Sur la trace des villages métropolitains

Aux marges de la métropole

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (document personnel)

Des villages dans la métropole nantaise ? On m’avait parlé de Nantes et de sa métropole, ou de la métropole de Nantes mais pas de ses villages. Pourtant il paraît qu’il y en a plein, aux marges du territoire. Là où les lignes de bus et le train ne s’arrêtent pas, là où on n’a pas encore la fibre, là où il n’y a pas de supermarché ni même de boulangerie. Là où on habite dans des villages ou des hameaux. Là où il y a encore des fermes habitées, des fêtes de village, une grand-mère qui nous raconte la vie d’avant. Là où il y a encore des bouts de forêt avec des fritillaires à ramasser, des odeurs de pommes du verger, et l’horizon dégagé. Et si on allait voir par nous-même ?

Les parcours permettent de se rendre du bourg aux villages, de villages en villages, des villages aux bourgs. Un chemin tracé sur la carte s’appuyant sur les routes existantes amène le marcheur là où se trouvent des successions de villages et hameaux. Depuis ce tracé, un réseau de chemins se déploie de part et d’autre incitant le marcheur à l’exploration.

Il faut les trouver d’abord. Depuis le centre-ville, il faut prendre le tram puis le bus et marcher, ou prendre le train puis marcher aussi. Les chemins demandent à être explorés pour atteindre les villages. A peine visibles quand on les traverse parce qu’ils sont trop petits, il faut parfois sortir de la route et aller au bout des impasses pour les trouver. Des silhouettes au loin de l’autre côté du champ, un petit panneau noir annonçant le nom des lieux, une mare au centre du village, un calvaire fleuri à l’entrée, un arrêt de bus scolaire, ou le bruit d’une tondeuse en fond peuvent vous aider à reconnaître l’endroit.

Faire étape dans les villages

Des villages et hameaux aux marges de la métropole (collage, document personnel)

Avant il y avait les colporteurs. Des marchands munis d’une mallette remplie de produits trouvés en ville qui marchaient de villages en villages et s’y arrêtaient pour vendre les produits que l’on ne trouvait pas sur place. L’occasion de discuter avec les habitants, de donner des nouvelles de la ville et des villages voisins. Plus tard, ils ont été remplacés par des camions ambulants. A Carquefou, il y avait l’épicier qu’on appelait “le ptit marchand”, le boulanger, et “barbe bleue” qui vendait des habits de travail. Aujourd’hui, ce sont les habitants qui se déplacent en voiture pour aller faire leurs courses au bourg le plus proche.

A leur manière, prenez le temps de passer du temps dans les villages. Il y a des lieux pour s’arrêter : autour la mare qui fait office de place du village, au pied d’un calvaire, dans un abribus ou dans un gîte. C’est l’occasion de rencontrer les doyens du village, qui ont le temps de raconter la vie d’avant, de participer aux fêtes annuelles dans le champ, ou autour du vieux four à pain qu’on a remis en marche, de passer la nuit dans un gîte, ou de lire un bouquin de la boîte à lire assis dans l’abribus, de demander au maraîcher si on peut lui acheter des pommes… N’hésiter pas à passer la tête par-dessus un portail pour demander où est la maison du maire autoproclamé de la Gouachère, qu’on vous raconte l’histoire glauque derrière le nom du hameau de la Fosse Gareau où habitent FanFan et Denise les derniers habitants de La Burtière…

Explorer les alentours

Marcher du bourg aux villagex aux hameaux (document personnel)

Depuis les hameaux, d’autres chemins peuvent apparaître et nous mener ailleurs : vers une mare, dans une petite forêt, un champ de mâche, une maison isolée ou jusqu’à un autre hameau. On peut y faire des jeux, des pique-niques, ramasser des fritillaires, pêcher. On croise presque toujours quelqu’un qui se balade dans les alentours.

Le parcours offrent une expérience paysagère à l’image de la transformation des territoires qu’il traverse. A Mauves-sur-Loire on traverse un paysage au caractère rural encore bien ancré. La balade fait des boucles, on peut s’éloigner du tracé linéaire et passer d’un hameau à l’autre en traversant des bois qui abritent des ruisseaux. En passant par le haut pays de Carquefou, la balade est plus séquencée, les chemins sont coupés et incitent à l’exploration, à trouver les hameaux et leurs secrets au bout des impasses. Près du bourg, on traverse des résidus de hameaux qui résistent encore, entre les routes, les exploitations industrielles et la ville.

De là-bas, on repart avec des histoires, des produits d’ici, une nouvelle recette, une collection de photos de calvaires, des souvenirs de ces lieux singuliers. Sur notre passage, la vieille grange a été réouverte, le vieux four a servi à nouveau, la doyenne est sortie de chez elle, le chemin qui passait par le hameau a été réouvert. Peut-être alors qu’on se souviendra un peu plus longtemps de ces villages et de leurs histoires, que la vie de village cessera de s’effacer, que les doyens ne se sentiront plus seuls, que les vieux bâtiments serviront à nouveau, que les voisins pourront emprunter des chemins, plutôt que la route pour se rendre visite.



Citer ce billet
annelaureterrier (2023, 2 avril). Sur la trace des villages métropolitains. Grands sentiers. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy09

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search