Traversée de mondes animés

Traversée de mondes de l'eau

Où sont les mondes animés aujourd’hui dans la périphérie de la métropole nantaise ? Reste-t-il des rites autour de l’eau, des pierres, des forêts dans ces paysages ?

Ce sentier invite celui qui l’emprunte à une expérience interculturelle : un dialogue entre le marcheur et des non-humains qui habitent ses abords.

Le sentier à l’échelle de la métropole (document personnel)
Un rituel comme dispositif d’attention

Le tracé dans la métropole propose une marche qui serait un rituel. Les trois chemins qui le compose suivent la forme de trois runes celtes : Pertho, Ansuz et Inguz, chacune liée à un élément de la triade celtique, respectivement l’eau/les sources, l’air/les forêts, la terre/les mégalithes. La marche, en soit, est déjà une forme de méditation, seul ou en groupe. La marche comme rituel vise à y ajouter une dimension spirituelle : imprimer avec ses pas un symbole dans le sol.

Le sentier relie des points et traverse des mondes singuliers pour construire une attention autour de la manière dont l’humain aménage ces trois éléments. C’est un outil pour se réapproprier des paysages ordinaires ou rudes parce qu’ils ont une vocation purement fonctionnelle, au seul service des humains.

Pertho : faire parler les eaux captées, pompées, nettoyées…
Le sentier à l’échelle du cadrant Nord-Est

A l’échelle du quadrant nord-est de la métropole nantaise, on traverse des « mondes de l’eau ». La marche débute dans la vallée de la Chalandière, à la source de la mare chaude et s’achève à une autre source plus au sud : celle de la Poste.

La mare chaude porte son lot de légendes car c’est la seule pièce d’eau de la région qui ne gèle pas en hiver. Un point de rendez-vous pour les chevreuils et les bécasses qui cherchent à s’abreuver. On traverse ensuite la vallée de Rideau, un vallon très boisé où courent de nombreux ruisseaux. Le second nœud se trouve en contrebat du village de la Gouachère, devant la station d’épuration où sont purifiées puis relâchées les eaux usées traitées. On continue jusqu’à la Renaudinière en traversant un paysage de bocage, dans les hauteurs de Carquefou, où l’eau apparaît à la surface des prés dans des noues ou des mares. A la Renaudinière, des jardins privés jouxtent des pièces d’eau, à la Gouachère c’était un lieu central dans la vie du village où l’on trouvait le lavoir. Aujourd’hui c’est une mare-rond-point.

En descendant au sud, après la Montaubonnière, le sentier traverse les vergers des coteaux de Carquefou puis les cultures industrielles maraîchères de mâche. L’eau y est captée, busée ou conduite dans de profonds fossés qui bordent de grandes parcelles agricoles. Le long des routes, des pompes et des tuyaux colorés sortent de terre pour irriguer les arbres fruitiers et la mâche.

Le sentier s’achève dans les lotissements qui bordent la D723. On y croise un bassin d’orage où l’eau apparaît et disparaît au grès des intempéries ainsi qu’un château d’eau qui suggère cette présence très haut dans le ciel. Et pour finir un puits, le long d’une route très passante : c’est la source de la Poste.

Des rituels localisés
Rituel de purification à la station d’épuration de la Gouachère (document personnel)

Le sentier fait le lien entre des nœuds où pourraient se jouer des rituels localisés. Le rite est ici vue du point de vue de l’ethnologie : c’est une pratique réglée de caractère sacré ou symbolique. Son objectif est de tisser un lien entre la société des humains et celle, plus vaste, du monde animé au travers de pratiques engageant des corps humains et un site, de la matière, concrète.

La mare chaude est, par exemple, un lieu prisé pour les balades en hiver si on espère voir un animal boire cette eau qui, miraculeusement, n’est pas gelée.

Dans le lieu-dit de la Bernarderie, non loin de la Gouachère, a eu lieu un rite entre deux voisins qui ont construit ensemble un système d’épuration. La nécessité pour les deux foyers de mutualiser la purification des eaux qu’ils rejettent, les a amené à se rencontrer pour aménager un système ingénieux de phytoépuration.

On pourrait aussi imaginer d’autres types de rituels comme par exemple autour d’un bassin d’orage. Un groupe de voisins se rassemble après une forte pluie pour se souvenir de l’importance que revêt ce dispositif pour conserver leur lieu de vie. Le rituel viendrait aussi révéler l’importance et notre dépendance à cet élément.

Enfin, une autre forme de rituel pourrait être celle du sabotage. On l’a vu par exemple dans le sud des Deux-Sèvres en mars 2023 où 30 000 personnes sont venues marcher auprès d’une méga-bassine afin d’en démanteler les tuyaux qui permettent le captage dans les nappes phréatiques. Un groupe d’humains se met ici au service des ruisseaux et des zones humides alentours pour que puisse rester commune (aux humains et aux non-humains) la ressource en eau.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search