistrée par un téléphone.

Portail et grillage qui donnent sur les pistes sud de l’aéroport de chaque côté de notre route, laissant une vue lointaine vers la ville d’un côté, et le paysage naturel de l’autre. Cliché de l’auteure

Plaine d’atterrissage, sur la piste du bruit nous étions. 
L’aéroport forme une ligne séparatrice. 
Plus les mobilités sont rapides, plus elles font du bruit. 
À quoi ressemble une personne qui marche ? 
Le cheval de l’autre côté de la clôture retourne le regard des passants. 
(son de cloches) 
À l’Ermitage, un H et un Q qui tout seuls ne font pas sens. 
Différents séquençages rythment le parcours. 
Triple barrière et no-man’s land. 
Cette dame qui nous salue à sa fenêtre aux volets roses. 
Le soleil perce entre les arbres du bois. 
On dirait le Sud. 
Lorsque la sérénité et le bruit se rencontrent. 
Le champ des oiseaux ambiance notre marche. 
(son de cloche) 
Dépôt vente, enfants à côté d’une école.
(suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Deuxième tronçon : au plus près du lac de Grand-Lieu

Nous reprenons notre marche. Le silence qui s’était imposé devient difficile à tenir maintenant que nous sommes bien réveillés. Nous retrouvons à nouveau le GR du pays nantais qui longe le lac de Grand-Lieu. Un objectif s’immisce dans nos têtes : réussir à apercevoir ce lac si caché. Sur notre gauche, un long chemin se dévoile en direction de l’eau. L’arrivée devant le lac laisse place à un arrêt et un long silence marquant. Nous rebroussons chemin puis tentons une découverte derrière un portail posé là, sans grillage autour. Le caractère privé étant difficile à déceler, nous nous y aventurons, mais on nous fait rapidement comprendre que nous n’étions pas les bienvenus. « Vous n’avez pas vu la barrière ? Heureusement pour vous qu’un seul chien est sorti. » Quelque peu abasourdis par l’agressivité de l’échange, un demi-tour s’impose. Nous nous arrêtons alors au milieu de ce chemin pour marquer une pause face à cet évènement déstabilisateur.

Portail faisant irruption sur notre chemin, nous laissant perplexe quant à l’aspect privé ou public de la route filant derrière. Alors nous passons sur les côtés pour découvrir. Cliché de l’auteure

Ouest-France :  ils attaquent à l’explosif.
Presse Océan : le retour du pique-nique. 
Les conversations qui s’arrêtent quand s’ouvre l’horizon. 
Sur le chemin, l’absence de végétation au loin laisse deviner la proximité du lac. 
De l’autre côté c’est l’Amérique. 
La diversité des oiseaux dans la zone du lac de Grand-Lieu amène une ambiance de Camargue dans la métropole nantaise. 
« Oui c’est mon jardin, s’exclama-t-elle, au moins 20 hectares de terrain ! » 
Des maisons avec jardin ou des jardins avec maison ? 
Le soleil semble inconsciemment guider nos pas. 
Une rencontre assez explosive. 
Roche affleurante et à fleur d’eau. 
Vous ne passerez pas. 
Sidération face à cette barrière humaine infranchissable. 
Entre humidité et sécheresse. 
« Allez viens Guimauve, viens ici ! » (suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Troisième tronçon : retour à la ville, bourg de Bouaye

La marche se poursuit avec deux autres guides muni·e·s des cartes. Suivant le GR, nous tentons de nous en défaire avec quelques incursions non fructueuses pour se rapprocher du lac. L’eau devient notre objectif comme notre principal obstacle. Lassé·e·s par le GR, nous préférons nous diriger vers une zone pavillonnaire où nos regards se laissent porter de jardin en jardin. L’envie se fait ressentir de tenter une nouvelle excursion « hors des sentiers battus ». Un portail fait encore une fois face à nous : une étudiante part alors en mission Stalker. S’y dévoile un espace intéressant mais difficile à traverser par le nombre de marcheurs et marcheuses que nous étions. Un voisin nous informe que ce portail est souvent ouvert par le propriétaire, mais suite à quelques vols il apparaît parfois fermé. Finalement, nous atteignons le centre de Bouaye après avoir traversé la voie ferrée sur laquelle nous avons pu observer un train s’élancer. La faim se fait ressentir, une pause s’impose alors devant l’église de Bouaye, d’une architecture bien différente de celle de Saint-Aignan de Grand Lieu.

