Carte, Territoire et autres mots

Le floutage des frontières

Michel Houellebecq écrit en 2010 le roman La carte et le Territoire. Autant littéraires que nous sommes, seul le titre nous intéressera ici car, amusante coïncidence, ses termes résonnent pour les familiers de sentiers métropolitains. Lire “la Carte” puis “le Territoire” rappelle la temporalité de la préparation de la marche, de la découverte des environnements qui seront foulés d’abord par leur représentation. Le “et” serait alors remplacé par un “puis”, celui de la planification. Mais ce nom n’est pas orphelin, et son origine met en exergue un point de frottement : Houellebecq cite Alfred Korzybski, selon lequel “La carte n’est pas le territoire”1.

La carte illustre des idées, images, préconceptions éloignées de la réalité vécue et sensorielle du paysage. IGN, vue satellite ou autres, elle écrase, range et cache. Mais là est aussi sa fonction et il serait vain de lui reprocher d’oublier la complexité du réel. Car si la carte, aussi variée qu’elle soit, s’approche comme une docile organisation de certaines connaissances, le territoire lui, est un animal sauvage générateur d’expériences qu’il s’agira d’appréhender. À l’inverse de notre titre de roman, nous aurions alors ici plutôt affaire à un assemblage renversé : le territoire et la carte, le territoire puis la carte.

Ce territoire “sauvage” (aussi sauvage que le sauvage de Baptiste Morizot puisse l’être, existant à travers un ensemble de relations variées avec son environnement extérieur -qui l’entoure, comme intérieur -qui l’emplit, nécessairement anthropocène mais pourtant toujours indépendant) vit (et se vit) de sa propre volonté2, mais souvent aussi de celle des êtres humains plus ou moins liés à ce dernier. On lui offre des secteurs où s’étendre, où se spécifier (s’individuer ?), en le pratiquant et l’appréciant, mais aussi en le légiférant. Le Plan Local d’Urbanisme Métropolitain, outil humain de domestication, fait office d’autorité quant aux différentes espèces de territoires existantes, à leurs caractéristiques physiques et à leurs différents futurs. Le document contrôle l’animal comme un dresseur travaillant sa lignée de chiens. Serions-nous alors de retour au début ? La carte (ou le PLUm) puis le territoire ?

Afin de mieux appréhender cette étrange relation, il semble nécessaire de s’intéresser à la zone de partage entre ses deux protagonistes. Cette dernière s’incarne comme une matière commune constamment remodelée, l’image. L’image s’entend ici à la fois comme l’identité d’un territoire et la représentation que la carte en fait. Elle est ambivalente, car existant différemment dans des échelles et des formes variées. Elle peut être commune et s’appliquer au territoire comme peuvent l’être les clichés sur les banlieues, ou personnelle et unique, s’incarnant dans une histoire et des sensations impossibles à communiquer fidèlement. Carte et territoire génèrent et illustrent tous les deux et de manières variées cette image. Ce ne sont cependant pas les seuls à la manier et leurs relations ne s’effectuent pas en circuit fermé. Les médias, l’art, le bouche à oreille, en somme toutes formes de communication manipulent cette dernière. Kevin Lynch propose des éléments de langage cartographique de l’image du territoire avec ses “parcours”, “limites”, “nœuds”, “quartiers” et “points de repère” (L’image de la cité, 1971). Bien que d’abord connus comme outils d’analyse du paysage (territoire vers carte), ils sont aussi pour lui des éléments générateurs (carte vers territoire), offrant une dynamique dans les deux sens.

(document personnel)

Afin de questionner le matériau “image” des territoires du quadrant nord-est de la métropole nantaise est alors proposé un protocole de recherche de ce dernier au sein même desdits territoires. Le point de départ est le PLUm, en ce qu’il peut incarner un a priori à mettre à l’épreuve avec sa volonté de parquer les territoires. Cette première carte définit des attendus et des images distinctes et contrôlées. En considérant le paysage comme un animal sauvage, l’idée d’un pistage apparaît. Il est question d’adopter une posture d’être humain humble et de chercher à comprendre, du moins percevoir la bête. La première étape sera donc d’abord le moment d’une appréciation du “territoire” du territoire, en le parcourant par ses contours, mis en valeur par le PLUm. En même temps, il s’agira d’une recherche des traces de son image : qu’est ce qui fait que je reconnais cet endroit comme lui-même ? Est-ce une maison issue de promotion immobilière pour une zone pavillonnaire ? Ou le bruit de camions pour un terrain industriel ? C’est alors la mise en place d’un catalogage, où toutes les techniques de représentation sont les bienvenues. Leur position géographique devront être aussi relevées.

À un certain point, face à cette identité listée se trouvera une faille, un élément perturbateur hors du modèle d’image que l’on est en train de distinguer. C’est une intersection. Cette entité, qui peut être de forme et d’échelle aussi multiple que souhaitée, fait partie de ce qu’on appellera l’image pirate. C’est celle qui frappe et qui surprend, qui intrigue et qui amène à une nouvelle vision sur le territoire. L’image pirate vient face à l’image publique, qui est celle que l’on constituait jusqu’alors, celle de l’a priori, naviguant plutôt de la carte vers le territoire. L’image pirate fait le chemin inverse, elle apparaît par expérience et navigue à contre-courant. Une fois ce signe repéré, il est alors autorisé de marcher dans les pas de l’animal, on peut enfin rentrer dans le territoire pisté. Dorénavant, ce seront les traces de cette image pirate qui seront relevées et enregistrées, idéalement sur un document différencié du précédent, et comme pour les autres, on notera leur localisation.

Une fois que l’on a amassé autant de traces pirates que de publiques, ou que l’on sent que la collecte est suffisante, c’est le moment de retourner vers la carte et de se diriger vers la frontière la plus proche avec un autre territoire, en suivant toujours celles dessinées par le PLUm. Et alors, le protocole peut reprendre à zéro jusqu’à épuisement (de ce dernier ou des troupes).

Hypothèse de parcours (document personnel)

Les traces collectées, publiques comme pirates, sont évidemment une représentation subjective de matériau image propre à chaque territoire. Mais elles peuvent permettre de dessiner de nouveaux contours personnels pour ces “territoires sauvages”. Elles semblent aussi, lorsqu’on interroge leurs connexions entre elles, contenir quelque chose de l’essence de leur territoire, autant comme des fragments que des fissures vers la réalité indépendante de cet étrange animal.

1On peut d’ailleurs noter qu’ici la carte n’est tellement pas le territoire que dans ces citations, elle n’a pas grande autre fonction que celle de métaphore liée à un concept de sémantique, ni Houellebecq ni Korzybski n’étant particulièrement géographes.

2Volonté est ici utilisé d’abord pour la métaphore filée. Savoir si le territoire en possède une n’est pas pour le moment ma priorité mais sera, qui sait, peut-être une question qui trouvera réponse dans le futur.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Tom Bellanger (1 avril 2023). Carte, Territoire et autres mots. Grands sentiers. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oy08


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search