Les clôtures sont hostiles. 
Des frottements émanent de buissons. 
Quelques scènes de vie quotidienne viennent rythmer le bourg de Bouaye. 
La maison est une économie dans ce territoire. 
Réemploie, quand la SNCF s’invite dans les jardins privés. 
Un chemin semé d’embûches. 
Une histoire de clôtures. 
Les domaines se manifestent à travers les pancartes. 
Les étendues d’habitats défilent, ce sont les seuils qui racontent la diversité des habitats agglomérés. 
Pavillon fiction. 
Privé mais accès toléré, public mais accès restreint. 
Le calme est-il sans surprise ? 
Peut-on juger une ville à son église ? (suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Quatrième tronçon : à la découverte d’espaces difficilement identifiables sur la carte IGN

Les champs de vignes viennent se confondre avec les grandes serres qui s’imposent sur notre chemin. Cliché de Louise-Marie Jouault

La pause déjeuner terminée, nous commençons la seconde moitié de notre parcours. Nous traversons pour la première fois la 4 voies pour découvrir un hameau de Saint-Léger-les-Vignes nommée La Chaussérie. Étrangement, chaque rue, chemin, allée, square porte ce même nom. Rapidement sortis de ce lieu, nous entamons notre découverte, nos yeux guidés par d’énormes serres puis de grands champs de vignes. Le chemin indiqué sur la carte est difficile à percevoir tant nous sommes confrontés aux clôtures (une nouvelle fois). Trop loin pour faire demi-tour, nous nous faufilons dans les interstices. En continuant notre chemin, deux caméras pointent en notre direction, nous imposant une certaine gêne. Un deuxième obstacle surgit : encore un portail. Nous réussissons à l’ouvrir rapidement et à s’immiscer dans le bocage, où un troisième obstacle nous fait face : un grand talus infranchissable. A droite, apparaît une porte de sortie, elle aussi entravée par un quatrième obstacle : un portail. Nous nous rendons rapidement compte que nous sommes finalement dans un domaine privé et non dans l’espace public. Les frictions entre le public et le privé auront réellement pris toute la place dans nos ressentis durant la découverte de ce tronçon. Nous laissons un mot aux propriétaires s’excusant de notre traversée incongrue avant de retraverser la 4 voie pour arriver à un tri-point, une tri-frontière entre Bouaye, Saint-Aignan de Grand Lieu et Bouguenais.

S’immiscer dans les interstices du grillage pour continuer la marche. Cliché de Louise-Marie Jouault

Rien ne s’est passé comme prévu. 
Apparemment on était chez quelqu’un. 
« Oh non, encore un portail ! » 
J’ai préféré laisser un mot. 
On aperçoit des biches derrière une barrière.  
Sous surveillance. 
Mal au genou. 
L’eau et les serres m’éblouissent. 
On est tracé, des caméras partout. 
« Je pense qu’on peut tenter de passer par là » 
Le son de 4 voies, guide dans l’espace ou pas. 
C’était une aventure. 
Sentiers sans frontières. 
Passons par-dessous. (suite de phrases récoltées résumant le tronçon parcouru)

Cinquième tronçon : entre zones pavillonnaires ; arrivée au moment crucial de notre marche

La suite de la marche s’effectue d’un pas rapide car nous devons rejoindre l’autre groupe dans trente minutes à plusieurs kilomètres de là. Nous traversons une zone pavillonnaire récente où de nombreux jeunes sont présents. Une autre zone pavillonnaire se consomme sous nos yeux. Elle apparaît bien différente, composée de petites maisons de villes mitoyennes à l’architecture nouvelle. Nous rejoignons rapidement une route principalement dédiée aux voitures qui se fait assez longue, avant d’apercevoir au loin un autre groupe : ce sont nos camarades ! Nous voilà réunis hasardeusement à l’Espérance. Heureux de nous rencontrer enfin ensemble, nous nous présentons tour à tour et discutons. Notre présence se fait plus importante dans l’espace public. Nous continuons notre marche ensemble en espérant trouver un lieu plus intime où nous pourrons échanger plus longuement. Le silence n’est définitivement plus de mise. Quelques étudiant·e·s s’invitent avec des micros afin d’enregistrer l’espace sonore du paysage et celui que nous créons. Finalement, nous apercevons dans un petit bois une cabane ou du moins des modules construits en bois nous rappelant notre enfance. Nous prenons place ici le temps de 45 minutes de partage de nos expériences, ressentis, éléments troublants, agréables qui ont guidé nos marches respectives.

Sixième et dernier tronçon : retour au bourg, arrivée à Bouguenais

Le grand groupe que nous formons reprend le rythme de la marche. Nous semblons nous étaler de plus en plus dans l’espace tant nous sommes nombreux. Les discussions sont toujours aussi vives, rendant la perception de l’espace plus difficile, mais celle de notre présence plus active. Nous traversons différents panoramas : un bois, un château d’eau, la 4 voies, puis le retour entre les arbres ; avant de retrouver la carrière que la moitié d’entre nous avions déjà aperçue lors de notre première marche collective. La fatigue commence à prendre le pas chez certain, nous obligeant à réexaminer la suite de notre parcours qui devait se poursuivre un peu plus loin que Bouguenais, jusqu’à Port-Lavigne. En traversant la 4 voies, nous apercevons un avion décollant de l’aéroport, nous ramenant immédiatement au début de notre marche. Nous entrons alors dans le bourg de Bouguenais, marchons près des maisons, d’un complexe sportif puis d’un cimetière avant de s’arrêter définitivement à l’église pour faire un point sur les objectifs de notre option Grands Sentiers. Notre groupe d’une vingtaine de personnes s’assoit alors en rond et écoute attentivement Anne Bossé. L’heure sonne : 19h, il est temps de rentrer chacun chez soi et se reposer après ces 26 km de marche.